AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709665514
Éditeur : J.-C. Lattès (21/08/2019)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Katia est la fille d’émigrés espagnols ayant fui à Berlin le régime franquiste . Avec sa sœur Martina , elle partage les élans d’une famille aimante , mais où le silence sur le passé est d’or . En grandissant , Katia voit s’ériger le Mur .
Dans une librairie , son regard croise un jour celui de Johannes , jeune homme venu de l’ouest ...Avec sa complicité , à l’insu de tous , munie de faux papiers , Katia passe de l’autre côté .
Avec un exceptionnel so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  24 août 2019
On suit la destinée d'exilés espagnols victime du franquisme qui vont s'installer à Berlin EST, pratiquement au moment où le mur commence à s'ériger
Cette division de la ville en deux aura des incidences sur une ds filles de la famille, qui va tomber amoureux d'un allemand de l'ouest..
On aime l'idée d'une saga romanesque qui mélange petite et grande histoire mais l'ensemble ne convainc pas vraiment : les situations sont trop vite expédiées, les éllipses trop nombreuses, les personnages mal esquissés.. on reste hélas à l'extérieur de cette fresque qui aurait pu être flamboyante...
Commenter  J’apprécie          330
mariech
  19 juillet 2019
Katia et Martina sont les deux filles d'un couple d'exilés espagnols arrivés à Berlin suite à la guerre civile , en Espagne ils étaient les vaincus , ceux du mauvais camp
Jamais les parents n'évoquent le passé
, leur guerre à eux , avant la seconde guerre mondiale , il y a une chape de plomb sur ces années qui ont été terribles pour eux .
La vie recommence en Allemagne , la vie qui doit suivre une ligne droite , digne , et le destin s'en mêle de nouveau .
En 1962 , on érige le mur , malgré tout la vie continue , les filles font la fierté de leur père , elles représentent la jeunesse communiste , les pionnières.
Et puis un jour , Katia l'aînée va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie à jamais , elle rencontre Johannes qui lui est de l'autre côté .
Katia va sortir du bloc communiste mais dans la précipitation, sans réfléchir aux conséquences que ça peut avoir sur sa vie et celles de ses parents .
Katia elle même va avoir deux filles , nées à l'Est .
Un jour , Johannes va leur faire une surprise , il va amener sa famille en Espagne , dans le village d'où viennent les parents de Katia .
Roman d'un double déracinement, le premier des parents espagnols puis celui de Katia qui en passant la frontière ...de l'autre côté ne se sentira jamais à sa place .
Roman pour ne pas oublier que le mur de Berlin n'est tombé qu'en 1989 , le mur qui sera rebaptisé de la honte , qui a engendré de nombreuses souffrances de part et d'autre .
Livre à lire pour ne pas oublier , je vous le recommande chaleureusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Valmyvoyou_lit
  21 août 2019
Katia, fille d'émigrés espagnols, grandit en Allemagne de l'Est. Elle sait que ses parents ont fui l'Espagne, mais ne connaît ni les circonstances ni les conditions de leur exil. le sujet est tu.

En 1961, le mur de Berlin est bâti. Peu de temps auparavant, Katia a rencontré Johannes, un jeune homme qui vit dans l'Ouest de la ville. Avec son aide, elle passe de l'autre côté du mur. Elle part sans prévenir ses proches et démarre une nouvelle vie.

Pendant une grande partie du livre, tout est dans la suggestion. Alors que Katia semble agir avec insouciance, sans penser aux conséquences, en tant que lectrice, je pensais à sa famille restée en RDA. le contexte historique est en filigrane, il est évoqué, vu par les yeux de Katia. Or, à cette époque, il n'y avait pas de transmission d'un côté à l'autre du mur.

Il ne suffit pas de fuir pour se trouver. Fille de déracinés, Katia l'est à son tour. Cependant, elle n'a pas conscience qu'elle est dans une quête d'identité, ni que le passé ne s'oublie pas, il nous rattrape. La jeune fille est partie sans réfléchir à ce que son absence allait déclencher. Elle n'a pas pensé à l'inquiétude de ses parents. Elle n'a pas envisagé les éventuelles répercussions qu'ils pourraient subir.

Le récit est intérieur, il est dans l'émotion. Malgré le contexte, il n'est pas dans l'action même si on la devine. On ressent aussi tout ce qui n'est pas dit. Je devinais des pensées de Katia qui n'étaient pas écrites. L'auteure me les soufflait, de manière laconique, avec délicatesse. […]

La suite sur mon blog

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
ZeroJanvier79
  23 août 2019
De l'autre côté, la vie volée est le premier roman de l'auteur espagnol Aroa Moreno Durán. Dans sa langue d'origine, le roman s'intitule La hija del comunista et sa traduction française vient tout juste de paraître cette semaine chez JC Lattès. J'ai eu l'occasion de le découvrir en service de presse par l'intermédiaire de NetGalley.fr
" Katia est la fille d'émigrés espagnols ayant fui à Berlin le régime franquiste. Avec sa soeur Martina, elle partage les élans d'une famille aimante, mais où le silence sur le passé est d'or. En grandissant, Katia voit s'ériger le Mur. Dans une librairie, son regard croise un jour celui de Johannes, jeune homme venu de l'Ouest… Avec sa complicité, à l'insu de tous, munie de faux papiers, Katia passe de l'autre côté.
Avec un exceptionnel souffle romanesque, Aroa Moreno Durán déroule une histoire intime, étroitement liée à l'Histoire européenne. Une fresque magistrale qui rappelle l'atmosphère des films La Vie des autres et Cold War. le portrait saisissant d'une vie déracinée, d'une vie volée. "
Le roman est assez court (145 pages en version papier) et composé de chapitres eux-mêmes relativement courts. le récit se décompose en quatre grandes parties :
- d'abord l'enfance et l'adolescence à Berlin-Est dans les années 1950 jusqu'au début des années 1970 de Katia, fille de deux espagnols ayant fui l'Espagne franquiste après la guerre civile
- le passage clandestin à l'Ouest de Katia, à travers la Tchécoslovaquie et l'Autriche
- la nouvelle vie de Katia dans le Sud de la RFA, auprès de son amoureux puis mari Johannes et de sa belle-famille des années 1970 jusqu'à la fin chute du mur de Berlin en 1989
- enfin, les retrouvailles de Katia avec Berlin et sa famille restée à l'Est, au début des années 1990, après la réunification allemande
L'auteur nous propose donc un récit à la fois personnel, le destin particulier de Katia, et historique, avec cette Allemagne coupée en deux pendant cinquante ans puis réunifiée, sans oublier le sort des républicains espagnols exilés après la victoire de Franco.
Si l'aspect historique m'a bien plu, en particulier la description de la vie quotidienne et des mentalités en RDA, la vie de Katia ne m'a pas forcément passionné. Heureusement, la construction du roman, par courts chapitres qui racontent chaque fois un épisode de la vie de la narratrice, permet de suivre tout cela sans ennui excessif.
Je ne suis pas certain de conserver un souvenir impérissable de ce roman, mais à travers la destinée de cette fille d'immigrés espagnols, qui se considère elle-même comme allemande, avant de réaliser qu'elle restera une étrangère toute sa vie – espagnole à Berlin-Est, est-allemande en RFA, et traître ouest-allemande quand elle revient enfin à Berlin – il aborde tout de même avec justesse la question de l'identité et de la patrie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Root
  28 septembre 2019
Berlin, 1961. Katia n'est encore qu'une toute petite fille lorsqu'un mur surmonté de barbelés se dresse au milieu de sa ville. Fille d'un jeune couple communiste qui a fui l'Espagne de Franco, elle ne comprend pas tout, bien sûr, mais sait qu'il y a des interdits, des dangers à les braver, et des sujets qu'on n'aborde pas sous son toit. Jamais. Intelligente et espiègle, Katia grandit sans encombre. Rêveuse, elle se laisse aller à imaginer ce que serait la vie, de l'autre côté.
Elle est presque une femme lorsqu'elle rencontre Johannes. Une rencontre romanesque, aux allures d'amour maudit – Johannes vit en Allemagne de l'Ouest. Il est entreprenant et semble savoir ce qu'il veut : libérer Katia du joug de la RDA, et lui offrir une existence meilleure. Il ne lui faudra pas longtemps pour céder et s'enfuir avec lui sans prévenir qui que ce soit. Mais l'herbe est-elle toujours plus verte ailleurs ? Est-il possible de laisser famille et amis sans se retourner, sans remords ? Effervescente et insouciante, Katia n'a pas réfléchi aux conséquences…
Peut-on ajouter des histoires à l'Histoire ? Oui, on peut tout faire. Mais il n'est pas évident de bien le faire, d'utiliser des faits immuables à des fins fictionnelles en restant crédible. Aroa Moreno Durán, avec ce premier roman, relève le défi haut la main. Je l'ai lu d'une traite.
En s'affranchissant du manichéisme et du jugement, l'auteur propose des personnages ambivalents et intéressants. On s'imagine aisément à la place de l'héroïne, sans savoir quel aurait été notre choix : espérer, se résigner ? Je n'ai pas toujours su dans quelle voie l'encourager mais j'ai été bien incapable de la blâmer, un trouble qui m'a vraiment fait apprécier ce livre. Nulle part, elle ne semble trouver sa place : « fille de », « femme de » ? le contexte historique et politique, vécu à travers les yeux de Katia, jette une chape de plomb sur le récit. À tout instant, on perçoit la restriction, l'interdit, la peur, on « ressent » Berlin, dans des descriptions percutantes. L'exil, à différents niveaux, est abordé avec beaucoup de tact. La fuite, le déracinement, la famille, la construction de soi, les sujets ont déjà été très exploités, mais ont ici une consistance certaine, portés par une écriture qui se joue des codes – quel plaisir !
De l'autre côté, la vie volée est une bonne surprise de cette rentrée littéraire : court (220 pages) et intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
mariechmariech   18 juillet 2019
A combien de reprises deux trains peuvent- ils entrer en collision ? A compter de quel moment une des locomotives dira - t - elle qu’elle n’en peut plus , que si ça recommence , il n’y aura plus de prochaine fois , plus rien à frapper ? Car il restait toujours quelque chose à l’intérieur , dans mes entrailles et dans mon cœur , qui me disaient que j’avais déjà fait mon choix en pariant sur ce qui allait déséquilibrer toute ma vie et celle de ceux qui m’aimaient. Telle serait ma punition .Vivre sans terre comme avait vécu ma mère .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BazartBazart   22 août 2019
En regagnant la voiture, je me suis aperçue que je sentais battre mon cœur sous de nombreuses couches de vêtements. Markus a démarré et très lentement nous avons laissé la frontière derrière nous. "Adieu l'Allemagne" a t-il dit en regardant dans le rétroviseur. Çà y est, je ne m'y attendais pas, mais ça a été on ne peut plus facile.
Commenter  J’apprécie          50
PepparshoesPepparshoes   18 août 2019
La rivière Morava a divisé ma vie en deux. Je n'ai même pas eu besoin de toucher le sol de cette Allemagne pour m'en rendre compte. Ses eaux noires où resterait à jamais engloutie la toque de ma mère, couverte de mousse et de boue, ont laissé derrière moi tout ce que je connaissais. Le reste était mouillé.
Commenter  J’apprécie          20
mariechmariech   18 juillet 2019
Les jours se succédaient sans soubresauts . La vie était un rouleau qui tournait et écrasait les semaines qu’il transformait en succession de matinées indifférenciées .
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : allemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Autres livres de Aroa Moreno Durán (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Mot mystère (animal)

Complétez le titre suivant : Les yeux jaunes des .............. ( Katherine Pancol)

roitelets
vers de terre
crocodiles
lynx

9 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : lettre , Mot , mystère , littérature , animauxCréer un quiz sur ce livre