AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246027041
237 pages
Éditeur : Grasset (26/10/1994)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Henry de Monfreid entend dire que la contrebande du hachich est en Egypte une institution d'Etat, secrète et jalousement cachée. Il entreprend alors de passer de Grèce à Suez, sur son bateau, un gros chargement de chanvre. C'est le récit de cette entreprise qu'il nous fait, depuis l'achat du hachich dans une ferme grecque jusqu'au retour à Djibouti : un voyage très mouvementé dans le mystérieux milieu des contrebandiers du golfe de Suez.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gill
  07 mars 2012
Henri de Monfreid entreprend de transporter sur son petit bateau une grosse provision de chanvre proscrit. Ce périple le mènera de la Grèce jusqu'au golf de Suez.
C'est le récit de cette expédition qu'il nous fait, depuis l'achat du hachich dans une ferme grecque jusqu'au retour à Djibouti : un voyage très mouvementé dans ce milieu si mystérieux des contrebandiers du golfe de Suez. Il nous offre avec ce livre un superbe roman d'aventures maritimes.
Commenter  J’apprécie          80
Wendat69
  06 août 2018
Il faut lire Monfreid. Tout lecteur pour qui le mot aventure fait se dilater sa pupille, battre des paupières et froncer les sourcils, doit lire Monfreid, archétype de l'aventurier aux mille facettes, conteur d'histoires ou ses propres expériences composent souvent la trame de fond. Ici, dans la croisière du hachich, Monfreid est dans son élément, car les lois qu'il respectait étaient surtout les lois non écrites, les lois de la mer entre autres.
Dans cette aventure de mer, Henry de Monfreid entreprend de passer de Grèce à Suez un important chargement de chanvre. On le suit dans cette histoire de contrebande, depuis l'achat du hachich jusqu'à son retour à Djibouti, qui fut un de ses nombreux ports d'attache. Source d'inspiration pour Hugo-Pratt, Henry de Monfreid compte parmi les derniers aventuriers de la mer, un peu pirate, aux multiples talents.
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLET
  11 avril 2012
Henri de Monfreid nous raconte ici ses débuts de contrebandier de hachich dans les années trente . Il doit se rendre en Grèce où la culture se pratique pour y acheter une importante cargaison de drogue dans le but de l'écouler en Egypte et faire un gros profit . L'auteur ne nous épargne aucune péripétie pour échapper à la douane , aux concurrents , à ses propres partenaires qui essaient de le doubler , essayant de profiter de sa naîveté de néophyte . Il s'en sort en doublant une mise qu'il aurait du décupler .
J'ai voulu relire ce livre car j'en avais gardé un bon souvenir . Aujourd'hui mon impression est plus mitigée . le texte vaut surtout pour la description de quelques personnages pittoresques des "colonies" , ce monde disparu rempli de petits fonctionnaires ronds de cuir et d'indigènes bons enfants . Cette affaire de trafic est peu intéressante en elle-même . Monfreid n'y voyait qu'un négoce comme un autre et au bout du compte , tout semble trop facile et les ficelles trop grosses .
Seul élément dramatique : la mort de son fils adoptif Lucien . Mais curieusement , Monfreid n'y consacre que deux petites pages alors que celui-ci a connu un naufrage terrible et a été dévoré par un requin . Manque de coeur ?Le lecteur a du traverser des centaines de pages consacrées aux états d'âme du marin , à ses navigations , ses descriptions de paysages ou de personnages secondaires et le seul drame de l'affaire est survolé très vite . Manque de pratique littéraire , sans doute ...Livre sans effets faciles d'un auteur un peu oublié . En tous cas , d'un intérêt très limité .
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   08 mars 2012
Je n'ai pas le coeur à déguster mon café et la splendeur du soleil levant, ce tapis d'or et de rose qui, chaque matin, se déploie sur le désert et les montagnes me semble une cruelle ironie pour le deuil et la tristesse que je porte en mon coeur.
Le soleil est maintenant installé dans le ciel. La mer s'étend, calme et brillante, désespérément unie dans le champ de ma jumelle, sans rien qui ressemble à la tête d'un nageur...
Je ne puis croire, cependant, à une fin aussi bête pour Abdi. Lui, mourir noyé ? Mais c'est absurde. Il est bien resté une fois cinquante-six heures dans l'eau, sans trouver la chose extraordinaire. Nous nous rassurons mutuellement en examinant toutes les chances qu'Abdi peut avoir ; et puis, l'activité du jour, la vie intensive de la rade autour des vapeurs, tout cela fait diversion...
(extrait du chapitre XXVIII " On croise le fer")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fasolsidofasolsido   31 janvier 2016
Stavro a beau m'être sympathique, se dire contrebandier chevaleresque, homme de parole, après tout, il est d'abord un homme d'argent... un homme tout court, cela suffit. L'aubaine serait trop belle et la tentation bien dangereuse s'il avait en son pouvoir un stock de marchandises aussi important. Il ne faut jamais tenter le diable... Et puis... je crois avoir trouvé la brèche, la fissure par où je pourrai m'évader. Je viens d'avoir une idée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Henry de Monfreid (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Monfreid
Sigolène Vinson présente "J'ai déserté le pays de l'enfance" .Je rêve d'autre chose... La vie d'adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l'enfance se rappelle à nous, cette époque où l'on était quelqu'un, où l'on était sûr de le devenir. Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire. Loin, à la Corne de l'Afrique, il y a Djibouti, qu'elle a désertéà la fin de l'enfance. le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d'aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l'on raconte qu'accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles. En librairie à partir du 26 août. http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259214469
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
269 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre