AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Crossroads


Crossroads
  31 janvier 2020
Beck, l'héroïne, pas le chanteur, est d'une beauté belle.
Jeune provinciale, issue du fin fond de la cambrousse, montée à la ville dans le but de percer sur grand, petit, enfin un quelconque écran, voire même sur scène si affinité, elle vit désormais aux crochets d'un vieux Pygmalion qu'a le bras suffisamment long pour la faire jouer régulièrement.
Et la tendresse, bordel, me tancerez-vous. Là, visiblement, on s'en fout royal.
Si la gamine flatule désormais dans la soie, elle n'en demeure pas moins marquée par un passé familial traumatisant auquel vient se greffer, chaque jour que le miroir, miroir, mon beau miroir, lui renvoie, une foultitude de tâches de rousseur supposément disgracieuses qu'elle tente vainement de dissimuler sous une épaisse couche de fond de teint mac studio healthy fix fluid double wear.
Classique.
Grande amatrice de cassage de ciboulot devant l'immortel, elle allait désormais faire face à un tout nouveau questionnement : mais qui qu'est donc ce ténébreux personnage que je croise un peu trop souvent et qui m'effarouche autant qu'il m'attire, hein, dis ?
Ben, nous, on sait pas trop puisqu'on a pas encore lu le bouquin.
La réponse dans 365 feuillets, douche comprise.

Premier roman de Morgane Montoriol, ces Tâches Rousses séduisent sur la longueur.
Premier abord plutôt rétif. La faute à un phrasé auquel j'accroche peu.
Faut dire que Morgane, lorsqu'elle écrit, ne calque pas son style sur celui du couvent des joncs fleuris. Un langage, justement, qui ne l'est pas. Ici, on fait dans le cru sans préavis.

Puis l'intrigue de se mettre en place en alternant, comme de coutume, deux voix étrangères qui ne le resteront pas bien longtemps.
Le tout s'installe tranquillou pour prendre son rythme de croisière, laissant cependant peu de place à un suspense final éventé depuis des lustres.
Nonobstant ce léger mais néanmoins frustrant désagrément, le récit se veut suffisamment tendu et oppressant pour susciter une adhésion réelle qui s'inscrit finalement dans la durée.


Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour cette lecture qui fit tout sauf...tâche.
Commenter  J’apprécie          460



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (45)voir plus