AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226399151
512 pages
Albin Michel (23/08/2017)
2.99/5   82 notes
Résumé :
« Quand les pauvres n’auront plus rien à manger, ils mangeront les riches ! »
La Tour Magister s'élève sur trente-huit étages au cœur de la Défense et s'enfonce dans sept sous-sols où survit une population de misérables, de junkies, de déclassés.
Ecrit dans une langue nerveuse, inventive, La tour abolie – « ma Divine Comédie sociale » confesse Mordillat – est un livre sur l’effondrement de notre monde et de sa destruction.
Destruction des c... >Voir plus
Que lire après La tour abolieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
2,99

sur 82 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
4 avis
1
5 avis
Malgré les incohérences langagières : les personnages les plus populaires parlant un argot dâté alors que les scènes sont censées être actuelles, l'émotion est pour moi toujours grande de lire un nouveau livre de Gérard Mordillat. Un des rares auteurs (le seul ?) à parler des classes sociales les plus populaires. Et il va loin, l'intrigue se passant dans une tour de bureaux de la Défense. 38 étages et 7 sous-sols, représentant chacun un niveau social de notre pays.
Malheureusement, j'ai trouvé cette fois-ci que la mayonnaise ne prenait pas. Les personnages sont bien campés, mais ils manquent cruellement de coeur, de corps, de chair tout simplement. Je ne m'y suis pas attaché et l'émotion n'est pas venue.
Ce n'est pas grave M. Mordillat, pour moi, votre meilleur livre est toujours celui à venir. Merci pour votre ouvrage, et merci pour la parole que vous donnez à une population que d'aucuns appellent "ceux qui ne sont rien".
Commenter  J’apprécie          352
Paris, la Défense.
Le roman s'ouvre sur l'inauguration de la tour Magister, doigt tendu vers le ciel, exubérante et insolente, nouvelle Babel symbole de l'orgueil humain. Ses trente-huit étages et sept sous-sols sont la propriété d'une compagnie d'assurance, filiale française d'une Holding internationale.
Fidèle à son engagement définitivement social, Gérard Mordillat dresse un portrait au vitriol, décapant et mordant, des arcanes de l'immeuble. La Tour est société, peuplée de vivants et de spectres.
Si la richesse évolue dans les plus hautes sphères, les sous-sols sont les bas fonds dantesques d'un monde au rebus, affamé, avili, puant, sordide.
Mais la vie est facétieuse et manque d'étanchéité ; le microcosme soigneusement cloisonné prend l'eau de toutes parts. Les uns s'élèvent tandis que d'autres chutent.
C'est baroque, violemment poétique, c'est les damnés de Jéricho sur un radeau en perdition, c'est les sirènes de l'Apocalypse scellant un funeste destin au capitalisme.
Âmes sensibles s'abstenir. L'auteur use de toutes les irrévérences, forgeant une poésie cruelle et sans fard pour habiller ses personnages de défroques caricaturées. Il y a du Charlie chez Gérard. Il faut choisir d'en rire plutôt que de s'en offusquer, et c'est jubilatoire.
En filigrane reste ce regard si profondément humain porté sur les sans voix, les sans noms, les oubliés, les perdus, mais aussi sur les failles, les peurs, les lâchetés et les grandeurs de ceux pris dans la grande roue de la réussite à tout prix.
Reste un roman inclassable, pamphlet outrancier et boursouflé, revers d'un miroir que notre monde érige en modèle, inconscient de sa veulerie et de ses turpitudes.
A moins que de conscience, il n'en ait tout simplement pas...
Commenter  J’apprécie          140
Lu dans le cadre de la Rentrée Littéraire Cultura.
Quartier de la Défense, la tour Magister avec ses 38 étages qui s'élèvent vers le ciel et les étoiles qu'elle vise et ses 7 sous-sols qui s'enfoncent dans la noirceur, est le symbole de ce que notre monde produit de plus vil.
Dans le jeu de Tarot, cette carte « la tour abolie a la signification suivante : Sombre et menaçant, la Tour est l'incarnation de la perturbation et du conflit. Pas seulement du changement, mais le mouvement brusque et les secousses provoquées par les événements imprévus et traumatiques qui font partie de la vie. La Tour dans votre main est toujours une menace, et implique inévitablement la tragédie, et vous devez décider si vous allez faire face avec grâce… » Gérard Mordillat ne pouvait pas trouver meilleure illustration.
Ce roman foisonne de personnages, ce n'est pas rédhibitoire dans sa lecture, il y a une liste en fin de livre, mais finalement le lecteur n'a pas vraiment besoin de s'y reporter.
Au sommet, 3R et ses larbins qui s'imaginent être le « bras droit » du patron, cela valse et la dégringolade est rude comme pour Nelson qui après avoir vécu par et pour son travail sans rien voir d'autre, perd tout : situation, argent et famille.
Et aux sous-sols la hiérarchie s'établit naturellement avec la loi du plus fort. Au fond tout au fond la horde, ensuite les rats, les zombies toute une faune qui vit là mais qui risque fort d'ouvrir des mâchoires d'acier.
Il y a Peggy qui a un emploi dans cette tour mais son salaire ne lui permet pas d'avoir un logement, alors elle dort dans sa voiture au -2, avec son frère un illuminé dont elle a la charge. Pour que personne ne sache, elle s'ingénie à trouver des astuces de survie.
Tout ce monde souterrain se nourrit des trois containers de déchets du self, mais il est question de fermer le self pour en faire une salle de fitness…
L'auteur décortique magistralement le fonctionnement de ces entreprises tentaculaires qui sous de faux prétextes, par exemple l'amélioration des conditions de travail et une meilleure connaissance entre collègues, promènent leurs salariés de séminaire en séminaire pour mieux les broyer. de plus l'émulation est si stimulante qu'ils se détruisent entre eux.
L'écriture est aussi flamboyante que noire. La palette du vocabulaire est riche de la multitude des sujets.
Un livre tellement réaliste qu'il nous concerne tous, car nous sommes tous acteurs de ce monde qui s'effondre, coupable de faire pour les uns mais responsables de laisser faire pour les autres, les sans voix…
Car le sel de la vie a disparu au bénéfice du toujours plus de tout (ce qui se consomme, s'achète, ce qui fait le niveau social…) et de moins en moins de relations basées sur l'humain.
Gérard Mordillat est un écrivain pour qui le sens des mots ne se perd pas et pour qui les maux de notre société méritent une mise en mots comme une mise en abyme.
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 22 août 2017.
Commenter  J’apprécie          50
G.Mordillat n'est plus à présenter, et sa « fibre sociale » n'est pas prête à se déliter.
Cette fois l'action se passe dans la Tour Magister , qui relève le défi de Babel : elle tutoie le ciel sur 38 étages et s'enfonce dans 7 sous -sols au coeur même de la Défense . C'est là que siège un important groupe d'assurances mondial.
Cette tour est une allégorie de notre société hiérarchisée, et du 38ième directorial on descend de milieu social jusqu'aux bas -fonds de la société, .Le sous sol -7 est d'ailleurs nommé celui des rats, c'est un abîme de misère, où il faut se battre pour survivre . « Heureusement » y sont entreposées les poubelles du self de l'entreprise qui permettent au moins aux plus démunis de se nourrir un peu.
Jusqu'au jour ou un ambitieux directeur adjoint imagine une salle de fitness dans ce sous sol. Viendra le moment d'arroser les restes d'eau de javel .
Révolte donc, et pas en demie-teinte chez Mordillat.
Une cinquantaine de personnages traversent ce roman cinglant et en particulier Nelson, un cadre supérieur du 38ième qui à la suite de son licenciement sombre dans la misère et la folie, et Peggy, hôtesse d'accueil pimpante et appréciée, qui elle, dort dans un sous-sol dans sa voiture en compagnie de son frère, complètement illuminé mais à priori pas dangereux.
Les dirigeants ont eux aussi des vies privées pas toujours faciles, et restent crédibles même si le trait de l'auteur est acéré .
Vers le milieu du livre , des pages entières de vocabulaire insane, je n'aime pas trop l'idée que la misère fasse des malheureux des êtres comparables à des animaux.
Les dernières pages se terminent en feu d'artifice salvateur ,quelques lignes seulement pour ne pas désespérer de ce monde.
Commenter  J’apprécie          84
Avis de Grybouille (Chroniqueur sur le blog Léa Touch Book) :

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd'hui, nous nous retrouvons pour un roman écrit par Gérard Mordillat et pour qui connait cet auteur soyez prêt à tout… Et vous avez raison, dans cette tour de Babel moderne nous sommes invités à suivre du 38ème étage jusqu'au – 7 dans les sous-sols des personnages qui ne vous laisseront pas insensible.

Mordillat, c'est un style, une ambiance, des clins d'oeil à l'actualité, la connaissance parfaite de ce qui nous a amené ici et là, des recherches, un vocabulaire qui colle aux situations. Ici on parle vrai, on cause juste, pas de faux semblants et un scénario menant à un final qui emporte tout…

Alors accrochez-vous amis(ies) lecteurs(rices).

L'histoire,

La tour abolie, c'est la tour « Magister », la tour dont le propriétaire est un groupe d'assurance. Une tour si haute dans le quartier de la Défense, sur 38 étages la hiérarchie de l'entreprise n'est pas un vain mot.
Tout en haut un Directeur et tout en bas une secrétaire réceptionniste, mais si on creuse encore sept étages de sous-sol vous y attendent…

Les employés sont catalogués par leur revenu annuel et par le contrat qui les lie à la boite.
Dans les sous-sols les êtres qui y vivent sont soumis à la loi des plus forts. Ils survivent entre zonards mais chacun dans son périmètre, une cour des miracles.

« Les résultats sont bons… cependant… les actionnaires nous pressent de dégager 10% d'économies supplémentaires. » dit le PDG de Magister, son surnom 3R.
« Élargissons le plan social. » propose le Directeur des Ressources Humaines.
« Nous pourrions fermer le self ? » rajoute le Directeur financier.

Le début de la fin… de la faim…

Au milieu de toutes ces vies qui vont s'entrecroiser, se percuter, se déchirer, il y a Nelson.
Ce cadre « débarqué » lors d'un énième plan social, va tout perdre, femme, enfants, maison, plus de dignité, plus de maitresse. Une descente aux enfers avec des questions récurrentes lors de la recherche de son rêveur « Tu as tout dans la tête ? » et « Pourquoi ? »

Peggy, la réceptionniste qui vit au -2 dans une voiture avec son frère Simon. Une intérimaire à 1400 Euros par mois « sa beauté irradiais. » Ils se sont posés sur l'emplacement 247, en numérologie 2+4+7=13, 13X2= 26, le nombre sacré.

Slimane, un agent d'entretien, « Notre métier, c'est d'embellir la vie. » Lui ? Il possède une mobylette et doit faire 45 minutes de trajet pour venir travailler, maltraiter par un petit chef surnommé « le Gros ».

Saphir, une zoneuse du -7, « Un jour, elle défoncerait tout. »

Les Popovs, les junkies, en mode survie dans les bas-fonds…
Au-dessus ? le monde de l'entreprise : Les faux semblants, les traitrises, la manipulation, les violences, la possession, l'amour, l'abandon, l'union, la maladie, la folie …

Quentin Lefranc, le Directeur financier, et sa femme Marie-Fleur, quatre enfants, une vie où l'amour se calcule selon un calendrier très précis…
Xavier de Lacourt, le secrétaire général, Anna- Maria son épouse, une union très libre dont le DRH Frédéric Hessler profite…

Thelma, et ses écrits… Fabuleux.

Margot, Claire, William, Richard, Iwona, Gladys, Bollo, Abdel, Mousse, Chérif, Christian, Homar, la Horde, les Rats, les Zombies, Jack, Shimano, Francis, une cinquantaine de personnages vivent dans cette tour…

Attention amis (ie) lecteurs (trices) si vous ne venez pas à Mordillat, Gérard viendra à vous. le p'tit Duc vous aura prévenu… En prime, page 79 un clin d'oeil à « La brigade du rire »…



Lien : http://leatouchbook.blogspot..
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Un terme émerge ces temps-ci à la surface des commentaires politiques et journalistiques : les « syndicats réformistes ». Qu’est-ce donc qu’un syndicat réformiste ? Est-ce un oxymore comme le « dictateur honnête », l’« islamiste modéré », le « collabo résistant » ? Est-ce une trouvaille technocratique comme le « plan de sauvetage de l’emploi » (en clair un plan de licenciement où le seul emploi sauvé est celui du licencieur), voire quelque chose comme le trop fameux « coût du travail » qui tente avec un certain succès d’effacer le mot « salaire » du vocabulaire gouvernemental et médiatique ? Le syndicat réformiste, c’est tout cela à la fois. C’est un leurre, un cache-pot, un mensonge incarné. C’est un syndicat qui, renonçant à la défense des salariés, choisit de « négocier la longueur de la corde » où seront pendus les hommes et les femmes condamnés à la réforme sauce patronale ou, pour le dire autrement, qui accepte de discuter de la taille des barbelés qui enfermeront le monde du travail dans un camp d’internement en attendant que les patrons suggèrent de rétablir l’esclavage.
Commenter  J’apprécie          60
- T'es con ou quoi ? De la dignité ? Qu'est-ce que t'en as à foutre de la dignité ? À quoi ça sert ? À rien. T'en as pas besoin de dignité. Tu pues, t'es moche, t'as des yeux de corbeau mort. T'as besoin de bouffer et c'est tout. Alors bouffe et arrête de chialer. T'as compris ? Pense à bouffer et à rien d'autre. Laisse la dignité aux curetons et aux bourges.
Ils restèrent un instant en silence, la tête penchée sur les haricots blancs qui baignaient dans la soupe.

Page 68, Albin Michel, 2017.
Commenter  J’apprécie          110
- J'en ai rien à foutre du drapeau français. Il ne m'a jamais rien donné, ni à ceux qui sont comme moi. Le chef dit que je suis un rouge mais je fais mon boulot et je laisse dire. Si ça lui fait plaisir, je suis un rouge, un Peau-Rouge, un "krouïa" de la tribu des Berbères. Dans les manifestations, c'est vrai que je marche toujours derrière un drapeau rouge. Et, j'ai pas honte de le dire, ce drapeau-là je le suivrais jusqu'en enfer s'il pouvait changer ma vie de merde pour une vie digne de ce nom !

Page 32, Albin Michel, 2017.
Commenter  J’apprécie          100
(…) un grand cynique qu’elle avait entendu vanter sa méthode de management :
- Les bons, vous les notez mal et vous les payez très bien. Les mauvais, au contraire, vous les notez très bien et vous les payez mal…
- Je ne comprends pas.
- C’est simple : le mauvais bien noté mais mal payé sera une proie offerte à nos concurrents. Ses notes témoigneront d’une excellence (factice) et son salaire d’une injustice. On se le fera piquer sans problème ! Ce qui aura le double avantage de nous débarrasser d’un naze et d’en fournir un à la concurrence…
Commenter  J’apprécie          40
Un terme émerge ces temps-ci à la surface des commentaires politiques et journalistiques :les "syndicats réformistes". Qu'est-ce donc qu'un syndicat réformiste ? Est-ce un oxymore comme le "dictateur honnête", l'"islamiste modéré", le "collabo résistant"? Est-ce une trouvaille technocratique comme le "plan de sauvetage de l'emploi" (en clair un plan de licenciement où le seul emploi préservé est celui du licencieur !), voire quelque chose comme le trop fameux "coût du travail" qui tente avec un certain succès d'effacer le mot "salaire" du vocabulaire gouvernemental et médiatique ? Le syndicat réformiste , c'est tout cela à la foi. C'est un leurre, un cache-pot, unn mensonge incarné.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gérard Mordillat (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Mordillat
Avec Jacques Bonnaffé, François Chattot, Pablo Cueco, Louis Duneton, Louis-Do de Lencquesaing, Catherine Merle, Gérard Mordillat, Lou Wenzel…
Voici déjà onze ans que Claude Duneton a tiré sa révérence. Figure originale et attachante, il a marqué tous ceux qui l'ont fréquenté. Duneton a enseigné l'anglais et le français, fait du théâtre, de la radio et de la télé, et même joué dans quelques films. Un pied dans l'édition parisienne et l'autre dans le terroir occitan, il est l'auteur d'une trentaine de livres, mais sa chronique du langage au Figaro, “Au plaisir des mots”, aurait suffi à le rendre populaire. L'auteur du Bouquet méritait bien qu'on lui offrît une soirée d'hommage. Amis, collègues, partenaires, compagnons de route ou de rencontre, tous ont souhaité parler de lui, de lui avec eux. Chacun apporte ici sa pièce pour composer le portrait d'un personnage sans doute plus complexe que ce qu'il a pu paraître. Un puzzle, en somme, dans tous les sens du terme.
“Le langage est un fameux véhicule et, contrairement aux autres, il ne coûte rien.” Claude Duneton
À lire – Claude Duneton façon puzzle, préface de Gérard Mordillat, éd. Unicité, 2023.
Son : Jean-François Domingues Lumière : Marta Bellini, assistée de Hannah Droulin Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (169) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3576 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..