AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070365081
192 pages
Gallimard (19/12/1973)
3.8/5   142 notes
Résumé :
« L'infirmière lui prit le menton dans sa main, exactement comme on fait avec les enfants, quand on les interroge sur ce qu'ils désirent, et demanda :
"Ainsi, si je venais cette nuit... cela te ferait plaisir ?"
Luca leva les yeux vers elle et :
"Bien sûr, répondit-il avec simplicité, bien sûr que cela me ferait plaisir."
Droite et immobile, elle le couvait de ses yeux brillants, de ses yeux si jeunes et si différents des vieilles et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 142 notes
5
6 avis
4
13 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

CorinneCo
  02 novembre 2015
Luca Mansi se sent envahi peu à peu par un dégoût impossible à dominer. Comme si ses yeux d'enfants s'ouvraient, face à l'adolescence toute proche, devant le spectacle désolant de sa vie. le tourment de son insignifiance le porte à se dépasser, à exiger de lui-même une forme de transfiguration. Alberto Moravia nous entraîne dans une crise adolescente mortifère. Peu à peu Luca se débarrasse de tout ce qui peut le rattacher émotionnellement à son existence. Il veut être libre de tout : libre de ne plus aimer ses parents, libre de devenir un cancre à l'école, lui qui était bon élève, libéré de ses passions, de ses centres d'intérêt. Dans un passage presque hallucinatoire il va enterrer ses économies dans un parc public. L'ultime, sur la voie de cette sorte de chemin rédempteur, c'est le refus de se nourrir. le livre s'achemine vers un lent suicide, même si Luca réfute ce mot, cette idée. Pour lui c'est une désobéissance à la vie même. Enfermé dans son « jeu mortel » chaque abnégation de sa part le transporte. Elu d'un royaume sombre et délicieux, entre apathie et doux délire, il s'enfonce dans un néant inerte. Une planète figée où lui seul existe, pensée pure et intransigeante. Enfant solitaire, adolescent peu remuant, ses parents ne voient rien. Luca n'arrive pourtant pas à dominer ses pulsions sexuelles. Il résiste de toutes ses forces, en éprouve une honte, une bassesse même : voilà un autre combat à mener avec lui-même. Près de succomber, il triomphe pourtant : pâle gladiateur que ronge insidieusement la maladie. Moravia nous entraîne dans le cerveau torturé De Luca, lentement nous acceptons sa fin inéluctable. Luca tombe malade, Luca délire, Luca renait. La vie reprend ses droits malgré lui. La présence d'une infirmière avive ses pulsions et il cède. Comme au bord du gouffre, un pied au-dessus du vide, il décide de faire marche arrière, mais juste un pas. On devine, à la fin du livre, qu'il contemple l'abîme devant lui, même s'il a décidé de s'en éloigner, peut-être momentanément. Aux dernières pages, Luca "invente" une autre forme « de désobéissance ». En maître de la noblesse amère des sentiments, Moravia, dissèque ce pauvre cerveau d'adolescent comme peut-être le fait-il pour lui-même. Il nous conduit dans des contrées obscures, magnifiques, glacées et funestes ; Un voyage immobile au royaume du désespoir adolescent. Ce n'est pas de l'empathie que l'on ressent pour Luca, c'est une forme d'assentiment, d'acceptation de sa décision. le feu de l'écriture est tempéré par un souffle distancié. La Désobéissance peut-être vue comme une étude, un délire, une aventure désenchantée, une forme de monstruosité. C'est une désincarnation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          636
piccolanina
  10 octobre 2019
Comme je veux ! Quand je veux ! sont souvent les paroles de tout adolescent qui passe à l'âge adulte .
Certains sont plus rebelles et refusent toute autorité , tout élément qui rappelle leur enfance .
Combien de jeunes regardent leurs jouets favoris , avec lesquels parfois ils ont dormis , avec dédain presque avec dégoût .
Ne demandent-ils pas à leur mère - elle n'est plus leur petite maman chérie mais leur mère tout simplement - de bazarder tous ces objets inutiles .
Combien vous enverraient un savon au visage si vous ouvriez , par accident , la porte de la salle de bain .
Quant aux câlins , se souviennent -ils encore combien ils en appréciaient la douceur et le réconfort .
L'école , il vaut mieux ne pas l'évoquer .
Ils marquent ainsi une résistance passive tel Luca .
" Luca avait le sentiment que le monde lui était hostile et que lui-même était hostile au monde ; et il lui semblait livrer une guerre continuelle et exténuante à tout ce qui l'entourait . " P. 19
Cependant , la révolte de notre héros est très grave .
Elle le conduit à vouloir même détruire sa vie .
L'évolution de chacun de nous passe par la découverte de soi , de nos états d'âme mais aussi de notre sexualité .
Les balbutiements naissent un jour , par hasard , chez lui .
Lors d'un jeu de bataille avec les petits dont elle s'occupe , la gouvernante éveille ses sens par des attitudes et des gestes polissons .
Il est très perturbé .
Il va en être malade , voire alité .
Sa vie , il la doit à sa sensualité qui se développe au contact des mains de fée de son infirmière privée .
L'auteur est influencé par sa propre histoire , si tôt dans sa vie .
Une tuberculose osseuse l'immobilise très jeune : Il subira des séjours dans des sanatoriums jusqu'à ses dix-sept ans .
Frustré , apeuré , fragilisé , pendant de longues années , il réussit , par la maîtrise de l'analyse psychologique à nous émouvoir et surtout à nous irriter par le comportement De Luca qui est le personnage principal de ce roman .
Il veut démontrer combien le désir , la vie sociale et la vie affective sont parfois difficiles à accorder .
Alberto Moravia est un auteur subtil qui bouleverse , oblige à réfléchir longtemps encore après la lecture de ce livre , grâce à un pouvoir de persuasion inouï et effarant .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5718
Ellane92
  22 mai 2015
Luca, fils de famille bourgeoise, a quinze ans et de la colère à revendre. Bon élève, adolescent apprécié de ses parents, il ne trouve pas sa place dans un monde pour lui vide de sens. A l'âge où tout est mouvant, il perd ses repères, peine à en trouver d'autres qui conviennent à ce qu'il est et à ce qu'il veut. Il décide de se focaliser sur la reprise en main de sa vie, c'est-à-dire le détachement vis-à-vis des contingences, qu'il s'agisse de personnes ou d'objet. Pour Luca, le seul moyen de vivre, ou plus exactement, le seul moyen d'exister, c'est se rebeller, désobéir, refuser ce qu'on attend de lui.

Oeuvre dense, parfois étouffante, La désobéissance décrit de façon très précise, presque clinique, le cheminement psychologique De Luca, cet adolescent replié sur lui-même, sa prise de conscience, sa colère, son détachement, sa chute dans l'isolement, ce sentiment d'être étranger au monde.
J'ai trouvé dans la première partie de ce livre une analyse à la fois fine et très juste du désir de mort. La colère, le ressentiment, le renoncement sont criants de justesse, tout comme la rébellion contre le couple parental et la société bourgeoise. En revanche, j'ai été moins convaincue par la seconde partie qui s'intéresse au "remède", à la sensualité comme denier rempart contre le désir de mort. le désir (et pas que sensuel) me semble un bien meilleur moteur de vie que son apaisement... (forcément, depuis le temps que j'ingurgite les livres de Tonton Sigmund !), mais ce n'est que mon avis.
L'écriture d'A. Moravia est fluide, belle, sensuelle, dense, et les idées qu'il développe, les sujets qu'il évoque, sont toujours d'actualité.
Une oeuvre forte, un auteur à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
palamede
  06 septembre 2015
Luca ne supporte plus l'autorité de ses parents et de ses professeurs. L'adolescent rejette leurs valeurs bourgeoises et lutte contre une vie quotidienne vide de sens. Refusant les contingences sociales, il décide de désobéir. Une attitude dont le couronnement ne peut être que le refus de l'injonction de vivre.
Mais Luca ne meurt pas, il découvre le désir charnel, la passion sans amour en contrepoint de son désir de mort. Bientôt, son refus de la normalité est battu en brèche par une sensualité exacerbée née de l'intervention d'une banale infirmière. Un apprentissage des sens, qui éteignant sa colère et sa révolte, le fera passer de l'adolescence à l'âge adulte.
La désobéissance, une oeuvre sensuelle et personnelle où Alberto Moravia analyse magistralement la découverte de la sexualité, l'initiation à celle-ci comme un passage essentiel pour l'intégration et l'épanouissement de l'homme dans la société.

Commenter  J’apprécie          413
Levant
  18 octobre 2020
Comment survivre à l'adolescence quand le corps subit la déferlante hormonale qui le fait quitter le pays de l'enfance pour accéder à celui des êtres capables de donner la vie. Comment comprendre ce séisme qui secoue tout l'être, le fait se rebeller contre l'insouciance, renier la sécurité du giron maternel pour entrer dans l'âge adulte.
La mutation est douloureuse. Passer de l'innocence à la responsabilité est un chemin chaotique, parfois dangereux. Certains sont tentés de refuser la vie plutôt que la perpétuer. Il suffit d'un rien pour basculer.
Puis le chemin se découvre. le jeune adolescent comprend que ce corps qui a expulsé la vie après l'avoir fait prospérer dans la chaleur de ses viscères est en fait la source. Il est temps de se mettre en danger, de se rebeller, de retrouver un corps capable de ce même miracle, capable d'héberger et faire prospérer la vie. Il est temps de retourner à cette source pour s'abreuver à la vie. Il est temps de retourner à ces entrailles pour se survivre à soi-même. Après viendra l'apaisement.
Formidable roman d'initiation vu d'un point de vue masculin. Luca est un jeune garçon qui subit la mutation de son corps. Il perçoit inconsciemment qu'obéir c'est disparaître. Il perçoit que pour exister il faut aller vers l'interdit. Se rebeller, désobéir pour naître à la vie, quand obéir c'est naître à la mort.
"La vie, c'est s'abîmer dans cette chair et en sentir l'obscurité, le ressac et le spasme comme des choses bénéfiques et vitales "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   21 avril 2020
Après ce premier effleurement, peut-être involontaire, l’infirmière parut perdre toute sa vigueur, et Luca sentit que ses mains étaient devenues hésitantes, comme si, plutôt qu’un massage elles eussent voulu lui faire une caresse et, en même temps, ne lussent pas voulu. Ses mains lui parcouraient tout le corps, mais elles semblaient vouloir à tout prix éviter l’aine, et, pourtant, c’était justement vers l’aine qu’elles glissaient de temps à autre, venues des endroits les plus éloignés, en une rapide incursion que la hâte et le remords rendaient rude et maladroite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
FRANGAFRANGA   28 janvier 2012
Autrefois, Luca avait eu un très grand amour-propre et il avait été au nombre des meilleurs élèves. A présent, au contraire, dès le premier mois de cours, il était parmi les derniers. Sous cette avalanche de reproches et de mauvaises notes, il éprouvait une particulière satisfaction, car il lui semblait que ces reproches étaient, en réalité, des éloges, et ces mauvaises notes de bonnes notes pour la conduite qu'il avait désormais décidé d'avoir. Mais, en même temps, il ne pouvait s'empêcher de se sentir envahi par une profonde amertume à la pensée que sa condition d'écolier empirait de jour en jour et allait bientôt devenir incurable. Souvent, il se demandait pourquoi diable il se comportait de la sorte, et il s'apercevait qu'il ne pouvait trouver d'autre motif qu'une sorte de point d'honneur obscur, aride, ingrat, entièrement négatif et pourtant presque insoutenable. "Pourquoi est-ce que je fais cela ?" se demandait-il. En attendant, au milieu de ces contradictions, le temps passait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
piccolaninapiccolanina   04 octobre 2019
Mais cette fois -ci , à l'inverse de ce qui lui était arrivé pour ses livres et son argent , une fois le défaut trouvé , il découvrit avec surprise que le lien , loin de se rompre , se renforçait davantage .
Ce défaut résidait avant tout dans le caractère prohibé , illicite , furtif de sa contemplation ;
( ... )
Cette femme n'était pas belle , il s'en était tout de suite aperçu ; et cette absence d'une beauté qui contrebalançât en quelque sorte l'obscurité de son désir par la limpidité d'une admiration désintéressée , lui paru au premier abord pouvoir le libérer aisément de ce nouveau lien .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gaillard1gaillard1   20 septembre 2010
[...] c'était cela vivre, cela continuer à vivre : faire avec passion et ténacité des choses absurdes et insensées, pour lesquelles il était impossible de fournir la moindre justification et qui mettaient continuellement ceux qui les faisaient dans un état de servitude, de remords et d'hypocrisie.
Commenter  J’apprécie          140
Ellane92Ellane92   20 juin 2015
Ainsi le désir des sens avait été plus fort que son désir de mort, et, en rendant aimable pour lui la laideur, l'avait, contre son gré, ramené dans cette vie dont il voulait à tout prix sortir.
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Alberto Moravia (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alberto Moravia
Vidéo de Alberto Moravia
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le Mépris

Pour quel film le producteur a-t-il besoin de l'aide du scénariste ?

Tristan et Ysoelt
L'Ôde Hissée
L'Odyssée
Antigone
Dom Juan

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Le Mépris de Alberto MoraviaCréer un quiz sur ce livre