AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de WiniFRED


WiniFRED
  17 janvier 2018
Depuis 1950, c'est plusieurs générations de jeunes (et moins jeunes) lecteurs et téléspectateurs qui ont été séduites par l'univers des Peanuts, créé par Charles M. Schulz. Comme tout le monde, il m'a été impossible d'y échapper.
Les Peanuts, ce sont les extraits animés présents sur la VHS de Banjo (le chat malicieux), que je regardais en boucle à l'époque où je fréquentais encore la cour d'école. Les Peanuts, c'est le film d'animation 3D, sorti en 2015. C'est ce sweat et ce polo de la collection Lacoste X Peanuts, ces paires de baskets et tennis de la collaboration Vans X Peanuts, que je porte (fièrement) parfois. Les Peanuts, c'est cette rencontre inopinée avec Charlie Brown et Lucy van Pelt au parc Universal Studios Japan à Ōsaka. En résumé, Les Peanuts, c'est une énorme madeleine de Proust !

…Et Lucy psychiatre, c'est avant tout Lucy van Pelt ! Personnage bleu et noir, mais néanmoins haut en couleur, qui fait depuis toujours l'objet de toute mon affection. Évidemment, je n'ai pas pu résister en tombant fortuitement sur la réédition, alors que je parcourais les étalages. Comment ne pas succomber aux crises d'hystérie et d'autoritarisme de Lucy van Pelt, tourmentant tour à tour Charlie Brown et sa bande ? Et surtout, comment ne pas esquisser de sourire lorsque Lucy van Pelt joue les psychiatres de bas étage, derrière son stand de limonade, indifférente aux problèmes existentiels de ses comparses ?
Mais c'est surtout l'interaction des personnages de Lucy van Pelt et de Charlie Brown, l'antagonisme de leurs tempéraments, qui fait tout l'intérêt de Lucy psychiatre. Avec sa guigne légendaire et son accablement constant, Charlie Brown incarne le patient/souffre-douleur idéal pour l'insolente Lucy. On se délecte de la voir dispenser ses conseils et sa vision singulière de la vie (qu'elle compare alternativement à un jeu, une maison, un lac, un transat, etc.) à un Charlie Brown toujours plus névrosé et désabusé. de temps à autre, on irait même jusqu'à déceler une pointe de vérité parmi les homélies espiègles déclamées par l'auto-proclamée doctoresse.

C'est pourquoi je ne suis pas à l'aise à l'idée de m'être montré aussi rude au moment de la notation de Lucy psychiatre : ★★★☆☆. le fait est que je ne suis pas un habitué des comic strips et autres bandes dessinées. Je ne puis que me résigner face à cette implacable réalité : je reste majoritairement hermétique au potentiel désopilant des nombreuses situations. Il est probable que la concision du format des quatre vignettes y soit pour quelque chose, de même que la répétition de gags éculés perdant à mesure de leur intérêt premier.

Malgré ce bref réquisitoire, Lucy psychiatre comblera tout lecteur en recherche de douce nostalgie (ce qui valait bien une ★) ou désireux de retrouver l'illustre Lucy van Pelt (qui à elle seule vaut ★★) !
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (3)voir plus