AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253150039
476 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (14/02/2001)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Le jeune Arnaud d' Espalungue - gentilhomme béarnais tiraillé, comme feu Henri IV, entre deux religions - " monte" à Paris chercher gloire et fortune alors que Richelieu et le père Joseph, son Eminence grise, gouvernent contre vents et marées une France exsangue et misérable. Parcours ardu, où notre héros, de duel en duel, tantôt trompé, tantôt trompeur, devra se frayer périlleusement son chemin entre des ambitions opposées : celles du grand Cardinal, qui rêve d' ab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Folfaerie
  30 mars 2010
Arnaud d'Espalungue, jeune Béarnais, quitte le domaine familial et se retrouve très vite à Paris, au service de Richelieu, à la suite d'extravagantes aventures. de duels en chevauchées ébouriffantes, notre aspirant mousquetaire, qui deviendra l'ami de d'Artagnan, le confident de la reine Anne et l'espion du Cardinal, nous livre ses réflexions sur la France de Louis XIII. Réflexions fort dumasiennes et en tout cas toujours réjouissantes. D'ailleurs, tout, dans ce roman, rappelle Dumas : la bonne chère, les intrigues politiques, les formules historiques, et des amours contrariées. Arnaud est un fin bretteur, un amant comblé, un esprit cultivé et intelligent, bref, le compagnon idéal pour celle ou celui qui n'a pas fréquenté depuis longtemps le roman de cape et d'épée. Celui-ci, ma foi, est fort bien écrit, enlevé, amusant et instructif car Monteilhet a fait preuve d'une grande rigueur historique. Pour résumer, je dirais que c'est une excellente occasion de renouer avec le genre.
Commenter  J’apprécie          40
mamzelleoups
  13 novembre 2016
De plume et d'épée raconte le parcours d'un jeune noble protestant et désargenté devenu catholique et embauché par la couronne, futur mousquetaire. Ce roman, rédigé à la 1ere personne comme des mémoires, est assez dense et riche en informations. Il est donc assez lourd par moment, et j'ai décroché pendant de longues pages. de plus, je trouve qu'il manque de descriptions des personnages, ce qui ne m'a pas aidé à visualiser les scènes. La société décrite est guidée par un code de l'honneur qui m'agace beaucoup, et du coup je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages et aux intrigues. Cependant, je reconnais que ce roman est bien écrit, d'une écriture riche mais fluide quand même.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 septembre 2013
J’avais lu dans des romans qu’il arrivait que l’amour naquît d’un coup d’œil, je n’y avais pas cru, je commençai à le croire. Peut-être portons-nous en notre âme une image idéale mais floue, tel un archétype platonicien de beauté, que nous savons reconnaître dès qu’elle se précise à nos sens éblouis.
Commenter  J’apprécie          70
emdicannaemdicanna   31 janvier 2020
... à l'automne 1620, dans une crise d'autorité, le roi Louis XIII, un frêle jeune homme bégayant, était descendu en personne avec des troupes imposantes pour annexer officiellement à la Couronne un Béarn très attaché à son indépendance de fait.
Afin de respecter la transition, le roi avait respecté les "forts", coutumes et libertés du pays, les privilèges des "états", qui réunissaient clercs, nobles, représentants des villes et des communautés dans un même souci de bonne administration, mais il avait créé un Parlement à Pau et s'était sérieusement soucié de faire appliquer l'Edit de Nantes, demeuré jusqu'alors théorique par la négligence d'Henri IV, qui avait eu d'autres chats à fouetter.
De la sorte, les calvinistes avaient du rétrocéder, la mort dans l'âme, les biens de l'Eglise en leur possession depuis un demi-siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElidoreElidore   07 octobre 2018
Si le roi mourait sans héritier mâle, Gaston était sacré à Reims, le Cardinal était massacré par ses gardes, le Père Joseph jeté à l'eau par ses capucins, la reine poussait à la paix, les protestants étaient déconfits en Hollande et dans les Allemagnes, et c'était la fin de la grande politique française de conquête et de suprématie en Europe. Jamais le sort du monde n'avait tenu à si peu de chose : une goutte de semence dans un océan d'incertitudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emdicannaemdicanna   31 janvier 2020
Page de citations, citation de Richelieu :
Tous les politiques sont d'accord que si les peuples étaient trop à l'aise, il serait impossible de les contenir dans les règles de leur devoir. (...) S'ils étaient libres de tribut, ils penseraient l'être de l'obéissance. Il faut les comparer aux mulets qui, étant accoutumés à la charge, se gâtent par un long repos plus que par le travail.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 septembre 2013
Le roi incarne la France, qui peut s’agrandir ou se rétrécir sans qu’il y perde un
poil, un giton ou un souper, et il jouit – du moins en principe – d’un emploi stable. Alors qu’un premier ministre risque sa place, et parfois sa tête.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Hubert Monteilhet (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Monteilhet
Phoenix, un film allemand réalisé par Christian Petzold, sorti en 2014, d'après le roman Le Retour des cendres de Hubert Monteilhet. Bande-annonce VO.
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1999 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre