AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782404011868
192 pages
Éditeur : Gallmeister (03/01/2020)
3.48/5   72 notes
Résumé :
En partant de la nature pour poser des questions sur l’existence, Kathleen Dean Moore, philosophe et naturaliste, nous offre la plus belle des réponses : l’amour de la vie pour elle-même. Parcourant l’Ouest américain, des côtes sauvages de l’Oregon aux rivages de l’Alaska, ce recueil s’appuie sur l’observation de phénomènes naturels pour nous replacer dans l’immensité du monde, mais aussi, toutsimplement, auprès de nos proches. Avec respect, amour et délicatesse, ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 72 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

lafilledepassage
  27 septembre 2020
Chroniques assez inégales sur l'Homme et la Nature, sur la place du premier dans la deuxième. J'ai beaucoup aimé le début qui est un vibrant hommage à la Terre, sa complexité et sa puissance, et, à travers elle, à la vie, cette chose mystérieuse qui ne cesse de nous poser question.
Plusieurs fois, j'ai eu envie de charger la voiture pour m'enfoncer dans les grands espaces, loin du bruit du monde. Hum hum hum … mais j'oublie que j'habite un des pays les plus densément peuplés de la planète sur le continent le plus industrialisé et qu'il me faudrait déjà courir loin pour trouver de grandes étendues sauvages. Zut !
Ensuite malheureusement il me semble que l'auteure a manqué d'inspiration et s'est contentée de nous livrer des souvenirs familiaux, qui personnellement ne m'ont pas intéressée.
Lecture mi-figue mi-raisin.
Commenter  J’apprécie          250
celestineh
  16 février 2021
Une compilation de petits récits entremêlant des descriptions d'endroits de nature et des réflexions personnelles. L'auteur vit dans l'Ouest américain, plus précisément dans l'Oregon et est professeur de philosophie.
Cela commence très fort avec la leçon de vie donnée par le marais : L'observation des animaux du marais fait dire à l'auteur qu'il ne faut pas chercher de sens à la vie, sens qui risque de ne jamais être trouvé, mais simplement profiter de chaque instant. Ce petit récit sur le marais est splendide.
Tellement splendide que j'ai trouvé la suite du livre plus inégale. Si certains chapitres sont tout à fait passionnants (celui sur les forêts et leur exploitation par exemple) d'autres m'ont semblé présenter peu d'intérêt. Certains notamment se concentrent sur des souvenirs familiaux peu accrocheurs. L'auteur nous donne toutefois une furieuse envie d'aller séjourner quelques semaines dans ces régions sauvages de l'Ouest américain.
J'ai donc trouvé qu'il s'agissait d'un livre un peu inégal alternant des chapitres très réussis et d'autres plutôt soporifiques. Chacun peut être lu indépendamment des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
babel95
  06 mai 2020
Au premier étage de cette librairie, un rayon me plaît particulièrement - celui des romans des éditions Gallmeister. J'aime parcourir les titres, et regarder les couvertures colorées. D'habitude, ce sont les romans policiers qui m'intéressent, mais là, exception, il s'agit d'un petit livre, au titre prometteur : Petit traité de philosophie naturelle. de quoi s'agit-il ? d'un recueil de petits récits qui se déroulent dans l'Ouest américain. L'auteure, Kathleen Dean Moore, écrivain, philosophe, aime particulièrement la nature, et s'est spécialisée dans le domaine de l'éthique environnementaliste et la philosophie de la nature. Ces récits sont de petits moments de bonheur : découverte de la nature de l'Ouest américain, d'une flore et une faune exceptionnelles qui sont décrites avec précision et amour.
Cette découverte va de pair avec une réflexion sur l'existence, les liens que nous tissons.
Camille Fort-Cantoni a su rendre parfaitement un texte qui ne devait pas être particulièrement facile à traduire, quant à la couverture très colorée, représentant un marais et deux grands oiseaux - des grues peut-être - elle met bien en valeur le texte.
Une lecture évasion, une réflexion particulièrement réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SheWolf
  22 décembre 2020
Apprendre à voir l'inutile, l'infime, l'insignifiant et y trouver, là, de quoi donner sens à sa journée. Découvrir que l'on peut être présent, pas juste là, pas simplement objectivement présent, mais subjectivement vivant à l'instant présent. Apprendre à ne plus appartenir aux choses, mais aux êtres, apprendre à se rendre disponible à la beauté, plutôt qu'à se définir possédant. Prendre acte que l'on peut être heureux et nourri de ce qui nous ne détenons pas mais dont nous pouvons profiter à chaque instant. Cesser d'estimer l'autre, ou soi, en fonction de ce qui lui appartient de biens matériels. Ce livre n'est rien de plus qu'une succession de tableaux, autant d'instants de vie, sans morale. Il ne vise ni à l'édification de son lecteur, ni à la culpabilisation de celui-ci, pas plus qu'il ne propose une direction ou une trajectoire pour repenser sa vie. Il n'y a pas de gourou en l'auteur ni de velléité à le devenir. C'est une réflexion à peine énoncée, juste suggérée sur l'essentiel à la vie. Qui le désire peut y trouver son sens profond, métaphysique, de l'ordre de l'essence et de l'essentiel. Autrement, vous pouvez simplement le recevoir comme un traité des racines, de celles qui comme pour les arbres, vous permettent de puiser dans la terre pour, du haut des plus humbles brindilles, jouer avec le vent pour caresser le ciel. Au final, si ce livre avait un objectif, il serait considéré atteint s'il vous engageait à prendre le premier sentier venu, non pour une randonnée, non pour atteindre un sommet, mais juste pour entendre le moineau, voir l'humble pissenlit s'ouvrir, découvrir l'empreinte d'un renard ou entendre passer le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Asmostark
  13 février 2020
🌳 Petit traité de philosophie naturelle - Kathleen Dean Moore 🌳
Traduction : Camille Fort-Cantoni
Kathleen Dean Moore est professeur de philosophie. Dans ce recueil composé d'une vingtaine de récits elle nous fait part de ses observations de la nature américaine, nous fait partager les joies simples de la contemplation de la faune et la flore, du spectacle que nous offre les forêts, les lacs, l'océan, les animaux. Si elle nous décrit son émerveillement devant des canards tentant de s'intimider, ou nous parle de sa colère face à l'avidité des hommes qui déforestent des hectares entiers pour alimenter les scieries, elle essaye avant tout de se questionner sur la place que nous occupons dans cette nature magnifique.
La nature est au coeur de ce livre mais il y est aussi question de la famille, des relations humaines, de la vie et de la mort.
Kathleen Dean Moore nous invite à un voyage au coeur de la nature, nous poussant à nous questionner et à apprécier les plaisirs qu'offrent les observations de la vie qui nous entoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   06 mai 2020
Sur l'étagère, quelques recueils - le livre des fougères, le livre des lichens, le Guide des rivières et des étangs - me viennent de ma mère. C'était une femme qui s'émerveillait d'observer la nature et saluait les grenouilles comme de vieilles connaissances, toujours ravie de rencontrer en pleine forêt ce qu'elle ne connaissait que comme une image dans un livre. La toute première pomme de mai, un aperçu de Scorpion dans le ciel au-dessus des montagnes assombries par la nuit, la première rencontre avec une moucherolle vermillon… tous ces phénomènes éveillaient en elle ce que Joseph Wood Krutch nomme "la joie qui ne se laisse pas penser". "Songe donc, s'exclamait-elle, que nous habitons le même univers que le tyran à longue queue". Songe donc. C'était comme si ces mots ouvraient grand leurs bras. Un passerin non pareil. Un scinque des prairies. Des pédiculaires du Groenland, dont les fleurs ressemblent à de petites têtes d'éléphants placées tout le long de leur tige, dans les prés de haute montagne. Des marais remplis de tabac du diable, des choux qui sentent la citronnade. Si ces créatures existent, rien n'est impossible. "Tout simplement fabuleux !" disait ma mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lafilledepassagelafilledepassage   06 octobre 2020
Le monde est-il conforme aux capacités de notre esprit, ou notre esprit limité borne-t-il notre connaissance du monde ? Peut-être l’intelligence fait-elle de son mieux en captant ce qui est lent, lésé, ordinaire, tout en laissant échapper le meilleur. À l’idée qu’il y a un au-delà de la perception humaine, j’enrage de frustration, comme un chien qui fait les cent pas devant une porte close, gratte et renifle l’air qui filtre. Que peut-être cet élément lointain, invisible, qui ne correspond à aucune de nos catégories ? Au-delà du spectre visible, de la gamme sonore, des nomenclatures, quel est cet élément si radieux qu’il nous aveuglerait, ferait exploser nos sens et nous précipiterait au sol ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NuageuseNuageuse   01 janvier 2021
Partout où je vais, je croise des gens venus d’ailleurs. Tous, nous laissons tant de choses en arrière. Les déjeuners du dimanche. Les accueillantes vérandas. Les infimes certitudes. Savoir quand planter des tomates, où acheter de la ficelle, comment affronter un décès. Ces lieux secrets et sûrs qui ont un sens pour nous : un chemin usé par nos pas au bord de la rivière, un bosquet de roses trémières auquel s’attachent le pollen et l’essaim d’abeilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ivredelivresivredelivres   19 septembre 2010
Il neige, ce matin. Une mésange surgit devant la mangeoire, attrape une graine de tournesol et repart à tire-d’aile. Un écureuil roux, tapi sur une branche, jacasse à tue-tête, tout son corps vibre de détresse. L’écureuil cachera des poignées de pommes de pin et de graines de tournesol pour avoir de quoi se nourrir tout l’hiver. La mésange, elle, dissimulera ses graines une à une - derrière une parcelle d’écorce sur un pin blanc, au creux d’une branche, ou dans une brèche laissée par un rameau après sa chute. Un millier de graines, cachées à un millier d’endroits sur son territoire hivernal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
musaraneusmusaraneus   27 décembre 2020
Ce lac est un chaos sonore, un orchestre de fous décidé à faire ses vocalises. Toute la nuit se passera en huées et jacasseries, soupirs et couinements. Un grèbe à cou noir surgit brusquement près du canoë. Il nous contemple d’un œil rougeoyant. Une aigrette de plumes dorées jaillit, étincelante, de part et d’autre de son front. Soudain, l’oiseau baisse la tête et lève un peu les ailes, menaçant. Veut-il prendre d’assaut le canoë ? Il nous observe à nouveau, baisse le bec, fait une galipette dans l’eau et s’enfuit. Une douzaine de harles battent l’eau de leurs ailes avant de s’envoler dans la nuit. Le ciel perd ses dernières lueurs jaunes. Enfin, le marais s’apaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Kathleen Dean Moore (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kathleen Dean Moore
François Busnel nous parle du Petit traité de philosophie naturelle de Kathleen Dean Moore.
autres livres classés : nature writingVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Kathleen Dean Moore (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
358 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

.. ..