AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782016270301
380 pages
Éditeur : Hachette (10/04/2019)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Tiens la porte pour la personne qui se trouve derrière toi. Dis bonjour d'un signe de tête à tes professeurs. Souris si tu croises le regard de quelqu'un.
J'ai toujours eu besoin de Post-it pour savoir comment réagir. Ne pas être trop froide. Ne pas parler trop fort. Rire au bon moment. Quand on n'a pas les codes, le monde est très compliqué à comprendre. Et quand on ne comprend pas le monde, comment peut-on se comprendre soi-même ? Peut-être qu'un jour je tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  04 mai 2019
J'ai découvert Sarah Morant il y a quelques années, à travers son premier roman, Timide, où elle s'adressait à une cible jeune adulte, pour leur narrer une jolie romance entre une jeune timide et beau jeune homme rebelle. Avec L'Asperge, l'auteure reprend les codes de son premier roman, en incorporant un personnage solitaire, avec une particularité qui le maintient en marge de la société, qui va faire une rencontre qui va changer le cours de sa vie amoureuse.
Ali est une jeune fille qui souffre du syndrome d'Asperger. C'est un trouble qui appartient à la famille de l'autisme, et qui rend difficile l'interaction et la sociabilisation de la personne qui en est atteinte. Cette particularité a valu bien des peines à Ali : souvent moquée, incomprise, laissée à l'écart, la demoiselle souffre au quotidien de sa différence. Dans son malheur, Ali a le bonheur d'avoir un frère jumeau nommé Blaise, qui l'accompagne et la protège. Ensemble, ils intègrent une nouvelle école où personne ne connaît la particularité d'Ali. Grâce à Blaise, souriant et très sociable, ils vont se créer dans une bande de copains, et faire la connaissance de Zach, un garçon tout aussi solitaire et introvertie qu'Ali, qui va néanmoins s'ouvrir progressivement aux jumeaux.
Le syndrome d'Asperger est une forme d'autisme très peu connue du grand public. Pour être honnête, avant de lire ce livre, je connaissais vaguement le nom de ce handicap, sans réellement savoir ce qui se cachait derrière. L'Asperge permet donc de mettre en lumière le syndrome d'Asperger, qui touche quand même plus de 600 000 personnes dans le monde. Pour la petite anecdote, à l'heure où j'écris cette chronique, un jeune homme nommé Paul, atteint de ce syndrome, est le Grand Maître de Midi dans l'émission Les 12 coups de midi animé par Jean-Luc Reichmann sur TF1. Un très bel exemple, qui prouve que malgré les petites différences engendrées par ce syndrome, ces personnes ne subissent pas de déficience des fonctions intellectuelle et sont en fin de compte, presque comme vous et moi. Il faut faire preuve de tolérance, de compréhension et d'acceptation, tout en gardant en mémoire que les différences sont souvent une force.
J'ai beaucoup apprécié me mettre dans la peau d'Ali, de découvrir les difficultés qu'elle subissait quotidiennement : son anxiété, sa peur des autres, son inadaptabilité… sont autant de caractéristiques qui l'empêchent de s'épanouir pleinement dans sa vie. Mais lorsqu'elle fait la rencontre de Zach, la jeune fille s'ouvre et laisse peu à peu son coeur chavirer. S'ensuit la description d'une jolie romance, toute en pudeur et en fragilité, comme Sarah Morant nous en avait déjà fait la démonstration dans son précédent roman, Timide.
Une romance légère et touchante, qui met en lumière les caractéristiques du syndrome d'Asperger. Une histoire qui transmet un beau message de tolérance et d'acceptation de soi !
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Colibrille
  24 avril 2019
Comme le suggère habilement le titre ainsi que l'illustration de couverture, ce roman aborde le thème du syndrome d'Asperger, mais pas seulement.
Réduire "L'asperge" à un simple roman sur ce syndrome, ce serait comme dire d'une peinture qu'il ne s'agit que d'une toile et de pigments. Car bien au-delà du syndrome d'Asperger, l'auteure aborde de nombreux autres thèmes comme la famille, la relation entre frères et soeurs, l'amitié, mais aussi le harcèlement scolaire, l'acceptation de soi et de l'autre, le fait de grandir, changer, mûrir. Vaste programme ! Sarah Morant (dont je n'avais encore jamais lu de livre) réussi à mélanger tous ces ingrédients et nous livrer une histoire particulièrement réussie. L'intrigue est menée avec délicatesse, sensibilité et justesse, notamment dans le rythme.
Un des éléments que j'ai beaucoup apprécié dans ce roman est que l'auteure étale son récit sur plus d'une année. Dans beaucoup de romans ados, une fois que la relation entre les personnages principaux est bien établie ou que ces derniers terminent le lycée, l'histoire se termine et laisse un goût d'inachevé. Je me sens souvent frustrée de ne pas connaître cet après, quand les certitudes se mettent à vaciller à l'épreuve du temps et du changement. Ici, nous avons la chance de suivre Zach, Ali et Blaise pendant plus d'une année, d'observer les changements qui s'opèrent en eux, de les voir non seulement devenir amis, mais aussi, devenir adultes.
Ce roman rappelle qu'on gagne bien plus à être soi-même, qu'à être celui que les autres voudraient qu'on soit. Nous sommes tous différents les uns des autres, vouloir le nier serait comme nier que la Terre est ronde. La différence d'Ali, c'est son syndrome. Une différence parmi tant d'autres. Alors cessons de nous juger et regardons-nous vraiment pour nous découvrir. Un beau message!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ameliero
  09 juillet 2020
J'aime beaucoup Sarah Morant parce qu'elle écrit des histoires que j'aimerais moi-même écrire. Les histoires sont simples, mais toujours très profondes. Les personnages sont toujours bien travaillés ! Et tout ne se passe jamais comme on le pense.
Dans le premier chapitre, on découvre Alizée qui nous parle d'elle, à la première personne. On apprend qu'elle adore les probabilités, et qu'elle a le syndrome Asperger. Mais, pour la grande majorité des gens, son syndrome se résume à « autiste », et personne ne va voir plus loin.
On passe ensuite à une narration « omnisciente » pour toute la suite du roman. Alizée a un jumeau, dénommé Blaise. Ces deux-là sont très proches, depuis toujours.
Leur famille vient de Paris, mais la famille a déménagé en Belgique, et les adolescents intègrent une nouvelle école. Là, ils feront la connaissance de plusieurs personnes qui deviendront leurs amis, en particulier Zach. Sarah Morant est belge, j'ai pu la rencontrer il y a quelques années. Je suis toujours un peu déçue de ne pas ressentir une petite âme belge dans ses romans. Mais bon, ce n'est pas parce qu'on est belge que l'on doit écrire sur son pays ! Mais pour une histoire se déroulant en Belgique… il me manquait un petit quelque chose. Peut-être qu'Hachette a voulu y mettre son grain de sel ?
Zach, c'est le Solitaire de l'école, le gars qui se fiche complètement des rumeurs, qui vit sa propre vie sans se soucier du regard des autres. J'avoue avoir beaucoup apprécié ce personnage !
Zach va vite tomber sous le charme d'Alizée, sans trop comprendre sa forte timidité, le fait qu'elle se balade avec des post-it tout le temps, etc. C'est quelqu'un de très compréhensif, et j'ai enfin trouvé le personnage de roman avec lequel j'aimerais sortir !
Le fait qu'Alizée soit autiste Asperger sera caché aux yeux de tous. A cause des moqueries dans leur école précédente, les jumeaux ne révèlent rien. Quand une rumeur naît par rapport au fait qu'il y aurait un élève autiste à l'école, les gens rient en parlant d'Asperge, qui était le surnom donné à Alizée. La bande d'amis des jumeaux penseront tout de suite à Zach. le Solitaire est bien placé pour être l'autiste en question.
J'ai cru qu'au final, tout le monde connaîtrait la vérité, et que Zach s'énerverait que les jumeaux aient laissé passer cette rumeur. Mais cela ne s'est pas du tout passé comme ça ! Et c'est ce que j'aime chez Sarah Morant. Mais d'un côté, ça m'a quand même ennuyée qu'une vérité ne fut pas rétablie. J'aurais aimé connaître la réaction de leur groupe d'amis face à ça…
On apprend pas mal de choses sur les parents des jumeaux, et même sur la famille de Zach. On entre dans les soucis des adultes, et dans les problèmes d'adolescents.
Quant aux jumeaux, Blaise est soucieux de laisser grandir sa soeur sans lui. Et Alizée, elle, s'évertue à essayer de comprendre le monde qui l'entoure pour pouvoir agir en conséquence. C'est d'ailleurs le rôle des post-it qu'elle trimbale partout avec elle. Ce que j'ai aimé chez elle, c'est qu'elle ne s'apitoie pas sur son sort, elle veut vraiment essayer de s'intégrer au monde, qu'importe ce que cela lui coûte.
J'avoue qu'Alizée est différente de l'idée que je me fais d'une personne ayant le syndrome d'Asperger. Je sais que tout Asperger et tout autiste peut être différent, selon les syndromes de chacun. D'après la fin du roman, Sarah Morant remercie deux « Aspergirls » pour avoir répondu à ses questions, je ne peux douter de la qualité du personnage d'Alizée ! Et je salue le courage d'avoir entrepris une histoire avec un personnage aussi particulier, ça ne doit pas être facile à écrire. Je ne peux que féliciter l'auteure pour cette histoire que j'ai lue en 48 h !
Comme dit en fin de roman, Sarah Morant voulait nous montrer qu'une personne Asperger est une personne comme une autre : elle a peur, a des doutes, veut bien faire sans trop s'avoir comment s'y prendre. Et je trouve que c'est merveilleusement transmis !
Lien : https://auteurelivrovore.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire-une-passion
  17 juin 2019
Un nouveau roman de Sarah Morant ? Je suis toujours preneuse. Même si son dernier a été une déception, je voulais quand même découvrir celui-ci. L'auteure a une manière de traiter des sujets forts que j'aime beaucoup. Et comme je m'en doutais, j'ai adoré cette histoire !


Alizée et Blaise sont jumeaux. Ils sont ensemble depuis le début. Mais une particularité fait que Ali est "différente". Atteinte du syndrome d'asperger, elle vit sa vie différemment des autres personnes. Elle a des petites habitudes qui peuvent paraître idiotes auprès d'autres personnes, alors que ces dernières peuvent avoir des réactions qui la choquerait elle. Mais avant tout, elle est humaine, ce que peu de personnes semblent comprendre. Alors, elle se cache, elle cache ce qu'elle est pour essayer de se fondre dans la masse.

Comme je le disais plus haut, c'est un roman que j'ai adoré, qui m'a pris aux tripes et pour lequel j'ai déposé énormément de post-it un peu partout, ce qui m'arrive très rarement, je l'avoue. J'ai adoré Ali, sa façon d'être, sa façon de voir le monde et ce qui l'entoure. Elle apporte une touche de nouveauté, et nous aussi, au final, nous commençons à voir la vie de la même manière qu'elle.

Parce qu'avec elle, tout est simple, logique, inné. Rien n'est dû au hasard, tout est né d'une logique implacable. C'est comme ça et pas autrement. Et mon Dieu ce que c'est rafraîchissant, d'un côté. Parce qu'on se rend vite compte qu'on se prend bien trop la tête pour des futilités, alors que Ali, elle, va au plus simple, parce que pour elle, c'est "logique" point. Et c'est ce trait de caractère que j'ai adoré. Elle est simple, sans fioriture et dit ce qu'elle pense, en toutes circonstances.

Et puis, sa relation avec son jumeau est belle. Blaise est un garçon terriblement attachant, gentil, prévenant, à l'écoute. Il est et a toujours été là pour sa soeur. Il la connaît sur le bout des doigts, devine ce qu'elle va faire dans la seconde et encore mieux : sait comment elle va réagir dans telle ou telle situation. Leur lien est rempli d'amour et de prévenance. Ils sont là l'un pour l'autre et c'est clairement ce qui fait la beauté de cette histoire.

Alors, évidemment, je ne me permettrais pas de juger qui que ce soit parce que je ne connais pas assez le sujet pour affirmer telle ou telle chose, mais je dois avouer que ce roman remet des choses en perspective, surtout le fait d'arrêter de de prendre la tête pour rien, de continuer de respecter son prochain, même s'il n'est pas comme nous. Et puis, après tout, si, il est comme nous : un être humain. Juste qu'il a une particularité que nous, nous n'avons pas. Ce qui le rend unique.
​En résumé, c'est un roman qui m'a plu de bout en bout. On sent que l'auteure s'est documentée sur le sujet (d'ailleurs, elle remercie les personnes qui l'ont aidée à y voir plus clair) et on sent aussi que c'est un sujet qui lui tenait à coeur. J'ai adoré les jumeaux, j'ai adoré l'intrigue et j'ai retrouvé cette plume que j'avais tant aimée dans les deux premiers romans
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tanja
  18 juin 2020
Ayant moi-même un TSA (oui on aime plus trop parler d'Asperger désormais), c'est avec une attention toute particulière que je me suis intéressée au livre de Sarah Morant.
Tiens la porte pour la personne qui se trouve derrière toi. Dis bonjour d'un signe de tête à tes professeurs. Souris si tu croises le regard de quelqu'un.
J'ai toujours eu besoin de Post-it pour savoir comment réagir. Ne pas être trop froide. Ne pas parler trop fort. Rire au bon moment. Quand on n'a pas les codes, le monde est très compliqué à comprendre. Et quand on ne comprend pas le monde, comment peut-on se comprendre soi-même ? Peut-être qu'un jour je trouverai quelqu'un ne cherchera pas à me rendre "normale". Quelqu'un avec qui je n'aurai pas besoin de ces fichus Post-it. Cela dit, peut-être que je le connais déjà…
Nous sommes tous différents face au TSA chez certains ça se voit beaucoup, chez d'autres non car on essai tant bien que mal que ça ne se voit pas. C'est pour cela qu'on préfère désormais parler de trouble du spectre autistique plutôt que d'autisme ou de syndrome d'Asperger. Je ne me sens donc pas proche de ce que vis Alizée car chez les filles il y a beaucoup de mimétisme, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle la médecine c'est peu intéressé aux filles autistes, qui cachent très bien leur jeu. Cependant on s'y retrouve quand même, être avec les autres c'est compliqué parce qu'on ne sait pas comment réagir et que c'est angoissant. Si son parcours peut aider certaines personnes qui ne savent pas justement qu'elles sont autistes.
Comme toujours Sarah Morant a su créer des personnages attachants et une histoire touchante et juste. On y retrouve des thèmes qui lui sont chers comme la famille, l'amitié, l'amour, le harcèlement scolaire et surtout l'acceptation de soi. Chose vraiment compliquée encore plus quand on est adolescent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
agelagel   04 septembre 2019
Alizée savait qu'elle avait toujours eu du mal à paraître sympathique. Les gens ne se rendaient pas compte du nombre de petites choses qu'ils faisaient instinctivement. Elle n'avait aucune de ces intuitions. Elle ne savait pas quand sourire à quelqu'un, quand il fallait serrer la main ou faire la bise. Elle ne savait pas quand il fallait couper la parole pour interagir dans un dialogue, ou comment s'excuser correctement. Elle avait huit ans lorsqu'elle avait compris que ce n’était pas commun, et ses parents avaient fait les démarches nécessaires pour qu'elle consulte des spécialistes. Elle ne savait trop ce qui les avait mis sur la voie, peut-être le fait qu’elle n'aimait pas beaucoup qu'on la serre trop fort, qu'on lui touche la nuque ou qu'il y ait trop de lumière. Ou était-ce sa façon d'être généralement assez froide envers les autres enfants de son âge ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   24 avril 2019
- Ce que j'essaie de te faire comprendre, c'est que l'amour est quelque chose de très, très discret, et d'extrêmement fragile. Et pourtant, en même temps, il est immensément fort. Zach ne te parle pas de ses sentiments, mais il est avec toi tous les jours... il te console, t'épaule et te raconte des milliers de choses. L'amour ne se dit pas, il se voit, souffla alors Mme Honston avec un regard tendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   24 avril 2019
- Où as-tu des difficultés ?
- Euh... Tu veux genre une liste exhaustive ?
- Oui, ce serait bien. Pour organiser un planning et s'arranger sur le nombre d'heures.
- Je pense qu'on peut résumer à.... toutes les maths de ces deux dernières années ?
Il perçut un léger rire et, lorsqu'il releva les yeux, il fut un peu ébloui par l'expression de la jeune fille.
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   02 mai 2019
N'abandonne pas parce que tu as peur. Ne traîne pas déjà des regrets derrière toi, pour que cela t'assomme dans dix ans lorsque tu regarderas ce que tu as fait de ta vie. Vis, Ali.
Commenter  J’apprécie          70
ColibrilleColibrille   24 avril 2019
Et en regardant les deux garçons à ses côtés, Alizée Honston pensa qu'ils avaient tous grandi. Il changeaient tout en restant les mêmes. Et peut-être était-ce cela la véritable amitié. Changer tout en restant ensemble.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Sarah Morant (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Morant
[Sorties Livresques n°5] : Tentations de Novembre 2016 !
autres livres classés : syndrome d'aspergerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fragile de Sarah Morant

Comment s'apelle la petite soeur de Gabriel ?

Elise
Luna
Evangeline
Eva

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Sarah MorantCréer un quiz sur ce livre

.. ..