AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mario Fusco (Traducteur)
ISBN : 2070405222
Éditeur : Gallimard (26/05/1998)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Par l'auteur de La Storia, quatorze nouvelles sur le monde imaginaire de l'enfance et de l'adolescence. " Le châle andalou " évoque les tourments d'un garçon partagé entre une adoration éperdue pour l'univers des adultes, incarné par sa mère, et la peur de la réalité. Dans " Le jeu secret ", trois enfants, la nuit, s'identifient à des personnages romanesques de leur invention. Dans chaque texte de ce recue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
michfred
  13 octobre 2018
Voilà longtemps que je voulais la retrouver...Elsa Morante, lue autrefois - la Storia, l'Ile d'Arturo- , m'avait laissé un souvenir de bourrasque passionnée, sur fond d'Histoire tragique.
Ce recueil bilingue était une occasion de renouer avec elle, en italien.. .avec la planche de salut de la traduction en vis à vis, en cas de panne de vocabulaire!
Bon calcul: le vocabulaire m'a souvent fait défaut dans la première de ces trois nouvelles, le Jeu Secret, plus baroque et romanesque que les autres. ..
Mais je dois tout de même avouer ma légère déception !
Le ton, la langue , les sujets de ces trois nouvelles m'ont paru légèrement démodés, décalés, pour tout dire: datés.
C'est surtout vrai de "Donna Amalia", portrait d'une vieille femme-enfant, adorée et menagée par un entourage tout à sa dévotion, et qui m'a paru être bien plus un portrait qu'une nouvelle.
La première, "Le Jeu secret", a une chute intéressante , assez elliptique pour laisser le lecteur en imaginer le sens. Elle est consacrée au" Jeu" de trois petits aristocrates qui s'étiolent , confinés dans leur palais, sous le regard sans amour de parents rigides et guindés et qui, nourris de romans de chevalerie, trompent leur ennui et leur enfermement en imaginant , chaque soir, des péripéties qu'ils exécutent avec fièvre , en grand secret, dans un Jeu théâtral et passionné...
La dernière nouvelle , "Le châle andalou", retrace le lien-et presque la liaison- d'un fils possessif avec sa mère, danseuse. La scène est pour le petit garçon une rivale qui lui enlève sa mère.. .au point qu'adolescent il met les murs d'un couvent entre elle et lui , allant jusqu'à vouloir prononcer des voeux...
La thématique qui relie ces trois nouvelles- enfance, théâtre, réalité et illusion- n'empêche pas la diversité des tons- fantasque et baroque pour la première, proche du portrait et de l'analyse psychologique pour la deuxième, plutôt réaliste et grinçante pour la dernière .
Mais je n'y ai pas retrouvé la fresque animée et passionnée de la Storia-encore une histoire de mère et de fils, pourtant! - et je m'y suis même un peu ennuyée parfois.
La grande Elsa Morante est sans doute plus faite pour la liberté d'un long roman que pour la forme exigeante et limitée de la nouvelle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
evaluisa
  24 février 2015
Douze nouvelles sur l'enfance où se confondent magie, mystères sacrés, terreurs enfantines et illusions romanesques. Elsa Morante sert l'ambigüité de ses récits par une écriture sublime et limpide. "La Grand-mère" est une fable où une vieille dame offensée que son fils unique l'ait quittée pour épouser une veuve narre un conte ensorcelé à ses petits-enfants, "Le jeu secret", le récit de trois enfants qui incarnent, de nuit, des héros imaginaires, "Le châle andalou", le récit de l'amour jaloux d'un petit garçon pour sa mère comédienne.
Lien : http://littspoil.com/le-chal..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   12 février 2018
Bien qu'elle fût si paresseuse, Donna Amalia n'avait cependant pas engraissé démesurément, comme beaucoup d'autres dames de son âge. Ses membres, qui n'étaient pas trop gros, étaient pourtant d'un dessin si noble, et son ossature si vigoureuse sous ses chairs si délicates, qu'elle apparaissait comme une géante sacrée, une statue peinte pour la Procession. La couleur de sa peau était d'un brun olivâtre, et sa tête, plutôt petite, avait de profil un aspect un peu rapace, à cause de son nez, fortement aquilin ; mais, vue de face, elle vous attendrissait le coeur, grâce à son sourire, où sa bouche, petite et charnue, montrait des dents qui ressemblaient au jasmin d'Arabie, et grâce à ses yeux qui (sous les sourcils très noirs et peut-être trop épais) étaient d'un ovale délicat, d'une couleur noire veloutée, luisante : ils reflétaient des pensées d'une gaieté si consolante qu'en regardant ces yeux, vous aviez l'impression d'entendre le dialogue de deux oiseaux. (Donna Amalia)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Alice_Alice_   06 février 2018
A cause peut-être de la nourriture un peu insipide et de la vie monotone qu'elle y menait, Antonia grandissait peu ; seuls, ses cheveux avaient poussé, à tel point que sa tête, autour de laquelle elle portait enroulées ses tresses très noires, semblait d'une grosseur excessive par rapport à son corps. Car à seize ans, ce corps était encore puéril, gracile, avec des bras maigres, et il semblait perdue dans ses jupes. Et son visage, dans le cercle noir de ses tresses, apparaissait blanc et souffreteux, avec des rares taches de rousseur pâlies, un petit menton rond et de grand yeux gris sous les lunettes. Elle devait à ces lunettes un aspect à la fois doctoral et félin, à cause de son nez qui, minuscule et légèrement retroussé, pointait entre les verres. Ce visage était toujours interrogateur et effrayé, bien que sage. Seul le sourire, hargneux et en même temps un peu fourbe, lui donnait un petit air entreprenant et fuyant ; un tel sourire, pour ainsi dire, semblait toujours se risquer pour la première fois.
(Rue de l'Ange)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
krzysvancokrzysvanco   25 octobre 2017
À ce moment (lui dit-elle par la suite), il avait tout à fait pris un air de Sicilien : un de ces Siciliens sévères, hommes d'honneur, toujours en train de surveiller leurs soeurs, pour qu'elles ne sortent pas le soir, qu'elles n'encouragent pas leurs soupirants, qu'elles ne mettent pas de rouge à lèvres; et pour lesquels le mot mère signifie deux choses : vieille et sainte.
Commenter  J’apprécie          130
Alice_Alice_   28 janvier 2018
Cette grand-mère était sourde, et elle avait l'air d'être en bois. Une innombrable succession d'années l'avait lentement sucée, jusqu'au point de la réduire à un petit squelette en bois qui, peut-être, ne pouvait même plus mourir. Sa tête était presque chauve, ses paupières sombres étaient toujours baissées. Elle tenait immobiles, le long de ses côtés, ses mains dont les ongles étaient d'un bleu livide. A ma grande stupeur, j'avais découvert qu'elle se bandait la poitrine et les hanches, comme on le fait aux enfants, et, par-dessus toutes ces bandes, elle mettait d'amples haillons gris. On disait qu'elle était riche.
(Le voleur de lampes)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michfredmichfred   13 octobre 2018
Le secret du caractère de Donna Amalia résidait tout entier en ceci: à la différence des gens ordinaires, elle n'acquérait jamais, à l'égard des aspects, même les plus coutumiers, de la vie, cette habitude dont naissent l'indifférence et l'ennui.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Elsa Morante (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Morante
Vidéo de Elsa Morante
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre