AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818048931
96 pages
Éditeur : P.O.L. (07/11/2019)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Nous, les objets, quelques-uns, ce soir, on va sortir de notre silence. On a des choses à vous dire ».
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BurjBabil
  04 mars 2020
Que se passe-t-il dans notre maison lorsqu'elle s'est vidée de ses occupants, que nous avons refermé la porte derrière nous ? L'auteure nous invite à nous immiscer théâtralement dans la vraie vie des objets de notre quotidien : ils parlent donc et sortent de leur condition habituelle telle que nous la percevons, de leur immobilité.
Elle invite donc dans ces pages un parapluie, une lampe, un oeil de tigre, une boite à couture et un pèle-pomme.
Tout comme dans l'excellent « Toys story » de Disney, ces objets prennent vie et attendent notre retour, en étant parfois inquiets de notre absence, ou en regrettant notre manque de considération, de reconnaissance...
On est touché par leur affection pour la personne qui les a par exemple sauvés du grenier, mais aussi par les mauvais traitements qu'ils subissent et la violence dont ils sont capables : le coup du parapluie qui fonce vers l'oeil, est-ce un hasard ?
La réponse est donnée par les acteurs eux-mêmes de cette petite farce fort sympathique qui renouvelle notre perception de ce qui nous entoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   04 mars 2020
Elle est arrivée, celle qui m’a choisie entre toutes les autres dans la boutique du brocanteur, celle qui a pensé ce sera toi, celle qui m’a trouvée jolie, moi qui ne me sentais pas mieux qu’une autre, non, moi avec mes doutes, toujours, pourquoi est-ce que je me laisse toujours submerger par les doutes ; elle a posé sur moi un regard heureux et doux. La propriétaire.
Je me sens une dette, c’est comme si je n’arrivais pas à me défaire de ça. Comme si je lui étais redevable pour toujours de ce petit moment de fierté, parce que oui, forcément, j’en ai ressenti, de la fierté, quand elle a posé sur moi ce regard-là. Et pour tout ce qu’elle a fait ensuite, poncer mon pied, parce qu’elle a poncé mon pied, tricoter un petit gilet pour mon abat-jour, parce que c’est ce qu’elle a fait. Comme elle m’a bichonnée. C’est comme si j’avais une dette que je ne pourrai jamais finir de payer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BurjBabilBurjBabil   04 mars 2020
Parfois, j’ai peur d’être un gadget. C’est vrai, cette manivelle, cette pique, je me demande si c’est bien nécessaire, quand un simple couteau ferait très bien l’affaire, a si longtemps fait, quand on y pense, l’affaire. Dans les cuisines d’autrefois, la bonne odeur de pomme, acidulée, entêtante, et le couteau dans la main vive, habituée, efficace, la même qui avait pétri la pâte et qui l’avait étalée dans le moule, et qui pelait la pomme, tout ça très bien sans moi, à l’époque. Je ne sais plus si je suis un progrès ou un être absurde. Tous mes chichis quelquefois me dégoûtent. Cette forme dont je suis si fier n’est-elle pas excessive et vaine ? Quand ça me traverse comme ça, la possibilité de ma frivolité, de mon inconsistance, oh là là, c’est comme un gouffre dans lequel ma pensée s’enfonce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BurjBabilBurjBabil   04 mars 2020
Parce que bon sang, ça ne me sort pas de la tête, toutes ces imaginations de catastrophes, son corps offert à tous les dangers de la ville ; ça me chavire de penser à ça, son corps chaud et vivant, et puis quoi, un bus qui déboule, une voiture, et tout ce vivant réduit à néant, la vie qui part avec ce petit liquide rouge qui coule, qui coule, et qui a l’air d’être le secret de tout pour eux.
Quand un être humain sort d’une pièce, qui peut être sûr qu’il y entrera de nouveau ?
Je vous le demande, pardon de mettre les pieds dans le plat, mais comment vous faites, vous, avec la fragilité des corps vivants ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Christine Montalbetti (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Montalbetti
"Ils nous parlent quand nous posons les yeux sur eux" : Christine Montalbetti, écrivaine, évoque sa pièce "La conférence des objets" qu'elle met en scène au Studio Théâtre de la Comédie-Française, du 28 novembre au 5 janvier 2019. C'est sa première mise en scène, qui couronne un travail débuté par des entretiens avec les acteurs. Au centre de sa réflexion : notre relation aux objets. Elle a ensuite déterminé quels inanimés incarneraient les comédiens.
La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 4 décembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre