AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081280582
Éditeur : Flammarion (26/09/2012)

Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Henry de Monfreid (1879-1974) navigue avec son père à l'âge de 5 ans et tombe amoureux de la Mer Rouge à 30. Il sillonnera les mers et océans jusqu'à 80 ans passés.Un destin à multiples facettes mais un seul amour:la mer.
Quarante ans après sa disparition un de ses petits fils, Guillaume nous livre ses illustrations,peintures,photos et textes inédits.Un hymne à la mer.Une ode à la liberté.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
TerrainsVagues
  21 janvier 2018
Parti il y a quelques semaines d'Abyssinie une traversée dessinée de Joel Alessandra, avec l'évocation d'Henry de Monfreid, rebondissant du coté de Corto Maltese et les Ethiopiques, parcourant avec délice les billets de Gill sur les livres de de Monfreid, je ne pouvais qu'arriver sur les cotes de cet Hymne à la mer (Les inédits qu'ils disent sur le joli bandeau rouge…).
Ah la mer, ma maitresse depuis toujours. J'ai un secret à vous confier, un secret de dune. Enfin presque parce que je ne répète jamais les secrets mais j'ai mon petit hymne aussi.
Le vent léger m'a murmuré
Le grand secret de dame dune
Par la douceur d'un soir d'été
Le vent léger m'a murmuré
Que l'océan vient caresser
Le grain de peau de belle brune
Le vent léger m'a murmuré
Le grand secret de dame dune
Leur souffle chaud m'a envoûté
Par une nuit de pleine lune
J'ai croisé leur ciel étoilé
Leur souffle chaud m'a envoûté
En partageant l'intimité
Du sable fin et de Neptune
Leur souffle chaud m'a envoûté
Par une nuit de pleine lune
Mais chut ici car j'ai juré
Ne m'en tenez pas de rancune
Témoin de leur complicité
Mais chut ici car j'ai juré
La terre et l'eau m'ont chuchoté
La pudeur fait notre fortune
Mais chut ici car j'ai juré
Ne m'en tenez pas de rancune.
Le moins que je puisse dire c'est que dans le cas de ce bouquin, ce n'est ni un secret ni la pudeur, bien au contraire, qui vont contribuer à gonfler le compte en banque de l'héritier et le chiffre d'affaire de l'éditeur mais le foutage de gueule qui aura couté 25 euros à chaque « victime »
En effet, Hymne à la mer associé à Henry de Monfreid ça ratisse large et ça peut rapporter gros.
C'est ce qu'on du se dire Guillaume de Monfreid et les éditions Arthaud qui ont « commis » cette imposture.
Henry de Monfreid n'est pour rien dans ce Coup monté. Son petit fils et son éditeur se sont juste servis de son nom pour pêcher le neuneu dans mon genre.

Qu'y-a-t-il dans cet Hymne?
151 pages (d'inédits, lol MDR PTDR etc etc…) découpées en six chapitres avec en tout et pour tout, quatre poèmes écrits par HdM à l'âge de quinze ans dans un chapitre nommé « La mer en poésie », quelques feuillets d'un journal de bord, deux lettres à sa femme, des photos colorisées par l'écrivain (misent sur fond noir pour faire illusion tant la mise en couleurs dessert la photo) , quelques dessins et des aquarelles qui si elles sont bien sympathiques au premier abord, ont le désavantage de laisser une impression de déjà vu au bout de trois pages tant elles sont semblables. C'est plus que léger. Je sais bien que la qualité vaut mieux que la quantité mais là… je vois pas.
Quant à la mer, oui elle est présente et s'il ne fait aucun doute que l'aventurier était un homme de mer, elle n'est ici qu'un alibi, qu'une tête de gondole affriolante, qu'une jolie fille sur papier glacé ventant la nouvelle formule de canard wc, le genre qui a une belle couleur bleue mais qui reste un truc de chiottes.
Bon le bouquin est un beau livre c'est vrai. La qualité du papier, la présentation et tout ce qui peut attirer le pigeon sont au rendez vous mais ça s'arrête là. Circulez ya rien à voir.
Une fois de plus un éditeur et un… pas auteur, un opportuniste ou un je ne sais quoi, font «parler» les morts. Dans une future réédition j'espère qu'ils rajouteront une liste de courses inédite et deux trois vieux post it retrouvés au fond d'un tiroir. Remarquez que si ya post it, y aura assez de matière pour un nouveau bouquin. J'ai déjà le titre m'sieur de chez Arthaud, Ode à l'amer!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4934
brigittelascombe
  25 février 2013
"Sa vie qui avait duré quatre-vingt-seize ans n'avait jamais été qu'un hymne à la mer."
Cet amour de la mer (surtout la mer Rouge), l'homme libre Henry de Monfreid (1879-1974), se faisant fort de la formule de Baudelaire ("homme libre tu chériras toujours la mer!") car en révolte contre la société, l'a ressenti très tôt.
Naissance à Leucate, navigation à 5 ans avec son père. Après avoir taté des métiers divers (de chauffeur de maître à caravannier ou éleveur de volailles) la mer a prévalu.Hymne à la mer,présenté par son petit-fils Guillaume de Monfreid, très richement illustré, propose des inédits.J'ai apprécié les poésies manuscrites nostalgiques, agrémentées d'aquarelles douces; la carte annotée des alentours de Djibouti, les portraits au fusain, les marines qui font rêver. J'ai souri en lisant les lettres angoissées à son épouse (hommes malades, furonculoses,tempêtes) car il fallait être solide pour accepter un pareil bourlingueur! Marin, oui, entre tempêtes, naufrage,contrebande,pêche, chantier naval;mais artiste aussi. Ses photos retouchées au pinceau sont de toute beauté.Fonds jaunes,mer verte,ciel rose.. leur donnent un côté surréaliste.
Hymne à la mer, à la beauté et à la liberté, brosse aussi le portrait fort d'un homme persévérant,énergique,passionné,aventurier qui a vécu ses rêves jusqu'au bout!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
TerrainsVaguesTerrainsVagues   16 janvier 2018
La mer seule est capable de combler mes désirs; en voguant sur sa face mouvante, je marche peut être sur la dalle du tombeau que le sort me destine; je sais aussi que chaque année cette hydre formidable engloutit des milliers d'humains, mais malgré moi la mer m'entraine, et puisqu'il faut mourir, je préfère mourir par elle que d'étouffer mon désir.
Commenter  J’apprécie          393
brigittelascombebrigittelascombe   25 février 2013
Que voudriez-vous être?
Mes goûts me répondent marin. A tout âge la mer a exercé sur moi un effet magique,elle est comme un serpent qui me fascine et m'attire.J'ai grandi auprès d'elle et les sommeils de mon enfance ont été bercés du grondement de ses vagues.Mon printemps a éclos auprès de son azur et mon hiver finira peut-être au milieu de ses gouffres.
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombebrigittelascombe   25 février 2013
Le soir tombe (..) et je m'abandonne à la béatitude d'un mouillage sûr en pensant au temps qu'il fait dehors et au sort de ceux qui y bourlinguent.
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombebrigittelascombe   25 février 2013
Le malheur n'use et ne ravage
Que ceux qui s'arment contre lui
Sachons en supporter l'outrage
Pour mieux combattre l'ennui.

(extrait de La plage et les rochers)
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   25 février 2013
Homme libre, toujours tu chériras la mer!

Charles Baudelaire
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Henry de Monfreid (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Monfreid
Sigolène Vinson présente "J'ai déserté le pays de l'enfance" .Je rêve d'autre chose... La vie d'adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l'enfance se rappelle à nous, cette époque où l'on était quelqu'un, où l'on était sûr de le devenir. Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire. Loin, à la Corne de l'Afrique, il y a Djibouti, qu'elle a désertéà la fin de l'enfance. le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d'aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l'on raconte qu'accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles. En librairie à partir du 26 août. http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259214469
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre