AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurent Moreau (Illustrateur)
ISBN : 2361650037
Éditeur : Les petits Platons (06/04/2010)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Que puis-je connaître ?
Que m’est-il permis d’espérer ?
Que dois-je faire ?
À Königsberg, le sévère professeur Kant répondit à ces questions, et à quelques autres, au cours d’une journée si folle qu’il devait en manquer sa promenade...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sonfiljuliesuit
  16 janvier 2019
J'étais très curieuse de découvrir ce que "les petits Platons" proposait aux enfants, pour faire découvrir Kant. J'étais donc ravie de pouvoir le découvrir, grâce à Babelio. Autant, un adulte peut avoir le recul nécessaire et ne pas s'attacher aux illustrations, autant un enfant, il est indiqué à partir de 6 ans, aura du mal à apprécier.
Un livre qui n'aura pas emporté l'adhésion de mon fils de 11 ans, qui n'a pas trouvé les illustrations à son goût et n'a pas adhéré à l'humour sous-jacent. Moi non plus d'ailleurs...
L'idée de proposer ce petit format de 65 pages, pour partir la découvertes des grands philosophes est très bonne, mais il faudrait le mettre au goût de nos chers têtes blondes (ou brunes) avec des illustrations un peu plus attrayantes, pour leur donner envie. Conçu comme une mini BD, malheureusement cela n'a pas été attrayant.
Commenter  J’apprécie          270
Pasoa
  24 décembre 2018
"Es ist zeit !" (il est l'heure !), c'est par ces trois mots et sans ménagement que le professeur Kant se faisait réveiller chaque matin par son valet (un ancien soldat de l'armée prussienne) à... cinq heures moins cinq. C'est que le professeur Kant était un homme d'une ponctualité sans faille. Après s'être fait raser de près puis s'être coiffé de sa perruque poudrée, Il gagnait son cabinet de travail pour n'en plus sortir avant un long moment. le travail, l'étude étaient pour Emmanuel Kant la meilleure manière d'apprécier la vie...
Enseignant dans la célèbre université de Königsberg (ville de Prusse orientale dans laquelle il vécut toute son existence), tous les jours le professeur Kant empruntait le même parcours pour effectuer sa promenade quotidienne dans les rues de la cité. Il était, disait-on, d'une telle ponctualité, que les habitants en le voyant passer réglaient leur montre...
Si ce n'est par l'expérience empirique, que puis-je connaître par l'exercice de la raison, par l'usage des mathématiques et de la philosophie ? Que dois-je faire de la connaissance déductive et pour quelle finalité ? La liberté existe-t-elle ? Que m'est-il permis de croire, d'espérer ?
"La folle journée du Professeur Kant" ouvre le chemin à toutes ces questions qu'a abordées Emmanuel Kant dans son travail et son oeuvre. Il fait aussi le portrait amusant et éclairant du célèbre philosophe qui aimait la bonne compagnie et combattre les préjugés et les superstitions de son époque.
Un remerciement aux Editions Les petits Platons et à Babelio pour m'avoir permis de découvrir ce savoureux petit ouvrage dans le cadre de Masse critique jeunesse.
Les Petits Platons est une belle petite collection éclairante et utile aux jeunes esprits curieux, de 10 à 12 ans et plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Fortuna
  26 octobre 2014
Kant a passé toute sa longue vie (de 1724 à 1804) à Königsberg en Prusse, menant une existence digne d'une horloge suisse. Existence vouée à l'étude et à l'enseignement de la philosophie, à pourchasser les superstitions et croyances ésotériques fort à la mode à cette époque pour se consacrer à la science et à la rédaction de ses célèbres "Critiques".
Chaque jour il effectuait la même promenade, à la même heure, sauf le jour où il apprit que la Révolution française était en marche...mais la vraie raison n'était-elle pas un rendez-vous galant avec la belle Maria Charlotta ? le fait est que ce jour là tout alla de travers à Königsberg et bien au-delà...Un terrible orage s'ensuivit mais le lendemain l'ordre était de retour...
Les trois traités de Kant englobent les lois de l'esprit humain. La connaissance est possible dans les limites de la raison et sa découverte révolutionnaire : " c'est mon esprit et non l'objet qui est au centre de la connaissance." Quand au jugement, fondement de la morale, il est basé sur l'universel (au dessus de la diversité des moeurs et des lois humaines) : je ne dois pas mentir car je ne veux pas que les autres mentent, sinon la vie sociale devient impossible. Enfin la beauté de la nature ou la contemplation d'une oeuvre d'art m'ouvre au sentiment du sublime, de l'ordre du jugement.
Un texte plein d'humour, qui nous fait aborder une discipline plutôt ardue de manière sympathique. Pourrait-être étudié par des collégiens, mais en tout cas une bonne introduction pour tous ceux qui ont oublié ou n'ont jamais su qui était ce fameux professeur Kant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Horizon_du_plomb
  05 décembre 2018
Je tiens à remercier Babelio et les éditions Les petits Platons pour ce cadeau.
« Je ne me vois pas comme les autres me voient, puisqu'un miroir renvoie toujours une image inversée. Je ne me vois pas non plus le monde exactement comme les autres le voient. Et personne ne peut voir le monde tel qu'il est en lui même ! »
Au début, j'ai été un peu perturbé par les illustrations aux traits marqueurs assez simplistes (pas vraiment minimalistes), mais finalement la sauce a pris et, au final, j'ai apprécié le style. Le style en soi peut parler autant aux garçons qu'aux filles, je pense. J'aime bien aussi que la page du quatrième de couverture reprenne certains des dessins du livre. Pareil pour la grande deuxième illustration qu'on retrouve en-dessous du couvre-livre. J'ai trouvé aussi un peu paradoxale cette couverture rose (Ah l'amour !) alors qu'à l'intérieur les couleurs sont assez foncées. Quelque fois, l'illustrateur se joue du texte, le reprend à son compte, ainsi on revoit les corbeaux ou les squelettes aux hanches en infini (ou plus tard les poissons). Les éléments graphiques s'éparpillent harmonieusement au gré des pages. La page illustrant la mitraillette philosophique de Kant fait même un peu scène manga.
Vu que l'éditeur (et scénariste de la plupart) des Petits Platons est spécialisé dans la philosophie allemande, je pensais que le plaisir serait redoublé avec Kant.
« Que puis-je connaître ? Que dois-je faire ? Que m'est-il permis d'espérer ? Quand est-ce qu'on mange ? »  
J'ai été agréablement surpris par le ton de l'histoire, je m'attendais à un livre plus studieux. C'est avant tout enjoué (et avec Kant ce n'est pas rien), imagé avant d'être pédagogique. Je pense qu'un enfant peut vraiment accrocher à l'histoire et poser des questions à ses parents en l'entendant ou la lisant. Par contre, je trouve qu'on présente plus la vie du philosophe (voire sa légende historique) que son enseignement qui se résume à quelques phrases sentences illustrées.
On parcoure ce livre comme on croise le quotidien à l'universalisme. J'aime bien le grand dessin des 7 ponts qui est un jeu en soi rien que pour déjà les retrouver.
«  (…) Et se rendit à l'université de Köninberg en passant une seule fois par chacun des sept ponts de la ville, selon un itinéraire dont personne n'a depuis retrouvé le secret. »
En petites réflexions, critiques :
« Dans les mathématiques, je pars de définitions indiscutables, d'équations par exemple. »
La logique qu'on rallie beaucoup à la philosophie a prouvé depuis que l'infini et les symboles mathématiques fondamentaux étaient discutables justement.
Page 35, à voir si le « disputer » est un effet de style par rapport à mécanique ou une coquille pour « discuter » .
« (…) Je vous entends déjà soupirer «  oui, oui, je viens ! » Nous vous attendrons donc et ma montre sera aussi remontée (…) » (dans une lettre un peu coquine qui provoque une pointe d'enthousiasme galant)
« Tu es belle… comme mon astrolabe ! »
Le personnage féminin est moche même avec maquillage, on dirait une drag-queen de seconde zone. Nue avec feuille de vigne, les courbes rehaussent le tout heureusement.
Deux pages sur soixante-deux pour parler des a priori de la causalité, du temps et de l'espace ainsi que du libre arbitre mais plein de pages sur des aventures fanfaronnes (qui illustrent d'autres aspects de l'homme certes dont un aspect cachotier étrange pour celui qui n'aimait pas les mensonges). Par contre, le livre montre bien en parlant « du coup de baguette magique » ce qu'on a reproché à Kant, comment il a réintroduit les croyances dans sa seconde critique sur la morale. On retrouve aussi le surnom que lui avait donné Nietzsche dans « Par delà le bien et le mal » : grand Chinois de Königsberg.
Globalement, j'ai aimé l'histoire, j'ai appris à apprécier le style du dessin et j'ai été déçu par l'enseignement donné. Si on apprend à philosopher comme on apprend à raconter, alors c'est un pari réussi que ce livre pour Mongin.
« Non, je vous le dis, la seule chose absolument bonne, c'est la volonté de faire le bien. (…) Je traite l'humanité en moi et en autrui, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. »
« Deux choses, dit-il tout haut, remplissent mon âme d'une admiration sans cesse renouvelée: le firmament au-dessus de moi et la loi morale en moi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
XL
  15 octobre 2010
Je viens de recevoir ce livre - que j'ai choisi pour une lecture croisée avec mes enfants - dans le cadre du programme Masse critique.
Les éditions Les petits Platons se sont lancé le défi audacieux de faire apprécier les courants philosophiques majeurs et leurs principaux penseurs aux plus (et moins) jeunes ! La tentative est vouée au succès, à n'en pas douter, tant la collection invite à la découverte, à travers de petits bouquins colorés et drôles, où les grands hommes sont présentés dans leur vie de tous les jours : cela donne par exemple une vision plutôt farfelue de l'austère Monsieur Kant, qui devrait ainsi plaire à un large public.
Jean Paul Mongin a eu la généreuse idée d'ajouter une dédicace personnalisée à l'exemplaire qui m'a été envoyé et je l'en remercie.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
lanardlanard   29 janvier 2014
"Vous voulez savoir ce qui est vraiment moral? Ce qui peut être considéré comme absolument bon? repartit Emmanuel Kant.

- L'intelligence, proposa le français. C'est l'intelligence qui fait le progrès des sciences!

- La santé, répondit le pragmatique Green.

- Allons donc! L'intelligence, la santé? Mais l'on dote un brigand de l'intelligence, de la santé ou du courage, il n'en sera que plus dangereux... il deviendra... une sorte de génie du mal! Non, je vous le dis, la seule chose absolument bonne, c'est la volonté de faire le bien.

- Encore faut-il savoir ce qu'est le bien! remarqua Green.

- Il n'y a besoin d'aucune science pour être honnête et bon, répliqua Kant. Il faut juste agir comme tous devraient agir. Je dis la vérité parce [sic] je veux que tous les hommes disent la vérité. Je traite l'humanité en moi et en autrui, toujours en même temps comme un fin, et jamais simplement comme un moyen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FortunaFortuna   26 octobre 2014
Le mensonge est contradiction entre la parole et la pensée, il ruine l'essence même de la parole qui est la confiance. Tout discours promet la vérité, même celui du menteur. C'est pourquoi le mensonge est l'acte le plus contradictoire, et donc le plus immoral.
Commenter  J’apprécie          90
FortunaFortuna   26 octobre 2014
Au fond, ce que la philosophie cherche à définir, c'est comment je dois utiliser ma raison elle-même, au service de quelle finalité. La philosophie est la science des fins dernières, du but ultime de la raison humaine, c'est-à-dire qu'elle est l'idée d'une sagesse parfaite. C'est très concret, vous remarquerez : on n'apprend pas la philosophie. On apprend à philosopher.
Commenter  J’apprécie          40
lanardlanard   29 janvier 2014
Il raconta l'histoire d'un héritier ne pouvant offrir de dignes funérailles à son bienfaiteur car plus il donnait d'argent aux pleureuses, plus celles-ci semblaient enjouées.
Commenter  J’apprécie          30
lanardlanard   29 janvier 2014
Dieu avait, paraît-il, porté à l'existence Emmanuel Kant un jour qu'il se languissait d'un partenaire pour jouer aux échecs.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jean-Paul Mongin (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Mongin
Invité sur le plateau de France 2 le 18 mai 2014, pour l'émission "Le Jour du Seigneur", l'éditeur Jean-Paul Mongin a présenté deux albums destinés aux 3-6 ans qui constituent une belle initiation aux temps forts bibliques. Découvrez "Voyage avec Jésus" et "Voyage dans la Genèse" ! www.editions-lecenturion.fr
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
286 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre