AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742747436
464 pages
Éditeur : Actes Sud (01/04/2004)
4.14/5   25 notes
Résumé :
La légende de l’Atlantide, les Pygmées, les fourmis, les mammifères aquatiques, les crocodiles sahariens, les palmiers, les vertus et usages du henné, les mécanismes de la reproduction des plantes, mais aussi le mythe de la race aryenne… parmi les multiples sujets qu’inspire à Théodore Monod sa vie quotidienne de directeur de l’Institut français d’Afrique noire, chacun est prétexte à instruire et réfléchir.
Ces textes ont pour or... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pirouette0001
  18 janvier 2013
Petites chroniques écrites au départ pour la radio. Pas le meilleur Monod, ni le plus lisible.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
L’homme évolue, il se différencie, il se spécialise. Les squelettes fossiles des Homo sapiens africains embarrassent beaucoup l’anthropologiste qui, sans pouvoir y reconnaître des Nègres, des Bushmen, des Europoïdes typiques, retrouve, inextricablement mêlés, des caractères de tous ces groupes, et d’autres encore, australoïdes par exemple. Ce qui n’a rien d’ailleurs d’étonnant, les races fortement individualisées, le Nègre par exemple, n’ayant rien de primitif et descendant d’un moins nègre, d’un négroïde ; ce qui explique que nous ne connaissons aucun document fossile pouvant se rapporter au Nègre vrai, produit d’une spécialisation tardive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Aimer la nature c’est un devoir sans doute, mais c’est plus encore : un privilège, une grâce ; ce n’est plus seulement réparer une injustice, c’est accepter un message.
Un message consolateur, celui qu’un penseur moderne énonçait ainsi : “Il n’y a plus de solitude pour celui qui a retrouvé les racines cachées qui joignent l’homme à la nature. Il n’y a plus de découragement pour celui qui voit la beauté du monde.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Les hommes fossiles sont, malheureusement, extrêmement rares, ce qui se comprend si l’on songe que la conservation en terre d’un squelette exige des conditions très spéciales. Dans la plupart des cas, les ossements de nos ancêtres ont totalement disparu. On doit le regretter, puisque ce sont les seuls documents pouvant nous apprendre quelque chose et des caractères physiques des populations préhistoriques, et de l’origine de l’espèce humaine. Si les documents sont rares, tant s’en faut qu’ils aient tous encore été découverts et livrés à l’indiscrète curiosité des anthropologistes.
On ne doit pas désespérer, car nul n’eût pu soupçonner il y a seulement cinquante ans que l’on saurait une fois tout ce que nous connaissons aujourd’hui touchant l’origine de l’homme et des races humaines. Les découvertes en pareil domaine se font généralement par hasard, par pur hasard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
Dans la légende des Pygmées l’on ne voulait voir, l’on ne pouvait voir, qu’une charmante et folle invention comme les danses des Amours ou les bacchanales des Silènes. On souriait de tant d’auteurs graves, philosophes, historiens, géographes, naturalistes, qui avaient parlé sérieusement, comme d’êtres réels, de ces imperceptibles bouffons et l’on approuvait Strabon d’avoir, seul dans l’Antiquité, repoussé la légende des Pygmées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
La race est avant tout définie par une association de caractères purement physiques, choisis parmi les plus importants, taille du corps, forme du crâne, de la face, proportion des membres, couleur des yeux, de la peau, des cheveux, etc. Elle n’a donc, a priori, rien de commun avec le peuple, la nationalité, la langue, la culture ou les mœurs. En présence d’un crâne, nous pourrons souvent déterminer à quelle race il appartient, mais il ne nous apprendra jamais rien sur la langue ou la religion de son propriétaire. Inversement, un texte ou un vocabulaire nous permettront de leur assigner une place dans la classification des langues humaines, ils ne nous diront rien sur la forme du crâne, la stature, la couleur du peuple parlant cette langue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Théodore Monod (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théodore Monod
Émission “Une vie une oeuvre”, diffusée sur France Culture le 21/06/2014. Une émission de Matthieu Garrigou-Lagrange. Par Françoise Estèbe. Réalisation : Lionel Quantin. Théodore Monod naît en 1902. Il entre au Muséum d’histoire naturelle dès 1922 et y soutient sa thèse en 1926. Il découvre le continent africain grâce à deux missions de recherche, puis parcourt le Sahara occidental pendant plus d’un an. En 1930, son service militaire le mène au Sahara algérien : ses recherches sont définitivement orientées vers une région du monde dont il devient un éminent spécialiste. En 1938, Monod est affecté à Dakar pour créer un institut de recherche. Sous son impulsion, l’Institut français d’Afrique noire devient un grand centre scientifique. Il est nommé directeur du laboratoire des pêches d’outre-mer au Muséum, en 1942, puis élu à l’Académie des sciences en 1963. Il s’éteint en 2000, à l’âge de 98 ans. Avec Jean-Marc Durou, photographe, spécialiste du Sahara, sa rencontre avec Théodore Monod en Algérie dans les années 1970 sera le point de départ d’une amitié de plus de trente ans Isabelle Jarry, romancière et essayiste, auteure de “Théodore Monod” (Plon), et avec Théodore Monod, “Mémoires d’un naturaliste voyageur” (AGEP) Jean-Claude Nouët, professeur des universités, membre du Comité consultatif de la santé et de la protection animales Ambroise Monod, fils de Théodore Monod, pasteur, artiste Cyrille Monod, fils aîné de Théodore Monod, il a rassemblé les écrits rapportés des voyages dans “Les Carnets de Théodore Monod” (Le Pré aux Clers) Philippe Taquet, paléontologue Nicole Vray, historienne, auteure de “Monsieur Monod, scientifique, voyageur et protestant” (Actes Sud)
Et les voix de Théodore Monod ; Cyrille Monod - Archives INA Extraits du film “Le vieil homme et le désert” de Karel Prokop Textes lus par Robert Milin
Thèmes : Archéologie| Biologie| Ecologie| Ethnologie| ThéodoreMonod
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Afrique>Histoire de l'Afrique Centrale (40)
autres livres classés : personnalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre