AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266256469
224 pages
Éditeur : Pocket (01/10/2015)
3.59/5   32 notes
Résumé :
Après une grosse fête, trois amies rentrent à Neuilly en voiture. Elles continuent à chahuter, mais dans un moment d'inattention elles renversent une petite fille sur la route, un bouquet de coquelicots à la main. La vie de ces trois femmes va basculer dans le cauchemar, et c'est au commissaire Léon qu'il revient de dénouer les fils de cette diabolique affaire.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 32 notes
5
3 avis
4
12 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

Livresque78
  15 octobre 2015
J'ai entamé cette lecture juste après avoir terminé le tome 1 des enquêtes du commissaire Léon. Ne serait-ce qu'avec la couverture, j'aurai dû comprendre que nous n'étions plus tout à fait dans le même registre que le premier tome.
En effet, Nadine Monfils durcit un peu le ton dans celui-ci. La trame de l'histoire est bien plus sérieuse et violente. L'humour y est moins présent.
J'ai aimé ce changement de direction, même si il m'a un peu déstabilisé.
L'ambiance est vraiment différente, mais il reste le commissaire, sa mère et Babelute le chien, pour nous faire rire avec leurs bons mots et leurs drôles d'idées.
Une enquêtes plutôt bien ficelée, qui fiche un peu la trouille, des scènes de sexe un peu violentes, Nadine Monfils nous montre une autre côté de son talent d'écrivain, elle nous prouve encore une fois qu'elle est capable de varier les genres et de les entremêler.

Lien : https://livresque78.wordpres..
Commenter  J’apprécie          250
frgi
  15 juin 2017
Après un petit intermède et la lecture de "Sharko", me voici de retour avec le lecture du deuxième tome de la sage "Commissaire Léon" de Nadine Monfils.
Ici, le lecteur est plongé dans une atmosphère plus glauque, plus noire, plus sexuelle que dans "Madame Edouard". Toutefois, la plume de Nadine Monfils est toujours aussi alerte et toujours aussi agréable à lire (Pour plus de détails sur mon ressenti à la lecture de Nadine Monfils, je vous propose d'aller voir ma chronique du tome précédent https://www.babelio.com/livres/Monfils-Les-enquetes-du-commissaire-Leon-tome-1-Madame-E/773892/critiques/1343363).
Les livres de Nadine Monfils sont faciles à lire et constituent une pause très agréable entre deux thrillers plus volumineux. Je vous donne donc rendez-vous très prochainement pour la chronique du troisième tome de la série.
Commenter  J’apprécie          200
Sharon
  19 octobre 2019
Sanglant, saignant, et rappelons-nous : les coquelicots sont les premières fleurs à repousser sur un champ de Bataille.
Ici, au départ, il n'y avait pas de bataille, non, seulement trois amies qui revenaient d'une soirée entre filles, soirée trop arrosée. Elles ont renversé une petite fille. Elles n'ont pas prévenu les secours, non, elles ont prévenu la police, plus tard, parce qu'elles sont de bonnes personnes, des personnes qui avaient peur de voir leur vie détruite par cette accident, des personnes qui n'ont pas pensé, qui ne pensent toujours pas à la douleur de la famille de cette petite fille.
Des mois ont passé, chacun réagit à sa manière. le mari de Maura n'est plus qu'indifférence envers sa femme, il utilise les services d'une prostituée, qu'il paie pour pouvoir l'humilier et coucher avec elle, Catherine vit une relation torride et violente avec un homme qui n'en a strictement rien à faire d'elle, pas même qu'elle soit la fille du maire de Neuilly, un copain de régiment du commissaire Léon. Héléna, la troisième personne présente dans la voiture, vit entre sa mère et sa fille, mère qui a élevé sa fille plus qu'elle-même.
Et la famille de la victime ? La mère est internée en hôpital psychiatrique, elle est persuadée que sa fille va revenir, un bouquet de coquelicots à la main, et le lecteur de se dire que c'est peut-être mieux ainsi pour elle. le père est parti, retourné dans son pays, ne supportant plus de porter cette famille à lui tout seul. La fille aînée, Lara (oui, comme dans le docteur Jivago) vit chez Jacob, son grand-père, résigné, ayant déjà presque quitté ce monde tant il se réfère à Dieu.
De l'autre côté, nous avons le sympathique petit monde du commissaire Léon, avec Irma, l'inénarrable travelo ménagère, Nina Tchitchi, surnommée « Charlotte aux fraises » par Babelutte, le seul chien policier gay, qui doit subir les caprices vestimentaires tricotés de son maître. Un univers drôle, lumineux, qui se trouve pourtant confronté à l'horreur.
Oui, les agressions, les crimes, tous plus sanglants les uns que les autres, vont se succéder autour de ses trois femmes, qui avaient pourtant juré de ne plus se revoir, de ne plus se parler, après l'accident, qu'elles ont tout fait pour occulter. Ce ne sont pas des coquelicots qui seront répandus, mais des mares de sang, dans un objectif qui se dessine lentement : les faire souffrir le plus possible. Tant pis pour les victimes.
Ce deuxième volume des aventures du commissaire Léon est très sombre, très violent, et nous questionne en même temps, notamment sur les relations parents/enfants. Prenons Héléna, par exemple : elle n'apprécie pas que sa mère ait été très amis avec des jeunes gens très très gays, qui l'adoraient, et pourtant Clara, par son ouverture d'esprit, ses goûts littéraires, en ressort bien plus lumineuse que sa fille. Héléna admet aussi ressentir nettement moins d'amour pour sa fille Carole que quand celle-ci était bébé – parce qu'elle était bébé, justement, et parce qu'un bébé, on en fait ce qu'on veut. Un garçon aurait été tellement mieux.
Ce ne sont pas des zones d'ombre, ces fameuses zones d'ombre dont certains critiques font leur chou gras, non, ce sont littéralement des abîmes, des pulsions inavouables, qu'ils cherchent pourtant à satisfaire. Oui, nous basculons dans un univers bien glauque, et au milieu, seule Lily, la petite fille aux coquelicots, et Loulou, le fils de Maura, sont des innocents victimes de jeux d'adultes.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Neneve
  27 février 2021
Mais quel plaisir de retrouver le Commissaire Léon et la plume de Monfils. Ici, nous suivons l'histoire de 3 amies, qui, un soir, alors qu'elles traversent le Bois de Boulogne, renversent une petite fille venue cueillir des coquelicots... La laissant pour morte, les amies s'enfuient. Bien mal leur en pris... parce que l'heure de la vengeance à sonner. Léon, accompagné de son fidèle Babelutte, qui soit dit en passant, se fera la malle pour quelques jours, auront à débusquer l'auteur de crimes atroces... C'est un charme de lire Monfils... c'est drôle, gore, direct. J'ai adoré !!!
Commenter  J’apprécie          120
CSBlitaussi
  27 mars 2017
Au retour d'une soirée arrosée, trois copines renversent une fille sur une route et l'abandonnent sans porter secours. La petite fille meurt sous le coup avec un bouquet de coquelicots dans ses mains. Quelques mois plus tard des incidents impliquant les familles de ces 3 femmes vont donner du fil à retordre au Commissaire Léon...
J'ai tout de suite enchaîné avec le tome 2 après avoir terminé le premier. Je m'attendais à retrouver l'ambiance loufoque du premier tome, mais j'ai découvert un changement radical de décor et un accélération de rythme.
Cette deuxième histoire est plus noire, plus glauque, plus sexuelle et cruelle que la première, mais je l'ai bien appréciée aussi. Le Commissaire Léon et l'humour y sont un peu moins présents, mais ce côté humour déjanté de Nadine Monfils reste quand même. J'adore ! J'ai bien rit!
Je vais certainement me procurer les autres tomes de la série Commissaire Léon.

Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
frgifrgi   13 juin 2017
"On peut toujours choisir de fermer la porte à la douleur. Enfin pour un temps... Parce qu'il y a des courants d'air qui se chargent de l'ouvrir." (p.30)
Commenter  J’apprécie          200
frgifrgi   14 juin 2017
"Héléna pensait que le bonheur est comme un morceau de sucre. Il finit toujours par se dissoudre quand on le savoure. " (p.139)
Commenter  J’apprécie          190
Milka2bMilka2b   29 décembre 2019
— Merde ! grogna Pinchon, c’est mon portable dans la poche arrière de mon pantalon. Sûrement ma femme.
— Je vais lui expliquer, susurra Nina en saisissant le portable.
— Non ! Donnez-moi ça, s’écria Pinchon en se contorsionnant comme une anguille, vous savez bien qu’elle est horriblement jalouse !
— Justement, répliqua Nina qui adorait mettre de l’huile sur le feu, d’autant qu’elle trouvait plutôt Pinchon à son goût et qu’il avait de belles fesses, le bougre !
Plus vite il aurait quitté cette tigresse, plus vite elle pourrait lui faire goûter aux joies d’un petit pique-nique sous le bureau. Ils avaient déjà failli s’allonger sur la moquette, mais le souvenir de bobonne avait ramené ce couillon sur terre.
— Empêchez-la, commissaire ! Rosa Maria va me tuer si c’est elle qui décroche !
— Allô, fit Nina d’une voix suave.
— La salope ! grogna Pinchon.
— Pinpin ? Oui, je vous le passe. Tiens, chéri, c’est mémère.
Pinchon fulminait. Il prit le portable de la main gauche, tentant encore de dégager l’autre qui était toujours coincée dans la machine infernale.
— Allô, Mimine ? Arrête de crier, je vais t’expliquer. Je… Merde, merde, elle a raccroché ! Elle est furax ! Ah, vraiment merci, Nina !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Milka2bMilka2b   29 décembre 2019
— Ce qui signifie en clair ?
— Qu’elle est morte par le coup qu’elle a reçu sur le crâne et non par le fait d’avoir eu la gorge tranchée. Ce qui est plutôt mieux. Enfin, dommage, elle avait l’air mignonne ! Du moins d’après son corps, parce qu’elle n’avait plus d’yeux… Mais elle avait un joli cul ! J’lui aurais pas dit non.
— Bon, ben merci pour ces informations, dit le commissaire.
— À votre service ! Vous ne voulez pas savoir ce qu’elle avait mangé ?
— Tant qu’on y est…
— Des raviolis sauce tomate. Et comme il me restait un peu de gruyère que j’avais récupéré dans l’estomac d’un noyé, je me suis préparé un p’tit plat. Le tout arrosé d’un pinot noir, c’était délicieux. Vous ne voulez pas venir ! Allez, je vous laisse, c’est l’heure de déjeuner. Bon appétit, commissaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lau2810lau2810   26 septembre 2016
Ils étaient un peu en froid tous les deux. Depuis que son maître lui avait enfilé cette vilaine chaussette verte - tricotée derrière ses dossiers - qu'il appelait pompeusement "paletot", l'animal lui tirait la gueule. Là, franchement il s'était senti ridicule avec ce truc sur le dos ! Un jambon de Bayonne entouré d'une étiquette de couleur pelouse. La honte !
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nadine Monfils (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nadine Monfils
[EMISSION] LA CHRONIQUE DE GERARD COLLARD - PRIX GRIFFE NOIRE
Les équipes de la librairie La Griffe Noire ont décerné les Prix Griffe Noire pour l'année 2021… le libraire Gérard Collard vous présente les livres récompensés. • • le jour où ma mère m'a tout raconté de Philippa Motte aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1083448-romans-le-jour-ou-ma-mere-m-a-tout-raconte.html • L'homme qui peignait les âmes de Metin Arditi aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1084351-romans-l-homme-qui-peignait-les-ames.html • Pachinko de Min Jin Lee et Laura Bourgeois aux éditions Charleston https://www.lagriffenoire.com/1068382-feel-good-pachinko.html • Petite de Edward Carey et Jean-Luc Piningre aux éditions Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/1077404-litterature-anglophone-petite.html • le Bureau des affaires occultes de Eric Fouassier aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1080384-polar-historique-le-bureau-des-affaires-occultes.html • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d'une pipe ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1080465-romans-les-folles-enquetes-de-magritte-et-georgette-t1-----nom-d-une-pipe.html • le Gibier: Une meute ne lâche jamais sa proie de Nicolas Lebel aux éditions le Masque https://www.lagriffenoire.com/1075180-romans-le-gibier---une-meute-ne-lache-jamais-sa-proie.html • La Chasse de Gabriel Bergmoser et Charles Recoursé aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1076227-romans-la-chasse.html • Marie Curie et ses filles de Claudine Monteil aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/1081460-romans-marie-curie-et-ses-filles.html • La Maison aux miroirs de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/1077795-feel-good-la-maison-aux-miroirs.html • Un amour retrouvé de Véronique de Bure aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1081255-romans-un-amour-retrouve.html • Super hôte de Kate Russo et Severine Weiss aux éditions Quai Voltaire https://www.lagriffenoire.com/1083301-romans-super-hote.html • L'écume des pâtes : À la recherche la vraie cuisine italienne de Tommaso Melilli aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1080566-romans-l-ecume-des-pates---a-la-recherche-la-vraie-cuisine-italienne.html • Mon Frère, ce zéro de
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ice cream et châtiments

Le héros s'appelle Elvis Cadillac, un sosie du King Elvis, son nom de scène est :

The King of Béthune
Le king de Liège
The King from Charleroi
The Manneken King

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Ice cream et châtiments de Nadine MonfilsCréer un quiz sur ce livre

.. ..