AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221250204
312 pages
Éditeur : Robert Laffont (06/05/2021)
4/5   135 notes
Résumé :
La nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire : Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette. Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.
C’était au temps où Bruxelles bruxellait...

À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à George... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 135 notes
5
36 avis
4
25 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis

Fandol
  28 août 2021
Nadine Monfils, autrice berge que je lis pour la première fois, réussit, dans Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette, Nom d'une pipe !, à redonner vie au grand peintre et à lui faire côtoyer l'immense Jacques Brel.
Tout au long de ma lecture, j'ai savouré quantité d'expressions et de mots qui m'ont bien mis dans l'ambiance, au coeur de Bruxelles. L'homme au chapeau boule, René Magritte, et Georgette, son épouse, adorent enquêter, aller plus loin que le classement sans suite dont se satisfait trop vite la police. Jefke, leur ami, commissaire de police, apprécie particulièrement leur aide.
Magritte a écrit des romans policiers sous pseudo, Georgette s'attache aux moindres détails souvent très révélateurs et voilà qu'une femme, Madeleine Dutilleul, est retrouvée poignardée après avoir tenté de rencontrer un amant bien mystérieux lui donnant rendez-vous par lettre.
Puis c'est au tour de Rosa de recevoir le même genre de lettre avant que se produise le même scénario macabre. René Magritte qui adore les énigmes, le mystère, est servi !
Au fil de l'enquête de René et Georgette où l'humour est constamment présent, j'ai adoré apprendre quantité de détails authentiques sur la vie du célèbre peintre qui avait quinze ans de plus que son épouse. Nadine Monfils parle de ses tableaux, de ses habitudes, des réactions de ses contemporains.
Après Madeleine et Rosa, voici Mathilde, une orpheline qui travaille chez un brocanteur. Avec ces prénoms, c'est Jacques Brel qui s'impose car Mathilde est obnubilée par cet immense artiste. Un retour en arrière, quelques mois plus tôt, permet de mieux faire connaissance avec cette Mathilde qui avait été confiée à une religieuse, soeur Louise, devenue Maria Martin. Cette femme, au lieu de donner de l'amour aux orphelines qui lui étaient confiées, leur infligeait des sévices.
Peu à peu, René, avec Georgette, son « p'tit bibi », son « petit poulet », réussit à élucider tous ces mystères.
Nom d'une pipe ! Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette, est un roman policier hors normes, très original. J'ai souri très souvent malgré le contexte tragique de l'histoire car Nadine Monfils réussit parfaitement à créer une ambiance, une atmosphère unique, certes désuète mais ô combien savoureuse !

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1176
Cancie
  15 juin 2021
Quand j'ai commencé à lire le premier épisode des Folles enquêtes de Magritte et Georgette, j'étais loin de me douter de l'aventure que Nadine Monfils allait me faire vivre.
Avec Nom d'une pipe !, titre évoquant l'une des oeuvres majeures, du moins la plus connue, du peintre René Magritte, l'auteure belge nous fait vivre une enquête palpitante, à la recherche de celui ou celle qui a commis un double meurtre, celui de deux jeunes femmes Madeleine, puis peu de temps après, Rosa.
Tout débute lorsque le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule et costume foncé, en allant retrouver ses copains, la fameuse bande des surréalistes, pour une partie d'échecs et quelques bières bien mousseuses, a une vision étrange : une jeune femme aux longs cheveux blonds, avec une robe à fleurs attendant le tram, debout à côté de son corps. Après en avoir causé à ses amis, pour le moins assez dubitatifs, il en parle à son épouse Georgette puis l'immortalise dans un tableau.
Quelques jours plus tard, un gros titre dans le journal lui apprend qu'une jeune femme a été retrouvée poignardée. Sous l'article, se trouve la photo de la femme qu'il avait dessinée avec sa robe à fleurs.
Il y voit comme un signe : « Cette affaire était comme le point de départ d'une nouvelle mission. En dehors de la peinture, il allait désormais mener des enquêtes ». Sa femme Georgette le secondera et saura parfaitement l'orienter dans ses recherches, aidé également par son pote Joseph, dit Jefke qui travaille à l'Amigo, le commissariat près de la Grand-Place de Bruxelles.
C'est une super idée que d'avoir fait mener cette enquête par deux personnes réelles, dont Magritte le célèbre peintre, dans une fiction !
C'est un thriller palpitant par l'intrigue dans laquelle sont faites de nombreuses références à l'oeuvre de l'artiste, mais c'est aussi tellement plus que cela.
C'est dans l'intimité du foyer Magritte que Nadine Monfils nous fait pénétrer, auprès de ce couple qui vit une belle histoire d'amour avec une complicité de chaque instant, partagée tout de même avec Jackie, surnommée Loulou que René sort chaque matin, « pour faire pipisse ». En nous racontant son enfance, sa rencontre avec Georgette, leur vie quotidienne, simple, elle nous le rend ainsi très proche, presque un ami, et nous donne accès à son univers pictural, ses manies, ses rituels, lui donnant la parole pour expliquer comment peuvent naître ses peintures. L'une, le Brasier est particulièrement bien analysée et de surplus, incorporée à l'enquête.
Si le portrait de René Magritte est remarquable, il est un autre Belge qui est largement évoqué dans cette enquête, et pour cause, il en est l'une des clefs, c'est le Grand Jacques, Jacques Brel !
L'un des grands moments du bouquin est justement la rencontre entre ces deux immenses talents, à la terrasse du Métropole, l'endroit le plus prestigieux de Bruxelles, même si, à la connaissance de l'écrivaine, cette rencontre n'a pas eu lieu, mais aurait pu ...
Et comment parler de Magritte, de Brel, de Bruxelles, sans faire référence à la Belgique et à tout ce qui en fait sa saveur, à savoir ses bières, ses chocolats, son parler et son art de vivre, la magie et le quotidien des lieux, Nadine Monfils l'a fait de manière très brillante.
De nombreuses anecdotes émaillent le roman. Est fait entre-autre allusion à l'église baroque Saint-Loup à Namur qui avait vu chuter Baudelaire. Il est même fait référence à L'auberge rouge de Peyrebeille, cette accueillante auberge ardéchoise dont la sanglante tenancière égorgeait ses hôtes pour les détrousser et ensuite les couper en morceaux avant de les faire disparaître dans le fourneau.
Comme vous l'aurez compris en me lisant, j'ai été happée dès les premières lignes par cette mystérieuse Madeleine qui ne tarde pas à être assassinée, départ d'un palpitant roman policier dont l'intrigue est dénouée, excusez du peu, par Magritte himself et sa femme Georgette.
Nom d'une pipe ! est un livre drôle, savoureux, instructif, original, pétillant où le suspense est maintenu de bout en bout, un livre surréaliste !
Je remercie avec chaleur, les éditions Robert Laffont (La bête noire) et Lecteurs.com qui, dans le cadre des Explorateurs du polar, m'a permis de vivre des moments intenses.

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1067
jeunejane
  07 juillet 2021
René Magritte et Georgette sa femme revivent en tant que détectives privés sous la plume de Nadine Monfils.
Magritte vit à Bruxelles à la belle époque de la première moitié du 20ème siècle.
Intéressé par les histoires policières, il va être servi.
Alors qu'il observe une jeune dame qui attend le tram , il apprend qu'elle est assassinée deux jours plus tard après avoir reçu des lettres d'amour.
Elle s'appelle Madeleine et sous sa robe, on retrouve un bouquet de lilas. Ici démarre le parallèle avec les chansons de Jacques Brel dont les paroles de chansons nous accompagnent à travers tout le livre.
René partage les nouvelles avec son ami Jefke, un policier de Bruxelles mais il ne lui dit pas tout car il veut aussi faire sa propre enquête avec l'aide de Georgette, sa femme bien-aimée, à la manière d'un détective privé.
Rosa, modiste se fait assassiner deux jours plus tard après avoir elle aussi reçu des lettres enflammées avec des références à une chanson de Jacques Brel.
Tout accuse le mari de Madeleine mais l'affaire se complique aussi bien dans les faits que dans les personnages.
Le langage bruxellois et les habitudes de vie de cette époque sont très amusants.
Nadine Monfils peut paraître très fantaisiste mais elle glisse des passages sur sa façon de voir la vie, ses idées qui sont désarmantes et magnifiquement exprimées.
J'ai beaucoup aimé le roman de Nadine Monfils que je lisais pour la première fois.
Je connais son origine belge , je sais qu'elle vit à Montmartre après l'avoir entendue dans des interviews mais je ne savais pas à quel point elle était encore imprégnée de la culture populaire bruxelloise qui est bien charmante.
L'auteure a obtenu l'autorisation de la fondation Jacques Brel pour publier des extraits de ses chansons.
Elle connaît les tableaux de René Magritte sur le bout des doigts et grâce aux détails qu'elle me donnait, j'ai pu faire des recherches sur Internet et les retrouver.
Un point important à noter : quand l'auteure invente un fait, elle le signale en bas de page mais elle signale aussi des éléments réels.
Une lecture bien intéressante et très vivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
HundredDreams
  30 juin 2021
« Chaque image de Magritte est un point de vue qui donne sur le mystère ; le mystère ne donne que sur lui-même. »
Bernard Noël
Voici un roman bien surprenant. Je ne connaissais pas les romans de Nadine Monfils, mais j'avais noté deux romans susceptibles de ma plaire : « le souffleur de nuages » et « le rêve d'un fou ».
Lorsque Babélio m'a proposé la lecture de ce roman policier, je me suis dit que c'était l'occasion rêvée de découvrir l'univers de cette auteure. Mais ce qui a fini de me convaincre est que le personnage principal est René Magritte dont les tableaux m'ont toujours fascinée.
Cette critique ne peut commencer que par des remerciements très sincères à Babelio, aux éditions Laffont et Nadine Monfils pour m'avoir gentiment proposé la lecture de ce roman.
*
« Nom d'une pipe ! », petit clin d'oeil au plus célèbre tableau du peintre belge Magritte, est le premier tome d'une série d'enquêtes.
Le peintre se rend dans une brasserie pour boire quelques bières avec ses amis surréalistes lorsqu'il a une étrange vision, celle d'une jeune femme blonde en robe fleurie attendant le tram à côté de son corps. Est-ce son imagination qui lui joue des tours, un rêve prémonitoire ou bien un début de folie ?
« Cette affaire était comme le point de départ d'une nouvelle mission. En dehors de la peinture, il allait désormais mener des enquêtes »
Quelques jours plus tard, une femme répondant à la description de Magritte est retrouvée assassinée.
Il n'en fallait pas plus pour lancer l'artiste et sa femme Georgette sur les traces d'un mystérieux assassin qui sème des poèmes et des bouquets de fleurs. le goût du mystère pour Magritte, la curiosité et la perspicacité de Georgette feront le reste.
L'auteure distille savamment, tout au long de chapitres courts, des indices qui rythment l'enquête. Les chapitres se lisent avec avidité et la fin arrive presque trop vite !
*
Nadine Monfils nous entraîne dans une histoire loufoque qui fait du bien au moral. L'auteure a remplacé les descriptions de meurtres et de scènes de crime où rien n'est épargné au lecteur par un humour pince-sans-rire et des dialogues savoureux.
Le style de l'auteure est vraiment agréable, fantasque et très drôle. L'écriture légère et pétillante change des lectures plus sombres que je lis habituellement.
« Madeleine pensa à la chanson d'Arletty : « La femme est faite pour l'homme, comme le pommier pour la pomme… » Tu parles, Quand t'as mangé le meilleur, il ne te reste que le trognon. »
*
L'intrigue se déroule à Bruxelles. L'ambiance bruxelloise est très bien rendue, à travers un récit parsemé d'expressions belges. Allusions à Jacques Brel, figure emblématique de la Belgique, nombreuses références à la cuisine et à la bière belges, l'auteure partage son amour pour son pays.
« Pour les Belges, la bière, c'est pas de l'alcool. »
*
La très belle idée de Nadine Monfils est de mettre en scène des personnages réels dans une fiction. L'auteur compose un beau portrait de René Magritte qui apparaît authentique par des anecdotes véridiques et des révélations sur son histoire personnelle.
Ainsi, l'auteure nous fait entrer dans l'intimité de ce couple attachant et nous partageons des moments de leur vie quotidienne.
Avec leur Loulou de Poméranie, Magritte et Georgette forment un couple atypique très attachant.
Le duo qu'ils forment est vraiment très réussi. Leurs personnalités se complètent parfaitement et leur complicité est évidente. Georgette, en sacrée pipelette, est une véritable aide pour Magritte.
Les personnages secondaires sont bien campés et sont habités d'une douce folie et parfois même d'une légère vulgarité qui fait sourire.
J'ai adoré les dialogues entre les deux époux et celui très amusant entre Magritte et sa femme de ménage.
*
On retrouve de nombreuses références à l'oeuvre de Magritte qui s'intègrent parfaitement à l'intrigue.
« Il s'attaqua à un tableau que plus tard, il intitulerait le Pèlerin. Un homme de face, en costume sombre et cravate rouge, la tête à côté de ses épaules, le chapeau bien à sa place. C'est ainsi qu'il voyait … Un type qui n'avait plus la tête sur ses épaules et qui avait vécu à côté de lui-même sans jamais trouver sa place. Désormais, il ne restait que le costume et le chapeau, sans visage. »
De nombreuses clés permettent ainsi d'entrer dans l'univers surréaliste du peintre et les images qui envahissent l'esprit du lecteur participent à la cohérence de l'ensemble.
« Magritte avait eu la révélation que l'art de peindre devait être vaguement magique. »
« Ses peintures étaient ses bulles de rêves. Elles l'emmenaient dans son monde imaginaire, comme le ferait un ballon dirigeable. »
*
Cette première découverte de l'auteur est une grande réussite.
J'aime beaucoup lorsque les romans apportent un vrai dépaysement et Nadine Monfils a réussi à me faire voyager et surtout à me faire rire.
La couverture est vraiment très réussie et participe à l'ambiance générale du roman.
L'humour noir, les expressions wallonnes apportent une petite touche d'espièglerie et de fantaisie qui rend l'histoire très sympathique, un véritable remède à la morosité ambiante.
Un deuxième tome vient de sortir et c'est avec beaucoup de plaisir que je le lirai.
*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4213
babel95
  11 septembre 2021
Il n'y a pas à dire, voilà un roman policier déjanté ! sur la couverture, ce détective au chapeau boule, tenant une pipe, c'est le peintre René Magritte, il est accompagné de sa femme Georgette, de vert vêtue, et de leur Loulou de Poméranie.
Nous nous trouvons à Bruxelles. Deux jeunes femmes viennent d'être assassinées, l'une impasse du Cheval, l'autre sous les arcades du Cinquantenaire.
Existe-t-il des liens entre les derniers tableaux de Magritte et les deux jeunes femmes ? Qui pouvait leur vouloir du mal ? L'ami de René Magritte, Jefke, l'ami de René Magritte, travaille au commissariat près de la Grand Place et fournit toutes les informations nécessaires au peintre qui délaisse sa palette et ses tubes et se transforme en un enquêteur perspicace plein de ressources.
J'ai beaucoup aimé l'intrigue originale que nous a concocté Nadine Montfils, mais aussi le monde familier de Georgette et René Magritte, les quartiers populaires de Bruxelles et leur atmosphère, le langage superbe de ses habitants.
La rencontre entre Jacques Brel et René Magritte a été totalement inventée, pour autant, elle complète parfaitement un tableau que ne renierait pas le peintre.
René et Georgette Magritte... un duo qui fonctionne, un grain de folie que l'on a hâte de retrouver dans une nouvelle enquête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385


critiques presse (1)
LeSoir   28 mai 2021
Nadine Monfils fait du peintre et de sa femme des détectives dans « Les folles enquêtes de Magritte et Georgette », et on s’amuse beaucoup.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (159) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   28 avril 2021
Note de l'auteur

René Magritte m'accompagne depuis longtemps. Passionnée par sa peinture et son univers étrange, j'ai eu la chance de rencontrer sa femme Georgette, il y a des années, et d'être allée dans leur maison de la rue des Mimosas à Schaerbeek-une des communes de Bruxelles-, celle-là même dont je parle dans ce roman (...) Magritte, c'est une longue histoire d'amour...(...)
D'aucuns l'imaginent en sage petit-bourgeois peignant des choses qui contrastent avec son apparence. Mais justement, ne vous y fiez pas !
Fruit de longues recherches, cette série déjantée, pleine de suspens et truffée d'anecdotes vraies dès qu'il s'agit de personnes ayant existé, est à l'image de ce qui nous unit, Magritte et moi: notre Belgique natale. Toutes les réflexions de René Magritte sur la vie et la peinture sont de lui. Le reste sort de mon imagination. (p. 12)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
FandolFandol   12 octobre 2021
En réalité, pour lui les titres de ses œuvres n’étaient pas des explications de celles-ci et les peintures n’étaient pas des illustrations des titres, qui n’avaient qu’un rapport poétique avec le sujet. Ce n’était pour lui qu’une espèce d’association libre d’idées et en aucun cas les titres ne livraient la clef du mystère.
(page 162)
Commenter  J’apprécie          370
FandolFandol   05 octobre 2021
Magritte était un enfant surdoué, indomptable, subversif, provocant, révolutionnaire et farouche défenseur de la liberté de pensée. Il aimait jouer avec le mystère, tel Fantômas, le héros de son enfance, l’épaissir encore pour s’amuser de la bonne blague qu’il faisait à ceux qui se creusaient la cafetière pour tenter de résoudre l’énigme.
(pages 35-36)
Commenter  J’apprécie          330
FandolFandol   14 octobre 2021
Beaucoup de gens le croyaient misogyne, c’était faux. Jacques Brel avait eu le courage d’avouer que les femmes étaient un mystère pour lui, il n’avait jamais dit qu’il ne les aimait pas. Quant à son « J’aime trop l’amour pour beaucoup aimer les femmes », Georgette n’y entendait qu’un hymne à l’amour fou. Brel était un grand romantique.
(page 193)
Commenter  J’apprécie          330
FandolFandol   10 octobre 2021
Le saint homme devait manger tous les bonbons des petits enfants sages car il avait un gros bide. Pratiquement chauve, le front en sueur, constellé de taches de cambouis, il accueillit son visiteur d’un grognement. On sentait tout de suite le poète, le Baudelaire de la carrosserie, le Dali du boulon.
(page 130)
Commenter  J’apprécie          350

Videos de Nadine Monfils (75) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nadine Monfils
COFFRET POLAR ÉTRANGER GF • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d'une pipe ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont La Dernière Balade de Jean Townsend de Fred Vermorel et Paul Simon Bouffartigue aux éditions Sonatine L'Epouse et la veuve de Christian White et Isabelle Maillet aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/100777-coffrets-coffret-polar-gf.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsrobertlaffont #editionssonatine #editionsalbinmichel
+ Lire la suite
autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ice cream et châtiments

Le héros s'appelle Elvis Cadillac, un sosie du King Elvis, son nom de scène est :

The King of Béthune
Le king de Liège
The King from Charleroi
The Manneken King

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Ice cream et châtiments de Nadine MonfilsCréer un quiz sur ce livre

.. ..