AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756043319
160 pages
Éditeur : Delcourt (15/01/2014)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 74 notes)
Résumé :
"Il n'a jamais perdu un match de tennis. Il est numéro 1 mondial depuis 7 ans, terrifiant vainqueur à la mine mélancolique, l'idole d'un peuple biberonné à la réussite... Mesdames et messieurs nous recevons le grand Max Winson !
Alors, Max Winson, gagner une fois, deux fois, dix fois, c'est bien entendu grisant, mais quand on pulvérise ses adversaires année après année....Je dois vous poser la question : vous arrive-t-il de vous sentir coupable ?"
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  10 juin 2020
Tandis que la télé hurle l'effervescence et l'excitation que connait la foule en délire, la fille de la coiffeuse rameute toutes ses copines pour voir le match. Et un gamin réclame une coupe en étoile... Comme Max Winson ! Dans les gradins, les spectateurs scandent son nom dès qu'il entre sur le court. Invaincu depuis l'âge de 16 ans, n°1 mondial depuis 7 ans, 24 titres en grand chelem et 94 titres sur le tournoi ATP, Max Winson, l'allure dégingandée, le regard un peu perdu, se prépare à affronter le n°2 mondial. LE génie du tennis devient une véritable machine qui écrase tout, ne laissant que peu de chances à son adversaire. Aussi, sans surprise, Max gagne haut la main ce match, sous les applaudissements de la foule et le regard scrutateur de son père et entraîneur. Adulé et célébré, le jeune homme remporte son 25ième titre en grand chelem. Qui pourrait faire vaciller ce grand joueur ? Peut-être la santé déclinante de son père ? Les imperfections que ce dernier lui reproche ? Ou bien les mots durs d'une journaliste ?
Max Winson est une légende, une étoile du tennis qui brille depuis quelques années et que rien ne semble pouvoir toucher. Un entraînement tyrannique depuis tout gamin, presque programmé pour écraser tous ses adversaires, coupé du monde et de ses réalités, le jeune homme va peu à peu perdre ses repères. Avec ce premier volet d'une duologie, Jérémie Moreau aborde, intelligemment, différents thèmes : l'entraînement excessif, le sport comme unique raison de vivre, les souffrances physiques et morales, l'argent via les sponsors, l'idolâtrie... Il dépeint un personnage hors du commun, imbattable sur les courts et pourtant d'une grande humilité et d'une timide naïveté, presque une impression de déranger. La question de la journaliste va le conduire à se remettre en question, lui qui a toujours fait ce qu'on lui demandait de faire sans jamais se demander ce qui importait pour lui. le récit est rythmé et le fond dense. Graphiquement, le trait épuré et tout en souplesse, le noir et blanc aérien et le découpage varié apportent énergie et élégance à ce premier volet surprenant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
Crossroads
  05 juin 2020
Hervé Critiani chantait « il est liiiii-bre Max ».
Max Winson, jamais tu ne dois, au grand jamais, prêter une oreille attentive aux paroles de ce hit intemporel. Promets-le !
Max, lui, est libre de gagner, vaincre et triompher, ce qu'il fait au tennis avec une régularité métronomique pour le plus grand plaisir de ses aficionados (dont son entraîneur de paternel) et le plus grand désarroi des amateurs de beau jeu et de suspense, accessoirement.
Car Max n'a jamais perdu.
Surtout pas sa joie de vivre qu'il n'a jamais fréquenté.
Programmé dès sa naissance pour accéder au titre de numéro uno, le gamin ne vit que pour et par ça, poussé par un géniteur aux faux airs de dictateur sportif un brin totalitariste, pour bien situer le niveau de liesse et d'exaltation désintéressées qui habitent ce triste personnage.
Roland-Garros en croix cette année, qu'à cela ne tienne, je me rabats sur Max Winson et je retiens un.
Balles neuves.
Récit des plus intéressants sur la filiation, l'enfant prodigue poussé par un père habité par une soif de réussite expurgée de toute notion parasitante de plaisir où le gamin ne serait finalement que le miroir d'une ascension par procuration.
Roi incontesté de la petite balle jaune, certes, mais parfaitement désocialisé donc inadapté à un monde autre que celui de la raquette graphite.
Un matériel aussi fragile que son mental hors contexte tennistique.
Car Max habite une bulle, confortable, certes, mais totalement hermétique au monde qui l'environne.
Outre un questionnement des plus habiles, Max Winson s'appuie sur un coup de crayon renversant.
Un trait économe qui dit tout. Mieux, qui retranscrit parfaitement la gestuelle d'un sport exigeant une précision et une maîtrise de tous les instants.
Et c'est un gars classé 37/2 (le matin) qui vous l'affirme, donc vous pouvez y aller.
Max Winson jeu, set et match !
J'ai adoré...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
Supermaman64
  27 juin 2020
Max est un joueur de tennis indétrônable dont toute la vie tourne autour de son sport. Jérémie Moreau nous entraîne dans une bande dessinée vraiment sombre avec peu d'échanges et une sensation de malaise qui dure tout le livre. Je n'ai pas accroché du tout. L'idée de se sentir coupable d'anéantir la carrière des adversaires (et bien plus après) alors qu'on atteint les sommets me semble injuste. J'ai ressenti de la peine pour ce pauvre Max constamment jugé quoi qu'il fasse.
Commenter  J’apprécie          380
Vexiana
  02 février 2020
Max est une légende, une star du tennis qui n'a jamais perdu un match de sa vie et qui ne concède que quelques jeux à ses adversaires. Depuis qu'il est dans le circuit, aucun de ses adversaire n'a gagné une coupe, aucun autre joueur n'a gagné un tournois.
Surentrainé par un père tyrannique et exigeant, adulé par tous, Max n'a pas vraiment le sens des réalités.
Un jour, son père est malade et Max se rend seul à un interview qui tourne à l'aigre, l'animatrice le mettant devant des réalités qui dérangent.
Ebranlé, Max est, de plus, contraint de travailler avec un nouvel entraineur...
J'ai passé un très bon moment de lecture et j'ai hâte de connaitre la suite de l'histoire.
La narration est très bonne, le rythme est impeccable et les personnages sont vraiment intéressants.
Outre la trame principale, cette BD soulève d'autres questions et réflexions : l'extrême des entrainements à haut niveau, la légitimité des tenants de titres, la démesure des moyens, l'utilisation du sport comme propagande nationale mais aussi l'aspect financier à travers les sponsors et, surtout, l'identifications de sportifs en tant que marque.
Côté dessin, c'est très bien fait et bien pensé avec un dessin fluide et souple agrémenté de certaines scènes surréalistes très efficaces (comme celle de la couverture, par exemple). le trait, en noir et blanc, n'est pas sans évoquer le manga ou encore certaines oeuvres de Vives.
Une très bonne découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
maloriemercier
  02 février 2015
La victoire à tout prix !

Dans cette bande dessinée nous avons à faire à un personnage très talentueux et invincible mais pas épanoui dans sa vie personnelle. Il doit se remettre en question après une interview catastrophique pour savoir qui il est vraiment ? Et qui veut-il être ?
A travers cette histoire, nous retrouvons une belle réflexion sur le sport de haut niveau.
« Quand le sport est synonyme de tyrannie »
Max Winson, 16 ans, est un joueur de tennis à qui tout réussi sur le plan sportif : il remporte tous les tournois auxquels il participe ; il est numéro 1 mondiale et rien ni personne ne semblent être en mesure d'inverser la tendance. Il est devenu en quelques sortes le « Dieu » du tennis soutenu et adoré par des millions de gens et de commentateurs qui veulent s'identifier à lui.
Max est entraîné par son père qui ne voit que par la victoire et la perfection du jeu. Max obéit machinalement à son père coûte que coûte jusqu'au jour où ce dernier tombe malade et doit laisser sa place à un autre entraîneur nommé Andy.
Max sans son père n'est plus le même, il va devoir assumer sa renommée.
« La douleur du succès »
Max, champion invincible ne connait que les cours de tennis et l'exigence de son père depuis qu'il est né. Son père peut être qualifié de tyrannique car il fait de son fils une véritable machine à gagner. Il est prêt à un acharnement inqualifiable pour que son fils remporte la victoire de tous les matchs joués. Mais un jour, la maladie le gagne et Max doit continuer doit continuer son parcours avec un nouvel entraîneur Andy et des rencontres surprenantes comme celle avec la journaliste Pia Ohlin qui va lui faire comprendre qu'il n'a aucune personnalité sans son père ni sa raquette.
Avec Andy, Max va encore se contenter d'obéir d'ailleurs page 77, il dit « je suis un cobaye dans les mains d'un professeur fou ».
Ce livre n'est pas qu'une simple et classique bande dessinée sur le sport, à travers cette histoire Jérémy Moreau nous pousse à nous interroger sur de nombreux sujets. Pour cela il a fait preuve d'une inventivité incroyable autant dans le déroulement de son scénario que dans la créativité de ses dessins. Les souffrances morales ainsi que l'isolement ressenti par Max sont bien mises en valeurs, Max est représenté avec des traits mélancoliques. Ses victoires qui le poussent à être un surhomme sont mises en avant avec un public indénombrables qui l'acclame de partout, il est même représenté de façon démesuré sur un cours de tennis par rapport à son adversaire comme nous le montre la couverture.
De plus page 60 il y a la réplique suivante : « La victoire à 100 pères. La défaite est orpheline. ». En effet, tout le monde se bat pour la victoire mais personne ne veut la défaite. C'est un peu comme dans notre société actuelle où personne n'a de considération pour celui qui perd.
Son père qui incarne l'inhumanité et la tyrannie est représenté par un être chétif à tête de mort et très laid, tabagique et toussant sans arrêt en répétant sans cesse le mot « victoire ».
Les traits des dessins sont très fins et les couleurs sombres et tristes sont en accord parfait avec le texte. Ce qui fait que le lecteur plonge dans cette bande dessinée avec plaisir dont l'auteur l'amène implicitement avec subtilité à se poser pleins de questions et en lui réservant beaucoup de surprises tout au long du livre.
Pour conclure, ce récit remarquable nous offre une vue particulière du sport de haut de niveau avec toutes les remises en questions que cela provoque. Au dernier match, Max va jouer pour sauver une vie ! Effectivement le joueur adverse met en jeu sa vie s'il ne remporte pas le match, alors que Max met en jeu la vie de son père s'il n'obtient pas la victoire. Une fin surprenante sur le choix de la vie que Max s'apprête à sauver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (4)
Sceneario   17 février 2014
Résolument moderne et peut-être un peu arty, ce premier tome (sur deux) de Max Winson est une découverte enthousiasmante.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   10 février 2014
Début d’un dyptique explorant les états d’âme d’un champion de tennis à la croisée des chemins. Une esthétique intéressante mais un canevas qui hésite trop entre fable et satyre
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   03 février 2014
Rompant avec le graphisme du Singe de Hartlepool, le jeune dessinateur donne joliment vie à ses personnages grâce à un trait fin et délicat qui saisit et transmet l’essentiel : l’émotion.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   27 janvier 2014
Humour, suspense, personnages convaincants, inventivité graphique permanente et évidence dans la narration font de ce premier tome une bande dessinée ovni extrêmement attachante. Bravo !
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
GregorGregor   12 août 2014
- mm... Je vois que sans raquette, les retours se font moins éclatants... Votre timidité n'a d'égale que l'indifférence avec laquelle vous écrasez vos adversaires : comment vivez-vous ce paradoxe ?
- je... Je tâche de toujour donner le meilleur de moi-même. Je travaille beaucoup pour rester au meilleur niveau. Je suis conscient de la chance qui m'est accordée de n'avoir jamais perd...
- ça ne répond pas à ma question. Est-ce que parfois vous ne vous sentez pas coupable d'abattre froidement vos adversaires les uns après les autres ?
- je... Je... Je tâche de toujours donner le meilleur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
orbeorbe   25 juillet 2015
Les impondérables sont les principaux ennemis de la victoire ! Avec moi, tu apprendras à dresser l'imprévisible et à soumettre l'infortune... et alors rien ne pourra jamais entraver ton règne de vainqueur !
Commenter  J’apprécie          70
yanndallexyanndallex   25 janvier 2014
La victoire a 100 pères, la défaite est orpheline...
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Jérémie Moreau (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémie Moreau
Penss est un jeune homme est un peu à part dans sa tribu : la chasse n?est pas son fort. Or à son époque, c'est l?un des rares moyens de se nourrir. Petit à petit, il découvre les secrets de la germination, et les supers pouvoirs de la nature... Jérémie Moreau explique ici comment il s'y est pris pour le dessiner. Plus de BD : https://www.franceinter.fr/culture/bande-dessinee-quelle-bd-lire-a-la-rentree Plus de leçons de dessins : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : tennisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre