AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070323142
192 pages
Gallimard (14/05/1985)
3.91/5   120 notes
Résumé :
Fouquet a dû croire que tout s'achète, même le destin.
Fouquet est l'homme le plus vif, le plus naturel, le plus tolérant, le plus brillant, le mieux doué pour l'art de vivre, le plus français. Il va être pris dans un étau, entre deux orgueilleux, secs, prudents, dissimulés, épurateurs impitoyables, Louis XIV et Colbert. Il succombera, étant resté un homme du temps de la Fronde, vivant dans un magnifique désordre, avec quinze ans de retard sur l'époque absolu... >Voir plus
Que lire après Fouquet ou Le Soleil offusquéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 120 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le titre du livre, bien trouvé, me l'a fait acquérir sans hésiter.
Les cinq étoiles enthousiastes me paraissent méritées pour cet ouvrage passionnant et passionné.
C'est mené tambour battant et sans gras inutile: Impressionnant, pour un livre traitant d'histoire. Moderne, en tout cas. Précis et implacable, aussi.
Pourtant, le livre ne lève pas ce mystère étonnant d'un Fouquet naïf et confiant lorsque les trahisons et sa perte se précisent désagréablement.
Peut-être n'est il point hasardeux de penser que l'incroyable fête à Vaux-le Viconte fut le final proposé par Fouquet lui-même comme un adieu?
L'histoire est aussi moderne, en ce sens que les Fouquet ne manqueront jamais de revenir briller plus ou moins brièvement comme des étoiles filantes.
Pauvre Fouquet, ne puis-je m'empêcher de penser. Quel gâchis que d'avoir embastillé cet homme aux capacités hors du commun! Fallait-il que Louis le quatorzième soit faible pour s'acharner ainsi! Pauvre roi-soleil qui ne fera rien qu'à copier et "faire du Fouquet" avec Versailles. Louis avait-il tellement peur de ne pas rester le vrai roi, détenteur du pouvoir absolu et de droit divin?
Pauvre Fouquet, dont la loyauté ne l'aura pas sauvé... Trahis par les pique-assiettes et arrivistes qui grenouillent autour de ce Soleil offusqué!
Cette grande figure, abattue au chamboule-tout du siècle, Paul Morand la détaille finement, la suit fidèlement dans sa descente aux enfers des prisons... Comme il nous rend compréhensible l'interminable (trois ans!) procès de Fouquet, tellement entaché de faux et d'irrégularités.
Sic transit et gloria mundi, énoncent les pages roses du dictionnaire. Maxime qui me semble coller au personnage de Fouquet. Fouquet ou la tragédie consommée dans la comédie du siècle.
Commenter  J’apprécie          531
Paul Morand (1888-1976) qui s'est introduit dans les lettres par la poésie, est un écrivain diplomate réputé pour ses nouvelles. Il peut être intéressant de rencontrer un auteur là où on l'attend le moins. Cet essai historique écrit en 1961 et heureusement réédité par Gallimard dans la collection Folio/histoire en fournit l'occasion. "Fouquet ou le Soleil offusqué" est une plongée dans les eaux troubles du Grand Siècle. La narration très rythmée rassemble ici, pour le meilleur, histoire et littérature. La vie de Nicolas Fouquet (1618-1680) marquis de Belle-Isle et vice-roi d'Amérique est connue bien sûr et ne sera pas forcément une découverte pour nombre de lecteurs, mais la qualité d'un livre se révèle aussi par son style et là, comment ne pas être conquis par celui de Paul Morand ? Un moment d'histoire et un vrai bonheur de lecture.

Le portrait de Fouquet le dispendieux "ce roi de la finance galante" (p.47) est dressé avec brio dès les premières pages après une incursion dans sa généalogie familiale, adossé à celui de Mazarin son "génie du mal" (chapitre 3) dont il est inséparable ayant fait sa fortune, et de celui de Colbert, le commis besogneux, avaricieux, auquel il s'oppose en tout point. La figure emblématique du roi se profile en majesté au-dessus des trois. La vivacité de ton, l'esprit, les formules lapidaires, la férocité, s'agrègent aux témoignages ou aux mémoires des petits et des grands contemporains, à d'autres écrits ou citations d'auteurs, et non des moindres, Madame de Sévigné, Brienne, Madame de Lafayette, Voltaire, Goethe, Dumas, Sainte-Beuve, Paul Valery etc., qui loin de brouiller les cartes ou d'assécher le propos ne font que l'agrémenter ou le pimenter. C'est réjouissant.

"Fouquet est un personnage De Stendhal" et "Colbert est un héros De Balzac" (p.65).

Incroyable Fouquet, adoubé par Richelieu et très tôt parlementaire, puis mis au service de Mazarin, son ascension est fulgurante. C'est que l'écureuil bondissant - c'est l'emblème de son blason - est devenu encore plus leste pendant la Fronde, "alchimiste de la monnaie fiduciaire", il est nommé surintendant des finances en 1653. Dès lors, il prête, pensionne, signe, assigne et réassigne. Une signature qui vaut de l'or auprès des banquiers privés. le seul tort de Fouquet, s'amuse Paul Morand, ne cachant pas ses sympathies, est d'avoir confondu les finances publiques avec les siennes... "Le grand livre de la dette publique" (chapitre 5) est à lui seul ébouriffant. Mais l'homme est aussi un lettré et un mécène qui lance son style à Vaux, cela fera sa renommée. Trente mille volumes ornent sa bibliothèque, il fréquente Mademoiselle de Scudery et Madame de Plessis Bélière ; fraye avec "l'intelligentsia" : Corneille, Scarron, Molière et La Fontaine, Lebrun, le Nôtre etc.

Coeur battant du livre, la fête du 17 août 1661 à Vaux, offerte à Louis XIVMolière donne "Les Fâcheux" ; la fête qui a marqué les contemporains et dont l'écho nous parvient encore est rejouée là dans tous ses fastes (chapitre 12). Elle prend, sous la plume de Morand, l'allure d'une apothéose extravagante suscitant des images plus sûrement étonnantes et vivantes que la piètre figuration dansée et filmée offerte au visiteur d'aujourd'hui qui la découvre sur écran dans la salle à manger du château. Revanche de l'écriture sur une bien morne et plate projection.

Car cette féerie estivale qui précède de peu l'arrestation de Nicolas Fouquet (5 septembre 1661), sans être à l'origine de sa disgrâce, comme il est parfois suggéré, n'en constitue pas moins une étape décisive dans la chute du surintendant. de Fontainebleau ce jour là Louis XIV en personne et sa cour sont venus admirer, en toute proximité, ce que sa jeune et toute puissance royale va bientôt lui permettre d'accaparer. le sort de Nicolas Fouquet s'était scellé quatre mois auparavant, à la mort du cardinal de Mazarin, lorsque Louis XIV avait décidé de prendre les rênes de son destin. La duchesse de Chevreuse et la reine-mère, Anne d'Autriche, n'étant pas étrangères, en première instance, au complot minutieusement ourdi par Colbert, l'ancien commis du cardinal, et le roi, pour éliminer l'encombrant ministre. L'auteur dévoile un à un les dessous de ce guet-apens historique si précisément ourdi en vue de l'arrestation de Fouquet et documente avec un soin d'archiviste les détails d'un procès encore plus soigneusement réglé.

Restent les questions. Pourquoi Fouquet n'a-t-il rien fait pour échapper à ce traquenard ? Désinvolte ? Trop confiant en sa bonne étoile ? Loyauté envers le roi ? Il a pourtant "senti" Colbert ("Du génie dans l'ordre et de l'ordre dans la méchanceté" p.62). Il aurait eu les moyens de le neutraliser. Rien. Il a aussi lâché sa charge de parlementaire qui aurait pu lui assurer l'immunité devant la Chambre de justice chargée de le juger. Malgré les avertissements de ses amis Fouquet se laisse cueillir à Nantes par D'Artagnan où le roi l'a devancé. le mousquetaire lui offre même un bouillon avant son transfert en carrosse pour Angers... (dernière amabilité du roi). le reste est connu : six prisons puis la relégation définitive à Pignerol.

L'organisation et le déroulement du procès qui va durer près de trois ans font apparaître les figures indissociables de cette affaire (Mazarin et Colbert) et révèlent le caractère de Louis XIV. La charge contre Colbert et Mazarin a beau être virulente, l'essai n'est pas un plaidoyer en faveur de Nicolas Fouquet, qui n'en a nul besoin d'ailleurs. C'est plutôt la détestation de l'arbitraire et de l'impitoyable absolutisme royal qui auraient animé Paul Morand. Ayant très vite assuré sa défense par lui-même - c'était un bon juriste - Fouquet réussit, rebondissant avec une énergie surprenante, pendant trois années de procédures douteuses et frauduleuses orchestrées contre lui, à retourner l'opinion en sa faveur et à fragiliser l'ensemble de l'accusation. Il n'échappe pas pour autant à son destin tragique que le lecteur peut s'empresser d'aller découvrir sur mes très vives recommandations.

Passionnant.

Commenter  J’apprécie          246
Paul Morand livre dans cet ouvrage un hommage ému à Fouquet (1615-1680), dont on dit pour résumer qu'il a chuté après avoir offusqué Louis XIV, le Roi Soleil, en construisant le château de Vaux-le-Vicomte et en y organisant les fêtes les plus brillantes. Après une telle bande-annonce, le Médiévaliste se doit d'enquêter.

Né d'une famille d'armateurs bretons dont la devise est "Quo non ascendam" (jusqu'où ne monterai-je pas ?), Nicolas Fouquet s'est enrichi après avoir redressé les finances de la France malmenées par la Fronde, guerre civile de 1648-1653.

Fouquet est proche du Cardinal Mazarin, qui dirige l'éducation du jeune roi Louis XIV, et donc le royaume de France.

En 1653, Fouquet est nommé surintendant des finances. Il s'attend naturellement à succéder à Mazarin à sa mort, et à être nommé premier ministre. En 1661, Mazarin décède et "la face du théâtre change": le roi déclare "Messieurs, jusqu'à présent j'ai bien voulu laisser gouverner mes affaires par M. le Cardinal; il est temps que je les gouverne moi-même. Vous m'aiderez de vos conseils quand je vous le demanderai".

Il ajoute à l'intention de Fouquet: "Je vous prie de vous servir de Colbert, que feu Monsieur le Cardinal m'a recommandé. [...]

La face du théâtre change; j'aurai d'autres principes dans le gouvernement de mes Etats et dans la régie de mes finances". C'est le début de la chute de Fouquet, qui se croyait dans les grâces du roi, sans avoir pris conscience que le roi développait à son égard depuis quelques années une solide jalousie.

Jalousie ? Fouquet est brillant, il a accumulé une fortune considérable, et tient les clés des finances ce qui le rend puissant. Il est raffiné, a du goût, charmeur, il a du succès avec les femmes.

Fouquet découvre et finance de nombreux artistes : Molière, La Fontaine, Corneille, le décorateur le Brun, l'architecte le Vau, le jardinier le Nôtre, Scarron, Lully, etc.

La somme des talents de Fouquet prend forme à Vaux-le-Vicomte, château dont la construction a démarré en 1653. Fouquet y organise des fêtes somptueuses, dont celle, fameuse, du 17 août 1661.

Louis XIV, alors âgé de 23 ans, s'y rend accompagné de 600 courtisans. Selon La Fontaine, "Tout combattit à Vaux pour le plaisir du roi, La musique, les eaux, les lustres, les étoiles", ou encore "Vaux ne sera jamais plus beau qu'il ne fut cette soirée-là".

Paul Morand écrit : "Près du roi, un sucrier d'or massif, que Louis XIV contemple avec envie, de ses gros yeux bleux. - Quel beau vermeil, dit le roi, se retournant vers le maître de maison. - Pardonnez, Sire, ce n'est pas du vermeil, c'est de l'or. - le Louvre n'a rien de semblable...". Selon Paul Morand "le 17 août, à six heures du soir, Fouquet était le roi de la France; à deux heures du matin, il n'était plus rien".

Fouquet, que l'on dit naïf, toujours confiant dans l'amitié du roi à son égard, n'agit pas. Il est arrêté le 5 septembre 1661, par un D Artagnan hésitant, au point de demander à son roi des ordres écrit pour confirmer l'arrestation ! Oui, ce même D Artagnan qu'Alexandre Dumas a plus tard pris pour héros. le procès est instruit par une cour spéciale constituée par le roi du plus grand nombre d'ennemis personnels de Fouquet. le dossier à charge est rédigé par Colbert, qui accumule patiemment depuis des années des preuves contre Fouquet.

Les preuves sont tellements fausses, partiales et manipulées, que malgré l'insistance du roi, l'issue du procès vacille. Fouquet parvient à rédiger et à faire éditer ses Défenses sur tous les points de mon procès, que j'aurais à proposer si j'étais devant mes juges naturels. Fouquet a de nombreux amis, l'opinion vacille, le procès pourrit sur place.

Turenne déclare "Au début, il eu suffit d'une ficelle pour étrangler le Surintendant; à présent la corde serait trop grosse pour le pendre". Toute la littérature est pour Fouquet, le procès est chansonné:

Hérault dit : Vous avez grand tort
Et quand il n'aurait fait que Vaux,
N'a-t'il pas mérité la mort
D'avoir tant dépensé en eaux ?

Le roi ne parvient pas à faire condamner Fouquet à mort ! le procès prend fin en décembre 1664, Fouquet est banni. Souhaitant le museler, le roi utilise son droit régalien, et fait exceptionnel, il aggrave la peine et la transforme en prison à perpétuité.

Le roi suit ensuite le chemin ouvert par le surintendant : il entame les travaux du château de Versailles en 1661, l'architecte est le Vau, le jardinier, le Nôtre, le peintre, le Brun. Louis XIV devient un brillant mécène, et organise à Versailles les fêtes les plus somptueuses.

source : http://leker.typepad.com/medievaliste/2005/11/fouquet_ou_le_s.html
Lien : http://mazel-livres.blogspot..
Commenter  J’apprécie          70
C'est un livre déjà ancien, publié en 1961 chez Gallimard, que je termine et que je ne peux que conseiller. Il est de Paul Morand et est consacré à Fouquet : »Fouquet ou le soleil offusqué ». On le trouve dans la collection de poche « folio histoire ».
C'est donc un essai sur Fouquet et sur sa cruelle destinée puisqu'a prés avoir eu une carrière éblouissante avec Mazarin, il devait être ruiné et fait prisonnier après la fameuse réception de Louis XIV à Vaux-le-Vicomte.
Paul Morand revient sur le détail de cette vie et sur le caractère de Fouquet qui dit-il a pâti plus de ses qualités que de ses défauts. Fouquet aimait le beau mais à un point tel qu'il rendit Louis XIV jaloux et on connaît la suite.
Ce qui étonne c'est que Fouquet, pourtant averti par de nombreux amis, n'ait pas pris quelques précautions et surtout qu'il soit tombé dans le piège qui lui fut tendu par Colbert. En effet, du moment qu'il accepta de vendre sa charge de Procureur Général du parlement qui lui accordait des immunités, il fut perdu.
Intéressant aussi, la manière dont il se défend à son procés, intelligement, ferme sans arrogance. Brillant.
Voilà un livre d'histoire écrit avec talent par un romancier, ce sont les meilleurs
Commenter  J’apprécie          130
On a beau connaître le destin tragique de Fouquet, sous le règne de Louis XIV, le récit de sa vie et de sa descente brutale aux enfers fascine toujours, plus de 3 siècles après cette terrible affaire.
Dans « Fouquet ou le soleil offusqué" - livre au joli titre - Paul Morand décrit de façon minutieuse et précise, la façon dont Louis XIV et Colbert vont mener de façon diabolique à une chute brutale et vertigineuse, le surintendant des finances.
Tout y est décrit de façon fouillée, dans un style haletant et rythmé : les origines de Fouquet, son ascension brillante, rapide, et fastueuse, son intelligence, son aisance, mais aussi son ingénuité, et sa grande propension à utiliser l'argent d'État à des fins personnelles et amicales.

Mais Mazarin n'a-t-il pas lui-même, avant lui, appauvri le royaume pour son propre compte?
Et les ministres de l'époque, ne trempaient-ils pas tous de façon coutumière, dans les mêmes travers ?

La lecture de l'ouvrage permet de mesurer le chemin parcouru et les progrès colossaux de notre système judiciaire, concernant la protection des individus contre l'arbitraire d'État.
On est pétrifié et révolté devant la description de ce procès inique (constitution de fausses pièces sur ordre de Colbert, mensonges, trahisons...), au cours duquel Fouquet, sans aucune aide, se défendra néanmoins brillamment.

L'érudition et la connaissance de ce siècle par l'auteur nous apprennent beaucoup sur un des aspects obscurs du règne de Louis XIV.

Cependant la lecture de l'ouvrage nous laisse quelque peu interrogatifs sur certains aspects :
- Comment Fouquet, pourtant averti par plusieurs de ses amis, n'a-t-il pas soupçonné la machination implacable et très bien organisée, en marche contre lui ?
- Ne s'est-il pas perdu du fait, d'une trop grande confiance en lui et même d'une certaine suffisance ?
- Et puis, pourquoi tant de haine notamment de la part du monarque, certes jeune mais mature, qui aurait pu du haut de sa stature, prendre plus de recul ?
- Enfin, on peut se demander si sans ces 20 années de mort lente , au fond de la prison de Pignerol, Fouquet serait lui aussi devenu un grand homme d'État, à l'instar de Mazarin, Colbert, et Louis XIV ?
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Louis XIV, avec amertume, pense à Versailles qui n'a pas d'eau; il n'a jamais vu pareil surgissement, cette féerie de sources captées, ces nymphes obéissant à d'invisibles machines. Il se fait expliquer comment la rivière d'Anqueil a été domestiquée, resserrée dans des lieux de tuyaux d'un plomb précieux. Fouquet ne lui dit peut être pas que ce plomb appartient à l'Etat, vient d'Angleterre sans payer de douane, mais Colbert le dira au roi. Car Colbert est là, déguisant sa haineuse passion, qui observe tout, envie tout.
Commenter  J’apprécie          90
La raison regrette souvent d'avoir eu raison conte le coeur. Et peut-être, en haïssant Fouquet, le Roi cède-t-il à une intime nostalgie, le regret de la liberté telle qu'elle régnait avant le despotisme de Versailles où l'art lui-même sera entièrement engagé dans la politique, politique du meuble, de la tapisserie, de la tragédie, des manufactures décoratives, politiques de la peinture, politique des jardins ? Louis XIV, athlète à la volonté de fer, voit-il avec une sourde envie le laisser-aller, la gracieuse négligence du dernier homme de la Renaissance, d'un alchimiste de la monnaie fiduciaire, du Surintendant Fouquet ? La France de Louis XIV ne regrette-t-elle pas parfois la France de Louis XIII ?
Commenter  J’apprécie          60
Il y a des êtres émergés de la nuit, dont la poussée vitale est celle d'une fusée serpentine : ainsi Colbert. D'autres s'épanouissent goulûment au soleil du bonheur, étendent joyeusement leurs frondaisons, jusqu'au jour où la tempête les punit de leur téméraire porte à faux : tel Fouquet.
Commenter  J’apprécie          150
Fouquet mort, à qui on a volé sa dernière fille, Colbert vivant, entouré de ses filles, toutes trois duchesses, cette révolution de deux destins semble trop parfaite, accomplie jusqu'à l'étrangeté ; elle est pourtant logique, morale, lumineuse : l'impatient à été bloqué, l'homme qui attendait son heure l'a trouvée ; les biens de ce monde ont glissé des mains du premier dans celles du second.
Mais Fouquet à sauvé sa vie profonde, laissant Colbert condamné à ramer sur la galère mondaine, avec des gants parfumés.
Les dieux n'aiment pas l'homme heureux.
Commenter  J’apprécie          60
Les biographies ont coutume de débuter par l'étude de la famille et des aïeux du héros.
Malgré l'ennui de ces préliminaires, et pour ne pas déroger à la tradition, il faut dire deux mots des "Fouquet", à travers les âges.
Le Surintendant en est éclairé.
Cela commence assez brillamment par un Jean Fouquet qui est chevalier, propriétaire, à l'est d'Angers, d'un petit manoir, "les moulins neufs", homme de guerre très apprécié de son chef, le maréchal de Boussac, qui commandait les armées du roi....
(extrait du premier chapitre "Album de famille")
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Paul Morand (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Morand
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Savez-vous quel livre est le meilleur guide si vous voulez visiter New York ? Et même si vous ne partez pas en voyage, il vous transportera jusque là-bas ?
« New York » de Paul Morand, c'est à lire en poche chez GF.
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : louis xivVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (300) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3285 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}