AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266231669
Éditeur : Pocket (07/03/2013)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 27 notes)
Résumé :

"Pensez-vous qu'on peut rire de tout ? " Ah ! Très bonne question. Merci de me l'avoir posée. On est toujours surpris par l'originalité des interrogations de tous ceux qui inlassablement nous invitent à toujours plus de non-conformisme, de personnalité, d'indépendance d'esprit. Donc, on peut rire de tout mais on n'est pas obligé. L'idée d'être le premier à trouver le bon mot sur le dernier désastre &#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sallyrose
  08 mars 2017

Recueil des chroniques de François Morel sur France Inter pour les saisons 2009/2010 et 2010/2011
Parfois drôle (il m'est arrivé de rire aux larmes), souvent caustique, François Morel s'attaque en règle à nos politiques mais aussi à nous autres dans nos travers du quotidien. Sa fausse candeur ne doit pas faire oublier le trait souvent incisif même s'il est exprimé dans une belle langue.
C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai redécouvert certains détails de l'actualité de cette époque car François Morel sait également se montrer tendre et poète.
Je recommande une lecture par petites touches pour se garder de la lassitude.
Commenter  J’apprécie          110
valou076
  21 mars 2012
Homme de théâtre, de cinéma, chanteur et écrivain, François Morel signe ici un recueil de deux années de chroniques chez France Inter. Politique, société, coups de gueule... tout y passe, en trois minutes de lecture par chronique, nous retrouvons le ton bercé d'ironie d'un chroniqueur efficace...
Un livre qui se grignote entre deux rendez-vous, dans le train, avant de faire à manger...pour retrouver l'actu avec le sourire, ce qui est rare !
Commenter  J’apprécie          10
LionelB
  09 août 2012
J'ai ri tout seul en lisant ces chroniques, pourtant parfois déjà entendues sur France Inter. François MOREL développe un humour fin, intelligent, jamais méchant, parfois piquant. Il est frais par son décalage, sa fausse candeur.
Commenter  J’apprécie          20
Atoutlivres30
  11 avril 2012
Ces délicates chroniques, avec du pétillant, du grotesque, du très subtil et très percutant, amènent une fine analyse « sans avoir l'air d'y toucher ».
Cela fait réfléchir si bien qu'on y revient 5 minutes après… la classe, Francois !
Commenter  J’apprécie          10
myriampele
  29 septembre 2013
Autant François Morel sur scène ou entendu à la radio me fait pleurer de rire, autant je n'ai éprouvé que de l'ennui à lire ces chroniques...
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Bibliobs   23 novembre 2011
Il arrive même à ce saint-bernard de la culture d'employer des mots très rares, parfois en coma dépassé, à seule fin de les empêcher de mourir sur le trottoir. Voilà ce qui s'appelle avoir de l'entregent. C'est ainsi que, se penchant sur le cas du cénobiarque, il le ressuscita d'entre les oubliés cénobites. Aujourd'hui, le cénobiarque réveille son monastère endormi à la page 245 du catéchisme morelien alors qu'il a disparu des dictionnaires d'usage. Et c'est ainsi que Morel est grand.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   23 septembre 2014
Avant, quand j'étais jeune, que j'avais des cheveux jusque là, que je lisais des journaux de gauche, que j'écoutais Maxime Le Forestier, je n'étais pas tellement pour la vidéosurveillance. J'étais pour le fromage de chèvre et pour les deux-chevaux décapotables qui nous emmenaient dans le sud de la France dans un nuage de fumée de cigarettes qui faisaient rigoler.........J'étais jeune, j'étais fou, j'étais révolté, j'avais mes opinions....Je me souviens très bien de cette période de ma vie puisque, la semaine dernière encore, j'étais dans cet état d'esprit. Et puis j'ai réfléchi, je me suis coupé les cheveux et finalement la vidéosurveillance, je suis pour. A fond pour. Parce que, excusez-moi, on est quand même entouré de gens dangereux sur lesquels il est utile de garder un oeil...Et puis ça suffit d'être indulgent, laxiste avec les voyous. Souvenez- vous l'année dernière au Salon de l'Agriculture, les caméras avaient filmé un individu s'adressant à un citoyen honnête en des termes particulièrement agressifs : "casse toi, pauvre con..."Depuis, l'individu s'est un peu calmé. Au moins en public. Il tente de dominer sa violence en faisant du sport, peut être au risque de faire un malaise vagal mais au moins, quand il fait son jogging en plein cagnard, il n'embête personne. L'autre jour, une caméra a filmé un énergumène en train de tenir des propos racistes. Un beauf de Neuilly qui ne sait pas non plus se maitriser en public, ça fait peur...Imaginez qu'il soit ministre de l'Intérieur. Grâce aux caméras de surveillance, on sait à qui on a affaire...C'est pour ça, maintenant les caméras de surveillance, je suis pour qu'on en mette partout. A l'Assemblée Nationale, si on n'avait pas installé des caméras de surveillance le mercredi après-midi, il n'y aurait jamais personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilitcecilit   10 septembre 2013
Comme l'oryx de Lybie, l'ours blanc, l'hippopotame ou la gazelle du désert, les mots sont une espèce en voie d'extinction... Petit à petit, sans qu'on y prenne garde, des mots meurent dans l'indifférence générale. On devrait se recueillir sur la tombe du mot inconnu tombé au champ d'honneur de nos conversations frivoles. On devrait rendre hommage aux mots qui n'ont pas démérité mais qui disparaissent un jour, parce qu'ils ne servent plus à rien ni à personne.
Les mots sont une catégorie en voie d'exclusion. C'est la crise, on n'y peut rien. Les mots sont au chômage quand on ne les emploie plus et finissent pas mourir sur le trottoir de nos indifférences. Sur des cartons pathétiques, on peut lire des appels au secours ; "Cénobiarque oublié", "calomniographe inemployé", "grimauderie sans ressources"...
C'est triste, je sais bien, mais que voulez-vous on est tellement sollicité.. On ne les regarde même plus, ces mots à l'agonie. Le ciel plus jamais ne sera nubileux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
patatarte2001patatarte2001   23 septembre 2014
Vous ne voulez pas un café gourmand? et le piège se referma sur vous... Alors que vous aviez décidé de ne pas prendre de dessert, vous vous retrouvez avec quatre pâtisseries devant vous. un macaron, une mignardise, une boule de glace à la vanille et un vieux morceau de forêt noire à la framboise qui restait depuis avant-hier et dont on n'avait pas su se débarasser. Parce que, si le café gourmand est une malédiction moderne pour le client, c'est une véritable bénédiction pour le restaurateur qui a trouvé le moyen de refourguer des vieux rogatons qui seraient directement partis vers les poubelles sans cette invention miraculeuse...le café gourmand est une insulte à l'intelligence
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
patatarte2001patatarte2001   23 septembre 2014
Comment ? 51 ans? s'étonnait mon voisin équarisseur, mais ce n'est pas possible! Mais votre teint est frais comme la rosée du printemsp! Mais votre allure est celle d'un jeune homme! Mais vous ressemblez ni plus ni moins à un perdreau de l'année! En plus, ce n'est pas pour vous flatter mais qu'est ce que vous êtes bien gaulé, craquant comme un Petit Lu, le sourire enjoleur, le regard franc, la mèche rebelle couleur de jais, le menton victorieux, le nez aquilin, le visage et le corps parfait que l'on ne voit guère que dans les publicités sur papier glacé pour la mousse à raser ou les slips Sloggi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
patatarte2001patatarte2001   23 septembre 2014
Ce matin, au Père- Lachaise, on enterre Claude Chabrol. Le Père Lachaise est en ce moment l'un des endroits les plus fréquentés par le cinéma français. Plus que le Costes, plus que le Fouquet's. Si vous êtes jeune comédien, que vous avez besoin de vous faire remarquer, c'est là qu'il faut venir avec son press-book, ses fleurs et ses photos..
Commenter  J’apprécie          50
Videos de François Morel (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Morel
Pascal Rabaté adapte le livre drôle et tendre : "C?est aujourd?hui que je vous aime" de François Morel sur ses émois de jeunesse. Une bande dessinée lumineuse, émouvante, au propos universel : l?amour à 14 ans. Il explique ici à Anne Douhaire, comment il a dessiné François Morel, jeune. Plus d'informations sur la BD Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : france interVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14580 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre