AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221108635
288 pages
Éditeur : Robert Laffont (22/01/2007)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :
De toute éternité, les hommes de pouvoir ont contrôlé l'information. Longtemps, ils ont censuré les vérités qui mettaient en péril leur domination. Autrefois, on bâillonnait le messager. Une méthode désormais contre-productive. Dans un univers médiatique à prolifération incontrôlée, la censure brutale attire l'attention et multiplie l'impact de l'information qu'on veut cacher. Aujourd'hui, le vacarme médiatique est devenu le meilleur allié des nouveaux censeurs. Des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sonkoy
  04 août 2019
Paul Moreira nous plonge dans les coulisses de la manipulation de l'information. C'est terrible, tout ce que l'on peut nous cacher. Que ce soit sur le terrain militaire, politique ou industriel, on ne cesse de nous mentir ou plus exactement de nous cacher la vérité.
Ce livre ne peut que nous faire réagir, et il devrait être lu par l'ensemble des citoyens. On sait, bien sûr, que toute vérité n'est pas bonne à dire ; mais quand il en est question de vie ou de mort, cela n'est pas supportable. Nous vivons dans un monde de pourris !
Depuis la sortie de ce livre, Médiapart a fait son apparition, pour notre plus grand bonheur.
Commenter  J’apprécie          10
felixgilles
  02 octobre 2011
Différents cas de censure/manipulation à partir d'expérience personnel de l'auteur durant sa vie de journaliste notamment à "90 minutes"
Excellent, palpitant et en même temps révoltant
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
xTHX1138xxTHX1138x   20 février 2021
Ce qui m'intéressait c'est que son métier était un peu l'opposé du mien.
- De la publicité.
- Oui. Je cherche à donner conscience au public de quelque chose qu'ils ne savent pas encore qu'ils savent. Ou au moins, le leur faire penser. Parce qu'ils agiront en conséquence, vous comprenez ? Ils penseront que l'idée vient d'eux. Il s'agit de transférer l'information, tout en évitant soigneusement toute spécificité.

William Gibson, Identification des schémas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
xTHX1138xxTHX1138x   20 février 2021
La lutte de l'homme contre le pouvoir est la lutte de la mémoire contre l'oubli.

Milan Kundera
Commenter  J’apprécie          20
jmlire92jmlire92   01 décembre 2016
Le 21 mars 1985, un groupe d'intellectuels prestigieux ( BHL, J.F Revel, E. Leroy-Ladurie, F Arrabal ...) , demandent par pétition au Congrès Américain d'autoriser le Président Reagan à financer les Contras, groupe d'extrème-droite, organisation terroriste, dressé contre le régime sandiniste élu démocratiquement et à orientation socialiste.
Qui a convaincu ces belles signatures de s'engager de manière aussi aveugle dans cette opération de propagande en faveur d'assassins ?
D'où vient l'initiative de cette pétition : de la branche européenne d'un groupe américain : The International of Résistance, financé notamment par une fondation conservatrice privée : la John Olin Foundation, toute dévouée au Président Reagan.
BHL, et d'autres intellectuels ont-ils pu vraiment signer ce texte sans le savoir ? Ou encore ont-ils été assez naïfs pour se laisser abuser par l'énorme machine de propagande déployé par les américains ? Le 6 février 1982, le figaro magazine publiait une photo très spectaculaire d'un amoncellement de corps livrés aux flammes. "Un massacre d'Indiens MIskitos " Perpétré par les sandinistes. L'image rappelant implacablement celles des camps de la mort . Ces photos avaient été produites par le secrétaire D’État aux Affaires Étrangères, Alexander Haig, lors d'une conférence de presse-évènement. Haig crie au génocide sandiniste.
Il s'agit d'une manipulation grossière. En fait, ces photos ont été prises après un tremblement de terre, bien avant que les sandinistes arrivent au pouvoir. La Croix-Rouge avait décidé de mettre le feu aux cadavres, pour éviter les épidémies.
C'est le propre photographe, auteur de l'image qui a reconnu son cliché. Celui ci a été détourné et recadré, de manière à faire sortir du champ le personnel de la Croix-Rouge.
Scandalisé, le photographe produit l'original pour preuve de la supercherie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Paul Moreira (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Moreira
Travailler à en mourir 1/3
Dans la catégorie : Moyens de communicationVoir plus
>Interaction sociale>Communication>Moyens de communication (84)
autres livres classés : désinformationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Paul Moreira (1) Voir plus