AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jane Fillion (Traducteur)Francis Valéry (Éditeur scientifique)
ISBN : 220725058X
Éditeur : Denoël (14/03/2000)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Le modèle des « uchronies » ou des « que se passerait-il si tel événement historique avait été autre ? ». Parce qu'un jeune historien de l'avenir va se promener du côté de Gettysburg, champ de bataille où se joua la Guerre de Sécession, pour y vérifier un point de détail... le cours entier de l'histoire mondiale est bouleversé.

Source : Présence du Futur, Denoël
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Masa
  23 août 2015
Il arrive parfois qu'un traducteur change le nom d'un oeuvre. C'est le cas ici. Je crie au génie pour cette liberté prise. Il n'est pas sans rappeler un célèbre roman…
Ce roman est une uchronie. L'auteur part du principe que ce sont les états confédérés qui ont battu l'union. À partir de là, les choses ont évolué partout dans le monde. Exit donc tout ce que l'on sait de notre histoire. Nous découvrons ma fois un monde qui se rapprocherait d'une utopie à quelque chose près. Les deux guerres mondiales n'ont jamais eu lieu. Les invertébrés cérébraux tel que Hitler / Himmler / Mussolini / Staline et consort n'ont jamais pu déformer l'humanité. Autre chose remarquable, les bombes atomiques et les centrales nucléaires sont elles aussi absentent du paysage. Tout cela serait remarquable si l'esclavage avait été aboli. La France, elle, est dirigée par Napoléon VI, ce qui m'a fait sourire. On apprendra plus tard que les juifs ont été décimés au début du siècle.
Nous suivons Hodgins McCormick Backmaker tout au long de sa jeunesse. Son grand-père était un militaire de l'union. Cette défaite a humilié sa famille. Destiné à devenir fermier ou travailleur manuel, il ne rêve qu'une chose : devenir instruit. Ses parents ne le comprennent pas. Il s'en fuit alors en direction de New-York en quête d'un avenir. Son salut viendra d'un voleur. Candide et naïf, il se fit détrousser. Dans son malheur, il rencontrera un homme qui lui changera à jamais son avenir.
Le début nous annonce qu'il se trouve 1877 bien après la guerre de Sécession. Pourtant, l'action se déroule dans les années 1930 à 1940. On comprend bien assez vite qu'il est en train de narrer ses mémoires. Ceux et celles qui auraient aimé lire une histoire autour de la grande guerre des États-Unis, risquent d'être décçu.
Hé bien moi, il n'en fut rien. Immergé directement dès le début, j'ai été bercé tout au long du récit. Hodgins est un jeune homme ambitieux et intelligent. J'ai découvert des personnages impressionnant. Parfois malhonnêtes, d'autre fois amicales. J'ai bien aimé les discussions philosophiques entre le personnage principal et Monsieur Enfandin. Ce dernier répondait par des métaphores et des tournures de phrases.
Ward Moore nous peint une Amérique noire et sombre. Les états du nord sont pauvres et ceux du sud typés racistes. Les routes sont peu fréquentables. Les villes les plus riches sont ceux de Richmond, Washington et Mexico. Quant à New-York, ce n'est qu'un immense taudis. J'ai été littéralement emporté vers un autre siècle et immergé dans ses descriptions. Autre chose, le génie Nicolas Tesla n'a pas vu le jour et l'utilisation courante de l'électricité n'existe pas. J'ai été ébahi lorsque j'ai lu, dans ce livre de 1955, que l'auteur ait décrit un tunnel construit sous la Manche entre la France et l'Angleterre.
Le livre aurait pu être découpé en deux parties. Peu après la moitié du roman, Hodgins quitte New-York pour rejoindre une communauté de scientifique. À partir de là, je trouve que le récit perd un peu de sa saveur. le personnage principal va découvrir les romances particulières.
C'est roman riche par sa narration, son histoire, son monde, ses intrigues politiques, ses complots et tout ceci sur seulement 248 pages. Et ces trente dernières pages sont juste exquise.
Après « Terre Brûlée » de John Christopher, je tombe sur une autre pépite oubliée. C'est pour cela que j'aime fouiner dans les librairies d'occasion. J'aime trouver ces livres exceptionnels qui ne sont plus édités. Je ne dis pas que ceux de nos jours sont moins bien, mais qu'il est bon de mettre en avant ces récits d'un autre temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          227
jamiK
  03 octobre 2016
C'est sans doute le roman qui pour moi défini le mieux le terme d'"Uchronie".
Ward Moore crée avec minutie et beaucoup d'imagination un monde où le Sud aurait gagné la guerre civile américaine. le Nord, alors indépendant est un régime quasi-féodal, très pauvre. Au fil de l'histoire, on va découvrir comment le monde en est arrivé là. Il nous raconte comment Hodgins, ouvrier agricole analphabète, curieux et plein d'abnégation va devenir un historien, et comment il va se retrouver parmi un groupe de chercheurs. Il y a des changements de cap dans l'intrigue, le personnage d'Hodgins évolue au fil des rencontres, le ton évolue au fil du livre, de la mise en place de l'uchronie, de la critique sociale, à l'histoire d'amour, en passant par la SF pure, on navigue entre les genres.

L'équilibre est établi avec finesse pour nous amener à un superbe final.
Ce livre m'a été conseillé par Masa que je remercie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
hellrick
  20 décembre 2018
Romancier peu connu, Ward Moore ne fut guère prolifique mais signa cependant deux classiques de la SF : ENCORE UN PEU DE VERDURE et ce AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS écrit en 1955. Dans cette belle uchronie, très cohérente en dépit de l'un ou l'autre détails étranges, l'écrivain imagine la victoire du Sud lors de la Guerre de Sécession. Ce qui nous change un peu d'une victoire nazie durant la Seconde Guerre Mondiale. le monde proposé semble cependant avoir évolué dans le bon sens : pas de guerre mondiale (pas encore devrait-on dire car un conflit couve), une France dirigée par Napoléon VI,… Mais tout n'est pas rose : les Juifs ont été massacré quasiment jusqu'au dernier, l'esclavage existe toujours, le Nord vit dans la pauvreté et ses habitants non aucune chance de s'élever face à la toute puissante du Sud. L'électricité n'existe pas, les avions et autres véhicules « plus lourds que l'air » une chimère, les voitures réservées à l'élite,…
Hodgins McCormick Backmaker va nous conter sa jeunesse et son rêve de s'instruire alors que sa famille cultive le souvenir humiliant de la défaite des Unionistes. le jeune homme aura la chance de rencontrer un libraire bienveillant (et membre d'une organisation séditieuse) qui, en échange d'une aide, lui permettra de lire à satiété. Il parviendra par la suite à un intégrer une sorte de fondation dédiée à l'art et la culture et tombera amoureuse d'une femme mettant au point une machine à voyager dans le temps. Hodgins, devenu historien, aura alors l'occasion de vérifier de plus près ses théories concernant la Guerre de Sécession. Il ira jusqu'à Gettysburg, à la veille d'une fameuse bataille, et lui, le petit homme insignifiant, changera l'Histoire…
AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS (bravo au traducteur ayant trouvé ce superbe titre !) relève du roman initiatique et nous suivons un protagoniste principal au long de son existence. On pourrait parler de roman réaliste sans le contexte particuliers et uchronique qui lui sert de toile de fonds : cet emballage science-fictionnel n'est donc pas le coeur de l'ouvrage (ce qui pourrait en décevoir certain) mais il lui donne néanmoins tout son sel. Parsemé de réflexions quasiment philosophiques, de débats moraux, de passages sur le Bien et le Mal, le livre s'achemine lentement vers son final, certes attendu, mais néanmoins vertigineux et superbement (d)écrit.
Sans nul doute un incontournable de l'uchronie, à placer parmi les 10 meilleurs romans de ce style.
La réédition du roman comprend en outre une étude d'une quarantaine de pages signée Francis Valery qui s'intéresse successivement à Ward Moore, au bouquin qui nous occupe et à l'uchronie avec d'intéressantes pistes de lecture.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MasaMasa   23 août 2015
Je voyais pour la première fois des cavalières monter à califourchon, ce qui aurait terriblement choqué les habitants de Wappinger Falls qui condamnaient le port du pantalon par les femmes, mode importé par les anglais de l'empire de Chine. Mais à moi qui avait appris que les femmes sont des bipèdes tout comme nous, ces deux coutumes paraissaient logiques.
Commenter  J’apprécie          130
MasaMasa   23 août 2015
Les préliminaires d'une grande bataille ne sont pas sans rappeler des joutes amoureuses. Au début, les chances sont égales et la soif de possession n'a pas encore atteint son apogée.
Commenter  J’apprécie          90
Video de Ward Moore (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ward Moore
Panic in Year Zero (1962) trailer
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2860 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre