AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284990385X
Éditeur : Editions des Equateurs (07/05/2015)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 39 notes)
Résumé :
1890. Vincent Van Gogh est assassiné à Auvers-sur-Oise par un mystérieux dealer de bleu, « l’Homme-aux-Couleurs ». Toulouse-Lautrec mène l’enquête. Il enrôle son ami Lucien Lessard, peintre-boulanger de la butte Montmartre. Mais Lucien n’a qu’une obsession : brosser le portrait de Juliette, muse magnétique, qui vient de lui offrir un tube de bleu très rare …
De sa plume débridée, trempée à l’ultramarine, Christopher Moore signe une fabuleuse comédie qui revis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
encoredunoir
  11 mai 2015
Disparu des radars depuis quelques années, Christopher Moore refait aujourd'hui surface en France aux éditions des Équateurs avec un roman à la trame que l'on jugera au choix étonnante de la part d'un auteur américain de romans noirs loufoques ou tout à fait normale pour un auteur qui a déjà évoqué pêle-mêle la vie sexuelle des dinosaures (Le lézard lubrique de Melancoly Cove), la réapparition d'Amelia Earhart (Le secret du chant des baleines), le vampirisme (Les dents de l'amour) ou la vie secrète de Jésus (L'agneau).
Le revoilà donc, à Paris cette fois, suivant les pas du jeune boulanger-artiste-peintre Lucien Lessard et de son ami Henri de Toulouse-Lautrec lancés à la recherche de l'assassin de Vincent van Gogh. Dans le Paris de la deuxième moitié du XIXème siècle, par la grâce d'aller-retour entre 1890-91 et des moments antérieurs (à la louche, de 38000 avant notre ère jusqu'à la Commune, mais quand même surtout dans les décennies précédant la mort de van Gogh), Moore nous invite à croiser Monet, Renoir, Pissarro, Manet, Whistler ou Berthe Morisot. Car derrière l'extrême foisonnement artistique du Paris de ces années-là, l'auteur américain trouve un motif criminel et surnaturel en rapport avec les pigments servant à la confection du bleu sacré, ce bleu qui servait à peindre le manteau de la Vierge et que vend un étrange « Homme-aux-Couleurs ».
Extrêmement documenté sans avoir l'air d'y toucher, Sacré bleu est un roman étonnant à mi-chemin entre l'enquête et le conte fantastique dans lequel, comme à son habitude, Christopher Moore se plait à déboulonner les statues, à tordre la réalité, et à jouer quelques scènes graveleuses et amusantes à base, entre autre, de modèles coquins, de gnome priapique et d'âne. Dans l'atmosphère jouisseuse des milieux artistiques d'un Montmartre un brin fantasmé, les tribulations de Lessard et Toulouse-Lautrec et celles, en parallèle, de « L'Homme-aux-Couleurs » et de sa complice, le lecteur se plaît à se laisser emporter et passe des moments indéniablement agréables. Plus ambitieux que les derniers romans de Christopher Moore parus chez Calmann-Lévy, plus solide que le secret du chant des baleines dans lequel l'auteur mêlait avec moins de réussite l'histoire et le fantastique, jouant moins la carte comique qu'Un blues de coyote ou le lézard lubrique, Sacré bleu ressemble par bien des aspects à un roman de la maturité. le brin de folie de Moore est toujours là, certes, mais il est certainement plus maîtrisé, au risque parfois, dans un roman relativement long d'accuser quelques baisses de rythme. Des menus défauts sur lesquels on passera sans problème, tout au plaisir de retrouver cet auteur et, pour beaucoup on l'espère, de découvrir son sens de l'absurde et ses talents de conteur.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Gwenaweb
  30 juin 2015
On se laisse délicieusement piéger par Masse Critique. On succombe à la tentation d'un livre qui ne se fait payer que par une critique dont la valeur n'est pas surveillée à la manière d'un prof armé d'un crayon rouge. C'est probablement ce qu'il y a de plus grisant. Parfois on tombe sur l'huitre qui contient la perle et parfois… Parfois on tombe sur un OVNI. Dans le cas de ce livre, je pourrais dire que je suis tombée sur une Oeuvre Volubile Non Identifiée. Je n'en reviens pas d'avoir lu ces 500 pages qui au final, ne contiennent pas grand chose. L'auteur a une grande capacité à parler pour ne rien dire. Heureusement, c'est une qualité que j'apprécie beaucoup et je tire mon chapeau à l'exploit. Par contre, mon besoin d'imagination en prend un coup. C'était joli et marrant, mais ce n'était ni divertissant, ni agréable à étaler sur tout un livre. Un petit délire de 10 pages aurait déjà été ma limite. Comme je respecte grandement l'opération Masse Critique, j'ai fini le livre, mais ça a été laborieux et long.
En tant que belge, le surréalisme ne me dérange pas, mais je suis restée totalement en dehors de cette histoire d'impressionnistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Malahide75
  04 juillet 2015
Montmartre, 1890 : les plus belles heures de l'histoire de la Butte. Les peintres rivalisent de talent, entre le Lapin Agile et la place du Tertre, se saoulent à l'absinthe et s'enivrent du parfum des filles de petite vertu. Mais la fée verte et la syphilis ne sont pas les seules à planer sur les grands noms de l'impressionnisme...
Troublés par les morts brutales de leurs amis peintres, par des pertes de souvenirs et la disparition énigmatique de tableaux, Lucien Lessard et Toulouse-Lautrec décident de mener l'enquête. Enquête qui les mènera au mystérieux « Homme-aux-Couleurs » et aux non moins mystérieuses muses qui, toutes autant qu'elles sont, ont si bien su inspirer les peintres avec leurs charmes... et leur peinture bleue.
Le très blagueur et loufoque Christopher Moore a encore frappé ! Et le moins que je puisse dire est que j'ai entamé « Sacré Bleu » en salivant à l'avance !
De la butte Montmartre à l'Italie, de la gare Saint-Lazare à la grotte de Pech Merle, l'auteur nous balade dans le temps et l'espace, à travers des tableaux connus ou non, dans une aventure délirante et rocambolesque... teintée de bleu, évidemment.
Si Christopher Moore est un expert dans l'art de muscler les zygomatiques, il s'avère également ici un virtuose dans l'art de croquer des personnages attachants et un Paris disparu. Renoir, Degas, Monet, Toulouse-Lautrec, Van Gogh... dévoilent, sous sa plume, des personnalités émouvantes, drôles et sympathiques, bien loin de l'image de l'artiste intouchable.
On se plaît alors à les suivre dans leurs pérégrinations parisiennes, goûtant avec délice à leurs conversations (débridées!) et à leur frivolité.
Avec « Sacré Bleu », Christopher Moore signe un roman drôle et intelligent, qui montre que l'on peut parler d'Art avec humour sans pour autant être un mécréant.
C'est aussi une belle évocation de l'inspiration des artistes, des plaisirs de la vie et de la gente féminine.
L'écriture de Christopher Moore ne se limite pas à l'humour et avec « Sacré Bleu », il nous prouve qu'il a encore bien d'autres cordes à son arc, dont la sensibilité et le romantisme ne sont pas absents.
Un livre bleu, joliment illustré de nombreux tableaux, à mettre entre toutes les mains !
Merci à Babelio et aux éditions Équateurs pour cet hilarant moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
livr0ns-n0us
  18 octobre 2015
"Van Gogh assassiné - Toulouse Lautrec enquête". C'est par ce bandeau accrocheur -et un peu mensonger- que débute Sacré Bleu. Par ce bandeau, et cette hypnotique couverture bleue. Un délice pour les yeux, n'est-ce pas ?
Si j'emploie l'adjectif "mensonger", c'est parce qu'il serait injuste de réduire Sacré Bleu à une simple enquête. le meurtre de van Gogh (inspiré par les événements tout à fait réels et troublants de son décès) y tient d'ailleurs une place assez restreinte, ne servant finalement qu'à déclencher la quête (ou l'enquête, allez) des deux protagonistes principaux du récit. Mesdames et messieurs, laissez-moi vous présenter Lucien Lessard, boulanger et peintre à ses heures perdues, et Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec, comte de Monfa, peintre dans ses bons jours et satyre à plein temps. Très vite, le duo croise le chemin d'un mystérieux petit être difforme qui se fait appeler "l'Homme-aux-couleurs" et qui semble hanter le chemin de tous les artistes de l'époque. Car van Gogh n'est pas le seul à être victime d'un mal étrange : pertes de mémoire, fièvre et actes inconsidérés sont également le lot de Renoir, Monet ou encore Pissaro. Aucun artiste n'est à l'abri, et nos deux héros auront fort à faire pour démêler le vrai du faux dans cette incroyable histoire.
Voici une quête bien étrange dans laquelle nous embarque Christopher Moore, qui joue avec l'histoire de l'art de façon jubilatoire (ou sacrilège, diront certains). On ne cherchera pas la vérité historique ici (même si, ne nous y trompons pas, Sacré Bleu est excellemment documenté) ; on viendra pour se délecter de la plongée dans le Montmartre de la fin des année 1800 où artistes de tout poil, prostituées, génies, bandits et absinthe se dissolvent en un cocktail explosif. Déjantée, illuminée, cette aventure fantastique est portée par le charisme grivois d'un Toulouse-Lautrec éblouissant. L'occasion de revisiter L Histoire (et, mine de rien, de se cultiver) tout en se payant une bonne tranche de rigolade !
Lien : http://livr0ns-n0us.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sl972
  15 août 2017
Je ne connaissais pas Christopher Moore mais je me suis laissée séduire par un libraire passionné qui m'a tant vanté ce livre que je n'ai pu m'empêcher de l'acheter. Et je n'ai absolument pas regretté cette impulsion.
Tout commence par la mort de Vincent van Gogh. L'histoire veut qu'il s'agisse d'un suicide. Dans cet ouvrage, c'est un meurtre. le coupable se nomme l'Homme aux Couleurs. Cet individu mystérieux qui traverse les époques fournit des couleurs à de nombreux peintres. L'une en particulier est la plus recherché. C'est le Sacré Bleu, le bleu du manteau de la Vierge, cette nuance si difficile à obtenir mais qui donne le plus beau résultat.
Si nous, lecteurs, connaissons le coupable, ce n'est pas le cas des amis de van Gogh. Parmi eux, Toulouse-Lautrec décide de mener l'enquête et il entraîne son ami Lucien Lessard, peintre et boulanger de Montmartre, à sa suite. Mais Lucien ne s'intéresse guère à cette affaire, aussi malheureuse soit-elle ; Juliette, la femme qu'il aime, est de retour à Paris et il rêve de faire son portrait. D'ailleurs, la jeune femme lui a offert un tube de bleu exceptionnel…
Difficile de classer ce livre. Il y a bien une enquête mais ce n'est pas un roman policier classique. On est bien à Paris, au XIX° siècle, à l'apogée du mouvement impressionniste mais ce n'est pas non plus un vrai roman historique, ni même un roman sur l'art. L'Homme aux Couleurs introduit un élément fantastique dans tout cela sans néanmoins faire pencher la balance dans cette direction.
On est donc face à un véritable OVNI littéraire et c'est un vrai plaisir de se perdre dans ce livre peu commun. Cet ouvrage ne plaira peut-être pas à tout le monde mais, pour moi, cela a été une véritable découverte et le lire, un pur plaisir, bien qu'un peu déstabilisant par moments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LesEchos   24 juin 2015
Avec « Sacré Bleu » préparez-vous à un sidérant « retour vers le futur ».
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Malahide75Malahide75   04 juillet 2015
- Depuis qu'elle est partie, j'ai pas touché un pinceau. Je suis même plus bon à faire le pain. Ce matin, c'est Régine qui a terminé la cuisson. Ce tableau, c'est ce que j'ai peint de mieux, mais c'est aussi le plus beau que je peindrai jamais. Plus rien. J'ai plus rien. Et je ne suis plus rien.
- Ça pourrait être pire, tenta de la rassurer Henri. Tu sais, ici, dans la journée, c'est un monde de femmes. Elles oublient ma présence, elles se coiffent les unes les autres en échangeant à voix basse des souvenirs de leur enfance, ou elles lavent leurs bas dans une cuvette. Elles sommeillent dans les bras des unes des autres, ou s'endorment sur un lit et ronflent comme des chiots. Moi, je m'assois dans un coin avec mon carnet à dessins, et je me tais. Des fois, on n'entend que le grattement du fusain sur le papier ou l'eau qui éclabousse légèrement le rebord d'une cuvette. Ça devient un monde sans hommes, un doux cocon sans violence où les filles retrouvent leur candeur. Elles ne sont plus des putes. Elles sont entre les deux. Ni ce qu'elles étaient, ni ce qu'elles sont devenues. Et moi, je suis invisible, je ne suis plus rien non plus. C'est ça, Lucien, le demi-monde, et, contrairement à ce qui se dit, il n'est pas toujours noir et désespéré. Parfois, il n'est juste rien. Le fardeau des espoirs et des regrets s'est envolé. Tu vois, mon ami, il y a pire que de n’être plus rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malahide75Malahide75   04 juillet 2015
- L'art n'a rien à voir avec l'intelligence, Lucien, avait déclaré Renoir. Mais avec l'habilité. Je ne suis pas un intellectuel, je n'ai aucune imagination. Je peins ce que je vois. On sait plus de choses sur un homme en regardant ses mains qu'en l'écoutant parler.
- Mais vous avez de toutes petites mains, monsieur, avait répondu l'enfant.
Renoir était de fait quelqu'un de très mince. Mme Jacob, la crémière de l'autre côté de la place, essayait sans cesse de le convaincre d'épouser une de ses deux filles, l'assurant qu'elle lui ferait faire du gras et lui épargnerait les tracas du quotidien.
- Que veux-tu me faire comprendre ?
- Rien.
- Toi aussi, tu as des mains minuscules.
- Mais je n'ai que neuf ans.
-C'est pour ça que personne ne t'aime, Lucien. Tu as probablement de toutes petites mains à cause de la syphilis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malahide75Malahide75   04 juillet 2015
- Mon tableau, c'est pas une merde !
- Je sais bien. Ça faisait partie du subterfuge. Je descends d'une noble lignée, et nous, le subterfuge, on a ça dans le sang, comme la ruse et l'hémophilie.
- T'en croyais donc pas un mot, quand t'as dit que c'était une merde ?
- Mais non, Lucien, il est superbe ton tableau !
- Henri, je dois la retrouver.
- Mais bordel de merde, Lucien, cette fille a failli te tuer !
- Est-ce que ça aurait suffi à t'arrêter, quand on t'a séparé de Carmen ?
- A ce propos, Lucien, il faut que je te parle. Allons boire un coup au Mirliton. Je dois t'expliquer ce qui s'est passé.
- Mais le tableau, on en fait quoi ?
- Le tableau ? On l'emmène. Bruant va l'adorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GwenawebGwenaweb   30 juin 2015
Le jeune homme habitait une ville où les femmes n'étaient pas autorisées à monter sur l'impériale des tramways : elles auraient risqué de dévoiler un bout de leur cheville et par là de compromettre leur vertu.
Commenter  J’apprécie          20
GabylarvaireGabylarvaire   11 mai 2019
C'est dans le toucher de la peinture, dans le comportement de la surface. Les critiques d'art ne remarquent pas ça, ils n'en parlent jamais. Ils s'imaginent toujours qu'on essaie d'exprimer quelque chose avec la peinture; mais ils ignorent que la peinture, sa matière, nous parle, à travers le toucher et son reflet.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christopher Moore (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christopher Moore
"Fou" de Christopher Moore. Editions L'Oeil d'Or "Héros Ordinaires" de S.G. Browne. Editions Agullo "Zero K" de Don DeLillo. Editions Actes Sud
Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ
autres livres classés : impressionnismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1682 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre