AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207013444X
Éditeur : Gallimard (29/08/2013)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Bosnie, années 90. Deux jeunes hommes venus de France se battent contre les Serbes. Mosko est un fils d'immigrés polonais. À la faculté de Nanterre, il fait la connaissance d'un étudiant musulman qui oriente sa vie vers l'islam. Lors de l'éclatement de la Yougoslavie, il rejoint les moudjahidine, venus prêter main forte à leurs frères bosniaques... Fahrudin, lui, est un fils de Bosniaques arrivés en France après la mort de Tito. Il a grandi dans une cité de la banli... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
horline
  22 septembre 2013
La guerre de l'ex-Yougoslavie parait lointaine. C'était il y a vingt ans. On ne comprenait pas exactement les enjeux et les implications d'un conflit qui n'opposait pas un régime dictatorial à un peuple mais des communautés, des ethnies, des territoires. Une guerre multidimensionnelle en somme, avec un paramètre communautaire qui s'est imposé avec force lorsqu'on a découvert des camps de concentration serbes enfermant des bosniaques décharnés.
Dés lors, il fallait réagir. Les États occidentaux, les casques bleus de l'ONU mais aussi de simples citoyens ont pris la route pour les Balkans. Une seule route relie la Bosnie au reste du monde, c'est la route du salut.
C'est sur cette même route hasardeuse, semée d'embûches et d'obstacles que se sont engagés Mosko, étudiant à Nanterre nouveau converti à l'islam et Fahrudin, fils d'immigré bosniaque.
L'auteur dépeint dans ce roman ô combien réaliste le parcours de deux jeunes hommes qui tâtonnent, ou n'ont pas su tracer les contours de leur trajectoire en France. L'un est rêveur et idéaliste, il a préféré abandonner le punk et les Sex Pistols pour le Coran le jour où il a considéré pouvoir y puiser une expérience de vie inédite et sans compromis. L'autre est nostalgique, il puise dans la chaleur de ses souvenirs d'enfance en Bosnie des sensations familières.
Confrontés à la réalité de la guerre, ils découvrent que l'itinéraire de leur engagement n'est pas une ligne droite, la route est longue parfois douce parfois cruelle.

De prime abord, on pourrait se dire que c'est un roman dans l'air du temps, une littérature qui s'approprie les questions actuelles qui agitent la société : la revendication identitaire à l'heure de la mondialisation, la quête de l'engagement absolu et immédiat, le rejet de nos sociétés assoupies... C'est vrai. Mais la force de cette fiction est de donner à sentir plus qu'à décrire avec précision.
Sentir chez ces jeunes un peu paumés, un peu en marge de la société le lent processus qui voit germer le radicalisme ou la nécessité de s'engager dans quelque chose susceptible de les transcender. Sans un mot, sans trahir ses personnages, l'auteur confronte les deux jeunes hommes à leur illusion, les pousse à habiter l'identité dans laquelle ils se sont drapés jusqu'à éveiller une prise de conscience ? Les faire grandir ? Leur faire accepter la réalité et ses distorsions ? Etienne de Montety adopte un style volontairement laconique pour éviter l'écueil d'enfermer le récit dans le manichéisme et la facilité. C'est ce qui lui permet notamment de suggérer que ce sont peut-être les serbes qui ont fait des bosniaques des musulmans, et l'identité religieuse est devenue un moyen de résistance pour ceux qui se considéraient yougoslaves jusqu'à présent.
Par contre, c'est une fiction qui parvient à décrire avec une précision et une authenticité peu communes les combats, l'état d'esprit des combattants avant d'en découdre, la gravité de l'instant sans effet d'hémoglobine ni recourir à des scènes grandiloquentes.
Malgré un début laborieux, c'est un roman très enrichissant avec un éclairage particulier sur la guerre des Balkans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
spleen
  16 août 2014
La route du salut est la seule route de Bosnie, empruntée pendant la guerre de l'ex-Yougoslavie.
C'est un peu surprenant de revenir 20 ans plus tard sur ce conflit qui étonnement est sorti assez vite de notre mémoire chassé par des conflits plus récents alors que sa proximité et sa violence en particulier envers certaines communautés religieuses nous avait choqués.
Vraisemblablement cela a permis au journaliste et écrivain Etienne de Montety qui a d'ailleurs reçu le prix des Deux Magots pour ce roman d'initialiser une réflexion sur le destin de jeunes hommes en France partis combattre en Bosnie et de façon plus extensive ce qui pousse certains jeunes français paraissant plutôt bien intégrés à s'engager dans le Djihad.
Deux histoires parallèles nous sont contées : celle de Fahrudin, un jeune bosniaque dont le grand-père et sa famille sont venus s'installer en France du coté de Rouen et qui , ayant besoin d'action, s'engage dans la Légion avant de déserter pour aller aider ses frères bosniaques à repousser les serbes, une lutte de territoire , défendre la terre de ses ancêtres.
Et l'histoire de Joss Moskowski, de parents polonais immigrés qui est étudiant en fac de droit, décroche en devenant junkie et qui trouve la délivrance de ses démons dans l'islamisme par l'intermédiaire d'un ami musulman, ce qui le mène à aller combattre au nom d'Allah contre les serbes.
Deux destinées qui n'ont pas le même but, mais vont se croiser, se frotter et peut-être même finir par se comprendre ...
L'écriture est sobre, cela met une certaine distance vis à vis des sentiments de nos héros et fait paraitre un peu longue la période française même si elle sert en quelque sorte de catalyseur pour la suite pour finalement se demander qui a soutenu le bon combat ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
C31
  01 mars 2014
La route du salut impressionne aussi par ses scènes de combat nerveuses et tendues, refusant les facilités du spectaculaire pour mieux nous plonger dans cette guerre souvent rurale, une guerre dans les ruines, une «guerre de pauvres». Quant à la fin, sèche et émouvante, elle conclut parfaitement ce roman d'une époque aux accents universels.
http://blog.culture31.com/?p=19279
Lien : http://blog.culture31.com/20..
Commenter  J’apprécie          00
pierro98
  13 septembre 2013
Un roman qui explore la dérive religieuse d'un jeune français converti à l'islam, qui le conduira jusqu'en Bosnie pour faire la guerre. Un roman qui se lit d'une traite, comme un film d'action.
Lien : http://www.amazon.fr/La-rout..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (5)
Culturebox   29 janvier 2014
En faisant revivre le conflit en ex-Yougoslavie, ce roman offre un éclairage profond sur l'engagement, la foi et sur la montée des identités dans l'histoire récente du vieux continent.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeJournaldeQuebec   29 janvier 2014
Le 81e Prix des Deux Magots, doté de 7 700 euros (autour de 11 500 dollars), a été décerné à l'écrivain et journaliste Etienne de Montety pour son roman La route du salut paru en 2013 chez Gallimard, ont annoncé mardi les organisateurs.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Bibliobs   22 novembre 2013
Etienne de Montety peint avec une précision saisissante l'atmosphère d'un pays plongé dans un chaos absurde.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   23 septembre 2013
Il en va des personnages comme des vins. L'euphorie qu'ils procurent perdure plus ou moins. Ceux qu'Étienne de Montety a semés sur sa Route du ­salut tiennent bien au corps et à l'esprit. On conserve longtemps dans sa mémoire les destinées de Moskowski et Fahrudin, jetés un beau jour dans le monde de la guerre.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeFigaro   13 septembre 2013
La Route du salut est une passionnante fresque épique et spirituelle qui plonge au cœur des enjeux brûlants d'aujourd'hui.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
horlinehorline   22 septembre 2013
Que s’était-il passé ? Désormais les religions séparaient les Yougoslaves. C’était nouveau. Dans son enfance, il ne serait venu à l’idée de personne de désigner quelqu’un par sa confession. Fahrudin savait que certains de ses amis étaient chrétiens, orthodoxes ou catholiques. Et encore, pas toujours. Ce n’est qu’à l’occasion d’une communion ou du ramadan qu’il découvrait quelle était leur religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Étienne de Montety (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Étienne de Montety
« L?amant noir » Etienne de Montety .Retrouvez l'émission sur : http://www.web-tv-culture.com/ Voilà un nom bien connu dans le milieu littéraire parisien mais aussi dans le monde du journalisme. Etienne de Montety est à la fois directeur adjoint du Figaro et directeur du Figaro littéraire qui, tous les jeudis, propose un tour d?horizon de l?actualité du Livre. Né à Paris, Etienne de Montety suit des études de droit puis de sciences politiques avant de s?orienter vers le journalisme. Mais il reconnait aussi avoir besoin de s?isoler, de s?évader par la lecture. A se passionner pour l?histoire de la littérature, à côtoyer les auteurs contemporains, il était évident qu?Etienne de Montety passât de l?autre côté de la barrière. En 1994, il publie son premier livre, une biographie de l?écrivain et académicien Thierry Maulnier. Au fil des années, on lui doit d?autres biographies, des recueils de quelques-unes de ses chroniques du Figaro mais aussi deux romans, notamment « La route du salut » en 2013. Voici le troisième roman d?Etienne de Montety, « L?amant noir ». Fleurus Duclair est né à la fin du XIXème siècle dans une vieille famille aristocratique. Répondant aux attentes familiales, il s?engage dans l?armée et combat dans les tranchées. Officier sans envergure, on le retrouve en poste à Constantinople où il découvre l?opium, le fameux « Amant noir » qui donne le titre à ce roman. S?il se laisse détruire par l?opium, Duclair s?enflamme également pour la littérature qui finira par lui être aussi fatale que la drogue. le nouveau roman d?Etienne de Montety, à l?écriture volontairement classique, est d?une grande poésie et d?une grande désespérance. Hommage caché à Pierre Lotti, conçu comme un journal personnel, il nous raconte un homme coincé dans le carcan d?une famille et d?une époque, un homme qui cherche à s?évader par l?opium mais aussi par la lecture et l?écriture et par les paysages, ceux du Bosphore ou du rif algérien. On se laisse prendre au piège de ce beau récit à l?écriture maîtrisé, on se laisse émouvoir par ce personnage désespérément seul. Un coup de c?ur ! « L?amant noir » d?Etienne de Montety est publié chez Gallimard.
+ Lire la suite
autres livres classés : guerres des balkansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1225 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre