AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782764401880
330 pages
Éditeur : Québec Amérique (06/06/2003)
4.29/5   284 notes
Résumé :
Avec ses yeux gris qui brillent comme les étoiles du soir et ses cheveux roux toujours aussi mordants que son tempérament, Anne, désormais âgée de seize ans, a su gagner l’affection des habitants d’Avonlea. Alors qu’elle prend ses fonctions d’institutrice, son caractère se dévoile tout en nuances et envolées idéalistes. Elle fera de nouvelles rencontres, comme Monsieur Harrison, leur voisin à Green Gables, ou Mademoiselle Lewis, qui vit dans le Pavillon aux échos. I... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 284 notes
5
38 avis
4
21 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

NathalC
  18 juillet 2021
On continue à suivre Anne dans sa vie sur l'île du Prince Philip. Fin d'adolescence, début de vie de jeune fille.
Même si on retrouve la fraicheur du 1er tome, j'avoue m'être un peu ennuyée lors de cette lecture. C'est toujours plein de bons sentiments, sans mièvrerie. C'est une belle histoire.
Je vais poursuivre avec le 3ème tome, mais pas sûre de pouvoir continuer ensuite... Envie de plus d'actions, de suspens, de mouvements, d'intrigues... A voir !!
Commenter  J’apprécie          511
iris29
  30 juillet 2021
Je me demandais en ouvrant ce deuxième tome des aventures d'Anne , si la magie opérerait à nouveau , et bien oui ! L'autrice arrive à nous embarquer à nouveau dans l'enthousiasme, la positivité de ce personnage. Et pourtant, il ne s'y passe pas grand-chose puisque l'enjeu de l'adoption et de l'intégration de cette petite orpheline est actée.
Désormais, elle a dix-sept ans , et elle est institutrice dans son ancienne école ! Une année avec des élèves, mais pas que ! Car il s'y passe des choses dans cette petite île... Enfants orphelins, histoire d'amour contrariée,embellissement du centre d'Avonlea, Anne répare tout ce qui se trouve sur son passage, maisons comme âmes égarées. Et l'on ressort de cette lecture apaisés, heureux, Cette saga est comme une petite pilule de bonheur sans les effets indésirables !
Encore une fois la maison d'édition Toussaint Laventure a fait un travail remarquable: couverture cartonnée, illustration aux couleurs qui scintillent suivant le soleil disponible dans votre pièce, petites informations sur la police de caractère etc.., attentionnées et humoristiques.
Une série qui fait du bien ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Sachenka
  11 janvier 2016
Anne Shirley, suite au décès de son père adoptif Matthew Cuthbert, décide de rester à Avonlea, sur l'Île-du-Prince-Édouard, afin de ne pas y laisser seule Marilla. D'ailleurs, celle-ci, en plus de perdre graduellement la vue, doit s'occuper des jumeaux orphelins d'une de ses distantes parentes, Davy et Dora. Si la fillette est un ange, le garçon est une petite peste bien adorable. Aussi, le lecteur retrouve avec plaisir Rachel Lynch, Diane, Gilbert et tous les autres personnages que l'auteur, Lucy Maud Montgomery, nous a rendu attachants.
Dans le tome « Anne d'Avonlea », la protagoniste est devenue maitresse de l'école de son village. Pour une jeune femme de dix-sept, il s'agit d'une lourde responsabilité mais elle s'en acquitte à la perfection. Comme tout le reste, d'ailleurs. Avec ses amis, elle fonde la Société d'Amélioration du Village d'Avonlea, un organisme dont le but est de rendre leur bourgade plus belle. Regardée avec suspicion par plusieurs, cette société se développera connaitra des débuts difficiles mais se développera merveilleusement bien.
C'est un peu ce qui m'agace avec ce tome. Tout réussit à Anne, son travail de maitresse comme sn rôle dans la SAVA. Elle est trop parfaite ! Tellement que ça en devient peu crédible. Il faut dire que je n'ai jamais aimé les mademiselles-je-sais-tout. Bon, je conviens qu'une adolescente qui lit ces aventures n'y verra que du feu et pourra facilement se visualiser dans les traits de la petite rouquine – en fait, j'imagine très bien ma soeur et mes voisines l'imitant, devant des élèves imaginaires, expliquant, grondant, etc. Mais, lire « Anne d'Avonlea » à l'âge adulte, sans la nostalgie d'une première lecture, est un peu lassant.
Ajouter à cela qu'il ne se passe pas grand chose – pour ne pas dire rien – à part quelques petites disputes entre voisins et les histoires de coeur de certains. En fait, le focus de l'histoire se déplace vers les autres personnages. Anne se retrouve surtout mêlée aux péripéties de M. Harrison et de Mlle Lavendar. Bref, ce tome est comme un entre-deux qui nous fait patienter avant le prochain tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
Ileauxtresors
  17 avril 2021
On a vite fait le tour d'Avonlea et bientôt, on croit en connaître chaque habitant. Cette charmante bourgade pourrait être ennuyeuse si Anne n'était pas là pour la bousculer un peu ! Qu'il s'agisse d'insuffler de nobles desseins à ses jeunes élèves, d'embellir le village ou de venir en aide aux âmes en peine, la jeune fille nourrit les ambitions les plus élevées. Dans ce deuxième tome aux finitions toujours aussi fabuleuses, la voici au seuil de l'âge adulte, en proie à des doutes à la mesure de ses aspirations au moment de concrétiser ses rêves. Une épreuve de réalité parfois redoutable, mais Anne est si pleine d'idées, d'énergie et d'optimisme qu'elle semble capable de déplacer des montagnes !
Ce roman vit moins de l'intrigue – qui n'a pas vraiment d'arc général, à part la question du destin forcément hors du commun auquel Anne est promise, et une romance qui s'esquisse à peine – que du charme des péripéties sublimées par la plume vive, et même lyrique, de Lucy Maud Montgomery. Cette forme de narration lente permet de restituer la façon dont le cours d'une vie est façonné par d'infimes tournants. de nouveaux personnages viennent étoffer le récit – un nouveau voisin excentrique, des jumeaux turbulents, une mystérieuse dame qui semble sortie d'un conte de fée. Comme dans le premier tome, nous avons aimé rire de la façon dont les idées grandiloquentes et poétiques d'Anne s'entrechoquent avec les préoccupations beaucoup plus prosaïques de son entourage. On aimerait l'avoir pour amie : elle est une de ces personnes profondément ouvertes d'esprit, avec lesquelles on est sûr de ne pas s'ennuyer, capables de révéler la poésie des choses, de sublimer le moindre instant, de saisir chaque occasion d'imaginer une histoire, un jeu, un projet.
J'ai pu craindre lors de cette lecture à voix haute que cette histoire et cette plume d'un autre temps ne lassent mon fils dans ce tome où Anne reste dans un entre-deux qui laisse entrevoir des changements plus importants dans le troisième tome à venir. J'ai été émerveillée de voir que la magie d'un texte composé il y a plus d'un siècle continuait d'opérer pleinement auprès d'un mouflet de dix ans en 2021.
On se trouve décidément bien à Avonlea. Nous ne manquerons pas d'y retourner bientôt, histoire de découvrir ce que deviendra Anne, de nous laisser envouter avec elle par la beauté du monde et de prendre soin de ce super-pouvoir qu'est l'imagination !
Une série tendre et solaire, au charme intemporel.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
dedanso
  26 février 2021
Ce deuxième tome est aussi poétique (et romantique dirait Anne) que le premier !
J'ai retrouvé avec plaisir les habitants d'Avonlea, qui sont si bien incarnés. Anne a mûrit, elle se transforme en jeune femme et apprend beaucoup au contact de ses élèves. La nature est toujours une source d'émerveillement pour elle, même si les gens acquiert une importance plus importante à ses yeux. Surtout le petit Paul Irving, son âme soeur, et les jumeaux Dora et Davy que Marilla a recueilli à Green Gables.
La romance n'est jamais loin, Miss Lavendar et la douce Diana en savent quelque chose. Même le coeur d'Anne commence à s'ouvrir à l'amour. Finalement, ce tome est un peu comme le printemps dans la vie d'Anne. C'est pourquoi la sublime couverture de cette édition de Monsieur Toussaint Louverture lui convient si bien.
Ce qui restera dans mon esprit bien longtemps de ce tome, c'est la douce image de la Maison aux Échos. Car chaque maison, dans cette saga canadienne, est à l'image de ses propriétaires. Et la douce et imaginative Miss Lavendar habite la plus belle demeure : "Dans le jardin, derrière eux, la petite maison en pierre couvait dans l'ombre, solitaire mais pas abandonnée. Elle n'en avait pas encore fini avec les rêves, les rires et la joie de vivre ; il y aurait d'autres étés pour elle ; d'ici là, elle pourrait patienter. Et dans leur pourpre retenue par-delà la rivière, les échos attendaient leur heure".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Camille_LaChenilleCamille_LaChenille   07 septembre 2021
Les vers et les strophes ne sont que l'habit extérieur que revêt le poème et ne constituent pas plus le poème lui-même que les fronces et les volants ne constituent ta propre personne, Jane. Le vrai poème, c'est l'âme qui y vit, et ce lieu magnifique est l'âme d'un poème encore à écrire. Ce n'est pas tous les jours que l'on aperçoit une âme, même celle d'un poème...
Commenter  J’apprécie          10
Camille_LaChenilleCamille_LaChenille   07 septembre 2021
– J'ai lu un jour quelque part que les âmes ressemblaient à des fleurs, dit Priscilla.
– Alors ton âme est un narcisse doré, dit Anne, et celle de Diana est une rose rouge vif. Et celle de Jane, une fleur de pommier, rose, fraiche et sucrée.
– Et la tienne, une violette blanche au coeur veiné de pourpre», conclut Priscilla.
Commenter  J’apprécie          10
Camille_LaChenilleCamille_LaChenille   07 septembre 2021
J'aime imaginer que les âmes sont faites de lumière. Certaines sont traversées de taches rosées et de frissons ; d'autres scintillent avec douceur comme le clair de lune miroitant sur la mer ; d'autres encore ont la pâleur et la transparence d'un brouillard à l'aurore.
Commenter  J’apprécie          00
Camille_LaChenilleCamille_LaChenille   07 septembre 2021
– «Si un baiser pouvait être aperçu, je crois qu'il ressemblerait à une violette», dit Priscilla
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   08 janvier 2016
L'amour ne surgissait peut-être pas dans la vie des gens avec pompe et vacarme, tel un joyeux chevalier galopant sur son cheval ; c'était peut-être sous les traits d'un vieil ami qu'il arrivait par des chemins tranquilles ; il se révélait peut-être d'une façon pouvant paraître prosaïque, jusqu'à ce qu'une illumination soudaine en trahisse le rythme et la musique ; peut-être... peut-être... l'amour se développait-il naturellement à partir d'une belle amitié, comme une rose au coeur doré glissant de son cocon vert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440

Videos de Lucy Maud Montgomery (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucy Maud  Montgomery
"Anne d'Avonlea" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : littérature canadienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
9075 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..