AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732430161
Éditeur : Editions de la Martinière (13/09/2003)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 85 notes)
Résumé :
Un livre sur les rapports complexes avec la nourriture et les problèmes de poids engendrés, destinés non seulement aux personnes grosses, mais aussi à celles qui se sentent concernées par leur poids, c’est-à-dire, toutes les jeunes filles ou presque, à l’adolescence.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  06 janvier 2014
L'auteur raconte dans ces "confessions d'une grosse patate" sa souffrance, celle d'être obèse, d'être différente, d'être obsédée par la nourriture. C'est avec beaucoup de courage que cette femme nous dévoile des morceaux de son enfance, qu'elle nous révèle ses troubles alimentaires, et nous confesse à quel point cela la rend malheureuse.
Elle nous parle de son corps, de tout ce qu'elle ne peut pas faire, de tout ce dont elle se prive, des joies qu'elle n'a pas eu à cause d'une situation dont elle pense être responsable, puisque c'est elle qui, chaque jour se remplit jusqu'à plus faim.
Je ne suis pas certaine que les adolescents percevront toute la profondeur de son mal-être car elle nous parle aussi de son statut de femme et de mère et des implications que son obsession a sur son quotidien avec ses proches.
J'ai trouvé ce témoignage bouleversant, simple, honnête et très juste.
Commenter  J’apprécie          420
cdinevers
  12 février 2014
C'est l'histoire de Susie, une jeune adolescente qui dévoile ses confessions sur sa "maladie", la maladie de l'obésité. Dans son oeuvre "Confession d'une grosse patate" elle raconte son histoire qui est à la fois une confession et une délivrance pour elle. Elle est obsédée par la nourriture qu'elle qualifie de drogue car elle se dit "junkie" à la nourriture, mais cela a causé des conséquences physiques et morales pour cette femme car elle nous parle de son physique et de tout ce dont elle se prive et qu'elle ne peut pas faire, des expériences difficiles qu'elle a vécues lors de son adolescence. Puis elle nous parlera aussi de son statut de femme et aussi de mère ainsi que sa "lutte" contre son obsession qui est présente au quotidien.
Pour ma part j'ai trouvé son témoignage honnête et très touchant. Ses confessions son juste et respectable car ce n'est jamais facile de témoigner de ses expériences douloureuses et personnelles de son "mal être" c'est tout à fait admirable. Ce livre est rempli d'émotions fortes et franches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable
  07 octobre 2014
Le titre est vraiment accrocheur et beaucoup d'adolescentes de ma classe ont lu le récit avec beaucoup d'intérêt. Je crois que le fait de se sentir moche et grosse à l'adolescence a des répercussions importantes sur le quotidien d'une adolescente. le roman est touchant et fait réfléchir.
Commenter  J’apprécie          130
Virgule-Magazine
  21 février 2018
Susie Morgenstern (Confession d’une grosse patate) a un (énorme) problème : elle est obèse. Lorsqu’elle regarde en arrière, vers son adolescence passée dans le New Jersey, Susie pèse ses mots : ils sont sucrés, salés ou amers, comme ses regrets (d’avoir avalé des kilos de gâteaux, de sucreries, de frites, d’avoir bu des litres de Coca). Dans la balance, Susie met aussi son cœur gros (de culpabilité), sa mère (est-elle responsable ?), les régimes (et les désillusions qui les accompagnent), un cornet de glace (et l’humiliation de ne pas lui résister), les amis (gastronomes), et, pour finir, sa vie (qui rime avec un immense appétit).
L'éditeur a créé un site internet ouvert aux ados qui veulent eux aussi se confesser : confessions@lamartiniere.fr
L'avis de Marianne, 14 ans : J'ai lu Confession d'une grosse patate. C'est vraiment super. Il y a beaucoup d'humour, on ne s'ennuie pas en lisant ce livre.
L'avis de la rédaction: Moi, j'ai dévoré le livre de Susie Morgenstern ! Délicieux, et très digeste, avec ça !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Querpon
  21 avril 2016
C'est l'histoire de Susie qui aime manger elle adore cela, le seul problème dans notre société qu'être rond est mauvais. Elle nous parle de ses difficultés à être ronde dans un monde de mince, de sa permanente envie de manger, ses regrets d'aimer manger, des relations qu'elle entretient avec sa mère, ses soeurs et ses amis par rapport à cette constante envie de manger et ses perpétuelles tentatives de faire des régimes.
La question est : peut-on être heureux en étant rond ?
Ce livre m'a déplu et plu en même temps. le début du livre m'a déplu, j'ai eu du mal à accrocher car les deux premiers chapitres parlent uniquement de manger, des saveurs et des sentiments qu'elle ressent quand elle mange, avoir environ quarante pages sur le thème « manger » m'a ennuyé. Mais après cela devenait plus intéressant car elle parlait des relations avec sa mère et de ses difficultés à être ronde dans ce monde. le dernier chapitre est celui que j'ai le plus apprécié dans ce livre par rapport au thème qu'il aborde. Donc si vous chercher un livre qui parle d'être ronde dans le monde d'aujourd'hui et comment réussir à s'accepter, ce livre l'évoque parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   25 mars 2018
Je regrette d'avoir vécu chaque minute, chaque heure, chaque journée de ma vie avec tout ce poids. C'est comme si je portais une valise de quarante kilos de beurre de cacahuètes à perpétuité. Je regrette chaque bourrelet et chaque gramme de trop. Je regrette mon image sur chaque photo jamais prise de moi et ce grand sourire qui me sert de masque. Je regrette que chaque personne qui me décrive soit obligée de commencer par cette phrase tonitruante : "Elle est grosse". Je regrette mon impuissance fac aux pâtes, aux frites, à la glace, au chocolat, aux tartines et tout ce que mes yeux voient de mangeable. Je regrette que mes rêves aient tous la forme de repas, festins et banquets. Je regrette les sacs-linceuls que je porte en guise de vêtements. Je regrette le regard de ma mère, de mes filles, de mes gendres, de mes petits-enfants, de mes amis, des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KawaneKawane   24 avril 2015
Je ne sais pas si je regrette le chocolat. Je sais que je suis capable de tuer pour du chocolat :
Le chocolat était derrière la vitrine
Le chocolat avec si bonne mine
Le chocolat m'a dit "coucou"
Et moi ça me rend fou
Le chocolat se reposait en paix
Le chocolat, le chocolat, oui mais...
Le chocolat était tellement mimi
J'ai cassé la vitre et je l'ai englouti.
Commenter  J’apprécie          50
KawaneKawane   24 avril 2015
Je pensais que j'étais l'unique spécimen à avoir des complexes. Je ne sais pas si cela aurait changé quelque chose de rencontrer dans un livre mon âme sœur, mais peut être. Mes grandes rencontres à moi étaient Holden Caulfield dans "l'attrape-coeur" de J. D Salinger, un des premiers livres chocs de ma vie dans lequel le héros c'était moi, étonnement moi, et Adrien Mole dans "le journal d'Adrien Mole, 13 ans 3/4" de Sue Townsend, que j'ai lu adulte et qui m'a projetée dans les complexes de mes 13 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
flore974flore974   17 décembre 2014
Je ne monte pas tout de suite sur la balance. Il faut un stratagème, une tactique, un subterfuge. Je tourne autour comme dans une danse africaine de la mort pour essayer de me donner la force et le courage nécessaires. Je me déshabille pour être toute nue et peser moins et je m'approche enfin de mon sort. J'ai peur. (p.9)
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   25 mars 2018
Je ne monte pas tout de suite sur la balance. Il faut un stratagème, une tactique, un subterfuge. Je tourne autour comme dans une danse africaine de la mort pour essayer de me donner la force et le courage nécessaires. Je me déshabille pour être toute nue et peser moins et je m’approche enfin de mon sort. J’ai peur. Cet appareil avec son plateau et son aiguille qui indique le poids sur un cadran est omniprésent. Et ça me pèse. C’est l’autel de mes prières. C’est un petit dieu qui juge si je vois ou si je meurs. C’est la balance de la justice, de l’équilibre entre le débit et le crédit de bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Susie Morgenstern (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susie Morgenstern
Figure légendaire de la littérature jeunesse, Susie Morgenstern nous parle de sa relation au livre de poche. Retrouver l'article https://www.actualitte.com/t/fYnxtKNQ
Retrouver le dossier : Lire en poche 2019 : à Gradignan, ?Cultiver la liberté? https://www.actualitte.com/t/hCJeLdON
autres livres classés : obésitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Confession d’une grosse patate, de Susie Morgenstern

Comment la narratrice est-elle physiquement ?

grosse
obèse
maigre

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Confession d'une grosse patate de Susie MorgensternCréer un quiz sur ce livre
.. ..