AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Charpentier, Librairie Editeur (01/01/1874)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Charles Monselet, surnommé le roi des gastronomes par ses contemporains, passionné de gastronomie livre ici sous le signe de l'humour un des plus charmants livre du XIXème sur les joies de la table.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LydiaB
  25 juin 2013
Charles Monselet (1825-1888) fut l'un des premiers journalistes gastronomiques. Il fut le fondateur et rédacteur en chef de la revue le Gourmet (1858). Il écrivait également et a associé, dans ce livre, l'utile à l'agréable en dissertant ou en versifiant sur son thème préféré, la gastronomie. D'ailleurs, cette affirmation en préface ne laisse aucun doute sur ses intentions : "Je porte un tendre intérêt aux choses de la nutrition. Sans faire précisément, selon une expression connue, un "dieu de mon ventre", ni même un demi-dieu, je tiens cependant à en faire un personnage." le ton est donné !
A découvrir absolument !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          370
Mimimelie
  01 mai 2013
Charles Monselet ou la preuve que la plus jolie fourchette et la plume la plus alerte ne sont rien à celui qui ne sait pas les manier.
Monselet ! Merveille de gastronome. Maestro de l'anecdote. Miracle d'homme. Monselet, dont l'aimable fantaisie est toute entière contenue dans sa Gastronomie. Récits de table qu'il fait paraître en 1874. On peut voir dans l'inventaire à la Prévert un hommage à la table des matières de ce livre, qui propose à titre d'exemple, une choucroute et une andouillette en poèmes, une mise au point historique sur le poulet partagé entre « Gargantua-Soleil » et Molière, le récit d'un duel au cochon de lait inventé par Cagliostro ; les chantages d'un garçon de café pervers qui cherche absolument à faire commander des huîtres à son client alors qu'il ne désire au monde qu'un potage; quelques pages sur Alexandre Dumas qui « quand il ne faisait pas sauter un roman, faisait sauter des petits oignons », une réflexion sur le statut du millier de cuisinières réunies pour écouter un sermon écrit à leur attention par le curé d'une église d'un des grands faubourgs parisiens sur lequel, par hasard l'auteur passait alors ; la recette de la Turlutine d'état-major concoctée par des gourmets du 1er régiment d'Afrique simplissime dans sa réalisation dès l'instant qu'on a réuni les grenouilles, tortues et champignons nécessaires ; des recettes «sérieuses, plaisantes, extraordinaires» et bien d'autres friandises littéraires.
http://villabrowna.blogspot.fr/2010_05_01_archive.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   25 juin 2013
On avait déjà l'heure du berger.; voici venir maintenant l'heure de l'absinthe. Paris n'est continuellement occupé qu'à se créer des habitudes. A l'habitude du tabac, à l'habitude de la bière, il a ajouté l'habitude de l'absinthe.
Qu'on ne s'attende pas à de banales imprécations contre ce breuvage-émeraude, comme dirait Victor Hugo. Je sais les désordres que son abus entraîne.
Commenter  J’apprécie          270
MimimelieMimimelie   01 mai 2013
Monselet ne prit pas le dos de la cuillère pour rédiger dans ses Récits de table une sorte de « pièce montée » en quatre tableaux dont l’Estomac tenait le rôle-titre.  On y lit ce genre d’hallucinant borborygme dialogué:

(3ème tableau)
L’ESTOMAC. Excellent café ! arôme pénétrant ! Ma foi, encore une tasse.
LE COGNAC. A la bonne heure!
L’ESTOMAC. Oh ! doucement, doucement ! Pas de bain de pied.
LE RHUM. Tu as raison; le bain de pied est absurde et incommode.
L’ESTOMAC. Mais qui t'appelle, toi ?
LE RHUM. — Je viens pousser le cognac.
LA CURAÇAO. Je viens pousser le rhum.
L’ANISETTE. Je viens pousser le curaçao.
L’ESTOMAC. Grâce !
LE KIRSH. – Ranchez-Fus, Fus audres ; ne me regonnaisez-fus pas ?
L’ESTOMAC. C’est le kirsch de la forêt Noire ! Je suis joli !
LE KIRSH. Ezze-gue che fus vais bir ?
L’ESTOMAC. Qu’est-ce qu'il dit?
LE MARASQUIN. – Il demande s’il te fait peur.
L’ESTOMAC. Je le crois bien, parbleu !
LE KIRSCH. - Tarteiffle!
L’ESTOMAC, au kirsch. - Allons, mon brave, ne vos fâchez point. On ne fait point d'esclandre ici. Pourquoi diable venez-vous si tard? On ne comptait plus sur vous.
LE KIRSCH. —Ch'aggzebde fos exguices.
L’ESTOMAC. Qu'est-ce qu'il dit?
LA CRÈME DE MENTHE. Il dit qu'il accepte vos excuses.
L'ESTOMAC. On croirait qu'ils s'apaisent là-haut. Je n'entends presque plus rien. C'est généreux à eux de me laisser un instant de répit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MimimelieMimimelie   01 mai 2013
Vous le voyez, madame, je vais au-devant de votre curiosité ; je me confesse à vous librement. Oui je suis tourmenté de l'ambition de laisser un nom invoqué à l'heure des repas. Quelques travaux dirigés dans ce sens, quelques publications encouragées par des hommes spécieux, ont déjà témoigné de ma ferveur et de mon zèle. A défaut de renom poétique, si difficile à conquérir, je me contenterai avec reconnaissance d'un peu de gloire culinaire. Les casseroles ont aussi leur airain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Charles Monselet (2) Voir plusAjouter une vidéo

La Surprise de l'amour
L'Orchestre Lyrique de l'ORTF sous la direction Jean Claude HARTEMANN interprète "La Surprise de l'amour" , opéracomique en deux actes de Charles MONSELET d'après MARIVAUX. Distribution : - Monique STIOT : Colombine - Linda FELDER : La Comtesse - Gérard FRIEDMANN : Lélio - Aimé DONIAT : Arlequin
autres livres classés : gastronomieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15065 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre