AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330103385
576 pages
Éditeur : Actes Sud (06/06/2018)
3.78/5   53 notes
Résumé :
Après les aventures de La Table du roi Salomon, l'organisation secrète du Corps Royal des Quêteurs, chargée de retrouver des objets perdus du patrimoine archéologique espagnol, suit la piste d'un manuscrit volé jusqu'au Mali. Un roman érudit et trépidant qui nous plonge au cœur des trésors des bibliothèques de Tombouctou. 
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 53 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

kuroineko
  27 août 2019
L'Oasis éternelle, La Chaîne du Prophète si l'on traduit le titre original, est la seconde quête du Corps National des Quêteurs, cet ordre secret créé au XIXème siècle pour récupérer les objets artistiques et historiques dérobés à l'Espagne au cours des diverses guerres et occupations.
On avait laissé Tirso et ses collègues dans une situation critique du point de vue de l'organisation du Corps. le second volume reprend le fil peu de temps après le premier dénouement.
C'est vers l'Afrique, plus particulièrement le Mali, que Luis Montero Manglano nous entraîne cette fois-ci. L'occasion pour moi d'apprendre une foule de choses sur ce pays et son Histoire mouvementée au gré des siècles, des empires tribaux jusqu'à la fin de la colonisation française. C'est fascinant comme l'auteur, qui doit être un enseignant captivant, sait apporter des quantités de connaissances sans devenir pesant ou trop encyclopédique. le tout se déroule au fil du texte, qu'il imprègne comme autant de clés de compréhension. Bien évidemment, de nombreux points sortent de son imagination.
J'ai été ravie de retrouver Tirso "Pharos", Labulle, Danny et l'inimitable Enigma. le récit alterne aventures trépidantes, un peu à la sauce Indiana Jones parfois, et mises au point érudites. Ce séjour à travers le Mali met en exergue sa situation actuelle, aux prises avec des indépendantistes Touaregs affiliés avec des groupes djihadistes tels qu'AQMI ou Ansar Dine. On y rencontre d'ailleurs des membres français de l'opération Barkhane (ex Serval) qui montre combien l'état du pays est hélas préoccupant.
Je ne sais pas le nombre de tomes qu'a prévu Luis Montero Manglano pour son Corps National des Quêteurs, toujours est-il que je compte bien me plonger rapidement dans le troisième, tout frais sorti en juin de cette année et répondant à l'intrigant titre La Cité des Hommes Saints. Tout un programme en perspective, j'en suis certaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Josephine2
  18 septembre 2019
Tirso a bien du mal à trouver sa place dans le monde du travail. Il est employé, temporairement, comme guide dans un musée de Canterbury, mais sera renvoyé. Il rentre à Madrid et répond à une annonce singulière. Il va devoir passer des examens spéciaux qui l'amèneront à intégrer le fameux cercle du Corps Royal des Quêteurs, organisation secrète chargée de récupérer, de manière plus ou moins licite, dans les pays étrangers, les oeuvres d'art dont l'Espagne, au gré des mouvements de l'histoire, a pu être spoliée.
Un moment sympathique de lecture, faite d'énigmes, de quêtes, de mystères, d'organisations secrètes, de courses poursuites après des oeuvres d'art disparues ou volées en Espagne, de trahison. Les personnages sont attachants, atypiques.
Une quête bien menée et bien rythmée par Luis Montero Manglano, qui est professeur d'histoire de l'art et d'histoire médiévale, qui a tout pour plaire aux ados (et à moi).
Une trilogie addictive, ayant des similitudes avec « Indiana Jones », qui entraîne les lecteurs en Europe, mais également à Valcabado en Equateur.
Très bien pour l'été, pour les ados et les plus grands, férus d'aventures. Avis aux amateurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Brize
  28 juin 2018
Dans « L'oasis éternelle », on retrouve Tirso, le jeune héros de « La table du roi Salomon », premier tome de la trilogie consacrée par Luis Montero Manglano (qui avant d'être un bon écrivain est professeur d'histoire de l'art et d'histoire médiévale) au Corps Royal des Quêteurs. Ces Quêteurs, au sein desquels Tirso avait été recruté, constituent une organisation secrète chargée de récupérer, dans les pays étrangers, les oeuvres d'art dont l'Espagne, au gré des mouvements de l'histoire, a pu être spoliée.
Ce deuxième volet (ATTENTION SPOILER si vous n'avez pas lu le tome 1) s'ouvre sur un Corps singulièrement diminué suite au dénouement tragique des précédentes aventures. Son nouveau chef, qui plus est, semble tout faire pour réussir à coincer les quêteurs derrière leurs bureaux, en les assommant de tâches administratives sans tenir aucun compte de leur vocation première. Au point que, sous l'impulsion de Tirso, ils vont se lancer, sans en référer à leur hiérarchie, dans une nouvelle quête qui va cette fois les emmener au Mali, à la recherche d'un objet ô combien mystérieux (les premières pages du roman, qui rappellent succinctement certaines étapes de l'histoire de ce pays, dont je ne connaissais rien, m'ont inquiétée mais à tort, on s'en sort en prêtant un peu attention aux indications données).
« L'oasis éternelle » s'inscrit clairement dans la continuité de « La table du roi Salomon » et il serait dommage d'aller directement le lire sans passer par la case du premier tome (dont j'espère qu'il finira par sortir en poche). Non seulement parce qu'il y est toujours question de l'histoire personnelle de Tirso, avec la poursuite des révélations concernant son père, mais aussi parce que les quêteurs se heurtent à nouveau à leurs précédents adversaires. Il y a donc bien un schéma d'ensemble qui se dessine, sous-jacent, et on imagine que le tome 3 (déjà paru en espagnol) clôturera le récit en nous livrant toutes les clés.
Pour le reste, on est dans le roman d'aventures pur jus, sur fond historique, et c'est mené tambour battant, on ne s'ennuie pas une seconde, avec des personnages suffisamment intéressants, voire attachants, pour qu'on s'inquiète pour eux (en prime, on a aussi un p'tit jeune geek qu'ils sont allés dégoter pour remplacer leur informaticien, avec lequel les interactions sont très bien vues). du divertissement de qualité !

Lien : https://surmesbrizees.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
taleofacity
  27 février 2021
L'équipe du Corps national des quêteurs (un organisme chargé de retrouver et récupérer les oeuvres d'art spoliés à l'Espagne) est au plus mal. Affublée d'un nouveau chef suite aux évènements finaux du tome précédent, les missions extravagantes à la poursuite de légendes ésotériques laissent la place à des tâches bureaucratiques. Toutefois, il en faudrait beaucoup plus pour empêcher Tirso, quêteur intuitif et curieux, de se lancer corps et âme à la suite d'un mystérieux trésor qu'une autre organisation semble convoiter. Quel est ce trésor ? Que comptent en faire ces opposants autant dangereux que mystérieux ? Pourquoi Tirso plus que quiconque semble attiré par les oeuvres légendaires et s'attirer autant d'aventures que d'ennuis ?
Si le roman ne répond pas à toutes ces questions, laissant assez de suspens pour avoir envie de lire la suite et fin de la trilogie, cette quête nous fait voyager de Madrid au Mali, sur un bateau pirate ou encore dans les bases militaires. A mi-chemin entre Indiana Jones et une version anti-héroïque d'Arrow (je ne sais pas vous mais j'imagine bien Felicity Smoake en Enigma), ce roman est à la fois drôle, prenant, plein de suspens. En un mot, le coup de coeur est confirmé !
Mention spéciale pour le relief de la couverture et ce graphisme !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Guillaume72
  24 juillet 2020
Suite de l'histoire de l'ordre des quêteurs. Ces derniers se lancent sur les graces de Moïse enfin pas celles que l'on connaît au travers de la Bible puisque l'intrigue se déroule pour l'essentiel au Mali. On a l'impression dans ce livre de perdre les quêteurs les uns après les autres et il faut vraiment être des surhommes pour résister aux épreuves rencontrées. Cela entache un peu la vraisemblance du roman.
L'histoire n'est pas mal menée mais elle est moins passionnante que celle du premier tome.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   07 juillet 2019
Mon père était un bon conteur. Il savait captiver sans être ennuyeux ni perdre le fil de son histoire.
Hélas, il ne m’en a raconté qu’une seule dans sa vie, sur un roi, une sorcière et une table dotée de pouvoirs divins ; et il n’a même pas pu m’en offrir le dénouement. J’ai dû le découvrir par mes propres moyens.
Une bonne histoire. Je pourrais vous la raconter, mais j’en connais une bien meilleure.
J’aimerais pouvoir la raconter comme l’aurait fait mon père. Que n’ai-je passé plus de temps avec lui pour apprendre ses trucs de conteur, mais il a disparu de ma vie trop tôt, pour des raisons qui ont échappé à son contrôle. Un très bon récit, lui aussi.
Mais comme vous le savez, j’en connais un bien meilleur…
Je vais vous parler d’empires et de conquérants.
Je pourrais commencer par une puissante invocation littéraire, qui rameute des muses de feu ou des milliers d’esprits immortels. Mais je préfère utiliser mes propres mots : c’est déjà une histoire énorme, inutile d’y ajouter des ornements.
Elle commence par la famille Guevara. Un lignage de mo­­risques tolédans, si ancien, disait-on, que lorsque les Wisigoths débarquèrent dans la péninsule Ibérique, les Guevara les regardaient déjà comme des étrangers. On ne sait pas grand-chose sur eux, si ce n’est qu’à un moment donné ils décidèrent de se convertir à l’islam et que, vers le xve siècle, ils reçurent en paiement de leur hospitalité un livre des mains d’un juge appelé Al-Quti qui s’enfuyait de Tolède, poursuivi par l’Inquisition, en direction de l’Afrique.
Si mon père m’avait raconté cette histoire, je suis sûr qu’arrivé à ce point je l’aurais interrompu et je lui aurais demandé de quel livre il s’agissait. Il m’aurait regardé, souri finement et donné pour toute réponse :
— Tu veux le savoir ? Je pourrais te le dire, bien entendu, mais j’en connais une bien meilleure.
Je suppose que les vices sont héréditaires. Celui de mon père était de raconter les choses uniquement quand il estimait que c’était adéquat, quand il pensait qu’elles pouvaient apporter un meilleur effet au récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ELCELC   10 mars 2020
Cela peut paraître étrange, mais j’avais soudain conscience d’ignorer beaucoup de choses sur mes compagnons quêteurs. On ne peut savoir combien un trou est profond et obscur tant qu’on n’a pas mis le nez dedans.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : maliVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre