AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782818048368
240 pages
Éditeur : P.O.L. (22/08/2019)
3.11/5   31 notes
Résumé :
Ce roman doit autant à l’imagination qu’à une reconstitution familiale et historique. Christine Montalbetti part sur les traces de son arrière-arrière-grand-père, botaniste au Jardin des Plantes de Paris dès l’âge de neuf ans. Elle s’adresse directement à lui dans une complicité littéraire étonnante. Son nom ? Poisson. « Un nom idéal pour un ancêtre, puisqu’il paraît que c’est du poisson que nous venons ».

Jules Poisson est né en 1833. Il verra le mon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,11

sur 31 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Cannetille
  29 février 2020
L'arrière-arrière-grand-père de l'auteur est Jules Poisson : engagé à neuf ans, en 1842, comme jardinier au Jardin des Plantes, il devient un botaniste autodidacte, à l'origine de nombreuses conférences et publications. II décède en 1919, jusqu'au bout passionné par son métier. Christine Montalbetti est partie sur ses traces, explorant scrupuleusement le moindre indice susceptible de l'éclairer sur la vie de son aïeul : état civil et lieux qu'il a fréquentés, photographies, récits et légendes familiales, articles et ouvrages archivés, lui ont permis de le faire revivre le temps d'un livre, où elle s'adresse à lui affectueusement, par-delà les générations qui les séparent.

Il ne s'agit pas ici d'un roman, mais d'une reconstitution fidèle de ce qu'a pu être la vie de Jules : bien peu d'éléments finalement subsistent pour comprendre cet homme, aussi, le récit avance par recoupement d'hypothèses, exploitant les faits connus pour les enrichir de leur contexte, de la guerre de 1870 à celle de 1914-18, des incidents climatiques aux nouvelles grandes inventions de l'époque… le résultat est l'impression mélancolique et touchante d'une ombre entraperçue au travers de la brume du temps, d'un fantôme à demi-effacé qui resurgit par petites touches pour mieux se dérober derrière son aura de mystère.

Si le travail de documentation est rigoureux, l'écriture est sensible, jolie et maîtrisée, et confère à l'ouvrage charme et élégance. Presque plus que le souvenir de Jules, c'est la relation de l'auteur à son ancêtre qui émeut ici, par sa fierté respectueuse et presque timide, par sa relation au temps, à la vie et à la mort, et par la question de la filiation et de la transmission posée avec émotion.

C'est pourtant cette même intimité entre l'écrivain et son ascendant qui finit en quelque sorte par provoquer un sentiment d'exclusion chez le lecteur, pour qui il est difficile de partager durablement le même niveau d'intérêt et d'attendrissement à l'égard d'un homme, certes intéressant, mais sur lequel il n'apprendra en définitive qu'assez peu de choses.

Ce livre m'a au final paru davantage écrit pour le plaisir de son auteur que celui de son lecteur : tandis que l'une creuse avec émotion à la recherche de ses racines, l'autre peine à empêcher l'ennui de s'installer, malgré toute la finesse et l'intelligence de l'écriture.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          694
Litteraflure
  13 octobre 2019
Gentiment horripilant. Christine Montalbetti s'est passionnée pour son ancêtre Mr Poisson dont le patronyme, comme elle ne cesse de le rappeler, sied à qui s'intéresse à Mère Nature. Plutôt que de s'atteler à une biographie académique, Christine Montalbetti choisit une formule hybride, entre investigation et dialogue intime. On y gagne en originalité, on y perd en clarté. Elle installe une fausse complicité avec le lecteur, vite exclu de ce dialogue entre l'autrice et son aïeul, de cet entre-soi prétentieux, de cette quête personnelle qui parvient à nous émouvoir seulement dans les toutes dernières pages. L'usage des parenthèses est insupportable. Les interrogations sont systématiques. On se noie en conjectures, en hypothèses, on tourne autour du pot. On s'ennuie ferme. J'ai eu l'impression d'assister à une restauration de tableau, hésitante et laborieuse. Ce qui est perceptible chez Christine Montalbetti, c'est l'angoisse de l'ordinaire, la peur de découvrir que son ancêtre n'a finalement rien d'exceptionnel et qu'il ne pourra être le héros idéalisé de son roman. D'ailleurs, elle digresse souvent pour pallier la banalité du savant autodidacte. Elle a beau entretenir un suspense autour de quelques anecdotes croustillantes (l'anthropophagie présumée, p200, l'a beaucoup impressionnée semble-t-il), le récit reste inégal. Heureusement, ce Mr Poisson a travaillé au Muséum National d'Histoire naturelle, cela permet à Christine Montalbetti de dérouler des listes de plantes et d'animaux, d'en évoquer les moeurs et les comportements, de noircir des pages... Les seuls moments dignes d'intérêt touchent à l'histoire de Paris au 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Ils donnent lieu à de très beaux passages sur les hivers rigoureux, le siège de la capitale, la commune ou les conséquences de la première guerre mondiale. Des passages où l'ancêtre Poisson joue les témoins discrets. Son meilleur rôle.
Bilan : 🔪
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
QUILESR
  09 novembre 2019
Je viens de terminer le livre de Christine Montalbetti que je ne connaissais pas ‘Mon ancêtre Poisson' 240 pages petit livre mais très intéréssant .
L'écrivain (je refuse de dire écrivaine ou l' horrible auteure) est à la recherche de son arrière-arrière grand père.
Jules Poisson qui dès l'âge de 9 ans sera employé en tant que jardinier au jardin des plantes de Paris .Il montera les échelons jusqu'à devenir une personnalité incontournable par les connaissances qu'il avait acquis.
Les recherches de Christine Montalbetti sont facilitées par tous les documents administratifs concernant Jules ,car le jardin des plantes fait parti de l'administration de la ville de Paris..On peut suivre le parcours du jardininer à partir de ses 9 ans et tout le long de sa vie.On découvre avec lui l'avènement de l'électricité,l'arrivée du cinéma,des machines qui capturent la voix,l'automobile , le siège de Paris en 1870, et toute la guerre de 1914.
On le voit devenir papa.Plus tard son fils partira herboriser à son tour dans de lointaines contrées .
Et enfin si je puis dire on assiste aux derniers jours du vieux monsieur ,qui nous donne un pincement au coeur comme s'il etait notre arrière-arrière grand père à nous .J'ai été bluffé tout le long du livre par la culture de l'écrivain en matière de fleurs,de plantes,d'arbres,d'herbes de toutes sortes,d'animaux ,car il y en a aussi au jardin des plantes /Moi qui ne connaît rien dans ce domaine je suis resté pantois .En janvier je me suis promis d'aller au jardin des plantes avec une énorme pensée pleine d'émotion pour Jules Poisson ce petit enfant devenu une sommité dans son domaine .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Nuageuse
  17 novembre 2020
Mon ancêtre Poisson est un bijou rempli de tendresse. C'est indéniablement un coup de coeur.
Christine Montalbetti mène une enquête sur son arrière-arrière-grand-père Jules Poisson. Il y a les anecdotes que sa famille raconte à table. Elle sait qu'il a travaillé au Muséum du Jardin des Plantes, rive gauche à Paris. Il était botaniste et a travaillé sur l'herbier. Il a eu plusieurs enfants dont un fils qui est parti au Bénin suivre la voie de son père.
Nous suivons l'enquête de l'auteur pour remonter au plus près de cet ancêtre. Elle n'a rien gommé de ses hypothèses qui s'avèrent justes ou non...
J'ai beaucoup aimé la forme de ce récit : Christine Montalbetti s'adresse tout le long à son ancêtre, ce qui le rend plus proche de nous.
Mon ancêtre Poisson m'a énormément touchée : je me suis reconnue, par moments, dans les propos de l'auteur concernant l'affection que l'on peut éprouver pour des gens de notre famille qui sont morts avant notre naissance ou dont nous n'avons plus le souvenir.
Petite anecdote personnelle : ma mère m'a parlée de la malle où se trouvent les affaires de mon grand-père maternel mort au début de ma lecture. Je ne pense pas qu'il s'agit d'un hasard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
michdesol
  21 octobre 2019
L'auteure part à la recherche de son arrière-arrière grand-père, Jules Poisson, le botaniste du Muséum d'histoire naturelle. C'est bien loin, elles sont rares les traces qu'il lui a laissées : des actes d'État civil bien sûr, comme tout un chacun, des lettres archivées au Muséum et des articles dans une revue scientifique. Elle fait revivre tout cela, et, comme la trame est bien large, on a parfois l'impression qu'elle "meuble", qu'elle tente de combler les lacunes en jouant de son imagination. Mais n'est-ce pas le rôle de la romancière ?
Le livre est sensible malgré un style parfois un peu lourd et redondant.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
Bibliobs   19 novembre 2019
Impossible de quitter ce roman sans éprouver la même mélancolie. Car la romancière de « l’Origine de l’homme » et de « Trouville Casino » enquête moins sur son ancêtre lunaire et panthéiste qu’elle ne s’ingénie à le faire revenir parmi nous, dans ce jardin des Plantes qui défie le temps sous un vent léger et dans une prose florissante.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
michdesolmichdesol   21 octobre 2019
L'automne arrive. Les feuilles commencent de sécher sur les arbres et de se racornir, et puis quand plus rien ne les retient, elles se décrochent, elles renoncent. Toi, cette agonie des feuilles, ça fait un bail que tu la vois se reproduire, c'est ton soixante-dix-huitième automne. Mais cette fois, est-ce qu'elles ne te tiennent pas un bien triste discours ? Tu en as vu tomber pourtant, tu en as piétiné, de ces feuilles rougeaudes, et tu continues, cette année-là. Ça volette autour de toi, ça chute des branches, et dans les allées le vent parfois les soulève, les déplace, comme le font aussi tes pas. Ça craquette, c'est le bruit que ça fait, de marcher dans l'automne, au milieu de tout ce dépouillement progressif ; et je ne sais pas si c'est une chose à laquelle on s'habitue, toute cette nature qui se délite à vue, ou si au contraire, une fois que son propre pas est devenu plus lent, son propre corps plus dolent, il n'y a pas un affolement croissant à voir ce désastre se reproduire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fbalestasfbalestas   06 février 2020
Quand tu te penches au-dessus d'une fleur, que se passe-t-il en toi ? Tu recenses les éléments botaniques qui la composent, tu la vérifies dans le vent frais, tu l'examines comme la sage-femme compte les doigts du nouveau-né. Moi qui, posant les yeux sur les plantes, suis généralement incapable de les nommer (est-ce que tu m'en voudrais pour ça ?), moi qui suis devant la nature non pas à court de phrases (ça non, tu me verrais, chaque fois que je prends le train, sortir mon carnet pour décrire les paysages; tu serais étonné de l'effet que ça me fait, les boules de gui dans les baies d'arbres, la vivacité du colza, ce jaune inouï qui tranche parmi le patchwork des champs et de prés - j'utilise souvent le mot patchwork, quand je regarde la campagne depuis les trains)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NuageuseNuageuse   11 novembre 2020
Ce même jardin dans lequel, chaque fois que j’y viens, je me sens bizarrement accueillie. Chaque fois, ce même sentiment de protection, et ce n’est pas seulement l’effet des feuillages, des ombres douces, de cet îlot végétal, de cette petite utopie que c’est toujours, un parc, dans une ville. Je marche sous les chênes, les cèdres, les pins, dans l’odeur de résine humide, je longe les parterres, et j’ai l’impression déraisonnable de renouer avec quelque chose de très lointain. Que c’est là, autour de moi, comme un jardin d’enfance. Ta présence flotte ici, un fantôme bénéfique, et qui m’apaise. Cette affection inconsidérée qu’on peut ressentir pour des ancêtres qu’on n’a pas connus, vous devez bien savoir aussi de quoi je parle. Je marche dans les allées où tu poussais ta brouette et je me sens ton arrière-arrière-petite-fille, je le sens dans mon corps qui arpente ce jardin que tu binais, je le sens dans mes jambes, dans mes pieds qui foulent ce sable, dans mes poumons qui respirent les essences d’arbres que tu respirais et qui balançaient déjà leurs branches à ton passage. Et j’ai le sentiment (injustifiable, étourdissant) d’un retour, comme si, fille prodigue, je me décidais (enfin) à rentrer à la maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fbalestasfbalestas   10 février 2020
Je prête parfois à mes personnages cette sensation folle que toutes les conversations qui se sont tenues dans la pièce où ils se trouvent se sont déposées sur les murs, une impression presque fantastique, souvent liée chez eux à un malaise : d'un coup, c'est comme s'il y avait là un fond de vrai. Imaginez quelqu'un qui trouverait un jour le moyen de les réactiver, ces conversations incrustées dans la chair des papiers peints, dans la fine couche de poussière des murs, et a fortiori, peut-être, dans les pièces où il y a des cheminées, à cause de la suie, je veux dire. Un brouhaha, un palimpseste dans lequel on distinguerait parfois une phrase prononcée plus fort que les autres, à moins qu'on découvre même une façon, ces conversations successives, de les décolle les unes des autres, d'en extraire chaque strate, chaque couche, de sorte qu'on pourrait les réécouter une à une, savoir que tel jour ce sont tels propos qui se sont tenus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fbalestasfbalestas   10 février 2020
Quand je pense à ton fils, et à combien ça m'a hantée, cette histoire du fils prodigue, je me dis qu'il vaut mieux peut-être que l'écriture des romans endosse seule cette charge des histoires confuses qu'on porte en soi sans savoir d'où elles viennent. Le roman avance dans la brume, il charrie tout ce qu'il peut prendre dans son cours, rivière étrange, fleuve gros d'alluvions (...); il brasse en les déplaçant ces traumatismes dont on hérite sans bien les comprendre, il les rejoue, il les magnifie à sa façon, il les exalte, il vous permet d'y rejouer les vôtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Christine Montalbetti (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Montalbetti
"Ils nous parlent quand nous posons les yeux sur eux" : Christine Montalbetti, écrivaine, évoque sa pièce "La conférence des objets" qu'elle met en scène au Studio Théâtre de la Comédie-Française, du 28 novembre au 5 janvier 2019. C'est sa première mise en scène, qui couronne un travail débuté par des entretiens avec les acteurs. Au centre de sa réflexion : notre relation aux objets. Elle a ensuite déterminé quels inanimés incarneraient les comédiens.
La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 4 décembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : botaniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1133 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..