AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782492596735
144 pages
DALVA (18/08/2022)
3.27/5   91 notes
Résumé :
Elle se souvient comme dans un rêve de l’accident, du choc sur l’asphalte. Quand elle reprend connaissance, elle est loin des sollicitations constantes de la ville et de son agitation, à l’abri d’une maison forestière nichée au cœur des montagnes. À ses côtés, Jeanne, Stella et la forêt profonde. On parle peu ici. Mais tout semble bruisser, se mouvoir et palpiter d’une force étrange et magnétique. Ses deux compagnes et la nature alentour se confondent parfois, comme... >Voir plus
Que lire après La sauvagièreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,27

sur 91 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
12 avis
2
2 avis
1
0 avis
Une autre découverte pour laquelle je remercie la Fnac, mais qui me laisse sur une impression mitigée. Autant la forme m'a séduite, autant je suis restée sur ma faim en ce qui concerne le fond.
J'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteure, une écriture poétique et précise à la fois, qui excelle à décrire la nature, et les sentiments qu'elle inspire à ses personnages, tout autant que la ville, ses bruits, et la sensation d'étouffement qu'elle va engendrer chez la narratrice.
J'ai beaucoup aimé la première partie du livre, jusqu'au moment où la narratrice se retrouve seule. Ses sentiments, son ressenti dans sa vie passée et celle qu'elle découvre dans la maison sont très bien traduits en mots par l'auteure. Celle-ci dénonce avec beaucoup de justesse, la dépendance qu'entraine notre société de consommation, les besoins toujours plus importants que crée la vie en société. Elle y oppose le quasi dénuement de la vie en autarcie dans cette maison forestière, où la nature pourvoit aux besoins essentiels de ces femmes. Et le soulagement éprouvé par la narratrice à vivre ainsi simplement, en suivant le rythme de la nature.
A la moitié du roman j'ai eu l'impression de basculer dans un livre différent et je n'ai pas perçu ce que voulait nous transmettre l'auteure. Il reste à la fin beaucoup de questions non répondues. J'aurai pu ignorer ce manque de sens pour moi si j'avais été plus "embarquée" dans l'histoire, ce qui n'a pas été le cas, je suis restée spectatrice. Je n'ai pas réussi à adhérer à l'aspect onirique du texte, ne sachant plus distinguer la frontière entre rêve et réalité, et l'épilogue ne m'a pas apporté les réponses espérées.
Peut-être n'était-ce pas le bon moment pour moi, peut-être n'est-ce pas le genre de livre à lire avec une contrainte temporelle. Je suis curieuse de découvrir d'autres avis sur ce roman.
Lu dans le cadre du jury du prix FNAC
Commenter  J’apprécie          5813
Un beau livre court et original qui fait, à mon sens, honneur à la #Rentrée Littéraire.
C'est avec une poétique singulière, délicate, sensible que la narratrice déroule le fil des événements qu'elle vit tout au long du roman, certains sont pour le moins étranges et tiennent d'une véritable altérité.
un beau jour, la jeune femme décide de fuir en moto, une vie citadine pour laquelle elle ne se sent pas faite ; la routine au travail, l'ennui, les exigences des clients, la pression, la fatigue, les artifices de la société consumériste, la sursollicitation des sens, de l'attention ont raison de sa résistance.
Comme le moineau qu'elle suit, elle veut se sentir libre, elle fuit la ville et ses contraintes mais voilà que l'accident survient.
Le récit devient quelque peu elliptique entre le moment de la survenue de l'accident et le moment où elle se retrouve dans une maison isolée, en forêt, un lieu qu'elle nomme "ici", ce qui nous tient en haleine, elle se retrouve malgré elle dans cette sorte de cabane, où deux autres femmes, deux personnages aussi étranges qu'accueillants cohabitent, leur relation se passe de mots, le langage articulé a disparu.
La communication entre les trois personnages est non verbale mais toutefois harmonieuse, laissant s'exprimer le langage du corps et des sens, se développe alors une sorte de sororité de fait.
Toutefois, Les comportements paraissent étranges et décalés, s'écartant de l'ordinaire et surtout de la norme, confinant parfois à la folie.
La nature, dans le récit, est omniprésente, la faune et la flore jouxtent les personnages .
La nature les nourrit aussi, les trois femmes font avec, s'adaptent et s'accommodent fort bien de ce qu'elle peut leur offrir.
Le récit entremêle également comportements humains et animaux, qui se confondent parfois jusqu'à la fusion finale.
On s'interroge sur ces va-et-vient entre animalité et humanité.
S'opère alors une harmonie entre les personnages et les éléments qui les entourent.
Un récit où le rêve rejoint la réalité, l'onirisme côtoie le fantastique.
Tout au long de la lecture on s'interroge sur la réalité des événements, sur la part de soi et celle des autres, sur l'identité de la narratrice...
Qui est-elle vraiment ? Qui sont ses deux femmes qu'elle rencontre ?
Une réponse est donnée dans l'épilogue, donnant un sens à ce qui a pu égarer le lecteur...La fin reste toutefois ouverte.
Ce roman rend un hommage vibrant à la nature, interroge sur la part d'animalité que nous recélons en nous, il contient une critique de notre société consumériste, on se demande finalement si l'être humain n'est pas en train de devoir revenir à l'animalité originelle ou du moins s'il n'est pas urgent de changer la donne entre une nature au plus près de l'humain et dont il a besoin et une civilisation décadente qui le mènerait à sa perte.
Un beau récit qui interpelle, nous appelle, nous surprend, nous bouscule, pointe du doigt la décadence de nos sociétés, tout en nous permettant de rêver, roman qui ne tombe pas dans les écueils de la dystopie.



Commenter  J’apprécie          360
Elle a conquis son indépendance et s'est approchée de ses rêves de liberté avec l'acquisition de cette moto. Des petits boulots ingrats, des économies patientes et au bout du chemin, l'accident.
Jeanne et Stella seront à ses côtés , aux abords d'un forêt sauvage, veillée par l'éclat étrange de deux lunes jumelles. La nourriture frugale, la cueillette ou la chasse assurent leurs subsistance. Malgré les crises et les disparitions soudaines de ses deux anges gardiens, elle semble heureuse, en communion avec une nature retrouvée …

Fable onirique et voilée d'une aura de mystère, sublimant le rapport à la nature, dans une écriture empreinte de poésie, ce court roman n'est pas sans rappeler Dans la forêt de Jean Hegland, dans un contexte cependant fort différent et avec une ambition romanesque moindre.

La lecture est plaisante mais on devine rapidement ce qui se cache en coulisse de cet univers singulier.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          440
Qui n'a pas rêvé un jour de tout lâcher, de laisser enfin tomber ces contingences qui nous relient au monde, qui nous relient aux autres ? À l'image de ces « évaporés » du Japon, choisir en conscience de disparaître.

La narratrice l'a fait, se délestant de tout avant de partir à moto. « Je voulais me détacher, que personne ne dépende de moi et ne plus rendre de compte à qui que ce soit (…) C'en était fini pour moi de seconder le monde. »

Et puis survient le choc, l'accident, le noir et l'espace-temps qui se trouble. Avant le réveil en forêt, recueillie par Stella et Jeanne qui la soignent et la font revenir au monde. À l'autre monde. Un monde d'harmonie le temps d'un été ; d'inquiétudes durant l'automne ; puis de solitude et de découvertes quand vient l'hiver…

La Sauvagière de Corinne Morel Darleux est un conte, une fable, une fugue poétique, politique et divagatoire, dont la nature et la conscience qu'on en a, forment le personnage principal.

« du nature writing à la française » proclamait l'éditrice. Et elle ne mentait pas, ce qui m'a pleinement réjoui. Davantage que les fulgurances imaginaires et métaphoriques qui tout en apportant de jolies pages de styles, ont souvent été au-delà de mes limites en la matière. Mais quelle lecture apaisante…

« Dans un vertige, je me sens devenir magnétique. L'univers se masse atour de moi. Je tutoie les étoiles dans un déferlement de puissance. Je suis un être cosmique et il n'y a plus un golem sur Terre ou aux Enfers pour rire avec moi. »
Commenter  J’apprécie          320
Pour la première fois, la bibliothèque de ma petite ville organise un défi lecture adulte avec une sélection de cinq ouvrages autour de la nature. Ma lecture de la Sauvagière s'inscrit dans ce sympathique contexte. Je l'ai entreprise un après-midi où j'avais envie de douceur et j'ai beaucoup aimé me glisser au début dans l'intrigue. Après un accident de moto, la narratrice est transportée dans une maison en lisière de forêt. Aux côtés de deux mystérieuses compagnes, elle a passé l'été en convalescence à vivre au rythme d'une nature généreuse. Et moi aussi je me refaisais une santé dans la chaleur des rayons du soleil, la cueillette des petits fruits et des légumes que je mettrais en conserve ensuite. Moi aussi j'ai goûté le plaisir des flammes dont le poêle inondait la grande pièce, la douceur des plaids et le bonheur d'être pied nus sur le plancher.
Ensuite, ça s'est un peu gâté. Un peu de surnaturel. Un peu d'indécision et d'onirique. Quelque chose d'une transe ? Quoiqu'il en soit, le roman est parti dans une fantaisie hantée où aucun repère ne tiendrait plus. Ni le temps, ni les personnages, ni l'intrigue. Ca change la donne…
C'est peut-être une réflexion poétique sur notre rapport au monde. C'est peut-être une invite, comme le suggère l'exergue, à considérer notre rapport au réel différemment ? Disons que c'est assez dérangeant pour être saillant et que cette lecture n'aura pas eu le caractère gentillet et inodore que je lui prêtais initialement. Mais ça ne m'a pas emportée.
Commenter  J’apprécie          212

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Relancer le feu ; préparer trois tasses de chicorée. Celle de Jeanne, en porcelaine fine parsemée de hérons bleus, belle comme un vase. Celle de Stella, ébréchée et parcourue d'un fil de craquelure marron, maintes fois recollée. Enfin, ma tasse au bord doré; délicate et bourgeoise, décorée de fines roses en bouquets.
Commenter  J’apprécie          290
Alors que je m'extasiais un jour de grand vent des bourrasques qui manquaient m'envoyer à terre, me coupant le souffle et me gonflant d'allégresse, ces hôtes de passages m'avaient appris, amusés, qu'ils possédaient un terme pour ça : s'enventer, littéralement aller avec le vent. Je m'étais sentie vivifiée jusqu'aux poumons par l'idée qu'il existe un mot pour décrire ce sentiment qui vous fait courir en bord de mer ou en forêt, vous fondre dans le grand vent qui revigore et apporte la consolation.
Commenter  J’apprécie          30
La nuit dehors est bleu foncé. J'ai été réveillée par un léger craquement sur le plancher. À tâtons je tends le bras pour vérifier si le creux à côté de moi est là. Je sens sous ma main l’ovale imprimé de la couverture en laine, encore tiède. La petite animale a dormi près de moi, collée à ma hanche, pour la troisième fois.
Commenter  J’apprécie          40
Ma raison extravague et bondit en de folles poursuites. Prise d'étourdissements, je me suis allongée sur un tapis de brindilles. Je ferme les yeux ; j'ai toujours rêvé d'une ile ... Enfant, je m'imaginais déesse d'un royaume de nacre et de corail, peuplé d'animaux fantastiques et d'oiseaux m'adorant. Je me rêvais sirène entourée de chimères auxquelles les dragons prêtaient serment. Je tropicalisais la genèse et ses mythes, dans un foisonnement iconoclaste de plumes, d'anges et de pangolins. Mon Paradis à moi était romantique, païen et intranquille, un mont Olympe envahi du fourmillement palpitant du vivant, inscrit sous le signe d'un Pan revenu d'exil. Une île.
Commenter  J’apprécie          10
Un premier halo matinal indique qu'il [le soleil] se hisse laborieusement derrière les sommets, puis il fait une brève apparition au mitan, un soleil pâle qui ne rechauffe que le regard, avant de se remettre à décliner, de plus en plus atone, comme à bout de forces d'avoir survécu à une nouvelle journée.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Corinne Morel-Darleux (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Corinne Morel-Darleux
Deuxième épisode consacré à la rentrée littéraire 2022. Laure, Erika, Julien et Rozenn, libraires à Dialogues, vous aident à faire votre choix et vous présentent leurs derniers coups de coeur.
Bibliographie : - La sauvagière, de Corinne Morel Darleux (éd. Dalva) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20911182-la-sauvagiere-corinne-morel-darleux-dalva
- Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce, de Corinne Morel Darleux (éd. Libertalia) https://www.librairiedialogues.fr/livre/15457452-plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace--corinne-morel-darleux-libertalia
- Les orages, de Sylvain Prudhomme (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20897376-les-orages-sylvain-prudhomme-folio
- Sa préférée, de Sarah Jollien-Fardel (éd. Sabine Wespieser) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20894185-sa-preferee-sarah-jollien-fardel-sabine-wespieser-editeur
- le Lâche, de Jarred Mc Ginnis (éd. Métailié) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20910804-le-lache-jarred-mcginnis-anne-marie-metailie
- Les Enfants sont calmes, de Kevin Wilson (éd. Robert Laffont) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20925732-les-enfants-sont-calmes-kevin-wilson-robert-laffont
+ Lire la suite
autres livres classés : natureVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (200) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3744 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..