AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782280377522
342 pages
Harlequin (04/10/2017)
3.84/5   105 notes
Résumé :
À trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait savoir sur la vie a pris l’eau, elle multiplie les amants, mais ne tombe jamais amoureuse et, cerise sur le gâteau, voilà qu’elle n’arrive plus à écrire une ligne, alors que l’écriture est sa raison d’être. Heureusement, elle peut compter sur les trois femmes de sa vie  : sa mère et sa grand-mère, avec qui elle partage une jolie maison cachée au cœur de Paris, et Juliette, son amie d’en... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 105 notes
5
12 avis
4
19 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

iris29
  18 octobre 2018
En voilà une comédie romantique qui est bien ! Pourquoi ?
Parce qu'elle n'est pas lisse.
Les personnages principaux trainent tous des casseroles, ont des aspérités , et leurs vies partent en cacahuète pour des bonnes raisons. Des raisons réalistes et pas superficielles, (comme avoir le dernier sac Birkin ou autre ineptie…).
Bérénice ne connait pas son père. Elle a trente quatre ans, ingénieure, elle a tout plaqué pour faire ce qui lui plait, à savoir : écrire. Elle vit au fond d'une impasse parisienne, protégée des regards, au même endroit que sa mère, voyante, et sa grand-mère. Elle est en pleine crise , le syndrome de la page blanche depuis des mois…
Quand elle croise Aurélien pour la énième fois, sans qu'il la reconnaisse, elle décide d'influer le destin en lui rendant un service. Et le Aurélien qu'elle découvre , n'a rien à voir avec l'idée qu'elle s'en est fait depuis des années.
Il est un peu abimé par la vie, car "Le karma est une chienne ".
J'ai aimé Aurélien, empêtré dans ses problèmes , Juliette , la meilleure amie, qui est à bout car son bébé ne fait pas ses nuits. J'ai aimé Bérénice, qui est une jeune femme moderne , avec des problèmes de jeunes femmes modernes, et son perroquet aux réparties bien "frappées"!
Et puis j'ai aimé le Paris, dans lequel Angéla Morelli nous ballade…
Une comédie ultra contemporaine , très réaliste, originale et chaleureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
cicou45
  24 mars 2019
Ayant besoin de lectures sans prise de tête en ce moment et surtout m'étant promis de faire diminuer un peu ma PAL avant d'acheter de nouveaux ouvrages (même si j'avoue avoir craqué entre temps mais pas beaucoup), j'ai découvert ce livre presque par hasard dirais-je.
Bérénice est une jeune femme bine dans sa vie professionnelle (enfin) puisqu'elle a enfin décidé de quitter un boulot qu'elle n'aimait pas pour se consacrer à ce qu'elle faire, à savoir l'écriture de romans d'amour (gros paradoxe étant donné qu'elle même n'a jamais été réellement amoureuse), vit à deux étages des deux femmes de sa vie que son sa mère et sa grand-mère, s'entend toujours à merveille avec sa meilleure amie Juliette sur qui elle sait pouvoir toujours compter malgré la maternité toute fraîche. Bref, on pourrait dire que c'est une vie on ne peut plus réussie que mène notre héroïne sauf que vous ne trouvez pas que cela manque cruellement d'hommes dans sa vie. Non seulement, Bérénice n'a jamais connu son père et en trente-quatre ans, n'a même jamais chercher à savoir de qui il s'agissait mais en plus et comme je vous le disais, elle n'a jamais été réellement amoureuse. Ce ne sont pas les hommes qu'elle drague les samedis soirs dans des bars à Paris qui manquent mais ceux-ci ne lui laissent jamais un souvenir merveilleux. Je dirais même qu'aussitôt consumés, elle ne se rappelle même plus d'eux. Quel est leur défaut ? Celui de ne pas s'appeler Aurélien, un garçon qu'elle avait embrassé une fois à une fête de lycée lorsqu'elle avait 17 ans et qu'elle avait recroisé à quelques reprises par la suite. le hic, même si le courant avait l'air de bien passer entre eux puisqu'à ces rares occasions, le courant était on ne peut plus torride, contrairement à elle, lui ne n'est jamais rappelé ne serait-ce que son prénom. Homme à femmes il était, femme à hommes elle est devenue et lorsque leur chemin se croise à nouveau, elle se rend compte qu'il est marié et va être papa.
Histoire d'amour tragique ? Je ne dirais pas cela car ici, vous n'avez qu'un tout petit aperçu de ce que vous réserve la suite. Une écriture légère qui fait du bien mais qui ne me laissera cependant pas un souvenir ineffaçable ! Idéal pour passer un agréable moment de détente ou, pourquoi pas, emporter sur la plage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
MissCroqBook
  07 octobre 2017
En tant qu'addict de la plume d'Angela Morelli, j'attendais la sortie de ce nouveau roman avec impatience. Même si ce livre n'est pas un coup de coeur, il restera à coup sûr une lecture marquante de cette rentrée 2017.
A 34 ans, Bérénice est à un tournant de sa vie. Toujours célibataire, elle multiplie les amants sans jamais tomber amoureuse. Même côté professionnel, c'est le chaos. Ecrivain, elle est en panne d'inspiration depuis plusieurs mois. Elle n'arrive à rien. C'est alors que de nombreuses questions restées sans réponse vont resurgir. Elevée par sa mère, elle n'a jamais connu son père. Si jusque-là, cela ne l'avait jamais dérangée, aujourd'hui, elle a besoin de réponses. Sans compter, le retour dans sa vie d'un homme qui a compté pour elle sans qu'il le sache, Aurélien, un homme avec qui elle a eu une brève aventure et qui ne la reconnait pas.
Heureusement, Bérénice est bien entourée. Elle peut compter sur le soutien indéfectible des trois femmes de sa vie : Cassandre, sa mère, Moune, sa grand-mère et Juliette, son amie d'enfance.
Bérénice parviendra-t-elle à retrouver la sérénité qui semble lui faire défaut depuis quelque temps ?
Sous ses dehors de romance feel good, Juste quelqu'un de bien est un peu moins léger que les précédentes publications de l'auteure. Je ne veux pas dire par là qu'il est triste ou déprimant. Non il est simplement plus profond. Il se fonde sur la remise en question, les interrogations de toute une vie, le constat d'échec et d'impuissance face à la vie. Dans ce roman, le concept de romance pure est beaucoup moins présent. Bien sûr, la romance est là mais elle n'est que sous-jacente.
Bien que j'aie énormément apprécié cette lecture, je n'ai pas eu de coup de coeur. Il m'a manqué un petit quelque chose. Est-ce dû à la fin un peu trop rapide à mon goût, à certains passages qui ne m'ont pas paru suffisamment approfondis ou à la romance trop peu présente, je ne sais pas le définir avec exactitude. Je sais juste qu'il s'en faut de peu pour que ce roman rejoigne la liste de mes coups de coeurs incontestés. Toutefois, le plume d'Angela Morelli n'en reste pas moins fluide, addictive, captivante et pétillante. Elle a un petit grain de folie qui vous emporte dans un tumulte d'émotions, du gloussement au simple sourire en pensant par la colère ou la tristesse. Bref, elle sait distiller les émotions comme personne pour nous offrir une histoire douce, belle, drôle et attachante.
Chacun des personnages apporte son lot de tendresse, de bien-être, de pragmatisme ou tout simplement de folie à l'histoire. Outre le personnage principal de Bérénice, que j'ai trouvé criante de réalisme et attendrissante, j'ai beaucoup apprécié ceux d'Arthur, le fils d'Aurélien, un petit garçon renfermé et très touchant. Moune, la grand-mère ultra moderne qui vit avec son temps mais conserve un petit côté traditionnaliste. Cassandre, la mère de Bérénice, un peu farfelue mais aussi étrangement très terre à terre. Aurélien, un homme fragile et désemparé, même si par moments je l'ai aussi détesté. Juliette, qui n'incarne pas la maman idéale, mais la jeune maman débordée, épuisée et impuissante face à son nouveau statut de maman. Et bien sûr, Capitaine Haddock, le perroquet de Bérénice, bavard mais toujours à juste propos. Tous nous emporte page après page dans cette histoire somme toute banale mais aussi rafraichissante.
Juste quelqu'un de bien est un roman que je vous conseille sans hésiter. Il m'a transporté dans les rues de Paris, m'a fait relativiser et m'a donné le sourire.
Le plus gros bémol maintenant, va être de devoir attendre l'an prochain avant de pouvoir se replonger dans l'univers d'Angela Morelli. Mais, croyez-moi, ça en vaut la peine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesFacesLitteraires
  12 mars 2021
Il m'est difficile de parler de cette lecture, je ne sais comment la décrire. Autant, je l'ai beaucoup aimée et, autant, je l'ai trouvée parfois trop légère. En effet, l'humour se présente souvent dans cette histoire, principalement dans les passages entre l'héroïne et sa meilleure amie. Dans cette oeuvre, l'étincelle des émotions manque cruellement ; j'ai senti des sentiments, sauf qu'ils sont éphémères et passagers. Ils ne restent pas réellement à l'esprit ou dans le coeur, en cause, les traits d'esprit les coupant abruptement. J'ai passé un très bon moment dans l'ensemble, avec des pages rapides et faciles à lire, sur des actions et des pensées florissantes. La vie d'une femme d'une trentaine d'années est à l'honneur, avec ses questionnements sur son père et des doutes envers l'amour. C'est un contemporain, ouvert sur une note de romance et une quête initiatique ; à la fois passionnant et simpliste sur le ton. Cependant, le récit n'est clairement pas superficiel, beaucoup de sincérité et d'éléments fidèles à l'existence.
À trente-quatre ans Bérénice ne sait plus ce qu'elle veut et surtout comment évoluer dans sa vie. Son travail d'écriture est au point mort, rédiger des histoires d'amour se transforme en questionnement sur elle-même. Cette femme n'est jamais tombée amoureuse, et je suis persuadée que cela est possible ; de ne pas avoir rencontré la personne qui nous fait battre le coeur. Cependant, soyons honnêtes, depuis la fin de son adolescence, elle s'est amourachée d'un jeune homme et depuis elle est dans l'impossibilité de l'oublier réellement. L'héroïne stagne dans sa vie, elle ne souhaite plus de cette existence sans amour, de ses soirées où elle drague pour finir dans le lit d'un inconnu. Et, enfin, après des années et des années, elle s'interroge sur son géniteur. Plusieurs fois, j'ai souhaité lui crier de se réveiller pour chercher les réponses, pourtant, Bérénice ne manque pas de dynamisme. Je ne me suis pas forcément attachée à elle, mais je l'ai bien aimé ; dans ses plaisanteries avec Juliette, sa meilleure amie, dans sa complicité avec sa mère et sa grand-mère et dans son esprit plein d'imagination.
Dans cette histoire, les autres protagonistes sont plutôt secondaires ; mais essentiels pour l'intrigue et les valeurs du roman. Déjà, Juliette, elle est très présente et raconte les épreuves d'une mère d'un nouveau-né ; les nuits blanches, les pleurs constants où la fatigue et les doutes ne font qu'un. En différence de Bérénice, je me suis prise d'affection pour elle. L'homme du livre, Aurélien, est père d'un petit garçon ; ce dernier a cessé de parler après le départ de sa mère. Ce personnage doit gérer son travail de journaliste, qui ne lui convient plus, son enfant seul et les problèmes financiers. Je l'ai bien aimé à l'âge de trente-cinq ans, beaucoup moins durant sa jeunesse et ses pertes de mémoire. Ensuite, la maman et la grand-mère de l'héroïne donnent plusieurs particularités au récit, de la croyance et une sagesse incroyable. Ces deux femmes m'ont fait sourire, et j'ai admiré leur force durant toute ma lecture.
Une histoire plutôt surprenante pour ma part, je n'ai pas perçu chaque émotion ; néanmoins, les cheminements ont du sens et peuvent retentir en chacun de nous. le sujet n'est pas commun, le fait de n'être jamais tombée amoureuse est très peu abordé dans les romans ; c'est intéressant et d'actualité. Les sentiments sont à la volée, difficilement saisissables sur le long terme de l'oeuvre ; quelques censures à ce propos, opprimés par l'humour familier et naturel. le mystère est de mise dès les premières pages et se conserve sur une bonne partie du livre ; cela laisse toujours des incertitudes et offre un souffle inédit au genre romance-contemporain ; couramment prévisible sur la teneur de l'histoire. Là, cette fois, les scènes concèdent des effets de surprise et prodiguent un état addictif. de la plus douce des façons, le thème livre des pensées sur l'amour, la vie d'un écrivain et les situations parentales. En suivant plusieurs individus différents, leurs existences de chaque jour et leurs évolutions.
Une écriture très enrichissante, bercée sans cesse par des traits d'esprit ; plutôt agréable et pointant clairement le style de l'auteure. La plume de Angéla Morelli est rythmée, aucun répit entre les chapitres ; sauf sur la transmission des émotions. de l'authenticité et des phrases pleinement ouvertes, les mots coulent d'eux-mêmes. Je suis seulement désappointée par la forme de la troisième personne au singulier utilisé, encore et toujours, cela ne s'imbrique pas vraiment avec les sentiments. Mais, je retiens d'elle, des dialogues bien construits et une narration légère et recherchée.
« Juste quelqu'un de bien » porte la joie, sans pour autant être un roman exceptionnel, on passe un moment plaisant au côté des personnages. Ces derniers ont une personnalité singulière des uns et des autres. Je ne vais pas garder un souvenir impérissable de Bérénice, sa façon d'être n'est pas continuellement engageante, néanmoins elle est bonne vivante et change au fil des pages. le récit est entraînant, principalement grâce au suspense ; et l'ensemble des sujets sort des contextes habituels ; l'auteure détient des touches personnelles en plus d'une imagination authentique. Une lecture contemporaine, avec un brin de romance et une belle dose de folie, l'amour n'est pas toujours au coin de notre porte et Angéla Morelli raconte des faits, interrogations et réponses sur ce thème. Ce livre est une goutte d'inspiration pour les femmes modernes, en recherche de l'amour à la fois parfait et imparfait, en réflexion sur ses capacités et ses envies futures. L'humour apporte un éclairement sur la vie, tout en effaçant les belles émotions. Au sein de ce feel-good, on se plonge dans une multitude de destinées.
Lien : https://lesfaceslitteraires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sld09
  05 juin 2018
J'ai passé un très bon moment avec Juste quelqu'un de bien, un roman qui verse un peu moins dans la comédie que les précédents livres de l'auteur que j'ai pu lire. le ton est en effet peut-être un peu moins léger, avec une héroïne, Bénédicte, qui se remet totalement en question tant dans sa vie professionnelle que personnelle et qui, à travers ses fragilités, se révèle finalement très attachante.

De même le "héros", Aurélien, d'abord présenté comme l'homme idéal objet de tous les fantasmes de Bénédicte, est rapidement descendu de son piédestal pour en faire quelqu'un de plus humain et de ce fait de plus intéressant.

Si Juste quelqu'un de bien est avant tout une jolie histoire d'amour, une grande place est également laissée à d'autres aspects de la vie de l'héroïne (famille de femmes hautes en couleurs, quête du père, amitié avec une jeune maman surmenée, syndrome de la page blanche, etc) ce qui permet à l'intrigue de se démarquer des schémas habituels de la romance.
J'ai donc beaucoup aimé ce roman même s'il m'a semblé trop court : j'aurais bien passé un peu plus de temps avec Bénédicte et Aurélien...
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
LeGuideDuLivreLeGuideDuLivre   20 juin 2020
Je rajoute un passage du livre pour vous tous les auteurs :

Page 162 : "Tous les auteurs sont différents. À tous point de vue. Vous avez chacun votre méthode, vos tics et vos manies, et vous avez aussi un longévité différente. Il y a les auteurs qui sont ceux d'un seul livre. En général je les repère tout de suite. Ils donnent tout dans leur premier bouquin et on sait déjà qu'ils n'ont pas d'univers. Ils sont plus nombreux que ce qu'on croit. Il y a ensuite les auteurs capables d'écrire plusieurs bouquins mais sans se renouveler. Ceux-là finissent par arrêter d'écrire, ou si ça marche, restent enfermés à vie dans le même genre et se répètent d'un roman à l'autre : mêmes thèmes, personnages qui se ressemblent, style qui stagne. Et puis il y a ceux qui écrivent toute leur vie avec une vraie capacité de renouvellement et une marge de progression importante." »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cicou45cicou45   23 mars 2019
"_[...] Je trouve que la vie est injuste.
_Elle l'est. Injuste. Terrible. Mais aussi excitante et magnifique. Et courte, ma chérie, terriblement courte. Nous n'avons pas de temps à perdre avec les regrets et les remords. La vie est ce qu'elle est. Et nous sommes ce que nous sommes."
Commenter  J’apprécie          153
cicou45cicou45   22 mars 2019
"Comment un simple prénom pouvait-il la mettre dans un tel état ? Ce n'était rien, un prénom, juste un assemblage de lettres. Mais non, elle se leurrait et elle le savait bien. Un prénom c'était bien plus que ça, c'était une personne qui prenait vie avant de prendre corps."
Commenter  J’apprécie          120
Meli2Meli2   06 juin 2019
Je suis persuadée qu'il y a autant de formes d'amour qu'il y a de personnes. A mon âge avancé, j'ai vu, lu et entendu tellement d'histoires que je peux affirmer deux choses: un, l'amour peut prendre de multiples formes et de multiples visages. Deux, il se construit jour après jour. Et c'est une chose que notre société de consommation, qui fait des êtres humains des produits à jeter après utilisation, a oubliée. On veut du vite prêt, du vite chaud. Mais les gens ne sont pas des menus McDo. On ne peut pas espérer tomber amoureux du premier venu en dix secondes et que ça dure toute la vie. C'est la pire idiotie que les sites et les applis de rencontres essaient de faire gober. Le problème c'est que les gens y croient. Et c'est bien dommage. Parce qu'à mon humble avis, en dehors de l'art et de l'amour, rien ne vaut qu'on s'y attarde ni qu'on s'y attache. Nous sommes des comètes vouées à un passage éphémère. Seuls la création et l'amour donnent du sens à nos existences. J'entends amour au sens large, d'ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
iris29iris29   18 octobre 2018
- Qu'est ce que je vais faire, Juliette ? (…)
- Tu vas faire comme tout le monde, répondit Juliette en haussant les épaules. Tu vas improviser. Te planter. Tomber. Te relever. Et recommencer.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Angéla Morelli (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angéla Morelli
Le 6 août, à partir de 18h, nos e-libraires Caroline et Anne-Laure t'invitent à venir échanger avec elles autour de la lecture commune de juillet du Bookclub Bookeen, le couple idéal (enfin) ! Et parce qu'une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Angéla Morelli sera présente avec nous !! Vous pourrez lui poser vos questions en direct ici ou sur notre compte instagram @bookeen_cafe :)
-------------------------------------------------- Pour rejoindre le Bookclub Bookeen : https://www.facebook.com/groups/bookclubbookeen/ Toutes les infos sur le Bookclub Bookeen : http://bit.ly/2n5tmzo Le livre sur Bookeenstore : http://bit.ly/2v1HrSn
+ Lire la suite
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4774 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre