AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246859338
180 pages
Éditeur : Grasset (02/03/2016)
3.5/5   5 notes
Résumé :
Hamlet, la pièce la plus célèbre du répertoire mondial, a toujours fait l'objet de nombreuses spéculations érudites, notamment au sujet d'une éventuelle version antérieure. Ces hypothèses seraient-elles en passe d'être levées ? C'est la conviction de Gérard Mordillat, qui présente ici la formidable découverte qu'il doit à un universitaire anglais excentrique, Gerald Mortimer-Smith. Grâce à ce dernier, Mordillat a eu entre les mains une version d'Hamlet inédite, préc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
thitho7
  31 mars 2016
Mordillat reprend une idée qu'il a effleurée dans son précédent bouquin "La brigade du rire": Shakespeare aurait complètement changé d'idée quant à son Hamlet, sous la pression probable de ses acteurs. Et voici, redécouverte par un chercheur amateur, et sauvée in extremis par Mordillat lui-même d'un incendie, la version "Q" (référence néo-testamentaire) d'Hamlet, comme si nous devions remonter à un stade intermédiaire de pensée de l'oeuvre pour en retrouver le sens profond.
Un livre plein de références culturelles, évidemment, et qui risque de ne pas plaire à tout le monde, mais une chouette façon sans doute d'aborder Shakespeare en proposant aux élèves des exercices de comparaison, de réflexion sur le sens des oeuvres, sur le sens de l'art, sur le processus d'écriture, etc. Plein de choses quoi.
En tout cas, un livre original, intelligent, plein de finesse.
Bref, j'aime.
Commenter  J’apprécie          13
San3tiago
  15 septembre 2018
"Le roi est mort, vive le roi !" (p. 92) II me semblait bien que cette formule proclamée à la mort d'un monarque, était purement Française. Bizarre qu'un Anglais la prononce à la mort du vieil Hamlet dans une pièce du XVIème siècle. Ce fut la goutte qui fit déborder le doute lorsque je lisai ce livre dont je ne savais rien et que j'avais découvert dans le rayon théâtre de la bibliothèque municipale de ma ville, au côté des pièces de Shakespeare.
Avant cela il y avait eu un Hamlet qui se travestit (hohoho, comme c'est iconoclaste !), des scènes de sexes sur la scène (plausible au XVIème mais ici outrancier !), un roi qui regarde les ébats adultérins de sa femme et de son frère par les yeux de Jésus sur la croix (humour scandaleux pour choquer le bigot ou pour épater le libre-penseur du XXe siècle, mais qui est si éculé au XXIème qu'il ne produit qu'un même bâillement fraternel chez l'un et l'autre), un Hamlet et un Horatio homosexuels (tous à la Gay Pride !) et qui doutent, nous apprend leur maître à Wittemberg, de la véracité des Evangiles, tenant des propos que Mordillat et Prieur auraient pu écrire dans leurs livres (blague d'intellectuel vaniteux qui ne peut s'empêcher de pouffer de rire en surjouant sa farce)…
Bref, …
[La suite sur karl.polanyi.fr]
Lien : http://karl.polanyi.fr/hamle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
San3tiagoSan3tiago   15 septembre 2018
Gertrude a environ trente-trois ans comme Claudius, quant au vieil Hamlet, il dépasse la soixantaine ! C'est dire le couple improbable qu'il forme avec sa femme. Gertrude se trouve unie à un vieillard qui, s'il n'est pas totalement impuissant, est loin d'avoir les attentions que réclament sa jeunesse et sa fougue. [...] Sans doute Claudius, [satisfait-il ses désirs] dès le lendemain des noces entre le vieil Hamlet et Gertrude. [...] Rien ne permet de douter de l'amour sincère que se témoignent Gertrude et Claudius. [...] La conséquence est évidente : Hamlet n'est pas le fils du vieillard qui se dit son père mais de Claudius. [...] [C'est pourquoi,] il faut entendre comme une vérité sans fard, un aveu bouleversant, la réplique de Claudius : "Ton père, Hamlet, ton père qui t'aime" (acte IV scène 3). (p. 31-33) Hamlet est une pièce sur la vengeance, (...) mais la vengeance qui s'exerce n'est pas celle qui apparait à première vue. [...Si] Claudius est le père naturel de Hamlet et qu'Hamlet le tue, ainsi de sa tombe le vieil Hamlet est vengé ; d'autant plus vengé que la reine adultère meurt et surtout que son bâtard - cet Hamlet qui porte son nom mais qui n'est pas de son sang - meurt aussi ! La vengeance du vieil Hamlet est alors totale. [...] Ils s'entre-tuent. C'est monstrueux et grandiose ! (p. 36)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

Lire un extrait
Videos de Gérard Mordillat (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Mordillat
François Morel et Antoine Sahler présentent le livre "Tous les marins sont des chanteurs" Ecrit avec l'écrivain Gérard Mordillat, l'ouvrage rend hommage à Yves-Marie le Guilvinec, parolier breton dont les chansons sont aujourd'hui tombées dans l'oubli https://bit.ly/2RDmh89 A découvrir également l'album: https://lnk.to/FrancoisMorelTLMSDCAlbum
autres livres classés : littérature française du 20eVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre