AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Patry (Illustrateur)
ISBN : 2266097482
Éditeur : Pocket (16/03/2000)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Son grand-père prend la vie avec la philosophie d'un vieux sage, son père a placé la fabrication du camembert au rang de l'art, sa sœur grandit trop vite et il croit que sa mère a une aventure avec Tino Rossi. Le petit François Morel, célèbre "Deschien", grandit au sein de cette famille rêvée. Un quotidien jalonné d'événements cocasses, tendres et tragiques. Une vie de famille ordinaire et extraordinaire vue avec la naïveté de l'enfant, le désenchantement de l'adole... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Iboo
  23 octobre 2017
"Ça vous parle d'un temps que les moins d'cinquante ans ne peuvent pas connaître-eu... ♫"
C'est frais, léger et tendre, un brin nostalgique, d'une naïveté touchante, finement tourné, toujours drôle, parfois triste mais jamais pesant.
Instants de vie d'une famille ordinaire, narrés sans prétention avec cette touche d'humour propre à François Morel qui sait rendre pittoresques et charmantes les choses les plus banales.
Commenter  J’apprécie          636
torpedo
  24 décembre 2017
François Morel nous invite à passer une soirée tranquille et savoureuse avec ce petit livre de 160 pages. Nous suivons Adrien entouré de sa famille. Sa grande soeur ma Ryline. Son petit frère Sébastien. Son père contre-maître dans une fromagerie. Sa mère qui rêvait d'être chanteuse au détour du radio-crochet local. Le grand-père qui commence à perdre la carte. La visite annuelle fin janvier à Tante Madeleine et Tonton Maurice, occasion pour laquelle il faut revêtir les Habits du Dimanche. La vie ordinaire d'une famille ordinaire vue par les yeux d'un enfant. Le temps qui passe, la nostalgie de l'enfance perdue. François Morel nous croque des tranches de vie avec tendresse.
Commenter  J’apprécie          291
pgremaud
  07 août 2015
Chacun de nous peut se reconnaître dans cette chronique familiale fictive. Adrien a une soeur aînée, « sa Ryline » et un petit frère, Sébastien. Sa mère aurait voulu être chanteuse, son père travaille à la fromagerie Bonprince. Il y a aussi tata Madeleine et tonton Maurice et on met les « habits du dimanche » pour aller leur rendre visite. Il y a enfin le grand-père qui arrive à la fin de sa vie et qui perd peu à peu la tête.
Nous n'avons pas forcément vécu les mêmes péripéties, mais je me sens proche de ces épisodes simples d'une enfance que François Morel observe avec une tendresse mêlée parfois d'ironie. Il y a les rêves de l'enfance, la complicité entre frère et soeur, la difficulté de dire ses sentiments… Et puis un jour l'enfance est terminée, les petits sont devenus grands et on se demande si tout cela a bien existé !
Merci à François Morel de nous avoir offert ces tranches de vie : cela me donne envie d'être son frère ou son cousin !
Commenter  J’apprécie          110
charlottelit
  14 octobre 2014
après quelques pages, l'ennui m'a submergée j'ai dû quitter cette famille sans attrait.Je l'ai relu et j'ai passé un très bon moment !! c'est curieux ... beaucoup de poésie ! aussi je change radicalement ma précédente critique bien trop critique !
Commenter  J’apprécie          100
ValdeMontparnasse
  23 juin 2018
J'ai beaucoup aimé ce livre. On passe du rire à l'émotion, il y a par ailleurs beaucoup de poésie et de profondeur dans le récit. Les personnages sont attachants, authentiques, drôles ou consternants. Une jolie fresque familiale, une histoire fraîche et grave à la fois. Un très bon moment de lecture, simple, authentique et réjouissant,
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
IbooIboo   24 octobre 2017
Grand-père voudrait qu'on supprime la peine de mort. "On n'a pas le droit de tuer quelqu'un, qu'il dit. Assassiner un assassin, c'est toujours assassiner." [...]
Moi, je suis content d'avoir un grand-père humaniste. Humain, quoi ! Si on prend la peine cependant de l'écouter attentivement, on s'aperçoit que sa position est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.
Rien qu'aujourd'hui en moins de deux heures, il a réussi à se prononcer en faveur de la peine capitale une petite dizaine de fois. Ne méritent pas de vivre ceux qui laissent crever les chrysanthèmes sur les tombes de défunts amis (en l'occurrence Gustave Letourneur, ancien facteur), ceux qui ont des gazons ("on n'est pas chez les Angliches"). Devraient être envoyés au poteau d'exécution les intrus qui viennent vous rendre visite juste au moment où vous comptiez passer à table, les boulangers qui se croient malins en rajoutant de la cannelle dans les chaussons aux pommes, les indélicats dans les cabinets qui finissant le dernier feuillet du rouleau de papier ne songent pas à le remplacer.
Grand-père soutient que la subsistance de la guillotine est une honte absolue. Grand-père est contre la peine de mort. Sauf si on l'emmerde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
pgremaudpgremaud   02 août 2015
Encore aujourd’hui je repense à mon grand-père, à ses aphorismes définitifs (…). Parfois je me demande s’il a vraiment existé(…)
Encore aujourd’hui je me demande si j’ai été un enfant, si je ne le suis plus, si j’ai grandi, di j’ai grossi, si j’ai blanchi, si j’ai vieilli, si Tino chante encore aujourd’hui. Je regarde deux poissons rouges qui tournoient dans leur bocal. Je me demande si ce sont les mêmes que je regardais il y a longtemps, quand Paul et moi avions le même âge.
Encore aujourd’hui je ne suis sûr de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bill_VeuzayBill_Veuzay   15 octobre 2011
Quand même je me demande comment c'est là-haut. J'ai un peu peur que grand-père s'y ennuie. À quoi ça peut ressembler le paradis ? J'en sais rien. J'essaie d'imaginer. Je vois un sanatorium tout blanc avec des vieilles qui trottinent en souriant, des bienheureux un gobelet à la main qui se retrouvent près de la machine à eau, des anges méticuleux qui ont des ailes pour tous les jours et d'autres serties d'or pour les dimanches et les cérémonies. Est-ce que là-haut grand-père à le droit de péter ? En a-t-il seulement la possibilité ? Pourvu que oui. Pourvu que ce soit une infection certains jours de l'éternité céleste. Pourvu que saint Pierre se résolve parfois à entrouvrir un peu la porte du paradis pour créer un courant d'air et chasser les relents de l'activité humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pgremaudpgremaud   07 août 2015
Je regarde papa. J’aimerais bien trouver quelque chose à lui dire. Je mesure que depuis peu il est devenu orphelin. Vieil orphelin peut-être, orphelin quand même. Je cherche des mots qui, sans doute, ne le consoleront pas, mais au moins lui diront mon attachement pour lui, mon affection, l’indestructibilité des liens qui nous unissent. Au fond de ses yeux, s’ajouteront quelques larmes de bonheur, le bonheur de se sentir entouré de ceux que l’on aime, qui nous sont indispensables pour trouver la force de continuer à vivre(…) Je cherche les mots justes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bill_VeuzayBill_Veuzay   15 octobre 2011
En nage, haletants, on reprend nos esprits, assis sur le rebord du lit. Entre les doigts, je tiens une cigarette imaginaire, un crayon tout mâchonné que je repasse à Ryline. Puis, on ferme les yeux. On s'imagine dans un grand vaisseau intergalactique à la recherche d'un monde nouveau, une planète inconnue sans cimetières, sans camemberts, sans chansons tristes, sans catéchisme, sans matière grasse. Ryline me tend le crayon : "Une dernière tafe ?" Je décline : "J'ai la tête qui tourne."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de François Morel (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Morel
Pascal Rabaté adapte le livre drôle et tendre : "C?est aujourd?hui que je vous aime" de François Morel sur ses émois de jeunesse. Une bande dessinée lumineuse, émouvante, au propos universel : l?amour à 14 ans. Il explique ici à Anne Douhaire, comment il a dessiné François Morel, jeune. Plus d'informations sur la BD Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre