AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221127438
252 pages
Éditeur : Robert Laffont (13/10/2011)
4.17/5   38 notes
Résumé :

C'est en 1954 que l'agent de Marilyn, Charles Feldman, contacte Ben Hecht pour lui demander d'aider l'actrice à écrire ses mémoires. A 28 ans, elle a déjà tourné une vingtaine de films, dont ses premiers succès - Niagara et Les hommes préfèrent les blondes -, et elle est lasse des inventions et potins des feuilles à scandale. Elle lui dicte les mots qu'il couche sur le papier. Pour des raisons personnelles... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 38 notes
5
9 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Sirenna
  08 décembre 2017
Une icône sensuelle
Qui tente de reconstituer
Ce passé douloureux
D'une enfance malheureuse
Entre une mère folle
Et un père absent !
Délaissée,
hérissée par la vie.
Marilyn une sincérité et une vulnérabilité à fleur de peau ...
Des fixations sur des peines d'enfance.
Déclinaison de l'absence du père,
volatilisé dans le manque d' attention,
vitrifié dans le vide de présence.
Un passé sans père
Sans repère !
Intégré dans une mémoire d'enfant.
Il avait pourtant laissé
des particules de tendresses inachevées…
Qui s'éparpillent dans
Cette quête éperdue de reconnaissance.
En se fixant dans la douleur d'une absence.

Un passé qui n'est qu'un
Marécage de sensations diffuses
Où elle tente de construire
une vie sans racine.
Déchirer son passé
Pour le déchiffrer
Pour le chiffonner
Pour le décaler
Pour le classer.
Photographies d'émotions
Prises,
Reconquises.
Se débarrasser
De ces instants malheureux
Happés par l'infini.
Reconstituer l'ordre,
De son présent,
Dans cette autobiographie,
Dans l'épaisseur,
De l'autre,
De celui
Qui l'écoute,
Qui rédige
Qui retranscrit sa vie.

Rattraper l'infaillible
désir de vivre,
de respirer,
de ressentir,
de raisonner.
Améthyste des souffrance oubliées,
Par cette,
Quête d'amour :
Dans le désir des hommes,
Dans les dédales de l'âme,
Dans le labyrinthe des excès,
Dans la profondeur des peurs,
Dans l'espacement des choix,
Dans la finitude des cris,
Dans la complexité des rêves,
Dans la maigreur des espoirs,
Dans le frissonnement des chants,
Dans le foisonnement des sensations.
Secrète,
Sélecte,
Inaccessible quête d'amour …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5313
MissSherlock
  09 août 2012
Qui est Marilyn Monroe ? Qui se cache derrière ce pseudonyme rond et sucré qui fond en bouche et coule dans la gorge comme la plus douce des gourmandises ? Qui se cache derrière cette chevelure blond platine, ces yeux clairs, cette poitrine généreuse et ces hanches lascives ? Qui se cache derrière cette actrice souriante et cette chanteuse enjouée ?
Depuis plus de cinquante ans, on entend dire tout et n'importe quoi sur cette femme disparue bien trop jeune dans des circonstances brumeuses.
Mais qui mieux que Marilyn Monroe peut nous répondre ? En 1954, à l'âge de 28 ans, Marilyn Monroe est une star hollywoodienne qui a déjà tourné dans une vingtaine de films. Elle est lasse de lire des absurdités sur son compte dans les canards et demande à Ben Hecht, son ami scénariste et écrivain, de l'aider à écrire ses mémoires. Elle dicte les mots qu'il couche sur le papier mais, pour des raisons personnelles que nous ne connaissons pas, Marilyn met fin à ce travail et confie le manuscrit au photographe Milton Greene, son meilleur ami. En 1974, Milton Greene se décide enfin, douze ans après le décès de l'actrice, à révéler le texte au public.
Confession inachevée n'est pas une autobiographie ordinaire : Marilyn n'a que 28 ans mais on sent en elle une grande maturité tant elle est lucide sur son passé, sur ce qu'elle provoque chez les gens et sur ce que les gens attendent d'elle.
Elle pose un regard tendre sur Norma Jean, la petite fille qu'elle a été, et la met dans la lumière car c'est elle qui a permis à Marilyn Monroe de voir le jour.
De son enfance malmenée, à la recherche de petits boulots purement alimentaires, en passant par ses échecs (aussi bien professionnels que sentimentaux) jusqu'à l'accès à la célébrité, Marilyn se confie sans fard mais toujours avec pudeur.
Certains passages sont bouleversants, spécialement lorsqu'elle évoque sa jeunesse malheureuse : son placement dans des familles d'accueil, la folie de sa mère, sa misère affective, le viol dont elle a été victime, son mariage raté... Il est surprenant de voir comment Marilyn se détache de ses événements en parlant d'elle à la troisième personne et en évoquant pour cette période Norma Jean et non Marilyn. Elle fait en permanence le distinguo entre Norma et Marilyn comme s'il s'agissait de deux personnes différentes.
Mais le plus étonnant est que, lorsqu'elle évoque Marilyn, elle en parle également à la troisième personne comme s'il ne s'agissait pas d'elle non plus. Marilyn apparaît comme un personnage crée de toute pièce par la 20th Century Fox et par elle-même pour éblouir le public et devenir actrice.
Au fil des pages, on s’aperçoit qu'au fond Marilyn n'existe pas vraiment car elle n'a jamais cessé d'être Norma Jean, cette petite fille abandonnée, en manque d'amour et de tendresse. Toute sa vie Marilyn cherchera à être aimé - par les hommes, par le public, par les patrons des studios - comme pour combler le vide laissé par sa mère folle et son père absent.
On est loin de l'icône sensuelle, de la gentille allumeuse et de la blonde écervelée que les studios, les journaux et les "proches" de la star nous ont vendu pendant des décennies.
Confession inachevée nous fait voir une femme fragile, brisée, brillante, sincère et vulnérable. Une femme que j'aurais aimé connaître... pour de vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sharon
  17 juillet 2014
J'ai trouvé ce livre par hasard, en furetant à la bibliothèque. Je l'ai pris et lu, tout en sachant qu'il était "inachevé", et que Marilyn avait interrompu leur rédaction trois ans avant sa mort. Souci avec Ben Hecht, chargé de mettre en forme ses notes ? Suite du conflit avec les studios ? Nul ne le sait, comme nul ne sait à quel point le texte original a été modifié.
Ce qui m'a frappé, en le lisant, c'est la bienveillance de Marilyn, en dépit des épreuves qu'elle a traversé étant enfant. Elle n'accable pas sa mère, dont elle dresse un portrait presque positif. Elle adore sa tante Grace, qui l'abandonna elle aussi. Elle ne se lamente pas sur ses années de misère, elle raconte, presque naîvement, les repas, maigres, inexistants, les galères, les amours qui finissent mal, les jalousies. Derrière la sophistication de Marilyn, la simplicité de Norma Jean. Il est d'ailleurs inquiétant qu'elle distingue ses deux personnalités. Comment vivre quand on se sent deux ?
Confession inachevée, un livre à découvrir pour tous les fans de l'actrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ivy-Read
  23 avril 2013
On connaît tous Marilyn, au moins de nom. On la connaît aussi par ce qu'on dit d'elle, les rumeurs qui courent sur son compte. L'image qu'on s'en fait est façonnée par ces bruits de couloirs. Qu'on ait vu ou non ses films, elle reste une icône.
Fascinée par ce personnage, encore très médiatisé à l'heure actuelle, dont je ne connaissais que peu de choses, il m'a semblé bon de découvrir sa vie par ses propres mots. J'ai toute une collection de biographies sur elle mais n'ai jamais eu l'occasion d'en ouvrir sérieusement une. Quoi de mieux que de commencer avec celle dictée par l'actrice elle-même ?

le ton est doux, le style très fluide, on se laisse emporter par les souvenirs de Marilyn avec une facilité déconcertante et le plaisir évident de connaître son passé. Elle nous raconte plusieurs épisodes de sa vie à travers des chapitres différents. On apprendra plusieurs bribes de son enfance malheureuse, car ballottée de foyer en foyer à cause d'une mère internée en hôpital psychiatrique et d'un père qu'elle n'a jamais connu. Elle ne s'étend pas énormément sur cette partie, ce qui m'aurait bien plu.
Plus que des émotions, ce sont surtout des fragments de sa vie mis bout à bout qui nous montrent comment cette jeune femme s'est construite.

« Je passais mon temps à rêver tout éveillée, […] de mon père. Lorsque je revenais de l'école pour rentrer à la maison, à pied, sous la pluie, et me sentais déprimée, je me racontais que mon père m'attendait pour me gronder de ne pas avoir mis mes caoutchoucs. Je ne possédais même pas de caoutchoucs. Et je ne pouvais guère prétendre que je rentrais chez moi. C'était un endroit où je travaillais comme servante-enfant, faisais la vaisselle, les courses, la lessive, frottais par terre et me taisais. »

On l'y découvre peu sûre d'elle et renvoyant une image d'elle-même dont elle ne veut pas. Ces années en foyer ont fait de Norma Jean quelqu'un de presque invisible, que personne ne regardait. L'adolescence aidant, la nature la dota d'un corps de femme qui lui valu d'être remarquée par tous les mâles à la ronde et détestée par les femmes. Elle apprécie ces nouvelles attentions mais pas les intentions qui vont avec. C'est à ce moment-là qu'elle commence à devenir Marilyn Monroe mais, elle ne choisira ce pseudonyme que plusieurs années plus tard, en prenant son premier rôle à la 20th Century Fox.

« Les garçons se mirent à me faire la cour comme si j'avais été la seule créature de mon sexe dans tout le secteur. (…) J'aurais bien aimé désirer quelque chose autant qu'eux. Moi, je n'avais envie de rien. Ils auraient aussi bien pu faire la cour à une bûche. »

Durant sa carrière, elle tentera de se défaire de cette image de blonde écervelée dotée d'une sexualité débridée qu'elle ne comprend pas, sans succès. Elle deviendra d'ailleurs le sex-symbol que l'on connaît sans aide de la part de ses producteurs qui la jugeaient trop peu consistante pour devenir une véritable actrice. Quelques apparitions en tant que figurante lui valurent sifflements ravis et enthousiasme de la part du public qui l'éleva, avec l'aide de la presse, au rang de star.

Cette autobiographie, dictée par Marilyn et rédigée par Ben Hecht, débute donc aux premiers souvenirs de la jeune femme jusqu'à son mariage avec Joe DiMaggio en passant par ses déboires de mannequin et ensuite d'actrice avant d'enfin accéder à des premiers rôles et être adulée par son public.
Il manque donc énormément d'évènements à cette autobiographie mais, durant les 240 pages du livre, on fait connaissance avec une femme très torturée qui peine à accomplir ses rêves. Elle est très touchante et toutes ces confessions la rendent beaucoup plus accessible au public.

Petit plus : de très belles photographies de Marilyn sont insérées dans le livre et la préface explique les circonstances dans lesquelles a été prise chaque photo, ce qui est vraiment intéressant. On obtient donc un petit historique qui permet de savoir où ? quand ? et comment ? et qui satisfera amplement la curiosité de certains et ravira d'autres par ces anecdotes.

En bref, c'est un livre que je conseille car il se lit vraiment comme un roman, il est fluide et se dévore en quelques heures en nous donnant des informations sur l'existence de cette femme mythique. La fin se termine sur une note très positive pour la belle : son récent mariage et le véritable début de sa carrière d'actrice. Pour ma part, je vais aller satisfaire plus amplement ma curiosité et filer lire une biographie complète de la demoiselle !

Lien : http://plume-ivoire.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ALDAMO21
  13 mars 2021
Décidément les préjugés continueront d'être acerbes et injustes sur Marilyn.
Une femme mangeuse d'homme, qui était superficielle, sans cervelle et sans culture.
Un de mes proches m'a même dit un jour, que Marilyn n'était qu'une « pute de luxe ». Cela m'avait fait mal à entendre!
Mais moi, avec mes plus de 25 biographies sur elle, mes plus de 300 photos-cartes postales d'elle, j'ai toujours su qui était la vraie Marilyn.
Je n'avais pas encore lu « Confession Inachevée », un livre qui rassemble les mémoires de cette icône
En 1954, Marilyn qui avait vingt -huit ans, commença à dicter ses mémoires à l'écrivain Ben Hecht. Pour une raison inconnue, la star ne poursuivit pas son travail. Et son manuscrit resta inachevé et fut confié à Milton Greene, l'ami de toujours de Marilyn.
Son témoignage est poignant, émouvant et déchirant. Marilyn s'y livre sans retenue et surtout sans colère, mais souvent amère.
Elle a déjà une vingtaine de films à son actif, mais elle écrit qu'elle n'est toujours pas et ne se sent pas aimée d'Hollywood.
Même le célèbre producteur Darryl F. Zanuck, la considérera, jusqu'à la fin, comme une moins que rien.
Marilyn affolait, désorientait trop les hommes, sans même le vouloir, dégageant cette sensualité, ce sex-appeal naturel. Elle faisait même peur aux autres hommes.
Mais surtout elle rendait toutes les femmes folles de jalousie et agressives. Et une Zsa Zsa Gabor ou une Joan Crawford n'ont fait que la salir toute sa vie.
Si bien que Marilyn n'avait aucune amie dans le monde très féroce du cinéma américain de l'époque.
Marilyn écrit aussi tous ses souvenirs tristes et dramatiques de sa jeunesse. Elle ne s'est jamais séparée de cette « Norman Jean » qu'elle était. Cette jeune fille qui faisait les familles d'accueil et parfois les orphelinats, qui n'avait qu'une robe bleue et une blouse blanche pour toute garde-robe.
Cette Norman Jean qui était parfois plusieurs jours sans manger, lorsqu'elle n'avait plus un seul sou en poche. Seule dans son petit studio…
Marilyn y parle aussi de sa famille, de sa gentille tutrice Grace McKee, qu'elle adorait. Elle parle de sa mère et de ses problèmes psychiatriques, de son grand-père maternel mort dans un hôpital psy, de son arrière-grand-père lui aussi mort dans un hôpital psy.
Que de malheur et de détresse à chaque génération !
Seul l'amour des hommes de sa vie, la sauvera un moment du naufrage.
Le manuscrit s'arrête sur Joe DiMaggio, la grande star du baseball de l'époque, que Marilyn épousa en 1954.
Elle parle de lui avec amour et admiration, car ce fut un des rares qui ne l'a jamais « utilisée », et qui a su l'apprécier et l'aimer à sa vraie valeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeMonde   09 décembre 2011
[Marilyn Monroe] dit [...] les revers, les directeurs de studio qui exigeaient un droit de cuissage pour accorder le moindre rôle (elle assure avoir toujours refusé de s'y soumettre) et décrit l'"Hollywood des ratés" qu'elle a bien connu.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
ReaderReader   27 janvier 2012
Le véritable amant, c'est celui qui d'une légère caresse sur les cheveux, d'un simple sourire ou même d'un regard perdu dans le vague vous fait chavirer de bonheur.
Commenter  J’apprécie          2520
BBLadyBirdBBLadyBird   23 janvier 2013
Personne encore ne lui avait jamais offert un objet aussi luxueux.
- Mais tu ne l'as pas fait graver, remarqua-t-il. De Marilyn à... Avec tout mon amour. Ou quelque chose dans ce goût là.
Mon coeur faillit s'arrêter de battre.
- Je voulais le faire graver, repondis-je. Et puis j'ai changé d'avis.
- Pourquoi ? demanda-t-il en me regardant avec beaucoup de tendresse.
- Parce que tu me quitteras un jour, et tu aimeras une autre fille. Et tu ne pourrais pas porter mon cadeau s'il y avait mon nom dessus. Comme ça, tu t'en serviras toujours comme si tu l'avais acheter toi-même.
En général, quand une femme fait ce genre de confidences à son amant, elle s'attend à ce qu'il proteste, calme ses craintes, lui jure fidélité. Ce ne fût pas mon cas. Ce soir-là, dans mon lit, je pleurai longtemps à chaudes larmes.
Un amour sans espoir est un sentiment crucifiant.
Il m'a fallu deux ans pour régler au bijoutier la totalité des cinq cent dollars. Lorsque je lui ai enfin remis le dernier versement de vingt dollars, mon amant était marié à une autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
LowraLowra   24 mars 2012
Quand il entrait dans ma chambre et me prenait dans ses bras, tous mes ennuis s'envolaient. J'oubliais aussitôt Norma Jean et cessais de voir les choses par ses yeux. J'oubliais même que je n'étais pas photogénique. J'avais l'impression de faire peau neuve, je n'étais plus une actrice à la recherche d'un monde aux couleurs chatoyantes. Toute la gloire, la beauté, tout le génie dont j'avais rêvé étaient réunis en moi. Quand il me disait "je t'aime", je me sentais plus comblée que si un millier de critiques m'avait sacrée grande vedette en chantant mes louanges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
YukoYuko   22 juillet 2011
Mais quelque chose m'empêchait de revenir au monde de Norma Jean. Ça n'était ni l'ambition ni le désir de devenir riche ou célèbre. Je ne sentais pas au fond de moi un talent qui ne demandait qu'à s'épanouir. Je ne me trouvais même pas belle ou particulièrement séduisante. Mais il y avait en moi une sorte de folie qui ne voulait pas céder. Elle ne cessait de me harceler, non pas sous forme de mots mais de couleurs, - pourpre et or, blanc lumineux, vert et bleu... Les couleurs dont je rêvais dans mon enfance lorsque j'essayais d'échapper au monde morne et sans amour où vivait Norma Jean, la petite esclave orpheline.
Ce monde-là, je le fuyais toujours, mais il continuait à m'environner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
ReaderReader   27 janvier 2012
J'avais l'impression de me précipiter vers le bord d'un toit pour me jeter dans le vide. Chaque fois je m'arrêtais juste avant de sauter, me retournais vers lui, le suppliais de me retenir. C'est terriblement dur de prendre une décision qui vous déchire le coeur, surtout s'il s'agit d'un coeur neuf qui ne survivra pas, pense t-on, à la première blessure.
Commenter  J’apprécie          600

Videos de Marilyn Monroe (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marilyn Monroe
Bande annonce du film, sortie le 4 avril 2012
autres livres classés : marilyn monroeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1138 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre