AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702205242
192 pages
Éditeur : Cercle d'Art (11/11/1998)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
in4, cartonne, 192p, jaquette bon etat d'usage avec haut et bas du dos legerement abimes, livre bon etat, bas du dos legerement enfonce, Editions Cercle d'Art, Coll. Le Cercle d'Art Contemporain, 1997
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lanardlanard   23 janvier 2017
Le dessin est dans son histoire théologique, inséparable de l'écriture. Que disait la tradition chrétienne de l'écriture et du dessin? Qu'ils inscrivaient dans le visible l'ombre préfigurative de la vérité. Autrement dit dessiner s'était jouir d'une puissance anticipatrice mais rester dans les ténèbres. La couleur était alors interprétée comme symbole de l'incarnation historique de la grâce de la personne du Verbe. Précédant l'intervention rédemptrice de la grâce, le dessin se trouve dans une relative disgrâce. Chez Philippe de Champeigne, les croix rouges sur le costume des religieuses,pure irruption du chromatisme, sont une figure de la grâce et de la rédemption par le sacrifice. Cueco fait de ce signe une bribe graphique qui, telle une herbe ou la queue d'un chien, apparaît de façon sérielle comme un battement, le retour insistant de la même note. Il m'arrive devant ces dessins d'entendre directement de la musique, Steve Reich ou Phil Glass.
Cueco n'est pas un artiste chrétien. Une telle phrase n'aurait aucun sens si on voulait signifier en disant cela, qu'il est athée ou matérialiste. La question est plutôt celle-ci: l'art occidental est-il venu à bout du dispositif incarnationnel qui donne sa légitimité au monde visible depuis deux mille ans? Autrement dit la crise de la représentation comme celle de la figuration ont-elles porté atteinte en amont de leur propre configuration à ce qui fonde l'iconicité du visible?
A cette question Cueco apporte sa réponse personnelle par les effets de la découpe et du morcellement qui le dégage du lourd symbolisme du sacrifice. Ne pouvant faire l'économie d'une tradition, d'une mémoire omni présente, il cultive l'art du piège et du "croque-en-jambe". Il produit une scénographie qui dédramatise la création, puis, dans des effets de fugitive dérision, nous indique que c'est là chose grave et sérieuse puisqu'il s'agit d'indiquer une possible liberté. C'est du moins ainsi que j'ai considéré aujourd'hui toute cette population de dessins, saisie que je fus par leur rigueur et par les variations de leur complexité. Ils m'ont contrainte à mon tour à moduler sans leur à leur sujet ma propre écriture. Le musicien a tant de partitions!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marie-José Mondzain (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-José Mondzain
Lecture par Greg Germain, Mariann Mathéus, Roberto Jean, Sophie Bourel & Steffy Glissant Accompagnés de Viktor Lazlo (chant), Marie-Claude Bottius (chant) & de Grégory Privat (piano) Mise en musique par le Trio Mahagony
« Every great dream begins with a dreamer. Always remember, you have within you the strength, the patience, and the passion to reach for the stars to change the world. »
Harriet Tubman

Il y a 20 ans, le 10 mai 2001, le Parlement français votait la loi reconnaissant la traite négrière et l'esclavage transatlantique comme crime contre l'humanité, loi portée et défendue par Christiane Taubira. le texte stipule en son article 1 :
« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'Océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'Océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité. »
Dans son discours de présentation du projet de loi, Christiane Taubira déclarait :
« Nous sommes là pour dire que la traite et l'esclavage furent et sont un crime contre l'humanité ; que les textes juridiques ou ecclésiastiques qui les ont autorisés, organisés percutent la morale universelle ; qu'il est juste d'énoncer que c'est dans nos idéaux de justice, de fraternité, de solidarité, que nous puisons les raisons de dire que le crime doit être qualifié. Et inscrit dans la loi parce que la loi seule dira la parole solennelle au nom du peuple français. »
Pour commémorer ce mois des mémoires, l'institut du Tout-Monde présente un « Chaos-opéra » imaginé par Sylvie Glissant et Greg Germain.

Avec les textes de Christiane Taubira, Léon-Gontran Damas, Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Eugène Pottier, Gaël Faye, Marie-José Mondzain, Monique Arien-Carrère, Dénètem Touam Bona, Nicole Cage, Nancy Morejón, Léonora Miano, Estelle Coppolani, Aimé Césaire, Toni Morrison …

Soirée proposée par l'Institut du Tout-Monde.
+ Lire la suite
autres livres classés : henri cuecoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
596 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre