AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095670568
Éditeur : Petit à Petit (14/09/2018)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Tu veux savoir ce que je fous de mes journées ? Attends un peu que je te raconte. Ca vaut pas un cachou ma vie, mais je suis prêt à parier que tu tiendras pas jusqu'au bout.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
RosenDero
  20 novembre 2018
Curieuse découverte que cette BD. Je ne ferai pas de synopsis car j'ai dans l'idée que l'inconnu donne une grand part de l'intérêt à découvrir ce récit, riche en surprises.
Attention toutefois, pour public averti seulement, car la langue est verte, les protagonistes détestables, haineux ou désabusés, et les situations violentes, glauques et amorales, le tout dans un décor crasseux, hideux et répugnant (notons que les dessins sont très plaisants, même s'il m'a fallu un temps d'adaptation pour les personnages. le fait qu'ils ne soient pas "beaux" rend l'atmosphère encore plus crédible, encore plus réaliste, plus terre-à-terre).
Mais pourtant, malgré tout ceci, l'ambiance et l'intérêt sont au rendez-vous.
J'ai commencé ce tome sans rien en attendre et je n'ai pas pu cesser d'y penser tant que je ne l'avais pas terminé. J'ai été scotché à plusieurs reprises (certainement par la vraisemblance des actes des protagonistes...) et toujours avec ce sentiment latent de dégoût.
Il y a bien quelques facilités mais elles servent l'histoire et permettent de sortir le "héros" de sa routine ; de plus, il semble que les prochains tomes pourront expliquer ce qui, ici, semble invraisemblable.
Si l'on accepte de côtoyer la lie de la société et de n'affronter que du noir sans aucune lueur d'espoir ou de positif (meurtres, suicides, racisme, sexisme etc.), on pourra se laisser entraîner par cette histoire riche en rebondissements et pleine de tension.
J'ai hâte de lire le second tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
CeciBonDeLire
  28 avril 2019
Cher Vous,
Je me souviens de cette BD légèrement déjantée, barrée qu'était UN LÉGER BRUIT DANS LE MOTEUR, j'avais bien aimé…
Gaet's était déjà là…
Puis arrive en librairie RIP, imagine un peu, des types qui nettoient les scènes de crimes, de suicides, de corps putréfiés.
Ils désinfectent, aseptisent, retirent toutes les traces du passage de la Camarde, plus rien ne doit se voir, se sentir, oublier la mort…
Enfin ça c'était mon idée, car ce boulot, je l'ai un peu fait… dans les attributions d'un croque-mort/embaumeur, pas ce qu'il y de plus glamour dans le boulot, mais faut que tout se fasse…
Alors je sais que j'ai quitté le boulot depuis plus d'un an, mais je ne pense pas que cela ait changé autant depuis…
Parce que là les héros, personnages de ce magnifique album, ne sont pas piqués des hannetons, ou de quelques autres bestioles capables de t'enfoncer un dard dans le cuir. RIP, ça pique…
Le scénario de Gaet's est bien fourni, cynique et noir à souhait, et haut en couleur. Oui, je sais noir et haut en couleur, coquetterie de chroniqueur…
Le trait de Julien Monnier convient à merveille, il trace de fabuleuses gueules, des décors à foutre le cafard à un congrès de Farces et Attrapes spécial coussin péteur…
Puis ces couleurs qui enfoncent encore plus cette BD dans le sombre.
Un album qui te montre que l'homme est un pourri (et qu'il pourrit aussi d'ailleurs…) un lâche, bref, ce n'est pas avec cette bande dessinée que tu auras foi en l'espèce humaine.
Une superbe réussite, bien sûr on s'éloigne énormément du vrai métier de nettoyeur de scènes de crimes, pour le plus grand bien de cette histoire.
Derrick, celui que tu vas suivre tout au long de ce premier opus, déteste son boulot, un peu plus que ça vie… ramasser des macchabées pourris, il n'en peut plus, alors il traîne au bistrot où il se ruine le foie à espérer une vie meilleure… suffit d'un bijou de grande valeur sur un corps pour tout changer…
C'est le premier tome, encore 5 à paraître, je serais au rendez-vous, j'espère que ce sera dans la même veine…
Stanislas Petrosky
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
croix59
  22 octobre 2018
Noir, difficile de faire plus noir compte tenu du métier très particulier de notre équipe de héros. Ils vont chez les personnes décédées sans héritier et trient ce qui restent dans leur maison pour leur employeur. A noter que le mort est encore présent, depuis des années parfois d'où une intervention dans des conditions d'odeur et de d'hygiene limite. le premier a faire l'objet de ce tome c'est Derrick. Ronchon, peu porté sur l'hygiene, qui ne vit pas seul, contrairement à ce que nous pouvions penser. On ne sait pas grand chose de lui si ce n'est qu'enfant il était attiré par les insectes. Il se morfond sans amis, sans personne à aimer. A remacher son amertume.
Un jour il est tenté de garder pour lui un objet retrouvé dans la maison d'une vieille dame. Cela va déclencher une cascade d'événements assez invraisemblables et très sombres. Les autres tomes seront consacrés aux gars de l'équipe et à la serveuse du bar où ils se rencontraient après le boulot.
C'est poisseux, avec des personnages peu sympathiques (aucun) et cela peu sembler excessifs, mais une chose est sure, on a envie de savoir pourquoi les autres membres de l'équipe ont réagi comme ils ont réagis. On a envie de connaitre la totalité de l'histoire. Car ici on n'a qu'un bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChroniquesMartiennes
  04 décembre 2018
Chaque jour, des gens meurent. Pour certains, cela se passe dans l'indifférence générale et ils peuvent être trouvés des semaines, des mois voire des années plus tard. Découvrir leur cadavre est le quotidien de Derrick qui travaille dans une société un peu spéciale : lorsque personne ne réclame les biens d'un défunt, il est chargé de récupérer tout ce qui est de valeur, ce sera par la suite vendu aux enchères. Chaque trouvaille est strictement contrôlée pour empêcher le moindre vol. Un métier pourri pour un salaire pourri entouré de collègues pourris. Alors, le jour où Derrick voit cette bague estimée à presque 1 million d'euros, il l'avale, imaginant son quotidien pourri changer…
La couverture donne le ton : RIP est une BD sombre et sale. Un polar bien noir qui dérange. On suit donc Derrick, le pur looser désillusionné qui n'attend plus rien de la vie. Il fait un métier immonde, avec des collègues craignos, dans une boîte pourrie pour un salaire de misère et vit dans un taudis avec une mégère acariâtre. En bref : une bien belle vie de merde. Aussi, quand il aperçoit cette bague… il saisit l'opportunité que la vie lui offre. de toute façon, au point où il en est, ça ne pourrait pas plus mal tourner, non ?
Cette BD est géniale. Génialement glauque, génialement macabre. le graphisme est sale, les couleurs terreuses, sombres à souhait, comme si on lisait cette BD à travers une vitre mal lavée ou à la lueur d'une bougie blafarde. La colorisation et les traits nerveux donnent une vraie ambiance à cette BD. Une ambiance qui tient une place très importante ; je trouve ça génial que les auteurs aient poussé l'atmosphère jusqu'au bout pour nous immerger totalement. On plonge dès les premières pages dans un quotidien sinistre que personne n'envie aux côtés de personnages tous plus lugubres les uns que les autres. Tout au long de notre lecture, on se sent poisseux et on imagine très aisément les odeurs aigres et fétides qu'affrontent nos « héros ».
Outre l'ambiance, ce sont aussi les personnages qui surprennent par leur côté anti-héros ; mais pas l'anti-héros badass et beau gosse comme on nous en met partout. Non, ici ce sont des anti-héros au sens premier du terme. Des hommes et des femmes qui n'ont rien pour eux, qui ne sont ni beaux, ni généreux, ni drôles (ou alors malgré eux), de purs beaufs désagréables et détestables pour la plupart. Des êtres pleins de rancoeurs et de rejets de l'autre, d'amalgame et de racisme (ou sexisme) dans ce que l'on fait de plus poussé. À l'image du personnage principal, Derrick, un homme taciturne, froid, désillusionné au langage châtié et sans filtre qui critique notre société et sa vie quotidienne avec acidité et cynisme.
Et pour finir, le scénario. Un scénario rythmé, sans temps morts qui peut paraître survolé à certains moments mais dont on sait déjà que les zones d'ombres seront approfondies dans les suites.
Âme sensibles, s'abstenir. Pour les autres, enfilez votre combi et suivez Derrick sans hésiter. Vous ne serez pas déçus du voyage…
Lien : https://leschroniquesviennen..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AugustineBarthelemy
  12 juillet 2019
J'ai toujours eu un goût assez prononcé pour le glauque et le bizarre. Goût qui fut amplement comblé par « Derrick » (non, pas l'inspecteur aux yeux globuleux et à l'imper délavé), premier tome de la série RIP. Derrick est un homme usé par la vie et un métier qu'il ne supporte plus : il nettoie les maisons où l'on a retrouvé des personnes décédées (généralement dans l'indifférence la plus totale). Vers et odeur de pourriture sont son quotidien. le seul avantage de son boulot : il peut ramener chez lui les boîtes de conserve. Pour le reste, il doit collecter tous les objets de valeur que pourront récupérer des héritiers aux dents longues. Mais un jour, la tentation est trop grande et, alors que personne ne le regarde, il s'empare d'une bague sur le cadavre décomposé d'une vieille femme. le début d'un engrenage fatal dans lequel Derrick se laisse entraîner comme en spectateur. Car son vol va déclencher une série de catastrophes et de meurtres qui décimeront l'équipe de nettoyage. Si le tome se clôture sur sa propre fin, les autres tomes prévus (un pour chaque membre de l'équipe de Derrick semble-t-il) apporteront un éclairage nouveau sur les événements survenus dans le premier. C'est volontiers sordide et glauque, ironique et grinçant et ça vaut le coup d'oeil.
Lien : https://enquetelitteraire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (5)
Sceneario   22 juillet 2019
Un premier opus particulièrement entreprenant, assurément pas de tout repos, qui donne atrocement envie d’aller voir le prochain.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Actualitte   03 décembre 2018
Impeccable dans sa narration, l’histoire vue depuis le personnage de Derrick est étouffante, oppressante : pas de but, pas de finalité dans l’existence : traverser la vie, du moins pire possible. Parfaitement rendue, cette ambiance de désolation, proche du néant existentiel, est servie par un dessin tellement approprié.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BDGest   16 octobre 2018
Parce que son dessin est d'une rare intensité et qu'il est posé sur un scénario ingénieux et fascinant, «Je ne survivrai pas à la mort» est un premier volet qui prend aux "tRIPes" et qui tutoie la perfection.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   16 octobre 2018
Avec ce premier tome déjà fort percutant, ce polar dense et tendu se développe néanmoins avec fluidité et annonce d’autres rebondissements.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   20 septembre 2018
Malgré un dessin plutôt maîtrisé dans les ambiances poisseuses et les trognes burinées, pas sûr qu’on désire passer davantage de temps dans cet univers trop référencé et peu motivant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
trogloniotroglonio   06 septembre 2019
Cette merveilleuse vie a voulu que l'on ait une monnaie. Ainsi y'a ceux qui en possèdent... Et ceux qui les envient.
Commenter  J’apprécie          20
RosenDeroRosenDero   03 décembre 2018
Si y'a bien un truc qui change et abrutisse l'être humain encore plus que la tv, c'est bien l'argent...
Commenter  J’apprécie          140
YuyineYuyine   30 décembre 2018
On dit souvent qu’on appelle ses vrais amis quand on a un cadavre dans le coffre. Les vrais amis, ceux que l’on compte sur les doigts de la main… Pour ma part, c’est vite vu. Je n’ai pas d’amis. Donc pour mes cadavres, je creuse.
Commenter  J’apprécie          20
pierrelionelpierrelionel   06 avril 2019
Une journée de plus en moins.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Julien Monier (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Monier
Interview Julien Monier illustrateur de RIP- Video-In / Free to Geek https://www.facebook.com/FreetoGeek https://www.youtube.com/c/Freetogeek
autres livres classés : glauqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1706 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre