AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2874429635
Éditeur : Jungle ! (10/10/2012)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 75 notes)
Résumé :
La Trilogie du Mal est une série de romans best-seller écrite par Maxime Chattam qui retrace les enquêtes de Joshua Brolin, un jeune inspecteur de police qui n'a qu'une certitude : Le mal est partout. Il est immortel et quand on arrête l'un de ses serviteurs, un autre se révèle.
Ce thriller ésotérique à la frontière du surnaturel devient donc pour la collection Jungle Thriller une adaptation en BD dont le premier cycle est constitué de trois albums reprenant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
tousleslivres
  12 décembre 2013
Il y a déjà un certain temps que j'avais vu passer cette BD et je m'étais dit qu'un jour il faudrait bien que je l'achète pour voir ce que pouvait donner un opus signé Maxime Chattan en images.
J'en ressors tout à fait conquise. J'ai tout de même eu un peu de mal de retrouver l'intrigue originale de Maxime Chattam, effectivement, l'aspect graphique est assez déroutant, mais j'ai retrouvé les personnages d'origine. Je ne me les représentais pas comme ça, mais l'imaginaire réserve parfois des surprises...
Le graphisme est très sombre à l'image de l'histoire. Les vignettes de cette BD sont disposées de telle façon que de par cette disposition le lecteur se retrouve comme dans un mini film. En effet, certain vignettes touchent le bord des pages et d'autres se superposent presque. J'ai trouvé que cette disposition donnait un certain dynamisme à la lecture.
Mais le principal c'est que le lecture, fan de Maxime Chattan et le la trilogie du mal retrouve son inspecteur préféré : Joshua Brolin, ancien agent du FBI.
L'histoire est assez bien représentée, je me demande toujours, après cette lecture, combien de pourcentage de l'histoire originale et représentée ici... en même temps ça n'a pas trop d'importance vu que le lecteur retrouve au moins le début du premier tome « L'Âme du mal ».
Dans l'ensemble j'ai bien aimé cette BD qui représente assez bien l'idée principale de Maxime Chattam ainsi que le bourreau de Portland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Davalian
  14 octobre 2014
Le boucher du Portland (le premier tome de la série la Trilogie du mal) est un agréable prolongement du prélude du roman de Maxime Chattam : L'âme du mal (qui est lui même la première partie de la Trilogie continuée par In Tenebris et Maléfices).
Lecture agréable est ici une expression convenue, car s'il s'agit d'une bande dessinée, concrètement c'est un bon thriller dont il est question. Certaines scènes sont sanglantes et difficiles à soutenir (scènes de tortures, d'autopsie, de corps abandonnés) ce qui réservera cette lecture à un public averti. le style et le talent de Michel Montheillet apportent une qualité époustouflante aux détails. Les paysages sont de toute beauté et créent une ambiance propre à chaque thème (la forêt, la maison, la ville, les intérieurs plutôt cosy, le commissariat...). Les sentiments de peur, de désespoir, de crainte, de mort et de douleur sont omniprésents et ne laissant pas indifférents. Quelle claque ! La bande dessinée vaut le coup d'être lue, manifestement !
En revanche, le scénario déçoit un peu par manque d'originalité même s'il devrait plaire aux adeptes de l'auteur. Il en va de même pour les quelques clins d'oeil au Silence des agneaux. Certaines ellipses étonnent (ainsi l'ouragan, même si cela permet d'éviter un cliché). La grand Maxime Chattam nous avait habitués à mieux, beaucoup mieux. Difficile toutefois de lui faire ce reproche, car il s'agit ici d'une adaptation... qui n'en demeure pas moins réussie. Pour preuve, il suffit de penser aux (nombreux) personnages. Il est agréable de retrouver en image des connaissances de papier. Les personnages sont sympathiques, mystérieux, torturés... bref intéressants à suivre !
Voici donc une agréable mise en bouche, qui tient plus au style, au talent du dessinateur que de l'intrigue elle-même. La lecture vaut toutefois largement le détour, au prix d'un investissement qui n'est peut-être par à la portée de tout le monde, d'autant que d'autres tomes sont d'ores et déjà annoncés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
odin062
  01 novembre 2012
Voici maintenant cinq ans que j'avais découvert ce projet. Un projet d'adaptation en bande dessinée de « L'âme du mal », roman non moins connu de Maxime Chattam. Après un long combat contre l'édition, Michel Montheillet (un des dessinateurs d'Autre-Monde illustré) parvient enfin à nous faire parvenir son bébé. Un gros bébé de 31,5x25cm ce qui en soit n'est pas un format qui me plait, beaucoup trop grand à mon gout à la vue de la faible épaisseur de la bande dessinée (48 pages seulement !). Un livre donc disproportionné et plutôt cher comme toute les BD (12€ pour un livre qui se termine en 30 minutes). Mais quand on est fan on ne compte pas !
Voici pour la forme, qu'en est-il du fond ? Tout d'abord le dessin est très soigné, en couleur, avec un style bien particulier (je ne m'y connais pas trop en BD pour adulte mais le style m'a vraiment étonné). Certains dessins de paysages sont bluffant de réalisme et l'auteur a glissé quelques dessins érotiques qui en soit ne servent à rien (Juliette nue sous la douche, quel intérêt ?). Ces illustrations m'ont dérangé par le fait que j'avais déjà visualisé le décor et les personnages à travers la lecture du roman originel et que ceux-ci ne correspondent pas à la vision que le dessinateur s'en est fait. J'ajouterai également que certaines images montrent des faux raccords qui auraient pu être évités. (Portable qui disparait etc…). Enfin je tiens à dire que la représentation de Camélia est juste effrayante.
Concernant maintenant le scénario, celui-ci suit le roman original avec une grande fidélité. Quelques ajouts et suppressions mais rien de bien grave. Sur ce côté, on croirait même lire Chattam alors que les textes ne viennent pas de lui. On retrouve le caractère des personnages, le côté psychologique typique d'un roman de Chattam, le côté sombre du tueur vis-à-vis de son passé… Vraiment pour cela le livre est très bien foutu! Je ferai juste un petit bémol sur le fait que cette BD ne traite pas l'ensemble du roman « L'âme du mal » mais uniquement de la première partie soit 10% seulement de l'histoire.
Ainsi ce livre est destiné aux fans de Chattam ou aux fans de bande dessinée n'ayant pas le courage de lire le roman original. On est quand même loin de la qualité de ce dernier mais cela est un avis personnel vis-à-vis de ma réticence face au format bande dessinée.
On y remarquera également des clins d'oeil à Maxime Chattam. On pense notamment au journal représenté sur la deuxième de couverture avec un article dont l'auteur se nomme Maxime Williams, premier pseudonyme de Chattam. On y trouve également une tirade sur Gaïa faisant référence à la théorie Gaïa, autre roman de l'auteur.
Bref une bande dessinée qui se laisse lire mais qui finira rapidement rangé dans ma bibliothèque, en attendant que le second tome paraissent éventuellement (et pas dans 5 ans !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Siabelle
  24 septembre 2014
C'est grâce à Garrytoppeur9, que j'ai fini ma BD : ''Le Bourreau de Portland'' de la trilogie du mal, tome 1. J'ai lu un peu ses critiques de ses BD, et il m'a redonné le goût de reprendre la mienne. La BD est un autre univers et aussi plaisant pour les yeux. Elle était à côté de mon lit depuis plus d'un an. Il a fallu que j'aille une bonne influence pour terminer ma BD. Je ne l'ai pas regretté.
Je suis fière de la trilogie de l'âme du mal car Maxime Chattam a fait une recherche remarquable pour réaliser cette trilogie. Il a fait une recherche pendant 4 ans. Quand j'ai vu que le livre est sorti en BD, il a piqué ma curiosité et je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter.
Quand tu regardes la couverture, je trouve que c'est déjà attirant pour le regard. Ensuite, il y a un article sur un journal qui est publié. Et delà, il raconte l'histoire.
J'ai bien aimé la BD car je trouve qu'il résume bien l'histoire. Lorsque tu vois un livre défilé en image, ça fait drôle. Je trouve qu'il reproduit bien les personnages, c'est un peu comme je me suis imaginée. Il résume bien les éléments importants de l'histoire dans cette bande dessinée.
J'ai beaucoup aimé de voir comment les couleurs étaient reliées aux émotions et les couleurs changeaient tout dépendant ce que vivait les personnages. J'ai été impressionnée par les images, le graphique et la représentation de cette BD.
Je ne vois plus la BD de la même façon. J'ai hâte de me plonger dans ''les portes de l'enfer, de la trilogie du mal, tome 2. Alors, je le conseille à ceux qui aiment la BD ou à ceux qui ne veulent pas lire le livre. La BD peut être une bonne solution sauf que dans le livre tout y est.
''chante Rossignol, chante... toi qui a le coeur gai... tu as le coeur à rire... moi, je l'ai à pleurer'' ...
Je ne conseille pas cette BD à ceux qui ont le coeur sensible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
umezzu
  16 avril 2019
J'étais circonspect quant à l'idée d'adapter en BD un roman policier, certes visuel, mais aussi très noir. Cette transcription en images de L'Âme du Mal de Maxime Chattam est finalement assez réussie.
La présentation du héros, Joshua Brolin, analyste criminel hors pair, mais plus doué pour les jeux vidéos que la diplomatie, est bien amenée et pour les souvenirs que je garde du livre assez proche de ce dernier. Il faut dire que Chattam a supervisé la BD, ce qui garanti une continuité entre roman et BD.
L'intrigue est bâtie autour des enlèvements et crimes violents de jeunes filles saines et dynamiques, retrouvées, tour à tour, les bras coupés et le visage lacéré. Brolin, ancien du FBI malgré sa jeunesse, va devoir prouver qu'il est capacité de traiter une telle enquête.
Les dessins des personnages et des décors (la ville de Portland et ses environs très boisés) surprennent un peu au départ. On pense parfois à des photos converties en images.
La construction du récit, le montage et le découpage, permettent de placer l'essentiel de l'intrigue.
Pour vraiment apprécier la BD, il est peut-être préférable de connaître déjà l'univers de Chattam, un peu glauque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (1)
BDGest   17 décembre 2012
Un récit qui, malgré ses imperfections graphiques, offre un thriller tendu et efficace.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   24 septembre 2014
C'est comme si le temps s'était arrêté. La plupart des rues sont dans le noir complet... Tout à coup, la ville entière fait peur. Le manque d'électricité a sûrement déconnecté les alarmes des magasins. Sans doute pour ça qu'il a des pillages et des émeutes. J'entends des hurlements au loin... les pompiers ne pourront pas tous éteindre.... ils ne savent sûrement pas que l'ouragan a frôlé la ville. Ils croient peut-être que tout sera emporté et que ce qu'ils prennent ne sera bientôt plus là.... que ça n'a plus aucune importance.... ils pensent peut-être que cette nuit ne s'arrêtera jamais....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SiabelleSiabelle   24 septembre 2014
Qui connaît l'inspecteur Brolin ? par Antonia Pizarro The Oregonian.

Très jeune, son parcours surtout universitaire laisse supposer un manque d'expérience inquiétant dans l'investigation de terrain. Face à un tueur aussi rapide et méthodique que peut un inspecteur qui semble avoir encore tout à apprendre du métier ? L'inspecteur Brolin est né dans l'Oregon, mais a quitté la ville pour ses études. Nous avons demandé au chef de la police Chamberlin les raisons de ce choix devant la menace terrifiante qui pèse sur la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
odin062odin062   31 octobre 2012
Je suis bien, là. J'y amène parfois des amis. Ce soir c'est le vieux chat des Robertson. Il s'est plutôt bien débattu pour son âge! Il a vraiment fallu que je le bloque pour lui trancher la queue. Et juste après il s'est arrêté de bouger. Complètement. En état de choc. C'est à ce moment-là que je lui ai coupé la patte, pour voir. Il m'a regardé. Et puis... il s'est résigné. Il a accepté l'idée de la mort et il attend que ça vienne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SiabelleSiabelle   24 septembre 2014
Son père lui apprenait petite, des chansons françaises. Elle ne comprenait rien au début mais elle adorait ça. Elle avait l'impression d'une langue imaginaire que son père n'avait créée que pour tous les deux.... chante... rossignol... chante.... toi qui as le coeur gai... tu as le coeur à rire... Moi, je l'ai à pleurer...
Commenter  J’apprécie          80
SiabelleSiabelle   22 septembre 2014
Pour celle de cette nuit, est-ce qu'avec Craïg vous avez trouvé quelque chose ? Nous avons constaté que la victime avait plusieurs sangsues... enfoncées dans la gorge... qui l'ont étouffée... en plusieurs heures.
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
autres livres classés : adaptationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Michel Montheillet (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1794 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..