AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pierre-Marie Morel (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080712745
109 pages
Flammarion (30/11/-1)
3.95/5   52 notes
Résumé :
Le secret du bonheur ? C'est ce que promet Epicure dans la Lettre à Ménécée. N'ayons peur ni des dieux, ni de la mort, ni de la douleur ou de la mauvaise fortune. Recherchons le plaisir, parce qu'il est conforme à la nature. Mais pour ce faire, nous devons nous libérer des idées fausses que produisent en nous les préjugés, les opinions courantes ou les croyances superstitieuses. Il faut donc recourir à la raison et à l'exercice pour suivre la nature.
Telle es... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Nayac
  30 juin 2016
Peut être plus que le texte même, j'ai apprécié la longue introduction de JF Balaudé, qui permet de bien situer quelques un des points clefs de l'épicurisme, de le mettre en perspective, et de remplacer le sens communément donné à cette philosophie par une description précise.

Sans prétendre résumler en quelques lignes cette introduction, j'en ai sretiré quelques éléments:

- Vérité absolue des sensations... mais qui sont très vite bridées par le "calcul épicurien"...

- ...calcul qui consiste à comparer la valeur du plaisir pressenti avec les désagréments directement ou indirectement lié à ce plaisir (calcul que ne renieraient pas les économistes libéraux via leur "valeur d'utilité"!)


- Epicure distingue deux catégories de plaisirs. Une première , le plaisir de mouvement", qui n'est pas le bien suprême, mais qu'il n'est pas illégitime de poursuivre (certes pas d'interdit, mais pas de franche incitation!... surtout si l'on croise cela avec l'attitude du sage qui doit rejeter la profusion, tous les excés par rapport au minimum nécessaire: on est très loin de l'épicurisme de recherche continue des plaisirs et des sensations du sens commun!) .
En revanche, le plaisir "stable" , le plus grand, que l'on perçoit lorsque la douleur a disparu, est la catégorie à privilégier.

- Enfin face à la critique fondée sur l'existence réelle de la souffrance, même pour le sage (par exemple maladie), Epicure appelle à se remémorer les plaisirs éprouvés antérieurement (par exemple le plaisir des discussions avec ses amis).

Finalement, l'épicurisme serait il une philosopie du rêve et du souvenir?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rennnaud
  07 juillet 2020
C est le talent de GF avec dossier : arriver à rendre pénible quelque chose d agréable. Avec une introduction qu il vaut mieux lire après, des notes en bas de page et des notes en fin de livre qui mélangent tout..
Le texte d'Epicure est super, mais le format avec dossier et l intonation sans joie de l introduction donnent au tout un coté très "...ant". (et je ne parle pas du papier blafard et du choix de typographie..). Un peu d'émerveillement, de plaisir que diable: c est une philosophie du bonheur que nous avons là. Je recommande chaudement le développement sur l épicurisme de Jerphagnon dans "histoire de la pensée" qui redonne un peu de joie là où GF s évertue à l enlever.
Commenter  J’apprécie          10
paulbouqine
  16 mai 2021
Une des seules lettres qui nous restent du philosophe du Jardin. Loin de cette fausse image d'épicurien véhiculée par ses détracteurs d'autres écoles philosophiques et du catholicisme, Épicure en appelle à l'arithmétique des plaisirs. Un dossier GF tout aussi passionnant avec une ouverture sur le poème phare de l'épicurisme campanien.
Commenter  J’apprécie          10
TchiKarak6
  17 novembre 2021
Evidemment, c'est très court. A lire pour les débutants ou bien pour avoir une synthèse de la pensée épicurienne. Une synthèse efficace toutefois. L'édition GF présente un dossier ma foi plutôt intéressant quoique trop tourné vers Lucrèce. En tout cas ce livre ne devrait pas poser de difficultés.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   01 avril 2012
Par ailleurs, nous considérons l’autosuffisance elle aussi comme un grand bien, non pas dans l’idée du faire avec un peu en toutes circonstances, mais afin que, dans le cas où nous n’avons pas beaucoup, nous nous contentions de peu, parce que nous sommes légitimement convaincus que ceux qui ont le moins besoin de l’abondance sont ceux qui en tirent le plus de jouissance, et que tout ce qui est nature est facile à acquérir, alors qu’il est difficile d’acquérir ce qui est sans fondement. Car les saveurs simples apportent un plaisir égal à un régime d’abondance quand on a supprimé toute la souffrance qui résulte du manque, et du pain et de l’eau procurent le plaisir le plus élevé, lorsqu’on s’en procure alors qu’on en manque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Annette55Annette55   21 novembre 2020
«  Si tu entres en guerre contre toutes les sensations, tu ne sauras même plus sur quoi te fonder pour dire qu’elles sont trompeuses » ....
Commenter  J’apprécie          100
jeanparapluiejeanparapluie   26 février 2013
"Ce n'est pas le ventre qui est insatiable, comme le croit la multitude, mais la fausse opinion qu'on a de sa capacité indéfinie."
Commenter  J’apprécie          100
Annette55Annette55   20 novembre 2020
«  Dire qu’il est trop tôt ou trop tard pour faire de la philosophie , cela revient à dire que l’heure d’être heureux n’est pas encore venue ou qu’elle a déjà passé »...
Commenter  J’apprécie          70
berym_berym_   18 mai 2019
En effet, il n'y a rien de terrifiant dans le fait de vivre pour qui a réellement saisi qu'il n'y a rien de terrifiant dans le fait de ne pas vivre.
Commenter  J’apprécie          60

Video de Pierre-Marie Morel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre-Marie Morel
« Enlève tout ! » Plotin l?ordonne : l?âme humaine doit tout retrancher, supprimer tout ce qui l?encombre et l?alourdit. En répétant et en appliquant ce mot d?ordre, elle délaissera la séduction des apparences sensibles et des plaisirs immédiats. Elle accomplira son être véritable et pourra atteindre les principes supérieurs, à commencer par l?Intellect, dont elle provient et auquel elle aspire. Comme Ulysse, l?âme doit accomplir sa propre odyssée. On insiste souvent sur les ruptures qui semblent marquer le système plotinien, et sur le saut que représente l?expérience ultime et indicible de l?union avec le Bien. Ce livre, en procédant à une relecture d?ensemble des Ennéades, entend au contraire restituer l?unité du système et la continuité qui relie les niveaux qu?il distingue : l?Âme, l?Intellect et le Bien. Il montre qu?il s?agit fondamentalement d?une continuité de la raison, sous ses différentes formes, et que l?odyssée plotinienne, plutôt qu?une ascension mystique, est avant tout une démarche rationnelle. Cette lecture du projet plotinien comme entreprise réellement philosophique le replace dans le contexte d?exégèse ? celle, d?abord, des Dialogues de Platon ?, et de polémiques ? en particulier avec Aristote et les stoïciens ? qui caractérise le moment de son émergence, au IIIe siècle de notre ère. Pierre-Marie Morel, Professeur d?histoire de la philosophie ancienne à l?Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. http://www.armand-colin.com/plotin-lodyssee-de-lame-9782200291174
+ Lire la suite
autres livres classés : épicurismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre