AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070362936
302 pages
Gallimard (30/11/-1)
3.56/5   120 notes
Résumé :
Cette " ville ", c'est le collège religieux que Montherlant chantait dans sa première œuvre, La Relève du matin, et qui lui inspira encore, en 1969, Les Garçons. C'est en ce lieu que se situe le drame de deux enfants et d'un prêtre attirés les uns vers les autres par des sentiments puissants où il entre de l'amitié, de la tendresse, de la charité, du désir. Drame tout intérieur, d'une admirable sobriété, que domine la figure inquiétante de l'abbé de Pradts, prêtre i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  01 mars 2021
Drame en trois courts actes au sein d'un collège catholique, à peine transposé du vécu de l'auteur, où l'on excelle, au nom du bien, à séparer sans états d'âme les enfants des influences néfastes qu'ils tiennent pour amis. Surtout quand ces amis sont en réalité des amants. Et plus encore lorsque le prêtre est lui aussi amoureux.
Découverte admirative du sulfureux et controversé Montherlant avec ce texte implacable, d'où perce entre les lignes la douleur de profondes blessures de jeunesse et une rage cinglante contre l'hypocrisie de l'ordre établi.
Commenter  J’apprécie          260
soleil
  21 septembre 2014
Henri de Montherlant nous décrit là une relation entre un élève de 16 ans, Sevrais, et Souplier âgé de 14 ans. L'abbé de Pradts convoque tantôt l'un, tantôt l'autre, pour faire cesser cette relation. Souplier, par son jeune âge est empreint de candeur et encore très peu formaté à la bienséance lorsqu'il s'agit de répondre à ses "maîtres". Sevrais est lui bien plus mature et réussit à tromper le corps enseignant et ecclésiastique lorsqu'il s'agit de retrouver Souplier. L'abbé de Pratds verrait d'un bon oeil l'éloignement de Sevrais mais ne se doute pas de ce qui se va se tramer et mettre à mal l'attachement qu'il voue à Souplier.

------------------------
En terminant la lecture de cette pièce de théâtre j'ai dit : "wahouuuuuuu". Vocable certainement étranger à l'auteur mais j'ai trouvé la fin très belle, très forte car je ne m'attendais pas à cette issue.
Au cours de la lecture j'ai déploré un manque de clarté des sentiments entre les protagonistes de l'histoire car on est quand même pris entre deux feux ; est-ce une simple amitié mais dans ce cas-là, pourquoi vouloir les séparer ? le lecteur pourrait donc en déduire qu'il s'agit d'amour puisque l'on veut séparer les personnes concernées et pourtant aucune manifestation physique n'est décrite de cet amour. Toutefois, l'amour peut passer par un regard, une attitude, un rapprochement et la force du sentiment peut tout simplement l'être pour qui le vit mais non pour celui qui voit.
Quand à un moment l'amour est verbalisé par Sevrais, on se demande de quel amour il peut s'agir puisqu'il avoue qu'il ne peut souffrir de jalousie envers quiconque veut du bien envers Souplier et il ajoute au sujet d'Andromaque : "Tu n'y entends rien. ça n'a rien à voir avec l'amour. J'ai un mépris ardent pour l'amour".
Il s'agit d'un texte tout simplement magnifique dont la fin donne de la "chair", engraisse ces dialogues épurés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Rinascimento
  07 mars 2022
Comme pour les "Amitiés particulières" de Roger Peyrefitte, cet univers quasi concentrationnaire et exclusivement masculin, réunissant des adolescents et des adultes, n'existe plus guère aujourd'hui que chez les Scouts!
Je suis resté abasourdi par l'expression tout à fait naturelle de l'attachement d'un abbé envers un jeune garçon. Attachement présenté comme une amitié protectrice et bienveillante qui explose à la fin de l'oeuvre en une prodigieuse passion amoureuse, non plus déguisée.
L'abbé semble littéralement brûler de l'intérieur.
Une réflexion sur le sacrifice des sentiments au profit de l'élévation spirituelle et de la construction morale d'un individu, ainsi qu'une réflexion sur la validité des pensionnats religieux dans les années cinquante, en France.
Aujourd'hui, Montherlant se serait fait lynché par l'opinion publique!
Quand on considère que l'abbé de Prats (35 ans) avait en sa possession des photos du jeune Serge, alors âgé de 14 ans ! Même s'il aurait pu être le père du jeune homme, l'abbé n'en demeure pas moins un jeune homme lui même, encore vert, consumé par la passion et en proie à la tentation de la chair incarnée par la beauté juvénile. Tentation encore plus forte du fait que ce religieux est confronté, chaque jour, à la présence et aux confidences d'adolescents.
Des moeurs révolues et, de nos jours, lourdement condamnées, qui s'inscrivent dans une filiation plus évidente et directe d'une époque encore empreinte du modèle absolu de perfection linguistique, morale, mais aussi virile représentée par la civilisation gréco-latine. En effet l'étude des Humanités étaient encore de mise, dans les années cinquante et le culte de la pureté n'allait pas sans le culte du corps. Une transposition bien humaine dans ces " colonies masculines " de la pédérastie héllénique.
La dernière réplique du Supérieur consacre la pureté de la foi certainement recherchée par de pieux hommes d'église, sincères (et "purs" ?) dans leur chemin de vie. Une pureté contrastant avec les sirènes charnelles du désir couvant tout au long de l'ouvrage.
Un très beau texte sobre et juste. Une solide analyse des sentiments amoureux et de la foi sacrificielle au service de l'élévation des jeunes hommes en devenir. Mais aussi des réactions outrées, du sentimentalisme, de la sensiblerie et des histoires sentimentales d'un autre temps induites par le refus de la mixité.
Les pensionnats de jeunes filles ont certainement dû abriter les mêmes interdits homosexuels, autant par besoin physiologique que par nécessité abolue de tendresse, d'attention et d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yi
  14 août 2015
Dans un collège, l'amitié trouble entre deux jeunes élèves dérange un abbé. Car lui même est sous le charme du plus jeune des deux enfants...
Ma première critique est venu tout naturellement ; trop court. Trois actes trop maigres dans lesquels je ne suis pas complètement parvenu à m'imprégner de ce drame.
Une ambiguité ampoulée.
Je m'explique : rien n'est dit clairement. Surtout concernant les sentiments de l'abbé envers Souplier.
Une attraction, une envie de le protéger ? Pour moi c'est un adulte amoureux d'un enfant. de la pédophilie. Chaste certes. Néanmoins c'est démontré de façon tellement brouillon que je n'arrive pas à retrouver le caractère de cette oeuvre qui pourtant possède un potentiel non négligeable.
Je ne peut m'empêcher de faire le parallèle avec le film.
Plus étoffé que la pièce de théâtre mais qui lui aussi laisse un gout, amer, d'inachevé.
Dommage.
Commenter  J’apprécie          53
feanora
  19 août 2014
Un véritable chef d'oeuvre!
Le sujet des amitiés particulières n'a absolument pas vieilli et celui de l'hypocrisie pas davantage. Que vous soyez riche ou pauvre, vous ne serez pas traité de la même manière.


Commenter  J’apprécie          93

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
feanorafeanora   19 août 2014
La terre a été remuée ,bouleversée; elle en sera féconde. Que Sevrais ait aimé Souplier, qu'on le lui ait arraché, qu'il ait eu ce choc avec moi, qu'il ait été mis à la porte, tot cela est excellent pour sa formation. C'est en souffrant de nous, et nous faisant souffrir, qu'il a senti qui nous sommes.
Commenter  J’apprécie          60
soleilsoleil   21 septembre 2014
Il y a en vous un feu, mais ce n'est pas celui dont parle Saint Bernard, c'est un feu qui brûle et qui n'éclaire pas.
Commenter  J’apprécie          150
Gribouille_idfGribouille_idf   23 août 2015
L'incroyance y est partout. Vous êtes dupe de la façade. Des offices qui préparent les détachements de demain. Des cours d'instruction religieuse dont on ne retient que les objections ... (L'Abbé)
Commenter  J’apprécie          60
cvd64cvd64   15 février 2018
L’ABBÉ Une dernière question… Je voudrais savoir comment diable vous arrivez à vous mettre de l’encre sur les jambes !
SOUPLIER C’est pas moi, c’est Simonnot !
L’ABBÉ Et vos mains ! (Il les prend.) Toujours vos petites pattes chaudes et sales… Des encres de toutes les couleurs ! Une palette ! Vous allez vous laver les jambes et les mains à la fontaine avant de rentrer en étude. Je ne veux pas qu’on vous voie ainsi. Est-ce que votre mouchoir est propre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   23 août 2015
Je priais à ma façon: la tendresse elle aussi est une prière. Mais vous, avez-vous prié, fût-ce une seule fois, pour lui ?
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Henry de Montherlant (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Montherlant
Henry de Montherlant : Entretiens avec Pierre Sipriot (1952 / France Culture). Henry de Montherlant en septembre 1958 à Paris. • Crédits : Getty. Par Pierre Sipriot. Diffusion sur France Culture de septembre à décembre 1952 sous le titre de "15 soirées avec Henry de Montherlant". Réalisation : Nicole Salerne et Vanessa Nadjar. Attachée de production : Daphné Abgrall et Odile Joëssel. Coordination : Sandrine Treiner. Henry Millon de Montherlant, né le 20 avril 1895 à Paris et mort le 21 septembre 1972 dans la même ville, est un romancier, essayiste et dramaturge français. Souvent désigné sous le seul patronyme de Montherlant, il est l'auteur de quelque 70 ouvrages et est notamment connu pour son roman "Les Jeunes Filles" (1936-1939) et ses pièces de théâtre "La Reine morte" (1942), "Le Maître de Santiago" (1947) et "La Ville dont le prince est un enfant" (1951). Il est élu membre de l'Académie française en 1960. Montherlant est l'auteur d'une très abondante œuvre littéraire comprenant pour l'essentiel des romans, récits, pièces de théâtre et essais, mais aussi des notes de carnets, de la poésie et une correspondance. L'essentiel de cette œuvre est disponible dans la Bibliothèque de la Pléiade (deux tomes de romans, un tome de théâtre, un tome d'essais incluant les carnets).
00:00 1er entretien : « La plus étonnante et admirable création de la nature n'est ni l'adulte ni le jeune homme mais l'enfant. » Dans cette première partie d’entretiens, Henry de Montherlant revient sur "L’exil", qu’il écrit à 18 ans, et "La relève du matin", des œuvres imprégnées des expériences de ses années de collège.
24:59 2ème entretien : « Je ne juge pas, je ne suis pas un professeur de morale. » Deuxième volet des entretiens d’Henry de Montherlant avec Pierre Sipriot. Naissance d’Alban de Bricoule, figure romanesque qui parcourt l’œuvre de l’écrivain, et retour sur deux romans, "Le Songe" et "Les Olympiques", ou devoir patriotique, joie du sport et tourments amoureux mènent la danse.
51:15 3ème entretien : « Peut-être ne suis-je pas fait pour les chemins de velours. » Dans ce troisième volet, Henry de Montherlant évoque la crise qui marque son passage à sa trentième année et durant laquelle il écrit "Aux fontaines du désir" et "Les Célibataires".
01:17:01 4ème entretien : « J’ai écrit sur les rapports entre l’homme et la femme des vérités essentielles. » Installé à Alger au début des années 30, Henry de Montherlant s’intéresse à “La question coloniale” et écrit "La Rose de sable", roman critique du colonialisme, qui ne sera publié dans son intégralité qu’en 1982. Il n’échappe cependant pas à une autre polémique avec son roman "Les Jeunes filles".
01:43:52 5ème entretien : « J’ai toujours accepté de me mettre de moi-même à l’écart ou d’y être tenu. » Dans ce dernier volet, Henry de Montherlant revient sur ses essais, des écrits qui collent à l’actualité avant et durant la Seconde Guerre mondiale. À travers sa voix, on perçoit les réponses d’un homme accusé à tort d'avoir été du mauvais côté de l’histoire.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La série des Jeunes Filles de Montherlant

Comment s'appelle le personnage principal, dont on a trop souvent dit qu'il était l'incarnation romanesque de Montherlant ?

Henri Costal
Pierre Costals
Jean Costals

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Les Jeunes filles, tome 1: Les jeunes filles de Henry de MontherlantCréer un quiz sur ce livre