AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Kevin O'Neill (Illustrateur)Janine Bharucha (Traducteur)
EAN : 9782911033988
144 pages
U.S.A. (01/09/2001)
4.04/5   92 notes
Résumé :
De Sherlock Holmes au Capitaine Nemo, les principaux héros de la littérature policière et fantastique décident de s'associer pour sauver le monde. Un scénario original signé Alan Moore, auteur de Watchmen et From Hell.
Que lire après La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, intégrale 1Voir plus
Hellboy, tome 1 : Les germes de la destruction par Mignola

Hellboy

Mike Mignola

4.14★ (1207)

18 tomes

Léon la Came, tome 1 : Léon la Came par Chomet

Léon la Came

Sylvain Chomet

3.85★ (193)

3 tomes

B.P.R.D., tome 1 : Au creux de la Terre et autres histoires par Mignola

B.P.R.D.

Mike Mignola

3.68★ (225)

11 tomes

Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 92 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
« La Ligue des Gentlemen Extraordinaires… ah oui, j'ai vu le film. Bof, bof, même avec Sean Connery ».

Ouais ben, oubliez ce film, jetez le au feu numérique, ce que vous voulez… mais comparé au comics original c'est d'une fadassitude éhontée, comme si on comparait un plat de légumes bouilli à l'anglaise et un curry épicé façon indienne.
(Bon, j'ai quand même pas détesté le film, hein. J'en rajoute… comme des épices justement).

De quoi ça cause ? On est à la fin du 19ème siècle dans une Angleterre steampunk. Les services secrets, comme ils ont pris l'habitude de le faire une fois par siècle, montent une équipe de personnages extraordinaires qui vont devoir collaborer (pas gagné) pour sauver l'Empire et la Reine. Et les extraordinaires ? Ben on n'a qu'à aller les chercher dans les bouquins de l'époque qui oscillent autour de la frontière du fantastique ou y plongent brutalement en éclaboussant tout autour. Et puis on les soigne, ces personnages ; y'en a pas un d'à peu près ressemblant à un héros :
- Un Alan Quatermain défoncé par l'opium
- Une Wilhelmina Murray – autrefois acoquinée à un autre extraordinaire aux dents longues – très « shocking » et pleines de principes et de sang-froid.
- Une capitaine Nemo misanthrope, véritable indien d'Inde avec turban Sikh et tout…
- Un homme invisible puant de perversion
- et un Dr Jekyll verdâtre d'anxiété couplé d'un Hyde monstrueux et ceinture noire dixième dan de violence à la Tarentino.

Je ne vous dis pas la masse d'autres personnages de roman que l'on croise. Ici on les vend au kilo. L'histoire, qui fait intervenir un métal qui neutralise la gravité, Fu Manchu et les triades chinoises, Auguste Dupin trop rapidement abandonné par Edgard Alan Poe et bien entendu l'univers de Sherlock Holmes, est palpitante mais c'est l'évolution des relations entre les personnages du groupe qui tiennent le pompon.
Le dessin pourra perturber ou décevoir certains. Moi je trouve qu'il participe à l'ambiance délétère qui se dégage de cet univers steampunk. Sans oublier les décors monumentaux hallucinants.

Bref, un plaisir sans cesse renouvelé que cette BD. Je ne m'en lasse pas.
Commenter  J’apprécie          5113
J'avais vu le film éponyme, à sa sortie, en 2003 et le moins que l'on puisse dire, c'est que j'étais ressortie de la salle dans un état dubitatif... Alors, quand je suis tombée sur cet ouvrage en recherchant From Hell du même auteur, je me suis dite que j'allais retenter le coup pour deux raisons : la première, je préfère souvent le livre original à l'adaptation tandis que la seconde, je suis devenue plus ouverte en matière de Littérature de l'Imaginaire. En effet, il y a encore dix ou quinze ans, j'aurais boudé une uchronie ou une Fantasy historique (la faute à ma formation en Histoire, je pense) alors qu'aujourd'hui, je n'ai plus l'esprit aussi étriqué et je me dis que, parfois, prendre des libertés avec L Histoire, cela peut s'avérer intéressant. (Juste pour information, je cantonne cette réflexion à la SFFF uniquement car prendre des libertés avec L Histoire dans un roman historique, cela reste encore un crève-coeur pour moi, même aujourd'hui).

Pour en revenir à la Ligue des Gentlemen Extraordinaires, l'idée d'Alan Moore est de ressembler différents protagonistes de la littérature marquante du XIXème siècle : ainsi se côtoient Mina du Dracula de Bram Stoker, Allan Quaterman crée par Henry Ridder Haggard, le Capitaine Nemo issu de 20000 lieues sous les mers de Jules Verne, le Docteur Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson et enfin l'albinos Griffin plus connu sous le nom de l'Homme invisible inventé par Herbert George Wells. Notre équipe de choc est ainsi recrutée par un mystérieux "M" qui leur confie différentes missions et dont le but est de protéger les intérêts de l'Empire britannique.

Je dois bien avouer que l'idée de rassembler différents personnages issus de la Littérature SF et fantastique du XIXème siècle est assez original (c'est d'ailleurs, ce même principe qui m'avait séduit dans la série Penny Dreadful). J'aime beaucoup cette idée car elle peut s'avérer être une porte pour découvrir les classiques originaux (dans le cadre de Penny Dreadful, par exemple, j'ai eu envie de découvrir Frankenstein de Mary Shelley ou L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson) et pousser un lectorat non initié à franchir le seuil.

Le choix des personnages d'Alan Moore est assez percutant et tous se complètent bien malgré leur diversité et leur histoire. Ils possèdent tous leurs failles et leurs faiblesses, mais unis, ils constituent une équipe de choc très efficace! Mes deux personnages préférés restent Mina, en femme forte et intelligente ainsi que Griffin, drôle et indépendant. En revanche, j'ai plus de mal à comprendre pourquoi les scénaristes tiennent tant à rapprocher Mina d'Allan Quaterman : je les trouve plutôt mal assortis.

Le scénario, quant à lui, m'est apparu assez classique : je n'ai pas réellement été surprise ni par les rebondissements, ni par les révélations (peut-être uniquement par la révélation du fameux Mr "M"). Quelques scènes possèdent également son lot de violence, aussi je ne recommanderai pas cette bande dessinée à des personnes sensibles.

Enfin, (et c'est pour moi, le gros point noir), je n'ai pas du tout été séduite par les dessins. le worldbuilding, notamment des villes de Paris ou de Londres, est assez déroutant car certains détails sont très fantaisistes. Quant aux personnages, je ne les trouve pas vraiment mis en valeur et l'accent est trop peu mis sur les costumes ou les accessoires des différents protagonistes. Or, quand je lis une bande dessinée sur le XIXème siècle, ce sont ce genre de détails qui me font rêver.

En conclusion, La ligue des Gentlemen extraordinaires est une bande dessinée aux idées assez originales et aux personnages sympathiques mais qui pour moi, est appesantie par un scénario relativement simpliste et des dessins pas très attractifs. Elle reste, néanmoins, un bon moyen de découvrir des personnages fictifs issus de la Littérature SFFF du XIXème siècle.
Commenter  J’apprécie          202
Je suis un vieux con. le steampunk, c'est tout de suite devenu n'importe quoi, avec des magiciens, des extraterrestres, des uchronies improbables, des histoires toutes décousues, pardon, des hommages aux romans-feuilletons, alors que le coeur de sa définition est avant tout un questionnement sur comment le futur de l'Humanité (et surtout la technologie) auraient pu évoluer avec la Révolution industrielle. Cette première intégrale de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires fait à peu près tout ça et je grogne des tréfonds de ma chambre. Oui, sauf que c'est fait par Alan Moore. Mais dans ce cas, c'est génial !

Impression générale

Et du steampunk punk, vous allez en avoir : action, humour, voyage, hommages multiples et même violence débridée, l'auteur ne fait une fois de plus pas dans la dentelle. Et crée un univers aux antipodes du réalisme de Watchmen, précédemment chroniqué sur ce blog : ici, on navigue allègrement dans toutes les branches des réécritures du passé (uchronie, uchronie de fiction, rétrofuturisme, Histoire secrète), le tout avec un peu de science-fiction à l'état pur, des super-héros, et une bonne dose de weird dans les histoires en annexe. Pourtant, la force de l'auteur est d'avoir réussi malgré tout à en faire quelque chose de cohérent : en effet, si les personnages de différentes fictions se croisent sans problèmes entre eux, Moore n'hésite pas à leur donner des destinées voire des aspirations toutes autres que celles auxquelles les destinaient leurs auteurs. Une sorte de dialogue se crée alors entre les oeuvres des morts et celles des vivants, les seconds n'hésitant pas à flatter les premiers, mais également les tourner en dérision, à l'image par exemple des nombreux jeux parodiques entre deux histoires ou du style du narrateur reprenant tous les poncifs réactionnaires et putaclics du scribouill… du gratte-plumes moyen du XIXe siècle.
Tout au long du volume, notre scénariste fait preuve de l'érudition qui le caractérise sans (ou presque jamais, comme on va le voir) paraître confus ou pompeux : littérature anglaise du XIXe siècle, pulps du début du XXe siècle, contes et légendes traditionnels, et même un certain écrivain sudaméricain qu'on apprécie beaucoup sur le blog, tout y passe. Pourtant, là où un écrivain normal se contenterait d'un tel patchwork de personnages et de les laisser tels qu'ils ont été créés par leurs auteurs respectifs, Moore n'oublie pas qu'une histoire a besoin qu'ils aient une psychologie non-figée.
Ainsi donc, nous nous retrouvons avec un Empire britannique surpuissant grâce à sa production industrielle, mais si tentaculaire qu'il a besoin de récupérer des anciens criminels et autres personnes au passé louche pour en faire ses chiens de garde (un peu comme notre Vidocq national). Mr Bond (!), ventripotent aristocrate sans scrupules, embauche donc :
- Allan Quatermain, ancien aventurier colonial, fier explorateur mais aussi complice militaire des crimes commis à l'étranger, et surtout qui n'est plus que l'ombre de lui-même, obsédé par l'opium et d'autres drogues exotiques ;
- le capitaine Nemo, aux commandes d'un Nautilus de toute beauté (ce comic a ainsi contribué à une certaine mouvance au sein du steampunk convoquant l'Art Nouveau, et on verra qu'il possède même quelques éléments de silkpunk avant l'heure). Moore met en avant le fait qu'il soit un sikh, ancien héros de la résistance contre la colonisation, mais tout aussi paternaliste et cynique que ceux qu'il combat ;
- Dr Jekyll et Mister Hyde, dont l'état a bien empiré : Jekyll est tourmenté par tous les actes que son alter ego a commis, quand Mister Hyde s'avère une sorte de mélange entre King Kong et Hulk (avec une violence beaucoup plus hardcore, d'où un certain humour noir… et quelque chose de beaucoup plus inquiétant) ;
- Hawley Griffin, alias l'Homme invisible, un personnage chaotique mauvais par excellence ! N'hésitant pas au tabassage, au meurtre, à la trahison, voire à des actes sexuels pas vraiment consentis, le plus souvent pour satisfaire uniquement ses pulsions personnelles, il n'a qu'une qualité : il s'habille bien… quand il le fait. Cet électron libre du groupe est aussi bien susceptible d'être un allié qu'un ennemi mortel, venant régulièrement redistribuer les cartes au sein du récit ;
- et enfin, celle qui garde le mieux la tête sur les épaules, un personnage inventé par l'auteur, Wilhelmina Murray, une jeune lady émancipée à la mystérieuse écharpe, qui possède sans doute le meilleur sens de l'initiative, le meilleur esprit de groupe, mais aussi un caractère aristocratique bien marqué (décidément, les anglaises me font de l'effet depuis que je lis Undertaker…). C'est elle qui va aider tout ce beau monde à tenir ensemble, et pour plusieurs d'entre ces messieurs retrouver leur part d'humanité perdue.
Autant vous dire qu'avec cette galerie de personnages riches, complexes et diversifiés, mais aussi violents, tourmentés ou sans scrupules, on est très loin des superslips jouant au beach-volley entre deux explosions de bases de savants fous (qui, miraculeusement, auront réussi à survivre grâce à un arbuste providentiel ou un téléporteur martien) : on est, à l'image de Watchmen ou The Dark Knight Rises, dans l'équivalent de la dark fantasy pour le « genre » super-héroïque. Autant vous dire que les trigger warning vont pleuvoir comme des pommes sur la tête d'Isaac Newton : viol, sexisme, démembrements, infanticides, massacres, humiliations intimes et parodies de Winnie l'Ourson, les âmes sensibles vont encore s'abstenir et équiper leurs maisons en croix et en gousses d'ail. Si la violence n'est généralement pas plus élevée que pour un bon vieil Indiana Jones, certaines scènes sont nettement plus sordides et amènent ainsi Alan Moore à dépasser le simple divertissement pour nous livrer sa vision du monde.
En effet, si par rapport à Watchmen l'aspect politique est en retrait, il n'en est pas moins présent : les chefs de l'Empire britannique sont tous cyniques et misanthropes, obsédés par l'idée de conquérir toujours davantage de pouvoir. La population, souvent résumée aux banlieusards et aux cours des miracles, n'est le plus souvent que de la chair à canon. Mais comme on est dans quelque chose de plus subtil qu'un simple tract de mao-spontexs, il n'est pas impossible non plus de prendre en pitié un policier ou un militaire : ces gens-là sont eux aussi broyés dans les luttes intestines d'un État destructeur. Les super-héros, qu'ils soient extraordinaires par leur combattivité, leurs super-pouvoirs ou leurs atouts technologiques, se voient dépassés par leurs responsabilités et deviennent ainsi des super-antihéros, voire dans le cas de Griffin des superméchants. C'est encore une fois la personne la plus proche de l'homme du commun, ici la seule héroïne n'ayant rien de super, qui distingue le plus aisément les nuances de bien et de mal (ou plutôt de gris clair et de gris foncé), et amène ainsi les autres personnages à s'améliorer ou devenir plus heureux.
Pour finir, un petit bémol, tout de même : le dessin aux traits de serpe de Kevin O'Neill, s'il est parfait pour les scènes de grand-guignol, et beaucoup moins agréable pour les passages d'émerveillement face au gigantisme steampunk / SF pulp. le pire restant les scènes de sexe où les ombres du visage font penser à des rides ou des balafres…

Les récits

Volume 1

Début de l'aventure pour nos antihéros. Il s'agit d'infiltrer un quartier chinois
où des plans inquiétants se trament, incluant une certain minerai nommé cavorite…
Un tome oscillant entre le très bon et l'excellent, avec ses multiples twists et retournements de situation. Les pastiches, les références, les dialogues, je bois ça comme du petit lait !

Allan par-delà le voile

Une novelette suivant la première aventure, spin-off retraçant les origines du personnage d'Allan. Alors qu'il vient de terminer sa carrière de héros colonial, notre gonze se dirige vers un manoir pour recevoir sa dose de taduki (non, pas la feuille qui transforme en chat, une autre). Il va y découvrir des mondes étranges et souvent terribles, avec un fort parfum lovecraftien.
Je suis partagé face à ce que je considère comme un assez bon texte, mais loin d'être à la hauteur du reste : le style, malgré ses multiples imitations des défauts des feuilletonistes d'antan (longues tergiversations sur le physique des personnages féminins, récaps qui se veulent ni-vus-ni-connus), parvient grâce à son vocabulaire riche et précis mais sans pompe inutile à se faire poétique et envoûtant ; mais on peine d'abord à savoir où se dirige l'histoire, sans compter que les autres personnages qu'Allan, pourtant parfois intéressants, ne restent qu'ébauchés. La fin, malgré tout, parvient à recréer l'angoisse lancinante du Maître de Providence, montrant à quel point notre monde est fragile et éphémère…

Volume 2

C'est la guerre des mondes ! Il s'agit cette fois-ci d'aider l'armée à repousser les inquiétants tripodes voulant envahir la Terre. le premier épisode se déroulant sur Mars est une fresque grandiose, montrant toute la beauté des imaginaires qui se sont développés autour de cette planète. le deuxième, avec sa seconde partie en huis clos, permet d'approfondir les personnages. Mais par la suite, l'intérêt s'étiole un peu, sachant que la plupart des rebondissements seront vite élucidés par qui connaît un peu H. G. Wells… jusqu'à un twist final qui ne manque pas de surprendre.

L'Almanach du Globe-Trotter

Cette fois, l'appendice romanesque est un faux guide touristique pour superhéros regroupant toutes les bizarreries plus ou moins légendaires du monde entier, explorées au fil des siècles par les différentes Ligues de Gentlemen Extraordinaires. Malheureusement, le tout forme une liste à la Prévert qui n'a de cesse de renvoyer plus haut ou plus bas dans le texte… Ce qui n'en fait pas un ovni littéraire inintéressant, mais quelque chose que, chose qui ne se produit quasiment jamais chez moi, j'ai renoncé à lire jusqu'au bout.

Conclusion

Eh bien c'est globalement très positif : cet hommage à toute la littérature de l'époque couverte par le genre steampunk (fin XIXe, début XXe) réussit à tenir debout par la grande connaissance du scénariste de son sujet, mais aussi et surtout sa capacité à écrire des personnages travaillés et un propos subtil. Je lirai avec plaisir l'intégrale 2 le jour où je l'aurai dénichée. du reste, si vous cherchez des aventures rocambolesques oscillant entre humour caustique et sérieux dramatique, vous savez désormais où en trouver. Et puis bon, c'est pour votre culture…
Lien : https://cestpourmaculture.wo..
Commenter  J’apprécie          40
Le mythe de l'esprit d'équipe
-
En 1999, Alan Moore revient à nouveau à l'écriture de comics et il créée une ligne éditoriale baptisée America's Best Comics (ABC) au sein de l'éditeur Image. Parmi les comics estampillés ABC, la Ligue des Gentlemen Extraordinaires est la seule série à avoir survécue au-delà de 2005. Ce tome constitue le premier de la série et donc le point d'entré de League of Extraordinary Gentlemen (LoEG).

Campion Bond (un agent du MI5, le grand père de James Bond) engage Mina Murray au service secret de sa majesté. Sa première mission est de recruter plusieurs individus sortant de l'ordinaire pour former une équipe d'agents très spéciaux : Allan Quatermain (personnage créé par H. Rider Haggard), Hawley Griffin (L'Homme invisible), le docteur Henry Jekyll (L'Étrange cas du docteur Jekyll et M. Hyde) et le capitaine Nemo (Vingt mille lieues sous les mers). La deuxième mission de Mina Murray est d'enquêter sur un étrange asiatique régnant sur les bas fonds londoniens et de récupérer le minerai de cavorite que ses séides ont volé.

À la première lecture de ce tome, le lecteur se laisse griser par le fait de retrouver ces personnages de la littérature du dix-neuvième siècle qui sont tous restés dans l'inconscient collectif comme des archétypes de la fiction de genre (rayon "grandes aventures") pour adolescent en proie aux poussées hormonales (celles qui développent les muscles, avant de celles qui ramènent vers la gent féminine). Alan Moore respecte à la lettre les codes de ce genre en intégrant des hauts faits d'armes à la force du poignet, des méchants vraiment méchants auxquels s'opposent les héros dans la lutte éternelle du bien contre le mal.

À la deuxième lecture, la lutte des bons contre les méchants apparaît limitée et simpliste, mais elle fait également ressortir les courants sous-jacents de cette littérature telle que la peur du péril jaune (aux forts relents de racisme dirigé contre les asiatiques), l'absence d'éléments féminins, la répression sexuelle, etc. Et l'utilisation systématique de personnages tirés de romans d'action peut devenir crispante pour le lecteur qui n'arrive pas à les situer (plusieurs sites sont consacrés à référencer tous les personnages, même ceux n'apparaissant que dans 1 case, et leur livre d'origine).

À la troisième lecture (et après celle des tomes suivants), le lecteur reste encore une fois confondu devant la rigueur du scénario car Alan Moore insère dès ce premier tome des éléments qui seront repris dans les suivants, que ce soit la particularité de la vision de Hyde ou la référence au meurtrier de Whitechapel. Et le thème de fond du récit finit par apparaître comme étant l'émancipation de Mina Murray, donc l'intégration d'un élément féminin dans un univers par définition masculin. Alan Moore insère des commentaires sous-jacents sur les oeuvres de genre. Il attire l'attention du lecteur sur le sens plus ou moins caché de ces codes.

Pour ce projet sortant de l'ordinaire, Alan Moore a requis les services d'un dessinateur extraordinaire : Kevin O'Neill (The Complete Nemesis the Warlock: Bk. 1 et Marshal Law: Fear and Loathing, les 2 avec Pat Mills). Moore et O'Neill avaient déjà travaillé ensemble, en particulier sur des épisodes de Green Lantern dont un avait été refusé par le Comics Code Authority qui avait jugé que le style de O'Neill était inapproprié pour des revues destinées à la jeunesse. de fait, il faut un temps d'ajustement pour apprécier son graphisme qui privilégie les angles au détriment des courbes. En outre, O'Neill choisit pour ce tome de déroger parfois aux règles anatomiques (en particulier pour les silhouettes féminines, la taille de guêpe de Mina par exemple). Cette particularité combinée avec les angles fait apparaître les individus comme légèrement déformés, avec une ossature saillante qui ne flatte pas l'oeil. de la même manière, il embrasse pleinement ce passé uchronique pour dessiner des décors fantasmés empreints des codes du steampunk. O'Neill réussit à donner forme à l'imaginaire surdéveloppé d'Alan Moore, ce qui n'est pas une mince affaire.

Alan Moore et Kevin O'Neill délivrent à la fois un récit d'aventures ancré dans la tradition de la littérature pour jeunes mâles adolescents et à la fois subverti par la prédominance de l'élément féminin et par les perversions affleurantes des différents personnages. Chaque membre de la LoEG a quelque chose à cacher, chacun a ses propres objectifs et ses propres plaisirs coupables et cette ligue n'a d'équipe que le nom, sans l'esprit.

Ce tome se clôt par un récit en prose (rédigé sous forme de pastiche des récits d'époque) mettant en scène Allan Quatermain et John Carter (le guerrier de Mars) dans une aventure qui fait le lien entre les dernières aventures de Quatermain sous la plume de Ridder Haggard et la fumerie dans laquelle Mina Murray le retrouve. La lecture de ces pages nécessite un bon niveau de vocabulaire anglais.

Cette histoire réveille le jeune adolescent qui dort en nous en lui donnant à découvrir des aventures dans lesquelles les réalités de la vie d'adulte ont été intégrées, rendant ces aventures encore plus palpitantes. Et la lecture s'en trouve encore plus agréable grâce à de nombreuses touches d'humour, en particulier dans les piques que se lancent les personnages.
Commenter  J’apprécie          50
Une BD vachement sympa !

Bon, je vais commencer en me faisant lyncher en place publique, mais peu importe. J'ai découvert LXG par le film. Film que j'adore, soyons clairs !

Je sais qu'à l'époque de sa sortie, il avait fait hurler. Perso, je m'en foutais j'aimais bien.

Aujourd'hui, j'ai lu la BD. J'adore toujours le film… mais je comprends pourquoi les fans de la BD ont hurlé au massacre ! Dans le genre adaptation ratée, le film en tient une bonne couche.

Je crois que l'une des premières choses à dire sur cette BD, c'est que le terme « gentlemen » me parait légèrement… abusif. le groupe est dirigé par Mina Harker, qui sauf erreur de ma part, n'est pas un « gentleman », mais une lady. Ensuite, à l'exception peut-être et parce que l'on fait un effort et qu'on est sympa, le terme de gentleman s'applique uniquement à Quatermain… et au docteur Jekyll quand il est là… et c'est pas souvent… Parce que ni Nemo, ni Hyde et ni l'Homme Invisible (surtout l'Homme Invisible) ne peuvent décemment pas être traité de gentlemen ! Et pourtant, vous savez à quel point j'aime le capitaine Nemo.

Cette BD est politiquement incorrecte et c'est assez jouissif parce que l'on se retrouve avec une histoire très atypique où il est agréable de dire « merde » à la morale.

J'avoue que j'ai adoré l'univers. C'est crade visuellement parlant : on est loin de l'univers steampunk très « art déco » et lisse de nombreuses BD ou livres.

Ensuite, l'auteur a su admirablement bien mêler les univers littéraires en chipant ici et là des personnages. L'ensemble donne une intrigue très sympathique (sans trop de surprise hélas, car je connais le film – à défaut d'être fidèle, il a gardé le méchant) rondement menée.

Perso, je pense que je suis passée à côté de certaines références. Par exemple, tout ce qui concerne la pègre chinoise – il me semble avoir eu le même problème avec le Anno Dracula de Newman.

Alors, il y a une chose que je n'aime par particulièrement dans cette BD, c'est son dessin. J'avoue, je ne suis pas du tout fan du trait, mais il faut bien reconnaitre que le dessin sert vraiment l'univers.

Quoi qu'il en soit, je suis vraiment contente d'avoir découvert cette première intégrale. J'ai vraiment passé un super moment (j'ai couru chercher l'intégrale 2).

Je recommande vraiment la lecture de cette intégrale pour celles et ceux qui cherchent une très bonne aventure sans être gênés par le politiquement correct.

À découvrir !
Commenter  J’apprécie          34

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
[Quatermain] Mais... le concept d'une énergie qui permet de voler! On dit que Robur et le capitaine Mors en ont le secret. Mais...
[Miss Murray] Chut! Dépêchez-vous.
[Quatermain] C'est incroyable! Ce verre traité rend la cavorite inerte. Je suppose que la base doit glisser, faisant sortir l'énergie vers le bas...
[Miss Murray] Oh, je vous en prie. Pourquoi les hommes sont-ils si obsédés par la mécanique qui n'engendre que la destruction?
Commenter  J’apprécie          130
- L'humanité est pitoyable ! Si seulement elle pouvait devenir invisible à ma place.
Commenter  J’apprécie          40
Il faut trois générations pour faire un gentleman.
Commenter  J’apprécie          40
Aheh. Voilà qui explique la disparition du détective : son frère l'a mangé.
Commenter  J’apprécie          20
HURRGH. Je me charge de cette putain de porte mais, bordel de merde, poussez-vous ! Dégagez ! S'il vous plait.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Alan Moore (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alan Moore
Les comics format poche débarquent en librairie ! Toutes les infos : https://www.urban-comics.com/urban-comics-nomad-nouvelle-collection-poche-durban-comics/ Batman La cour des hiboux – Première partie de S. Snyder & G. Capullo – 5,90 € Batman La cour des hiboux – Deuxième partie de S. Snyder & G. Capullo – 5,90 € Flashpoint de G. Johns et A. Kubert – 5,90 € Killing Joke & L'homme qui rit de B. Bolland, A. Moore, E. Brubaker & D. Mahnke – 5,90 € Batman White Knight de S. Murphy – 5,90 € – 224 pages Transmetropolitan Tome 1 de W. Ellis & D. Robertson – 7,90 € Transmetropolitan Tome 2 de W. Ellis & D. Robertson – 7,90 € Watchmen de A. Moore & D. Gibbons  – 9,90 € – 416 pages Fables Tome 1 de M. Buckingham, L. Medina & B. Willingham – 9,90 € Fables Tome 2 de M. Buckingham & B. Willingham – 9,90 €
Music : © rockstar trailer 109945
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (190) Voir plus



Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur Watchmen ?

Qui a adapté le roman graphique au cinéma ?

Jon Favreau
Zack Snyder
Bryan Singer
Sam Raimi

10 questions
210 lecteurs ont répondu
Thème : Watchmen (Intégrale) de Alan MooreCréer un quiz sur ce livre

{* *}