AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2724224736
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 137 notes)
Résumé :
Ce roman des temps néroniens est un livre incontournable, une page d'histoire vraie et à jamais inoubliable pour qui veut pénétrer la Rome décadente et déchirée du premier siècle après Jésus-Christ ; connaître Néron et son règne, comprendre une époque charnière où l'empereur rêvait de baptiser sa ville "Néropolis" tandis que naissait le mythe chrétien de la cité vertueuse. En une profonde plongée dans un monde baroque et passionné, le kaléidoscope tourbillonnant de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  02 septembre 2015
Une brique...mais pas indigeste du tout: on se fiche un peu des heurs et malheurs de Caeso...ce qui passionne, ce sont toutes les notations relatives à la Ville éternelle, à la vie quotidienne, religieuse, politique et..sexuelle des Romains! C'est nettement plus vivant et plus accrocheur que Carcopino, (vie quotidienne à Rome).
J'avoue ne pas avoir senti de plaidoyer "pro domo" pour le christianisme, tant la vie réglée -et déréglée- des Romains a occupé le premier plan de mes intérêts ...
Cela dit, passée cette découverte-ou cette confirmation in situ- je ne crois pas qu'on relise avec autant de passion ce gros pavé..Les péripéties romanesques très vite s'estompent, restent un ton, assez alerte et humoristique et un enseignement qui, lui, perdure...
Commenter  J’apprécie          252
kuroineko
  10 juin 2017
J'ai découvert Hubert Monteilhet avec Neropolis lorsque j'étais au lycée. Les années ont passé mais je garde un souvenir très fort de cette vaste fresque des temps néroniens.
L'auteur, grand amateur d'histoires et d'Histoire, nous entraîne à la suite de son personnage principal Kaeso dans les profondeurs de la capitale impériale Rome dans les premières décennies du Ier siècle de notre ère.
Il y a du Dumas chez Monteilhet par l'ampleur de sa dramaturgie. On plonge plus qu'on lit, dans le quotidien de l'Urbs. La grande Histoire rejoint les petites en nous conduisant auprès des premiers successeurs d'Auguste. le roman s'ouvre sur la folie de Caligula qui fait et défait la chevalerie et l'ordre sénatorial au gré de ses illuminations. On suit Claude et ses épousailles aux relents incestueux. Et évidemment, on s'attarde sur le règne de Néron, entre faste, démesure, art et aliénation.
J'ai eu l'occasion de discuter avec Hubert Monteilhet au Livre sur la place, à Nancy, quelques années après cette lecture. Je l'avais trouvé très abordable, fort intéressant et doté de beaucoup d'humour. Ce qu'on retrouve sous sa plume. Son récit est un enchantement pour tout passionné d'Histoire romaine. Ou pour tout amateur de bonnes histoires. Tour à tout conteur et pédagogue, érudit sans pédanterie, sa prose est un régal. On apprend beaucoup sur la vie à Rome, de la constitution du garum à l'entraînement des gladiateurs, des intrications politiques au quotidien des insulae, du frigidarium des thermes au vomitorium des banquets...
Lecture passionnante et enrichissante à entamer sans la moindre hésitation, au vu du pavé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
barjabulette
  26 mars 2013
Plus de 700 pages d'histoire romaine ! J'avoue, j'ai acheté ce bouquin en seconde main, plus par hasard qu'autre chose, et lorsque je m'y suis mise je n'étais pas sur du tout d'en voir la fin ! Mais je ne l'ai pas laché.
Ce que j'aime dans les romans historiques c'est justement cette habitude que j'ai de chercher, parrallèlement à ma lecture, d'autres pistes pour vérifier la véracité des éléments du bouquin. Or, dans celui-ci, et Dieu sait qu'il s'agit d'une belle pièce, je n'ai pas du tout ressenti le besoin de faire des recherches parrallèles. J'ai aimé l'histoire, j'ai adoré le style d'écriture de l'auteur qui a beaucoup d'humour, j'ai aimé suivre les aventures de Kaeso. Il est vrai que l'auteur nous peint un tableau pas toujours glorieux de Rome, on se croirait parfois dans un film porno, mais, indépendamment de cela, l'histoire est bien tournée. J'ai aussi aimé l'idée de me repérer dans cette Rome antique, me promener la journée dans des lieux que je retrouvais lors de la lecture de ce bouquin, une fois rentrée dans mon hôtel romain. Une belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
paulotlet
  08 janvier 2012
Je mentirais en niant que j'ai passé de bons moments au fil des 850 pages de ce roman fleuve. L'histoire de Caeso, un jeune romain feignant de se convertir au christianisme pour échapper aux convoitises de sa belle-mère adoptive rassemble tous les ingrédients de la bonne littérature d'aventure. Là où je suis moins enthousiaste, c'est sur la prétendue exactitude historique du roman. L'auteur nous montre une Rome complètement décadente, où aucune mesure, aucun bon sens n'ont cours, un Emprereur d'une cruauté extrême régnant sur un peuple dépravé dont seuls les chrétiens semblent avoir conservé quelques bribes de sens commun. Monteilhet est complètement fasciné par une sexualité débridée et parfaitement perverse qu'il nous décrit comme omniprésente. On sent chez lui une bonne dose de militantisme au service de ceux qui ont compris le mystère de la vraie croix et ça, éh bien ça me les brise menu. Ceci dit, emmenez Néropolis sur une plage et je vous garantis quelques heures de plaisir.
Commenter  J’apprécie          74
sylvieh11
  31 juillet 2014
J'ai lu ce livre pour la première fois à sa parution. Il m'avait vraiment emballé, je m'étais entièrement plongé dedans.
Il portait dans mon souvenir un air de nostalgie associé à l'idée qu'il m'avait aidé à obtenir une très belle note lors d'un oral universitaire.
Retrouvant l'ouvrage chez un bouquiniste, m'est venue l'idée de le relire. Je n'aurais pas dû.... L'histoire lente, le contenu fouillé et minutieux m'ont lassé.
Il y a cependant là un bel ouvrage de recherche. Je lui mets donc une note de trois, entre présent et passé.
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Emily5FEmily5F   14 août 2015
"Cet appétit de dialogue personnel rendait les épitaphes extrêmement variées et dénuées le plus souvent de la moindre convention quant à l'essentiel du texte. Toutes les qualités et tous les défauts s'exprimaient ainsi dans cette prose éternelle. Des vaniteux entassaient une douzaine de surnoms en guise d'introduction à un "curriculum vitae" ridicule. Des hommes célèbres travaillaient dans le genre sobre. Les pensées, les sentiments les plus contradictoires, les plus profonds ou les plus futiles se faisaient jour. Les Romains se révélaient soudain beaucoup plus originaux dans leur mort que dans leur vie.
Kaeso, à son tour, attirait l'attention de Décimus sur tel ou tel extrait, qui l'avait frappé pour une raison ou pour une autre...
"Ci-gît Similis, ancien Préfet du Prétoire : il supporta la vie durant cinquante ans et ne vécut vraiment que durant sept ans."
"La vertu est ouverte à tous, elle n'exige ni rang ni richesses : l'homme seul lui suffit."
"Tant que j'ai vécu, je me suis bien amusé. Ma pièce est finie, la vôtre finira bientôt. Adieu, applaudissez !"
"Vivant, je n'ai jamais maudit personne. A présent, je maudis tous les dieux des enfers."
"T. Lollius a été placé près de cette route pour que le passant lui dise : cher Lollius, adieu !"
"Ci-gît Amymone, femme de Marcius. Excellente, très belle, elle fila la laine, fut pieuse, pudique, honnête, chaste, et resta à la maison."
"A la femme la plus aimable : elle ne m'a causé d'autre chagrin que celui de sa mort".
"Je vous supplie, très saints dieux Mânes, d'avoir pour recommandé mon très cher mari et d'être assez indulgents avec lui pour que je le voie durant les heures de la nuit."
"Ce que j'ai bu et ce que j'ai mangé, c'est tout ce que j'emporte avec moi"
"Pieux, vaillants, fidèle, sorti de rien, il a laissé trente millions de sesterces et n'a jamais voulu entendre les philosophes. Porte-toi bien et prends exemple sur lui."
"Jeune homme, quelque pressé que tu sois, cette pierre te demande de lever ton regard et de lire : ci-gît le poète M. Pacuvius. Voilà tout ce que je voulais t'apprendre. Adieu."
"Terre, ne pèse point sur cette enfant, qui n'a point pesé sur toi !"
"Puisse-t-il bien se porter celui qui me salue en passant !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Emily5FEmily5F   14 août 2015
"-Mais voyons, tu sais comment ça se passe, et depuis des générations...
A la moindre marque de disgrâce, le condamné n'attend pas que son corps supplicié soit traîné aux Gémonies, et ses biens, confisqués. Il organise une soirée d'adieux, se fait ouvrir les artères des poignets - et non pas les veines, comme l'écrivent les historiens qui ne se sont pas encore donné la mort...
- Quelle différence entre veines et artères ?
- Les unes sont grosses, et les autres, petites.
Bref, tandis que le sang s'écoule, le suicidé cherche de nobles paroles, qui resteront en mémoire, lègue quelques objets précieux à l'empereur, qu'il remercie de ses bons soins, laisse un gros paquet au Préfet du Prétoire et à quelques autres nécrophages, offre à boire au centurion qui a, comme par hasard, fait cerner sa maison pour qu'il ne puisse s'échapper que les pieds devant.
Il résulte de cette prévenance que l'empereur serait un méchant tyran de confisquer les biens d'un homme que personne n'a encore jugé ni condamné, et le testament est d'ordinaire respecté.
En outre, l'empereur dira d'un ton bonhomme : "Quel dommage ! Qu'est ce qui lui a pris ? Je n'avais pourtant pas si fort froncé les sourcils. Que n'a-t-il escompté ma clémence ? J'aurais à ce jour un obligé de plus..."
Mais un courtisan suggérera : "Il n'aurait pas appelé le chirurgien s'il ne s'était pas senti plus coupable qu'on ne pense". Et l'empereur hochera la tête avec une tristesse dubitative.
Ainsi, tout le monde est content : le Préfet du Prétoire aura fait une affaire de plus, le centurion aura bu du meilleur, l'empereur caressera son bronze de Corinthe sans qu'il y aille de sa faute, et le condamné aura soustrait ses biens au pillages à toutes fins utiles".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
barjabulettebarjabulette   26 mars 2013
Sur le seuil, le judéo-chrétien eut cette remarque, très caractéristique de ceux qui sont menacés d'extermination en vertu d'une étiquette quelconque :"Tous mes voisins m'aiment et m'estiment. Je m'efforce de leur donner le bon exemple." Et Kaeso lui rétorqua tristement : "Tous tes voisins te haissent, justement parce que tu leur donnes le bon exemple. Crois tu que les gens aiment recevoir des leçons ?" Quand un garçon a atteint ce degré de sagesse, il est compréhensible que la terre lui pèse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mcd30mcd30   21 août 2017
Mais, pour ce que j'en sais, l'existence des revenants est reconnue par le droit romain. N'est-il pas permis chez vous, sauf erreur, d'intenter un procès en annulation de vente pour cause de vice caché s'il s'avère que la maison achetée est de notoriété publique hantée par un fantôme.
Commenter  J’apprécie          40
mcd30mcd30   04 septembre 2017
_ Je ne saisis pas grand-chose à cette histoire.
_ Tu n'es pas le seul ! Les apôtres m'ont dit qu'ils n'avaient pas compris grand-chose non plus.
_ Pourquoi n'ont ils pas questionné le Christ à ce sujet ?
_ Ils osaient rarement L'interroger, crainte de passer pour bêtes aux yeux des autres. Mais Jean, notre plus distingué théologien, à qui Jésus faisait des confidences particulières, soutient qu'il faut prendre les paroles de Jésus au pied de la lettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Hubert Monteilhet (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Monteilhet
Phoenix, un film allemand réalisé par Christian Petzold, sorti en 2014, d'après le roman Le Retour des cendres de Hubert Monteilhet. Bande-annonce VO.
autres livres classés : néronVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..