AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782354088132
Éditeur : Mnémos (20/01/2020)
4/5   22 notes
Résumé :
Six petits oiseaux tout beaux et tout fiers... La Crécerelle est l’assassin la plus redoutée de son temps. Mais lorsque Mémoire – son ancienne amie et membre du Conseil des Cités-États – la retrouve à la croisée des pistes du désert de Yobanda dans une auberge de caravaniers, la tueuse n’est plus que l’ombre d’elle-même. Mémoire lui propose de tuer cinq mages thaumaturges qui représentent une menace pour la sécurité et la cohésion des cités-États. En acceptant, la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 22 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Alfaric
  13 février 2020
Malgré tous ses défauts / toutes ses limitations, "La Crécerelle" de Patrick Moran possédait un potentiel fascinant… Il a réussir à offrir de nouvelles aventures à son anti-héroïne aux faux airs de dame aux camélias à baudriers, autrement dit d'Elric de Melniboné au féminin...
Dans "Les Six Cauchemars" qui font office de « tome 2 » (toujours joliment illustré par Qistina Khalidah), 5 années ont passé depuis le « tome 1 »… La Crécerelle qui s'est débarrassée de son Arioch et de sa Strombringer à elle et se perd en divers expédients quand elle est contactée par son ancienne side-kick Mémoire qui a décidée de se lancer dans la politique internationale en étant le fer de lance de la formation d'un fédération de Cité-États. Si dans les chaotiques fiefs du Sud la magie est est partout dans les très ordonnées cité du Nord elle est taboue : Mémoire a été missionnée pour engager la Crécerelle qui doit assassiner les 5 sorciers les plus craints des terres du désert et tous leurs alliés réels ou supposés. Elle identifie immédiatement ses camarades de promotions, apprentis du maître sorcier Volgherr l'Orageux assassiné par ses propres élèves. Elle doit traquer et tuer cinq cauchemars (Xanthorop Tegol, Euphémie de Lotnée, Altavair Philoctimon Goronne, et le Dévoreur), et avec eux elle formait naguère les Six Cauchemars ! Donc rien ne dit que le nouveau Conseil des Cités ne veuille pas sa mort une fois qu'elle aura accompli ou non sa tâche…
C'est en forgeant qu'on devient forgeron et force est de constater que tous les défauts du tome 1 ont été gommés :
- worldbuilding et magicbuilding peut-être mieux utilisés
- plus d'incipits à répétition qui n'apportait pas grand-chose
- plus de vocabulaire inutilement compliqué qui n'apportait pas grand-chose
- une anti-héroïne qui cette fois-ci suscite cette fois-ci l'intérêt et la sympathie
- un relationship drama nettement plus intéressant vu le nombre de personnages
- on abandonne le côté existentialiste du « tome 1 » pour un « tome 2 » résolument Sword & Sorcery
Le combat contre Xanthorop Tegol constitue une séquence pré-générique qui détourne les clichés de la fantasy, et l'auteur en rajoute une couche avec la confrontation avec Euphémie de Lotnée qui se la joue Thusla Doom en mode "Civilisation" de Sid Meier… Donc l'essentiel de l'action se concentre entre enquêtes du présent (c'est ainsi qu'on apprend que chaque cité à ses secrets plus ou moins inavouables) et souvenirs du passé (c'est ainsi qu'on apprend comme La Crécerelle et le Dévoreur ont détruire la cité de Dezenzilion) sur les cauchemars restant qui manigancent on ne sait quoi dans la richissime cité maritime de Tal Emmerrak qui ambitionne de fonder un thalassocratie (et plus encore) dominant toute la région (et plus encore)
L'auteur nous refait "La Geste des Princes-Démons" de Jack Vance en moins de 250 pages (mais avec une version féminine d'Elric de Melniboné aux faux airs de Xéna la Guerrière). C'est rythmé et c'est nerveux, très facile et très rapide à lire. Mais avec un tel matériel à disposition il y avait moyen d'insérer au moins 100 pages de plus pour optimiser toutes les potentialités du récits. Car oh oui ça intrigue de tous les cotés, entre complots et romances La Crécerelle ne sait pas si elle doit se fier à Mémoire du Conseil des Cités ou Rakk-pahl le baillis de Tal Emmerrak (sans parler des sorts de téléportation et de dédoublement pour amènent quasiment un Acte IV) : il y avait tellement bien à faire niveau mélange entre médiéval-fantastique et techno-thriller (d'autant plus que les scènes d'action sont encore une fois très réussies). J'ai aussi failli rouspéter sur le fait que les particularités du port de Tal Emmerrak soient traitées comme un élément de décor : on a quand même la ville peut-être la plus riche et la peuplée de son univers qui impose un couvre-feu draconien car à la tombée de la nuit les morts reviennent à la vie massivement pour se repaître d'âmes et de chairs fraîches… Qu'importe, même s'il a grillé pas mal de cartouche avec cette suite, Patrick Moran a réussi à transformer un stand alone en serial (et qui sait en feuilleton) : chapeau l'artiste, et que continue les aventures / mésaventures de la Crécerelle !
PS: qui aime bien châtie bien, et je lis trop de livres édités par les éditions Mnémos pour ne pas dire franchement les choses… la mention « se lit indépendamment » ça marche très bien pour un serial, à la seule condition d'avoir lu « l'épisode 1 » qui expose les personnages et l'univers sinon ça ne marche pas du tout, ce qui est le cas ici vu qu'on est à « l'épisode 2 » ! (soupirs)
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
gregorydarosa
  20 février 2020
Je le dis d'emblée : les deux romans de Patrick Moran, La Crécerelle et les Six Cauchemars, indépendants l'un de l'autre, sont extrêmement intéressants. Dans le premier comme dans le deuxième, l'auteur propose deux aventures ; l'une visuelle et fort divertissante, l'autre habilement cachée entre les lignes.
Ici, dans les Six Cauchemars, Patrick Moran nous montre une Crécerelle errante qui, cinq ans après s'être débarrassée de sa créature tyrannique de l'Outre-Monde, a bien du mal à se trouver un but. Ceci est d'ailleurs le fil directeur du roman qui nous amène à cette question : quel sens doit-on donner à sa vie une fois que l'obstacle majeur a été franchi ? Comment le trouver ?
Parlons d'abord de l'aventure divertissante, sanglante, visuelle, immersive, digne des grandes oeuvres de Fantasy.
Vous voyagerez de désert en villes étranges, de tours maudites en rues infestées de revenants. Patrick Moran montre l'étendue de son imagination en créant, en peu de mots qui font toujours mouche, des lieux fascinants. le tout infusé dans une inspiration orientale dépaysante et légère.
Vous vivrez également un bon nombre de moments d'action, parfois carrément épiques, tous permis grâce au système de magie créé par l'auteur qui, on le sent à la lecture, s'amuse à élaborer des scènes tout bonnement rocambolesques et sanglantes. Sa plume, en sus, épurée, ne s'embarrassant jamais du mot superflu, sert parfaitement à planter le décor.
Puis vient aussi l'aventure plus personnelle de la Crécerelle.
On la missionne pour mettre hors d'état de nuire cinq mages qui menacent la cohésion des Cités-États. On apprend alors, au fur et à mesure du récit, qu'ils ne sont pas uniquement des proies à barrer d'une croix. Ces cinq mages ont tous une histoire. Une histoire qui se mêle à celle de notre personnage principal. Pour ce faire, une ancienne amie de la Crécerelle se fait la porte-parole des ordres qu'elle reçoit : la fameuse Mémoire qui, décidément, porte fichtrement bien son nom.
Pour celles et ceux qui ont déjà lu La Crécerelle (le premier roman dans l'ordre de parution) sans doute ont-ils remarqué que Mémoire s'y faisait la lueur ténue mais toujours présente qui maintenait La Crécerelle dans son humanité, ce malgré l'Oeil de l'Outre-Monde qui, pourtant, l'avalait et la déshumanisait peu à peu. Dans les Six Cauchemars, en revanche, Mémoire se fait plus distante et, cependant, bien plus pesante. Elle se fait même marionnettiste tirant ses ficelles dans l'ombre. Car tels sont les mauvais souvenirs : pesants, tyranniques, collants. S'instaure alors une relation toxique entre la Crécerelle et Mémoire, mais plus encore, entre la Crécerelle et son passé.
Son passé, d'ailleurs, que Patrick Moran dévoile par touches, au gré de chapitres qu'ils nomment reliquats. Là aussi, le terme choisi est édifiant. Ces reliquats, en plus d'éclairer le lecteur concernant le passé de la Crécerelle, arrive comme des bulles de souvenirs, certes sanglantes, qui éclatent pour que la Crécerelle en sortent définitivement. La Crécerelle ne fait pas seulement que respecter un contrat, elle se libère du joug de son passé. Et elle paye.
Ce qui m'amène à la construction des personnages. La Crécerelle doit donc traquer ces cinq mages. Et chaque mage a un but, si ce n'est une ambition forte, démesurée.
Xanthorop est avide de connaissances. Le Dévoreur a faim d'une perpétuelle violence. Philoctimon a soif de pouvoir et, plus encore, d'immortalité. Altavair a un furieux besoin de reconnaissance, d'existence. Seule Euphémie, la seule femme de cette hydre a cinq têtes, montre un attrait extrêmement poussé pour… rien. Je dirais même le vide, le néant. Elle en crée d'ailleurs une religion, et l'ironie en est superbement acide.
Ce qui m'a donc frappé, c'est la perte de foi de tous ces personnages, la Crécerelle en premier. Dans le monde de Patrick Moran, le trône des dieux est affreusement vide, et je vous invite pour ce faire à visiter le sommet de la tour de Dezenzilion. C'est bien dans ce vide que résonnent les cris égarés de ces personnages. C'est la vacuité de l'existence qui est mis en exergue ici. C'est son non-sens, sa fragilité absurde, sa brièveté à rendre fou. Les cinq mages l'ont compris, si bien compris d'ailleurs que rien n'est plus à même de faire barrage à leur convoitise, surtout pas la barrière morale. Personne sauf, évidemment, le personnage le plus désabusé de tous : la Crécerelle.
C'est définitivement ce chemin que devra prendre notre personnage principal : faire le deuil de son passé, se pardonner elle-même, retrouver dans les débris de sa vie ses lambeaux d'humanité et broyer ce qui fait d'elle un monstre. La route est longue, et la frontière fragile entre la foi en la vie et l'appel irrésistible du néant.
Avec les Six Cauchemars, Patrick Moran propose donc un roman qui revêt les atours du divertissement populaire, gorgé d'action, aux personnages caractériels et à la lecture rapide. Mais arrêtez-vous, déshabillez-le un peu, et vous verrez la profondeur qui s'y cache vraiment. L'auteur ne fait pas de la sword and sorcery à la légère, il touche du doigt, à mon sens, ce qui fait tout l'intérêt de la fantasy : un miroir grossissant et déformant de la réalité, de nos questions existentielles, de nos parcours de vie. Et si le ton du roman fait voler en éclat le manichéisme, ce n'est pas parce qu'il n'existe ni de bien, ni de mal. C'est bien parce que les deux coexistent, et qu'ils ne s'embarrassent jamais d'un dieu ou d'un autre pour, inutilement et naïvement, les distinguer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlouquaLecture
  01 décembre 2020
A savoir, il s'agit en fait d'un second tome, mais heureusement, il ne faut pas obligatoirement avoir lu le premier pour le comprendre. Heureusement pour moi d'ailleurs, car je n'ai pas lu le premier ! Cependant, vous me connaissez assez pour savoir que j'aime avoir les histoires complètes, bien que cela m'arrive assez souvent également de faire tout à l'envers, comme ici, lire un second tome avant le premier ! Que voulez-vous, à mon âge, je ne changerai plus !
Apparemment, cette suite se situe environ cinq années après la fin du premier opus. Ayant quelques indices dans celui-ci de ce qu'il c'est passé précédemment, je ne me suis absolument pas sentie perdue, bien que, c'est une évidence, il me manquait des informations sur la Crécerelle.
Dans ce tome, nous voguons entre passé et présent, ce qui permet de comprendre la relation que la Crécerelle entretenait avec les personnes qu'elle va devoir éliminer. Avec eux, ils formaient les six cauchemars, un groupe de mages. Bien qu'ils aient fini par éliminer leur maître et qu'après cela ils se soient séparés en laissant pas mal de morts autour d'eaux. Si elle réussi à éliminer ces cinq mages, elle pourra vivre, du moins, c'est ce que Mémoire lui fait miroiter.
Après tout, elle qui n'est plus que l'ombre de celle qu'elle était, que risque-t-elle a croire, du moins pour un moment, les paroles de son ancienne amie ? Mais, elle qui préférerait ne plus avoir de liens, ni penser à son passer, le fait de devoir s'en prendre à ses anciens camarades, n'est-ce pas se replonger tête la première dans ce qu'elle veut oublier ? de plus, Mémoire lui dit qu'elle aura la vie vie sauve si elle se débarrasse des cinq mages, mais elle qui en faisait partie par le passé, n'est-elle pas, elle aussi, en danger ? Pourquoi les cinq devraient être tués et pas elle ? Peut-elle réellement croire ce que lui dit Mémoire ?
Dans ce tome, j'ai eu l'impression que la Crécerelle était plus une marionnette qu'autre chose, un pion que l'on utilise. Mais que ce passe-t-il lorsque l'on a plus besoin de ce pion ?
Entre passé et présent, entre complots et questionnement, ce tome est court et pourtant ! Il va falloir que je me procure le premier tome, quelques petits trous demandent à être comblés, même si il peut se lire indépendamment, je vous le rappelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JessieL
  28 janvier 2020
Grande nouvelle aujourd'hui, la Crécerelle est de retour. Souvenez-vous en 2018 : je vous parlais de ce premier roman de Patrick Moran : un OVNI pour le genre.
Après le succès de cette pépite de l'Imaginaire, il a enfin repris la plume et nous écrit un nouvel opus consacré à son héroïne atypique.
Redoutable assassin, la simple évocation de son nom en fait trembler plus d'un. Mais depuis quelque temps, la Crécerelle est devenue l'ombre d'elle-même. Elle traîne volontiers dans les bars plutôt que de faire honneur à sa sanglante réputation. C'est d'ailleurs là que vient la déloger Mémoire, une vieille amie devenue membre du Conseil des cités-Etats. Elle souhaite lui confier une mission délicate : celle d'assassiner cinq mages thaumaturges qui menacent la sécurité des cités-Etats. Pour Crécerelle, ce sont tous des anciens camarades : elle les connait bien. Mais connaître sa cible peut autant être une force qu'une faiblesse. Acceptera-t-elle cette mission ? Car finalement si eux représentent une menace, n'en est-elle pas une également ? La Crécerelle s'engage sur une route hasardeuse qui pourrait bien réveiller des souvenirs qu'elle préférait oublier.
Les Six Cauchemars est un roman qui peut se lire indépendamment. Mais en toute honnêteté lorsque l'on a lu La Crécerelle, on ne résiste pas à la curiosité que suscite ce nouveau livre.
Je pense que Patrick Moran doit avant tout le succès de son premier roman à son choix de mettre en scène une héroïne si déroutante. Autant on la percevait dans le premier volet comme une tueuse à sang froid, autant dans le second on lui découvre une sensibilité inattendue. La Crécerelle est un personnage complexe, doté d'une force indiscutable mais aussi de secrets qui, finalement, l'humanisent pas mal. C'est aussi un roman qui distille quelques révélations ici ou là.
A la lecture des Six Cauchemars, on prend conscience que Patrick Moran ne fait que semer des petits cailloux et qu'il nous réserve encore bien des surprises pour l'avenir.
Complot et manipulation sont les maîtres-mots de ce récit dans lequel La Crécerelle fait figure de marionnette... pour en savoir plus... allez sur Fantasy à la Carte

Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cecileterrestria
  25 avril 2020
Tout d'abord, je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Mnemos qui m'ont fait confiance en m'envoyant ce livre contre une critique libre et non rémunérée.
Ce volume commence de façon bien plus palpitante que le premier et pour cause, il ne présente pas les personnages principaux comme dans le premier, c'est forcément un atout majeur pour le début du récit. La Crécerelle ne se perd pas dans de longues réflexions métaphysiques contrairement au premier tome où elle était au prise avec son démon, ce qui, là aussi, accélère la narration et laisse place à l'action.
Nous retrouvons une Mémoire affirmée en femme de pouvoir et une Crécerelle à la dérive qui a perdu sa confiance en elle…
Il est évident que l'anti-héroïne du premier roman a fini par gagner l'affection du lecteur (pour ceux qui ont lu le premier tome bien entendu), j'ai suivi sa progression avec grand plaisir et sa relation ambiguë avec Mémoire est toujours aussi intéressante.
Les six cauchemars ainsi que les personnages de Rakk-phal et Volgheer l'Orageux sont tous bien dessinés, avec des profils différents et relativement complexes par rapport à leur nombre et à la brièveté du roman…
Dans ce tome, nous n'avons pas d'exagération au niveau du vocabulaire, le style de l'auteur ne s'en porte que mieux, c'est plus naturel, plus fluide et, donc, plus agréable pour le lecture. On trouve ici, un auteur qui a trouvé ses marques entre les codes et les conventions de l'écriture et a réussi à les mélanger à son style et à sa propre identité.
Les scènes d'actions se dévorent tant elles sont bien décrites, c'est dynamique, la thaumaturgie mise en action enrichie le tout sans alourdir ou ralentir la narration. Les pages se tournent vite, ce tome a résolument plus de peps que le précédent et, néanmoins, il bénéficie de la profondeur du premier. J'aurais aimé voir développer certaines pistes comme les fantômes qui rôdent la nuit par exemple mais peut-être dans une future suite ? Qui sait… car la fin est ouverte et permet d'espérer que ces deux tomes ouvre une saga, l'auteur a déployé suffisamment de pistes et de matière pour construire de nouvelles aventures de la Crécerelle, et si telle est le cas je les suivrai bien volontiers.
Si ce roman peut se lire indépendamment du premier tome, je trouverais dommage de ne pas le lire. Selon moi, ce qui fait le sel de cette suite, c'est d'avoir pris connaissance du bagage des héroïnes, de voir leur progression que ce soit sur le plan émotionnel, psychologique et relationnel, mais aussi de connaître leurs expériences passées et leur parcours, assister à la progression des protagonistes, c'est aussi ce qui fait de ce deuxième tome plus qu'un simple roman de Dark Fantasy…
En conclusion, un très bon roman de Dark Fantasy si on le prend indépendamment, si on considère les deux romans, il s'agit d'une excellente série avec beaucoup de profondeur, des héroïnes qui évoluent de façon intéressante autant sur le plan de la psychologie que de l'émotion. On en viendrait presque à regretter que ce deuxième roman soit si court avec d'excellentes pistes qu'il aurait été sympathique de développer. J'ai passé un excellent moment, je recommande avec la seule réserve de lire le premier pour en apprécier toute la mesure et je vous avoue espérer une suite….
Lien : https://labougiedevinayaka.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   26 janvier 2020
- Il semblerait que vous essayiez de perturber notre procédure. Cela pourrait mettre en péril le bien-être de la ville.
- Son bien-être ? Est-ce que vous avez vu l’état des citoyens aux niveaux supérieurs ?
- L’état des unités individuelles n’a pas d’importance. Seule prime la cohésion du système.
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   09 février 2020
S’il y a bien une chose que la Crécerelle sait avec certitude, c’est qu’elle aime jouer avec la mort, l’étreindre de près, la regarder dans le blanc des yeux – mais elle n’a aucune envie de la laisser gagner.
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   01 février 2020
- Je travaille uniquement pour la postérité. Et même, la postérité ne saura jamais rien de ce que j’ai fait. Je m’efface devant ma plus grande œuvre.
Commenter  J’apprécie          170
AlfaricAlfaric   31 janvier 2020
Dans le fond, toutes les grandes religions sont des cultes du sang et de la mort. Nous adorons ce qui nous remplit de terreur.
Commenter  J’apprécie          170
samlorsamlor   26 juillet 2020
-Regarde comment ça se passe chez toi, dans le Sud,: n'importe quel thaumaturge un peu expérimenté devient un seigneur de guerre et se taille son propre fief en mettant à feu et à sang ceux des voisins. Ce n'est pas tenable.
La Crécerelle hausse les épaules.
-C'est un mode de vie.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Patrick Moran (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Moran
Patrick Moran - La crécerelle
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Patrick Moran (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1873 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre