AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208067000X
Éditeur : Flammarion (22/05/2000)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :

« Gilda haussa les épaules. Elle lui dit que s'il devait lui parler sur ce ton, mieux valait qu'il s'en allât. Du reste, elle l'avait averti, il ne devait pas entrer par surprise dans sa chambre, sans frapper : et de toute façon, jamais en pleine nuit. C'en était trop pour Sangiorgio. Il se leva et, saisissant sa femme par un bras, il lui demanda qui était dans ce cas, l'homme qu'elle avait caché dans la garde-robe. Gild... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  15 mai 2018
La Feuille Volante n° 1245
HISTOIRES D'AMOUR- Alberto Moravia – Flammarion.
Traduit de l'italien par René de Ceccatty.
C'est une série de quatorze nouvelles écrites de 1927 à 1951 par Alberto Moravia (1907- 1990).
Parler de cet écrivain italien majeur n'est pas chose facile et le regard qu'il porte sur l'espèce humaine est acéré en ce sens qu'il dissèque à travers les personnages de ses romans et nouvelles, et avec pertinence, les rapports qui existent entre les êtres à travers leurs relations amoureuses, sexuelles ou sociales. Il s'intéresse en effet à la société italienne de son temps, puritaine, fasciste, bourgeoise, sur laquelle il jette un regard critique et choisit d'étudier plus spécialement les couples homme-femme .
Les personnages que Moravia met en scène sont souvent oisifs, peut-être rentiers, en ce sens que le lecteur n'a pas l'impression qu'ils ont besoin de travailler pour vivre. Ainsi peuvent-ils jouir de la vie sans grandes contraintes et l'auteur nous livre leurs états d'âme, leurs réactions face notamment à la séduction amoureuse qui est une des caractéristiques des êtres humains entre eux, même si ces manoeuvres ne visent qu'à un moment d'exaltation charnelle pour ensuite n'être qu'un souvenir, avec son lot de regrets, de remords et un sentiment d'inutilité, de gâchis (La mexicaine). S'agissant des relations qui gouvernent un couple, cela ne va pas sans manipulations, trahisons, mensonges et adultères et bien entendu les désillusions qui vont avec, parce qu'ainsi les grands sentiments et les serments qu'on voulait définitifs sont foulés au pied et quand tout cela est révélé, celui ou celle qui en est victime en ressent l'impression malsaine de s'être trompé avant même de l'avoir été, ses certitudes antérieures définitivement envolées et éclatées sous les évidences. Il en résulte bien sur une bonne dose de frustrations, d'insatisfactions et on ne ressort pas indemnes de ce genre d'épreuves qui pourrit toute une vie et la confiance qui doit régir les couples en sort forcément meurtrie. Si les liens perdurent, ils sont forcément artificiels et minés par le doute et si tout cela débouche sur une séparation, c'est le goût amer de l'échec qui domine et que peut difficilement exorciser avec une autre liaison. Bien sûr, tous ne succombent à la luxure, au nom de l'amitié ou d'un rigorisme bourgeois ou religieux désuets, comme Perrone qui résiste à la sensuelle Véronica (Le malentendu) mais quand même les manoeuvres de séduction sont là pour attester de ce besoin de tout remettre en question, pour manifester que l'amour entre les êtres n'est que factuel, peut parfaitement être bousculé voire anéanti par intérêt ou par opportunité et que finalement tout cela est interchangeable, dépend autant du hasard que du profit personnel. Contrairement à ce qu'on voudrait croire, l'amour passe et s'use avec le temps, n'a rien de perpétuel, même si on parvient toujours à jouer une sorte de comédie un peu triste autour de ce thème. Les personnages de Moravia évoluent souvent dans des décors hors d'âge, des villas isolées, sont souvent mal dans leur peau, fantomatiques, mélancoliques, hypocondriaques, désespérés au point que leurs relations impossibles ensemble se terminent souvent par la mort ou l'assassinat (L'amant malheureux – Retour à la mer), seule issue possible à cette solitude insupportable mais inévitable (Malinverno). Je retrouve chez lui la certitude que j'ai toujours nourrie que la relation durable et heureuse entre un homme et une femme dans une vie commune est difficile voire impossible et ce nonobstant le désir charnel (Retour à la mer) , y compris féminin (L'officier anglais). Ses personnages semblent perdus dans ce monde avec la jalousie et le secret qui baignent une amitié utopique mais aussi dans un monde injuste qui justifie la violence (Aller vers le peuple).
A la lecture de ces nouvelles j'ai ressenti une sorte de malaise, quelque chose de malsain qui préside à la rapports artificiels et froids qu'ils ont entre eux et ce malgré l'évocation de la beauté de certaines femmes. Ils sont ici mais assurément souhaiteraient être ailleurs mais je choisi d'y voir une réalité parfaitement humaine. Il y a comme un deuxième mouvement dans ce recueil, celui qu évoque la guerre et la période troublée du fascisme.
Moravia était surtout connu pour ses romans mais pour autant, l'art de la nouvelle ne lui était pas étranger, il ne tenait pas pour ce genre pour mineur et j'ai, comme toujours, apprécié son style fluide, à la fois précis, poétique dans les descriptions, agréable à lire et sa subtile analyse psychologique des personnages.
© Hervé GAUTIER – Mai 2018. [http://hervegautier.e-monsite.com]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   14 mai 2018
Je n'ai jamais pu supporter le soupçon que mon amitié ne soit pas consIdérée comme précieuse et nécessaire, et que les rapports avec moi puissent être destinés par autrui à remplir les vides de leurs heures les plus désoeuvrées. Comme j'ai le culte de l'amitié, l'idée que l'on prenne à la légère ce que je mets au-dessus de toute chose m'est intolérable. Et je préfère être sans ami plutôt de d'avoir des amitiés fortuites et languissantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SophiePatchouliSophiePatchouli   17 août 2014
A table, peut-être excitée par le vin que Mostallino lui versait sans cesse, Monica se mit à bavarder. Elle avait un petit débit doux, naïvement malicieux, potinier ; elle parlait de Mostallino, de ses rapports avec lui, avec une aisance et une impudence qui étonnaient Perrone.
Commenter  J’apprécie          40
aimeryjoesselaimeryjoessel   20 décembre 2019
Si Perrone était dévoré par son amour-propre, Mostallino, pour ainsi dire n'en avait pas. Le premier butait constamment sur sa vie, comme un peigne trop serré qui ne rencontre que des épis, le second glissait dessus sans avoir de prise. Mostallino, par froideur, était incapable de rapports directs avec les personnes et avait besoin de la blouse de l'expérimentateur pour les toucher et les pénétrer ; Perrone, par orgueil, en venait à se trouver dans les mêmes conditions : tout sentiment lui semblait être un compromis, une humiliation, un échec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   14 mai 2018
Ils avaient fait un mariage d'amour, c'était vrai. Mais d'un amour fait plutôt de la volonté d'aimer que de sentiments véritables.
Commenter  J’apprécie          30
Herve-LionelHerve-Lionel   14 mai 2018
Tu es pourtant un bon copain... Mais les copains se resemblent tous... ils veulent tous vous faire cicu.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alberto Moravia (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alberto Moravia
2003 - Claudia Cardinale e Alberto Moravia
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre