AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Samuel Sfez (Traducteur)
EAN : 9782290385487
512 pages
J'ai lu (21/06/2023)
3.68/5   135 notes
Résumé :
Sous le règne de saint Louis, Caterina exerce la médecine à Paris, à l'Hôtel-Dieu, malgré l'hostilité de ceux qui l'entourent. Libre, devenue enceinte, elle découvre trop tard que son amant est déjà marié, et elle décide alors d'assumer seule son destin. C'est l'époque où la dissection des cadavres, interdite par l'Eglise, se fait en cachette. Mais le groupe auquel elle appartient est dénoncé et ses confrères masculins décident lâchement de lui faire porter l'entièr... >Voir plus
Que lire après La rebelleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 135 notes
5
14 avis
4
12 avis
3
11 avis
2
3 avis
1
0 avis
Vous connaissez suffisamment mes goûts en matière médiévale pour vous douter que je ne pouvais pas laisser passer ce bouquin ! Déjà, un roman historique traitant de la médecine à cette époque, ce n'est guère courant... mais lorsque l'auteur met en scène une femme exerçant ce métier, je ne peux qu'applaudir. Car oui, pour reprendre la phrase de la quatrième de couverture (vous m'en excuserez), il existait des femmes médecins à cette époque, même si elles n'étaient pas légion. Valeria Montaldi s'est largement documentée à ce sujet et cela se ressent.

J'étais donc très enthousiaste pour en démarrer la lecture. Et si, au départ, je me suis un peu perdue dans les personnages, j'avoue quand même avoir dévoré ce pavé avec un réel plaisir. On ne peut qu'adhérer avec le personnage, Caterina, même lorsqu'elle fait des choses répréhensibles comme assister à une dissection (interdite par l'Eglise) ou pratiquer la chirurgie. Courageuse, têtue et obstinée, elle ne s'en laisse pas compter. Elle évolue d'ailleurs au fur et à mesure que l'on progresse dans l'histoire. Elle apprend à être méfiante et à ne compter que sur elle. On plonge dans ce monde fermé, on voyage de Paris à Milan au grès des actions. On en apprend énormément sur les pratiques de l'époque, sur la place des femmes dans la société, sur les autres corporations.

Si vous vous intéressez à la médecine, au Moyen Âge, ou si, tout simplement, vous avez envie de lire un bon roman, alors n'hésitez pas. Celui-ci est fait pour vous.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          622
1254, sous le règne de Louis IX à Paris.
Caterina de Colleaperto, italienne d'origine, exerce la médecine à l'Hôtel-Dieu.
Grâce à son père, elle a pu accéder à son rêve , faire ses études de médecine à l'université de Montpellier.
Très peu de femmes sont médecins et pourtant quelques-unes sont connues dans les archives.
Caterina est introduite dans le milieu par Ronaldo Lanfranchi, un médecin issu de Milan. Elle en est amoureuse et se retrouve enceinte. Bien naïve pour son futur Caterina.
Elle assiste à une dissection de cadavres, acte totalement interdit.
Craignant une dénonciation, elle s'enfuit en suivant une caravane en direction de Milan.
J'avais déjà lu le roman mais je n'avais pas pris la peine de m'y attarder.
La réédition aux éditions "J'ai lu" m'a donné envie de lire le roman plus en profondeur.
Les chapitres courts font intervenir de nombreux personnages qui ont tous un lien entre eux.
Les remèdes contre les maladies et les blessures sont naturels certes mais très complexes. le métier d'apothicaire ne devait pas être simple.
Une grande différence était installée entre les barbiers-chirurgiens et les médecins. Les premiers avaient souvent manqué de moyen pour suivre des études de médecine. Une collaboration aurait été la bienvenue entre les deux métiers.
Nous voyageons entre Paris et Milan . L'auteure nous montre les conditions de vie en 1254 en utilisant une écriture très abordable.
Valérie Montaldi, journaliste, nous livre à la fin les faits réels dont elle s'est inspirée et l'imagination qu'elle a déployée.
Une très belle lecture.
Commenter  J’apprécie          517
1254. Paris. Une femme habillée en homme se hâte vers un moulin abandonné sur les bords de la Bièvre. Catarina a rendez-vous avec Ronaldo, médecin renommé qui l'a prise comme élève. Enfin elle va assister à sa première dissection !
1254 Milan , un commis , un chirurgien barbier, un tailleur ..

Valeria Montaldi avec la rebelle: femme médecin au moyen-âge, relève un défi de taille. Passionner le lecteur sans qu'à aucun moment il n'y ait de lassitude ou d'ennui. Défi relevé brillamment. Ce roman a toutes les qualités. Ecriture fluide , contexte historique précis et bien documenté, personnages attachants ou à défaut intéressants et le portrait d'une femme exceptionnelle , celui d'une pionnière capable de braver les obstacles de sa condition de femme et de s'imposer comme médecin envers et contre tous.
Un roman passionnant que j'ai vraiment apprécié et qui ne saurait que plaire au plus grand nombre.
Lu dans le cadre du multi-défis 2021 .



Commenter  J’apprécie          260
La place de la femme dans la société a toujours été sujet à débat. En tant qu'homme, je suis de ceux qui détestent l'idée d'une différence de traitement fondée sur l'appartenance à l'un ou l'autre sexe. Historiquement cela ne trouve de justification qu'autour du concept de la force physique. C'est le régime de la loi du plus fort qui prévaut dans le monde animal. Parmi les mentalités enracinées au cours des millénaires, c'est celle qui a la peau la plus dure. Au XXIème siècle, l'Homme, pourtant enorgueilli d'intelligence, est toujours imprégné de cette tare de la domination par la force. La femme n'est sublimée que dans la mesure où elle se contente d'une position subalterne et que son pouvoir se limite à celui de la séduction. En dehors de l'assouvissement du partenaire, point de salut. Comportement animal instinctif.
C'est faire fi de la force morale, de la volonté, de l'intelligence, de la capacité à supporter la souffrance et la solitude, pour lesquelles la gente féminine peut en remontrer à ses congénères du sexe opposé. L'endurance à la solitude est éloquente. La crainte chez le représentant du genre masculin n'est-elle pas tout simplement celle de se retrouver face à lui-même.
Je ne reconnais quant à moi comme différence que celle du mérite. C'est évidemment plus difficile à jauger que l'objectivité du genre. Hommes et femmes ont autant de chance de développer des qualités mais aussi des défauts. C'est la personnalité de l'individu qui fait la différence.
"La Rebelle" traite de ce thème à une époque où le christianisme dominant ne favorise pas le traitement d'égalité, c'est le moins que l'on puisse dire. S'il a aujourd'hui évolué sur ce point, d'autre religion ascendante contemporaine n'en tire pas la leçon pour autant et retombe encore dans ce travers rétrograde. Les mentalités sont plus difficiles à transformer que les montagnes à déplacer. Il y a trop d'avantages à perdre pour celui qui s'est arrogé la primauté.
Dans « La Rebelle », le thème est abordé par une femme, Valeria Montaldi. Elle le fait avec tempérance, comme prise en défaut. Pas d'action d'éclat pour cette rebelle. Elle cherche son salut dans la fuite. Aussi n'est-ce pas dans l'affrontement avec la haute société qu'elle gagnera la reconnaissance de ses qualités de médecin, mais dans l'énergie qu'elle déploiera à soigner les plus démunis. Elle l'obtiendra par sa persévérance tranquille et convaincue.
Le sujet est traité d'une manière un peu simpliste tant dans le scenario que dans le style. C'est dommage. Cela manque d'entrain, c'est un peu poussif. La rebelle, Caterina da Colleaperto, personnage central du roman, reste malgré tout assez secrète et timorée. Tant et si bien que l'on a du mal à s'attacher à cette personne pourtant injustement malmenée. Par ses confrères d'abord, aveuglés par sa beauté et jaloux de sa compétence, par l'église ensuite qui relègue la femme au rang d'être impur de second plan. Elle n'est qu'un suppôt de Satan, un mal nécessaire à la perpétuation de l'espèce.
L'autre thème central, celui de la médecine au moyen-âge, reste toutefois intéressant. Avec cette dichotomie entre médecine et chirurgie. Cette dernière exercée par des barbiers-chirurgiens et pratiquée dans l'aveuglement, du fait de l'interdit dogmatique de l'église quant à la pratique de la dissection.
On peine en outre à faire le lien entre les deux histoires parallèles qui se déroulent dans cet ouvrage. Celle de l'héroïne qui oeuvre en médecine et celle Marco Raineri, le tailleur sodomite. Ce dernier y paraissant comme prétexte à développer l'intérêt de l'auteure pour la confection vestimentaire. On salue toutefois l'effort de documentation sur l'un et l'autre milieux professionnels.
Bien que les longueurs et digressions le perdent un peu, cet ouvrage reste intéressant, à défaut d'être passionnant.
Commenter  J’apprécie          121
Au sein du challenge Tour du monde organisé par le petit Pingouin vert, j'ai fouillé un peu partout et j'ai découvert dans la bibliothèque de ma mère un livre d'un auteur italien.

Je ne sais pas pourquoi mais le titre m'a un peu freinée. Rebelle a pour un moi une petite consonance négative.

Toutefois, le livre est écrit comme je les aime : chapitres courts et raconté par différents personnages.

On suit donc l'histoire de Caterina, une jeune femme médecin au Moyen-Âge essayant de faire sa place dans ce monde d'hommes.
Malheureusement, ces derniers sont sans pitié et sont prêts à tout pour exclure les femmes de ce cercle privé.

En parallèle, nous suivons la vie d'un couturier de renommé qui est homosexuel. À cette époque, c'était considéré comme une perfidie et on se retrouvait rapidement en prison.

Nous suivons également la route d'un homme dont on ignore tout. On découvre sa vie peu à peu au long de l'histoire et ce dernier est amené à rencontrer les deux premiers personnages.

D'autres personnages ont le droit à quelques chapitres, ce qui nous apporte des éclairages sur différentes situations, l'histoire se déroulant à Paris et à Milan.

J'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire, à avoir envie de me remettre dans la lecture chaque soir.
Il y a pourtant des petits rebondissements, mais rien d'haletant non plus.
Je pense avoir lu de trop nombreux thrillers ces derniers temps.
L'histoire reste pourtant bien ficelée. Plus j'avançais dans l'histoire et plus je désirais savoir ce qu'il allait advenir à ces personnages.

Il y a une petite touche d'Histoire avec l'existence de l'hôpital de la Colombetta à Milan, le roi Louis IX de France, son frère Alphonse de Poitiers, sa soeur Isabelle...
L'auteur nous rappelle que la dissection était interdite à cette époque et les médecins devaient le faire en secret pour en apprendre davantage sur le corps humain.
La place primordiale de l'Eglise est aussi bien mise en avant dans le livre et est rappelée très régulièrement.

Au final, c'était un bon livre avec des conclusions pour chaque personnage, plus ou moins heureuses.
J'apprécie quand tout n'est pas rose, on reste proche de la réalité avec des hauts et des bas dans la vie de chacun.
Toutefois, il a fallu me poser et réfléchir sur ma lecture pour en venir à cette conclusion, car je fus avant tout bien heureuse de finir ce livre.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
La fumée des vendeurs de saucisses imprégnait la rue de la Saunerie. Les boutiques adossées l'une à l'autre et les toits des maisons qui dépassaient sur la rue empêchaient l'air de circuler.
Caterina hâta le pas pour s'éloigner. Elle se dirigea vers le Grand Pont : près du fleuve, la puanteur s'atténuerait peut-être, recouverte par l'odeur musquée de la terre humide. La bruine incessante ne la dérangeait pas, la capuche de son manteau la protégeait juste assez pour que ses cheveux ne se mouillent pas.
Elle se sentait humiliée, déçue. En racontant à Rolando comment elle avait choisi d'affronter ce cas difficile, elle s'attendait à recevoir des félicitations. Ne lui recommandait-il pas sans cesse d'expérimenter, de faire preuve de courage face aux situations les plus délicates ? Il ne l'avait pas réprimandée, mais son silence et ce congé hâtif avaient été plus éloquents. Que croyait-il, qu'il lui suffisait de rendre visite à des clientes gâtées et arrogantes, la plupart affligées de mélancolie pour faire d'elle un véritable médecin ? Croyait-il qu'elle délirait quand elle affirmait vouloir exercer la chirurgie ? Elle avait étudié longtemps et avec passion cette branche de la médecine, dans le but de la pratiquer parallèlement au diagnostic et à la thérapie. À présent, elle devrait y renoncer pour la seule raison qu'elle était une femme ? Parce que la plupart des médecins s'abstenaient de la pratiquer, affirmant qu'il s'agissait d'une discipline de barbiers ? C'étaient eux qui se trompaient, pas elle.
Commenter  J’apprécie          290
Caterina observa attentivement le garçon assoupi. Il ne se réveillerait pas avant une demi-heure, le temps que la douleur s'estompe un peu. Quand il s'était mis à gémir à la fin du travail de suture, elle lui avait administré une nouvelle dose d'anesthésiant. Elle avait trempé l'éponge dans l'infusion d'opium, de mandragore et de jusquiame puis l'avait placée sous son nez pour lui en faire inhaler les vapeurs.
Commenter  J’apprécie          120
- Je m'appelle Rutebœuf, je fréquente la faculté des arts depuis un peu plus d'un an.
Guiard de Laon le regarda avec curiosité.
" Serais-tu ce Rutebœuf dont j'ai entendu parler ? Celui qui compose des rimes ?
- Oui, monsieur, c'est moi."
Le maître dissimula un sourire. Cela n'avait rien d'un hasard si ce jeune homme se retrouvait au cœur d'une bagarre. Rutebœuf était connu dans le cercle des étudiants et, au-delà, pour ses libelles salaces destinés à moquer prêtres, moines ainsi qu'une partie du corps enseignant parisien.
Commenter  J’apprécie          50
Qu'on l'accepte ou non, nous sommes tous le jouet de notre destin, qui entre lui-même dans les desseins impénétrables du Tout-Puissant. Si nous parvenons à le comprendre à temps, chaque événement de notre vie devient alors compréhensible et d'autant plus supportable.
Commenter  J’apprécie          70
Tandis qu'elle l'écoutait, Caterina sentait la colère monter en elle. Elle avait beau savoir que l'histoire de Marion ne représentait qu'un drame parmi les centaines qui se déroulaient chaque jour derrière les murs du palais ou sous les toits des masures, elle se demandait pourquoi les femmes et leurs corps devaient toujours être réduits au statut de monnaie d'échange.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Valeria Montaldi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valeria Montaldi
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque samedi à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • de la main d'une femme: Charlotte Corday, une femme en quête de liberté de Astrid de Laage aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/de-la-main-d-une-femme-charlotte-corday-une-femme-en-quete-de-liberte.html • Omero, le fils caché de Christos Markogiannakis et Maxime DesGranges aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/omero-le-fils-cache.html • Poids plume de Mick Kitson et Céline Schwaller aux éditions Métailié https://www.lagriffenoire.com/poids-plume-1.html • le paradis caché de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Slatkine et cie https://www.lagriffenoire.com/le-paradis-cache.html • le Gang des rêves de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/le-gang-des-reves.html • Mamma Roma de Lucas di Fulvio aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/mamma-roma-1.html • Western de Maria Pourchet aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/western.html • Ça craque de François-Xavier Ménage aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/ca-craque-1.html • Les Allumettes suédoises, Trois sucettes à la menthe, Les Noisettes sauvages de Robert Sabatier et Francis Esménard aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-allumettes-suedoises-trois-sucettes-a-la-menthe-les-noisettes-sauvages.html • Zéro gaspi: Près de 50 recettes économiques et gourmandes de Jean-François Piège aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/zero-gaspi-pres-de-50-recettes-economiques-et-gourmandes.html • La solution à 7% de Nicholas Meyer et Rosine Fitzgerald aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/la-solution-a-7.html • Rester le chasseur de Denis Lépée aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/rester-le-chasseur.html • La rebelle: Femme médecin au Moyen Âge de Valeria Montaldi et Samuel Sfez aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/la-rebelle-femme-medecin-au-moyen-age-1.html • L'empire de la douleur de Patrick Radden Keefe, Christophe Brault aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/l-empire-de-la-douleur-1.html • Mécanique de la chute de Seth Greenland aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/mecanique-de-la-chute.html • Plan américain de Seth Greenland et Adélaïde Pralonaux éditions Liana Levi https:
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (384) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3101 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..