AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355800337
288 pages
Libella Maren Sell (30/08/2012)
2.9/5   5 notes
Résumé :
(De schilder en het meisje, 2010) « Le jour où ils allaient étrangler la jeune fille, le peintre s’était rendu en ville dès le matin ». Ainsi débute ce roman qui met en scène deux personnages : un peintre presque sexagénaire et Elsje, âgée de dix-huit ans. Débarquée à Amsterdam depuis quinze jours, elle a tranché en deux la tête de sa logeuse avec une hache.
Sans le nommer, Margriet de Moor raconte l’histoire du peintre Rembrandt : ses deux mariages, la banqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Fantine
  21 janvier 2013
En ce qui me concerne, j'ai trouvé ce roman intéressant et instructif car il décrit avec minutie un pan de la vie du peintre Rembrandt c'est à dire dans la fleur de l'âge, en proie à ses doutes, ses réflexions philosophiques, et, surtout des interrogations sur les actes d'une jeune danoise (Elsje) qui fut arrêtée puis exécutée pour meurtre.
C'est aussi une étude de moeurs sur la Hollande de Rembrandt minée par ses codes d'honneurs ainsi que par une épidémie de peste.
Selon moi, il s'agit d'un roman à lire et à découvrir si l'on apprécie la peinture flamande ainsi que Rembrandt.
Commenter  J’apprécie          100
Titine75
  18 janvier 2013
Au printemps 1664, à Amsterdam, un peintre vieillissant va croiser le destin tragique d'une jeune danoise. Cette dernière, Elsje, est arrivée quinze jours auparavant dans la capitale hollandaise. Elle pense pouvoir y retrouver sa soeur venue pour trouver du travail. C'est en fait la mort qu'elle va trouver à Amsterdam. Elsje a fracassé le crâne de sa logeuse avec une hache. Pourquoi une jeune fille de 18 ans en est arrivée à une telle violence ? le peintre n'assistera pas à l'exécution publique et pourtant il finira par dessiner la pauvre criminelle sur le gibet. La dernière journée de la jeune fille et « sa rencontre » avec le peintre sont le coeur du roman de Margriet de Moor.
L'intérêt du livre réside dans le récit de la vie du peintre : les commandes qu'on lui passe, sa recherche de couleurs, ses difficultés financières… Il est très aisé de comprendre que le peintre en question est Rembrandt. Et mon problème c'est que Margriet de Moor s'obstine à ne pas le nommer alors qu'elle fait tout pour qu'on le reconnaisse. Quel est l'intérêt de cette démarche ? La vie et les oeuvres sont clairement explicitées. Rembrandt est ruiné en 1664. Il a déjà perdu Saskia, sa première femme, de phtisie. Henrick, sa deuxième compagne, vient de mourir de la peste. Il ne lui reste plus que son fils Titus. Ses biens, ses collections d'art ont été saisis. Au début du livre est évoquée « La conjuration de Claudius Civilis » qui a été rejetée par le conseil municipal, une grosse commande qui aurait renfloué les caisses. Au moment de la mort de Elsje, Rembrandt travaille sur « La fiancée juive » mais sont également évoquées d'autres célèbres toiles : la « Danaé » de St Pétersbourg, « La leçon d'anatomie » ou « le boeuf écorché ». le dessin de Elsje sur le gibet est conservé au MET de New York comme nous le signale l'auteur : « C'est ainsi qu'elle s'appellerait désormais, Elsje. Pour elle-même et pour le monde entier, ici et maintenant, mais aussi dans quelques siècles dans l'un des plus importants bastions culturels de ce temps, le Metropolitan Museum of Art, à New York. » Non seulement la vie de Rembrandt est parfaitement reconnaissable, mais en plus l'auteur ne cesse de faire ce type de (pénibles) incursions dans notre présent pour que l'on comprenne bien de qui il s'agit et à quel point son talent est immense. Alors vraiment je ne comprends pas pourquoi son nom n'est jamais mentionné, c'est absurde et agaçant. C'est fort dommage car le portrait de Rembrandt est très réussi. Se dégage, de ce vieil homme fatigué, beaucoup de tristesse et de mélancolie qui transparaissent d'ailleurs dans les derniers autoportraits du maître.
« le peintre et la jeune fille » est une lecture qui est loin d'être déplaisante, l'atmosphère du Amsterdam du 17ème et la vie de Rembrandt y sont bien rendues. Mais les tics de l'auteur (ne pas nommer le peintre et les nombreuses incursions vers le futur) ont gâché ma lecture.
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
acbock
  08 novembre 2012
L'auteur propose un double récit celui de Rembrandt ou du moins on le suppose et celui du parcours d'une jeune fille condamnée à mort.
Les deux histoires n'ont pas de lien sauf tout à la fin du livre.
Le récit est lent, parfois même répétitif. Une petite déception par rapport à mes attentes: plus d'interactions entre les deux héros, une récit plus centré sur la peinture du maître.
Commenter  J’apprécie          30
Lady_K
  04 octobre 2012
Ce roman alterne deux récits. On suit tour à tour un peintre, que l'on devine être Rembrandt, et une jeune danoise qui a sauvagement assassiné sa logeuse à coups de hache. Deux récits qui n'ont rien à voir, qui n'ont rien en commun, si ce n'est qu'ils se croisent à la toute fin. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car je m'attendais sans doute à autre chose. Je pensais – à tort – que le récit commencerait par la « rencontre » entre le peintre et cette jeune fille, lorsque ce dernier la dessine alors qu'elle vient d'être exécutée. Or, cette scène n'a lieu qu'au cours des toutes dernières pages.
La suite sur le blog :)

Lien : http://antredeslivres.blogsp..
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Margriet de Moor (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margriet de Moor
L?oeuvre romanesque de l?écrivaine néerlandaise Margriet de Moor est considérable et surprend par l?impressionnante diversité des sujets qu?elle aborde et l?étonnante maîtrise d?un style souverain. Pianiste et chanteuse, Margriet de Moor a bien sûr fait de la musique un de ses thèmes de prédilection. le sentiment amoureux, la figure du double, celle de l?étranger, la sororité sont également des motifs fondamentaux d?une écriture attentive aux détails inattendus, pleine d?impertinence et parfois grinçante. Gris d?abord puis blanc puis bleu (Robert Laffont), Duc d?Egypte (Seuil), Une catastrophe naturelle (Maren Sell) sont des chefs d?oeuvre à redécouvrir. Les éditions Grasset viennent de publier Au premier regard. Ce bref récit nocturne et sensuel met en scène une jeune femme à la recherche des raisons qui poussèrent l?homme qu?elle aimait à mettre fin à sa vie. Animé par Jean-Antoine Loiseau.
Dimanche 27 mai - Salle Molière - 33e Comédie du Livre
+ Lire la suite
autres livres classés : rembrandtVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
852 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre