AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714456553
Éditeur : Belfond (20/02/2014)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Attention, Mémé Cornemuse est de retour! Au programme: un road movie en baraque à frites puis en cargo, des préparations culinaires fantaisistes, voire mortelles... et, au bout du tunnel, une rencontre avec Jean-Claude Van Damme himself. Enfin, peut-être.

Mémé Cornemuse a décidé d'aller rencontrer son Dieu: Jean-Claude Van Damme. Comme il tourne à Hollywood, il faut qu'elle trouve du pognon sans bosser. Elle s'inscrit donc à l'émission de Jacques Prad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
isajulia
11 janvier 2015
Si Mémé goes to Hollywood, moi j'ai eu plus d'une fois envie d'aller voir ailleurs en cours de lecture!
Grâce au concours organisé sur la page facebook de Nadine Monfils, j'ai remporté un exemplaire du dernier né de l'auteure. Une véritable aubaine pour moi qui souhaitait ardemment découvrir la déjantée Mémé Cornemuse qui génère tant d'enthousiasme auprès des lecteurs et je peux d'ores et déjà vous dire que je n'ai pas été déçue du voyage.
Pour financer le voyage aux Etats-Unis qui lui permettra de rencontrer son idole JCVD, Mémé Cornemuse passe dans une émission de télévision pour se faire adopter. Avec son franc-parler et son langage cru, la vieille crève l'écran, à tel point qu'elle va se retrouver embarquée chez les Saupiquet, un couple de bourgeois bon chic bon genre. Croyants avoir adopté la grand-mère idéale qui fera office d'accessoire de mode au cours des nombreux dîners du couple, Mémé Cornemuse, nourrissant d'autres desseins, va mettre le branle-bas-le-combat dans leur existence bien rangée...
Je ne peux pas dire que ce livre n'est pas drôle, loin de là car je me suis pris de sacrés fous rires au fur et à mesure que j'avançai dans l'histoire mais comme tout ce qui est destiné à faire rire le public, au bout d'un moment trop c'est trop et l'amusement laisse place à la lassitude. L'histoire est assez longue à se mettre en place donc Mémé Cornemuse est le seul personnage à assurer le show en attendant que l'intrigue s'accélère... C'est long, parfois trop même! J'aime bien les héros de roman un peu trash mais cette vieille carne de Cornemuse m'a un peu choquée. Disons que les personnages secondaires sont relativement inexistants ou inintéressants alors il faut bien meubler avec des gags superflus à la limite du glauque. Même si j'ai failli décrocher à de nombreuses reprises, ce livre n'a pas non plus que des défauts d'ailleurs je suis convaincue que les fans de Nadine Monfils ont adoré retrouver cette vieille vulgaire que rien ne semble arrêter. Moi ce qui m'a déçue c'est de ne pas y trouver ce que je m'attendais à y voir, je crois qu'avant de me lancer dans Mémé goes to Hollywood j'aurai du acheter les précédentes aventures de la vieille, histoire de me familiariser avec son univers. Qui sait, peut-être que la prochaine fois sera la bonne!
Mémé Cornemuse, toi et moi on se retrouvera !
A découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
lyoko
05 février 2016
Mémé Cornemuse refait des siennes. Plus que tout elle veut épouser son idole jean Claude Vandamme et pour cela elle est prête a tout.
La grand mère déjantée et nymphoname va encore vivre une aventure très particulière.
Je suis un peu embéteée pour faire cette critique ,parce que tout simplement l'histoire en soit n'a aucun intéret,. Rien ne tient debout (je parle bien sur de logique pure et dure), mais j'aime beaucoup l'humour et la façon d'écrire de l'auteure. C'est bourré de belgicisme, d'argot, et d'expression qui peuvent preter a sourire voir même a rire. C'est bien sur un humour décalé et parfois un peu facile mais ça détend
Commenter  J’apprécie          380
Ambages
15 août 2016
« Les plus beaux rêves sont ceux qui ne se réalisent pas. »
Mémé Cornemuse veut épouser Jean Claude van Damme. Rien que ça. « C'est quoi, ce stûût ? » Vrai ! Et elle elle ne lésine pas sur les moyens pour y arriver. Elle a tous les défauts et un langage bien à elle « je suis belge et je cause comme je veux. » A bon entendeur, vous êtes prévenu. Elle se moque de tout le monde, de ce qu'on pense d'elle, de la mort, des âmes bien pensantes et même de sa créatrice, Nadine Monfils :
« T'as lu les bouquins de cette tarée qui écrit des trucs sur moi. Sais plus comment elle s'appelle, mais elle est blonde, c'est dire ! Et en plus elle porte des bretelles fluo pour pas qu'on l'écrase la nuit quand elle rentre beurrée. Cette salope interroge tous les gens que je rencontre et après, elle brode. Faut pas croire tout ce qu'elle raconte. Je suis pire que ça ! »
Elle est comme ça Mémé Cornemuse, « infernale gamine intemporelle, ne doutant de rien ni de personne, [elle] gambadait dans la vie avec ses souliers trop grands. A l'image de ses espérances. »
J'ai bien aimé ce personnage haut en couleur, qui permet à l'auteur avec beaucoup d'humour et de second degré de dire que finalement « Y a qu'une recette : apprends à devenir spectateur de ta vie. Rigole de tes malheurs, envoie-toi en l'air et fais-toi plaisir, gamin. le reste, c'est boules de shit. »
Un bon moment de détente qui permet de voir la Belgique avec les yeux de Monfils. Un regard sur les plages d'Ostende, un petit tour au BIFFF (« Festival du film fantastique de Bruxelles. Génial ! ») et une lumière sur « Amour, saucisses et arsenic, un classique » d'André Hancre. Mémé goes to Hollywood c'est mieux que le guide du routard pour visiter la Belgique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Gudulle
27 décembre 2015
Et c'est reparti pour une aventure avec Mémé Cornemuse !
Cornemuse parce qu'elle aime les écossais sans slip !
Vieille bique, mélange de Carmen Cru et Ma Dalton à la sauce belge bien sûr.
Particularité: capacité à lire l'avenir dans les testicules des messieurs.
Mais surtout, elle est fan d'Annie Cordy et veux épouser son idole, le seul, le vrai, l'unique: Jean-Claude Van Damme. Never give up baby !
Je l'avais laissée le mois dernier dans sa conciergerie, lorsqu'elle voulait tuer le bon Dieu.
Je la retrouve inchangée, avec son langage fleuri et ses bonnes manières de nymphomane.
Cette fois-ci, c'est sûr. Elle va épouser celui qui fait battre son cœur et sa culotte petit bateau: JCVD !
La voilà donc partie. En route pour Hollywood et ça va saigner !
Parce qu'il ne faut pas trop chercher des noises à Mémé Cornemuse, une vraie mamie flingeuse.
C'est rythmé, décalé, déjanté, ultra drôle. Quelques notations pour les expressions belges et des références truculentes.
Je suis fan incontestée.
En cherchant sur internet des traces de mon idole, je me suis même rendu compte qu'elle avait une page Facebook. Si, si !
https://fr-fr.facebook.com/cornemuse
Même, qu'à priori un nouveau personnage devrait voir le jour.
Une lecture à prendre au 2nd degré puissance mille, qui réveille les zygomatiques et fais du bien au moral.
Mémé: Ik hou van je 😘
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Sharon
06 juin 2015
C'est une chose bien étrange que d'entreprendre d'écrire un avis sur Mémé goes to Hollywood. Dès le début, je sens qu'il est nécessaire d'utiliser un ton non conventionnel pour parler de cette héroïne qui n'a que faire des conventions.
"J'irai au bout de mes rêves" est la bande-son à laquelle j'avais pensé de prime abord. Pas assez belge (le roman est bourré de références au plat pays), pas assez déjanté. Puis, Mémé ne va pas au bout de ses rêves, elle vit dedans ! Pour elle, s'unir à JCVD, son idole, est une évidence ! Une toute autre auteur aurait joué sur les fameuses conventions littéraire, et n'aurait jamais fait se rencontrer Mémé et Jean-Claude, s'amusant à faire courir son héroïne après une proie intouchable, démontrant ainsi... sa folie douce. Nadine Monfils va jusqu'au bout de son postulat - mais quel chemin pour en arriver là !
Que de rencontres aussi ! Conseil : si jamais votre route devait croiser celle de Mémé, écoutez-là bien attentivement, approuvez, quoi qu'elle ait fait mais sans monopoliser la parole, et prouvez que vous êtes fan d'Annie Cordy ou de JCVD - voire des deux à la fois. Il est tout sauf reposant de la côtoyer, et ceux qui n'ont pas définitivement perdu l'usage de la parole ou de leur raison après cette rencontre peuvent en témoigner. Ce roman ne mesure que 250 pages, mais il accumule les situations les plus improbables avec maestria, sur un ton très cru. Mémé n'appelle pas un chat un chat, elle est capable de trouver des termes encore plus évocateurs.
Mine de rien, elle nous interroge, cette Mémé, sur l'actualité. Pas seulement sur le festival de Cannes qui vient de se refermer - les références ne sont pas qu'une questions de mode, mais sur des problèmes de société, disant leur quatre vérités aux opposants du mariage pour tous, et démontrant par l'absurde qu'avoir un papa et une maman n'était pas un gage d'équilibre.
Mouvementé, pas reposante du tout.... Mémé réservera-t-elle à ses fans de nouvelles aventures ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Citations & extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
isajuliaisajulia11 novembre 2014
Ben justement, ça leur fera du bien à ces gosses de bobos qui pètent dans des culottes Petit Bateau. La vraie vulgarité, c'est pas de causer comme un marchand de loques, mais de débiter des âneries en étant contre le mariage pour tous. Si les homos et les travelos ont envie de se marier, foutez-leur la paix, c'est leur droit. Et s'ils veulent adopter des mômes, ces gamins seront bien mieux là que dans un orphelinat. Comme si être hétéro était un label de garantie de bonheur et de bonne éducation! Té, regarde-moi petit, mes parents n'ont jamais divorcé et ils m'ont élevée le cul dans un bénitier. T'as vu le résultat? Si j'avais été la fille de Michou, j'aurai été plus classe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
isajuliaisajulia20 novembre 2014
Je disais donc que les princes charmants, tout ça, c'est des couilles. Tous les mêmes! Au début ça roucoule et ça te fait des sourires et des cadeaux, et après, une fois qu'ils ont mis leur chicon dans ton jardinet, pfouit! Ils redeviennent des gros beaufs qui rotent et qui pètent. Et toi, t'es coincée à la casbah avec tes mouflets qui te pourrissent la vie et deviennent des sujets de dispute avec ton crétin de mari qu'est bien sûr jamais d'accord sur ta manière de les éduquer. Toute façon, quoi que tu fasses, tu fais de travers. Alors si un jour tu vois un mirage qui te fait penser à un prince, change de trottoir, va au sex-shop et achète-toi un gode. T'auras moins d'emmerdes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
AmbagesAmbages15 août 2016
- Écoute ! Ça sonne encore.
- C'est ton G.
- Non, j'ai plus de batterie, faut que je le mette à charger.
- Alors c'est celui de ton amant qui s'est caché dans le placard.
- T'es con ! Chut ! Écoute... On dirait que ça vient du panier du chien.
Gina fonça vers Poupouille qui se tortillait. Ce truc qui vibrait dans ses tripes le chatouillait.
- Ernest, y a Poupouille qui sonne !
- N'importe quoi.
- Si, je t'assure !
Elle souleva la queue du clébard et y colla son oreille.
Conditionnée par un réflexe comportemental instinctif soumis au stimulation exogènes du milieu ambiant et de l'état physiologique de l'individu, Gina dit :
- Oui mais allô quoi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AmbagesAmbages15 août 2016
Les plages d'Ostende, celles d'Agnès Varda, d'Arno, d'Ensor ou encore de Marvin Gaye, ont gardé un peu de leur âme malgré les chancres de béton qui se sont alignés en bord de mer. La plage garnie de transats bleu et blanc et de cabines rigolotes trimballe les souvenirs d'enfance jusque sur le brise-lames. Là où vont mourir les dernières fleurs en papier crépon. Le ciel où Brel s'est pendu rêve d'un petit garçon qui voulait vider la mer avec une cuillère. Toute cette poésie existe encore quand on tourne le dos à la digue, laissant les touristes en jogging pédaler sur des cuistax [1]. Et même si le monde ne tourne plus rond, il nous reste les rêves. Tant qu'Alice n'est pas morte en nous, il y a de l'espoir. Et toi, tu es là, face à la mer, et tu penses à tout ça. T'as le cœur qui se cogne aux vagues, tu te berces de tes dernières histoires d'amour et tu te revois en train de creuser dans le sable pour enterrer tes larmes. Les oiseaux ont les ailes trop courtes pour essuyer tes yeux.

1. Petits véhicules à pédales qu'on ne voit qu'à la mer du Nord et qui sont faits pour foncer dans les touristes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
lyokolyoko04 février 2016
préface
"Si tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances, dis-toi que le grand chêne a aussi été un gland"
proverbe écolo
Commenter  J’apprécie          342
Videos de Nadine Monfils (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nadine Monfils
SMEP 2016 - Nadine Monfils
autres livres classés : humour belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ice cream et châtiments

Le héros s'appelle Elvis Cadillac, un sosie du King Elvis, son nom de scène est :

The King of Béthune
Le king de Liège
The King from Charleroi
The Manneken King

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Ice cream et châtiments de Nadine MonfilsCréer un quiz sur ce livre
. .