AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757811029
Éditeur : Points (06/11/2008)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Avec Jésus contre Jésus, Gérard Mordillat et Jérôme Prieur mènent leurs propres investigations à travers les récits de la Passion et de la Résurrection. Ils éclairent d'un jour nouveau les contradictions innombrables entre les Evangiles et l'histoire, découvrent des indices surprenants, explorent les hypothèses les plus audacieuses pour reconstituer les secrets de fabrication du Nouveau Testament. Leurs témoins sont Lazare, Judas, Barabas, Simon de Cyrène, Joseph d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
frandj
  30 novembre 2015
Cet ouvrage est une étude très détaillée du Nouveau Testament. Les auteurs se livrent à une étude minutieuse du fond et de la forme des quatre Evangiles. Les personnes qui croient qu’une analyse critique de ces textes est interdite refuseront évidemment de lire ce livre. Les lecteurs potentiels se recruteront parmi ceux qui estiment que le Nouveau Testament est une œuvre humaine et, donc, qu’il est parfaitement licite de le remettre en cause.
J. Prieur et G. Mordillat étudient avec sérieux tous les détails de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus, tels qu'ils sont relatés dans les écritures. Ils n’hésitent pas à examiner précisément le rôle de tous les personnages secondaires, ainsi que l’environnement général où l’homme-dieu a vécu. Ils replacent tout le discours évangélique dans le contexte juif, notamment par rapport à l’Ancien Testament. Et ils disent ce qui est maintenant bien admis: chacun des Evangiles n’a pas été écrit par un seul homme bien identifié (supposé être un témoin plus ou moins direct de la vie de Jésus), mais au contraire résulte d’une élaboration longue et complexe.
C’est intéressant et bien argumenté. Lors de lectures précédentes, j’avais déjà rencontré une bonne part de ces critiques et, dans l’ensemble, je n’ai pas été très surpris par cette lecture. Toutefois, je veux faire maintenant une importante réserve.
Les auteurs mènent leur enquête comme des juges d’instruction dans une affaire judiciaire et, ce qui m’a gêné, c’est que leur instruction me semble être "à charge". La mission qu’ils se sont donnée ressemble au travail d’un homme qui voudrait démasquer un faux magicien et épingler tous les "trucs" qu’il utilise abusivement. Et, comme Hercule Poirot, J. Prieur et G. Mordillat font "marcher leurs petites cellules grises" pour mettre systématiquement en doute l’apparente logique des textes et pour y chercher toutes les failles potentielles. Et je trouve qu’ils vont trop loin: comme le Nouveau Testament est une œuvre humaine, il recèle évidemment diverses imperfections qui gênent les lecteurs exigeants (en particulier ceux du XXIème siècle), mais qui n’invalident pas la totalité du message délivré ! Par conséquent, j’estime que, dans leur argumentation, les auteurs enfoncent le clou un peu trop lourdement. Dans leur livre, je décèle parfois une agressivité "rentrée" qui tente de se cacher derrière leur apparente rigueur; d’ailleurs, certains intertitres dans les chapitres me semblent distiller une ironie mauvaise. Après avoir lu "Jésus contre Jésus", j’ai envie de le comparer au magistral "Jésus" publié à peu près en même temps par J.-C. Petitfils. Ce dernier a fait aussi une enquête très minutieuse, mais elle n’est pas "à charge"…
Cette critique faite, je m’empresse d’ajouter une dernière remarque: quoi qu’on pense, quoi que l’on croie, il ne faut pas avoir peur des critiques, même virulentes. C’est même une très bonne chose d’être bousculé dans sa lecture des Evangiles. Le pire, ce serait que ces textes aient perdu tout leur impact, qu’on les lise comme s’ils allaient de soi….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
DanR
  23 janvier 2014
Prieur, Mordillat ne sont pas historiens. Cela se lit. Jugements de valeurs, procès d'intentions, conclusions hâtives et sans appel. Où sont passées l'analyse, la confrontation, l'érudition de Corpus Christi ? Quelques passages intéressants mais beaucoup d'approximation. Cela donne envie d'approfondir ce sujet passionnant mais en lisant les auteurs cités dans la bibliographie
Commenter  J’apprécie          20
sylvain1975
  12 octobre 2013
Indispensable complément de la titanesque série Corpus Christi, réalisée par les mêmes auteurs, cet essai, à la fois audacieux et polémique tente de dénouer les fils d'une intrigue qui occupe exégètes et théologiens de tous poils depuis deux mille ans. Construit comme une enquête policière où les témoins se nommeraient Ponce Pilate, Barabbas, Marie Madeleine et les apôtres, Jésus contre Jésus creuse, décrypte et analyse les textes sacrés, mettant en lumière leur contradictions, leurs différences, tentant avec brio et objectivité de dresser le portrait de l'insaisissable natif de Nazareth. Souhaitant bousculer pour mieux interroger, les auteurs signent ici un ouvrage d'une vertigineuse érudition, essentiel pour comprendre et se forger sa propre opinion.
Lien : http://territoirescritiques...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc2   31 mai 2015
Lorsqu'il va être transporté hors de Palestine, l’anti judaïsme primitif des juifs chrétiens va être lentement mais irrémédiablement déconnecté de ses raisons historiques, de son contexte d'opposition à la Judée puis d'opposition au judaïsme pharisien. Il va devenir un anti-judaïsme en soi, un anti-judaïsme ontologique.La fixation puis la canonisation des textes chrétiens vont l'entériner définitivement,lui donner force de loi.
(...)
Après le schisme, les chrétiens auraient pu se détourner définitivement des juifs, les abandonner à une religion qui, jamais plus,ne serait la leur. Au contraire, ils feront de l'anti-judaïsme un des éléments constitutifs de leur propre identité. L'anti-judaïsme sera un signe de reconnaissance. Les chrétiens se définiront comme ceux qui ne sont pas juifs, comme ceux qui se sont démarqués d'eux, comme leurs adversaires ou plutôt leurs ennemis les plus intimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
virgidoc2virgidoc2   31 mai 2015
Les juifs ne sont pas expulsés des Évangiles ni des autres textes du Nouveau Testament. Ils y demeurent comme la part maudite,comme la personnification du mal, comme le pôle négatif du monothéisme.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Gérard Mordillat (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Mordillat
Dans son dernier ouvrage intitulé "Ces femmes-là", Gérard Mordillat plonge le lecteur en 2024, période à laquelle le gouvernement décide de voter plusieurs mesures, parmi lesquelles le regroupement des musulmans dans des quartiers "soi-disant pour les protéger". L'auteur dresse ainsi le portrait d'une dizaine de femmes courageuses, pour ou contre cette mesure, mais qui seront toutes impliquées dans des manifestations pour faire entendre leur voix.
Retrouvez l'ouvrage en magasin ou sur notre e-shop : https://bit.ly/2G8nhxf
Dans la catégorie : Famille et vie de JesusVoir plus
>Christianisme, Théologie chrétienne>Jesus-Christ et sa famille. Christologie>Famille et vie de Jesus (77)
autres livres classés : christVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1139 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre