AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226442963
512 pages
Éditeur : Albin Michel (29/01/2020)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 232 notes)
Résumé :
Neuf citadins stressés, prêts pour un break dans une sublime station thermale. Le Tranquillum House leur propose, grâce à une approche révolutionnaire, de renouer avec l’énergie positive pour prendre un nouveau départ. Coupés du monde extérieur, délestés de leurs portables, tous s’attendent avec impatience à une transformation totale.
Au fur et à mesure de la cure, entre méditation, tai-chi et techniques de bien-être, les langues se délient, les secrets enfou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  22 février 2020
Les quatre romans de Liane Moriarty traduits en français m'ont tous totalement séduite. Alors bien sûr, j'ai abordé celui-ci avec confiance et conviction de ne pas déroger à la règle. Bingo, carton plein encore une fois!
Le premier chapitre met en scène une executive woman, une cheffe dans l'âme, qui n'a sans doute pas su interpréter les alarmes que son corps en surpoids a dû lui adresser… En pleine activité, une crise cardiaque la terrasse.
Puis ce sont les autres personnages, les neuf annoncés dans le titre. D'horizons divers, mais cependant appartenant à une catégorie sociale plutôt favorisée (il le faut pour se permettre de s'offrir un séjour de remise en forme tel que celui où ils feront connaissance), ils arrivent au Tranquillum House avec des problèmes existentiels plus ou moins occultés.
Le centre se propose de transformer leur vie, de régler tous leurs problèmes, de faire d'eux des êtres différents. Et la femme à l'origine de ce concept semble avoir les épaules pour mener à bien ce défi.
Pas besoin d'en dire plus, la suite des événements ne va pas bousculer que les pensionnaires en mal de bien-être.
C'est encore une fois remarquable. C'est comme un paquet de Bretzels : on en mange un, on vide le paquet. L'auteure a le don de brosser des portraits de personnages à partir de détails triviaux qui font tout leur charme. On marche dans la combine et on se laisse balader au gré des rebondissements et des surprises qui animent le récit. D'autant que la situation de huis-clos induite par le programme, en révèle long sur la fragilité de la solidarité quand la survie est en question.

Partagée entre le désir de connaître la suite et le souhait de rester dans ces pages, je n'attends qu'une chose, que l'un des deux autres romans restant ne soit rapidement traduit.
Challenge pavés Babelio 2020

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          804
iris29
  01 septembre 2020
J'attends toujours les romans de Liane Moriarty avec impatience, mais ce petit dernier m' a déçu ( Déçu par rapport au coup de coeur qu'avait été Big little lies et le secret du mari. )
Il y a tout d'abord ce titre intrigant parce qu'il fait penser aux Dix Petits Négres d'Agatha Christie ( qui ne s'appelle plus comme cela , désormais...). Alors effectivement, il ne seront pas dix, mais neuf personnes , clients d'une station thermale perdue en plein bush australien, un peu isolés volontairement, pour des motifs divers qui vont de l'envie de maigrir, à la volonté de se sentir mieux (après un deuil ou un divorce). Neuf personnes un peu perdues, qui veulent à défaut de retrouver le bonheur , juste se sentir un peu mieux après les dix jours de cure.
Par "étrangers" , comprenez : "personnes qui ne se connaissent pas" , car ce sont tous de bons australiens ! Et dans le lot , il y a une famille (père, mère, fille , donc pas vraiment tous des étrangers ...).
Et donc, ils vont commencer par laisser leurs portables à l'accueil, sans internet, ni télévision, ou radio, ils vont pouvoir lâcher prise, à moins que ce soit la direction de l'hôtel qui lâche prise...
A force d' être seuls avec eux- mêmes, ou grâce aux "activités" proposées, tous ressortiront transformés par ce séjour : deuil, divorce, argent, paternité, arnaque, dépression : y' a du boulot !
C'est un roman agréable à lire, mais Madame Moriarty nous a habitués à mieux... Personnages un chouia stéréotypés, situation qui s'envenime et à laquelle je n'ai pas trop cru. L'histoire prend un virage "suspens" qui aurait pu être traité autrement. Les personnages sont tellement nombreux qu'ils sont un peu survolés. je n'ai pas aimé le personnage de Masha, un brin outrancier.
Bien-sûr, il y a la plume ironique et détachée de l'auteur que j'ai retrouvée à la fin dans les chapitres consacrés à ce que deviennent les personnages. J'ai aimé l'allusion au petit garçon qui assiste à un mariage , deux mini voitures dans les mains : tout est dit, on sait qui sont les parents...
Pas le meilleur roman de l'auteur, donc, mais même un "moins bon" reste un roman agréable à lire, avec elle...
Alors prêt(e)s à boucler vos valises pour le Tranquillum House ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
La_Bibliotheque_de_Juju
  13 février 2020
J'aime beaucoup Liane Moriarty.
Enfin, d'habitude, j'aime beaucoup Liane Moriarty…
Je lis ces romans comme on regarde une bonne série. LE SECRET DU MARI et PETITS SECRETS, GRANDS MENSONGES me laissent le souvenir de lectures prenantes et piquantes…
Ici, mon séjour à Tranquillum House fut loin d'être une partie de plaisir.
J'etais pourtant plutôt bien disposé envers ces neufs étrangers qui se retrouvent, chacun avec leurs petits secrets, pour une cure de santé, dans un endroit perdu dans le bush australien.
Je ne peux en dire trop pour ceux qui oseront enfiler un peignoir et se lanceront dans cette cure thermale d'un drôle de genre.
Je dirai juste que je n'ai pas réussi à vraiment m'attacher à ces personnages, un peu stéréotypés… Et lorsque tout bascule, j'ai eu le sentiment de lire une Agatha Christie sous amphetamines… C'est un peu gros et même pas drôle…
Je ne sais pas où se situe ce roman dans la bibliographie de Liane Moriarty, mais j'ose espérer qu'elle n'était pas très inspirée, sous la pression d'un éditeur dans l'attente du prochain manuscrit.
Je n'ai pas retrouvé le sel de sa plume, je me suis même vu boire la tasse, tant ce fut laborieux d'arriver au bout de ma lecture…
Je suis pourtant plutôt bon public et je n'attendais pas grand-chose de cette lecture.
Pourtant, je reste persuadé que ce roman ressemble à une vaste fumisterie aux situations improbables… Peut-etre se lit-il au 18 même degré?
J'ai lu, ici ou là, que certains avaient passé un bon moment alors faites-vous votre propre avis… Je dois être passé à côté du truc …
Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5213
pyrouette
  07 juin 2020
Des personnes très différentes se retrouvent dans un centre de remise en forme tenu par une femme originaire de Russie. Il y a quelques années elle a eu un accident cardiaque. Femme d'affaires, elle a tout laissé tomber et monter ce projet de redonner confiance aux gens à la dérive. Elle a embauché son sauveteur de l'époque, un jeune chinois et une autre jeune femme au caractère bien trempé. Si vous pensez à aux massages, spa, art culinaire et bien être traditionnel, le tout à la recherche de la sérénité, passez votre chemin, on en est loin et les neufs personnages vont vite s'en rendre compte. Il y a les parents avec leur fille adulte, une jeune mère de quatre filles, divorcée, qui se trouve grosse, une auteure de romans à l'eau de rose, le très jeune couple qui est allé un peu loin dans la modernité, un homme d'affaire et un ancien sportif.
Ils n'ont rien en commun mais ils vont devoir faire preuve de solidarité pour le final de cette cure.
Les bagages seront fouillés et vidés des gourmandises et boissons cachées, des portables et autres objets connectés.
La directrice du centre innove avec un nouveau concept : se servir des failles et secrets des curistes pour les pousser à bout et les faire lâcher-prise pour un nouveau départ.
Après une étude détaillée des différents personnages, la cure commence et ce n'est pas triste. Masha, la directrice s'apercevra que l'on ne peut anticiper les réactions des gens en les mettant en difficulté.
J'ai beaucoup ricané. La plume de Liane moriarty grince, décape et fait déraper l'histoire.
Se servir un petit apéritif (même sans alcool) et de quoi grignoter avant de dévorer ce pavé sans modération.


Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Sylviegeo
  16 mai 2020
Lire "Neuf parfaits étrangers" c'est comme regarder une série télé du genre comédie de moeurs. C'est bien divertissant, c'est gentil, et donc, en ces temps troubles, ça change les idées.
Commenter  J’apprécie          440


critiques presse (1)
LaPresse   17 février 2020
On ne vendra aucun punch, mais disons que la méditation pleine conscience et le taï-chi, ce n’est pas pour tout le monde. Ce roman est souvent drôle et divertissant.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   02 octobre 2018
As she dreamed of hot springs and gentle yoga, a message flashed urgently on her screen: Only one place remaining for the exclusive Ten-Day Mind and Body Total Transformation Retreat! It had made her feel stupidly competitive and she clicked Book now, even though she didn’t really believe there was only one place remaining. Still, she keyed in her credit card details pretty damned fast, just in case.
It seemed that in a mere ten days she would be ‘transformed’ in ways she ‘never thought possible’. There would be fasting, meditation, yoga, creative ‘emotional release exercises’. There would be no alcohol, sugar, caffeine, gluten or dairy – but as she’d just had the degustation menu at the Four Seasons, she was stuffed full of alcohol, sugar, caffeine, gluten and dairy, and the thought of giving them up didn’t seem that big a deal. Meals would be ‘personalised’ to her ‘unique needs’.
Before her booking was ‘accepted’, she had to answer a very long, rather invasive online questionnaire about her relationship status, diet, medical history, alcohol consumption in the previous week and so on. She cheerfully lied her way through it. It was really none of their business. She even had to upload a photo taken in the last two weeks. She sent one of herself from her lunch with Ellen at the Four Seasons, holding up a Bellini. There were boxes to tick for what she hoped to achieve during her ten days: everything from ‘intensive couples counselling’ to ‘significant weight loss’. Frances ticked only the nice sounding boxes, like ‘spiritual nourishment’. Like so many things in life, it had seemed like an excellent idea at the time. The TripAdvisor reviews for Tranquillum House, which she’d looked at after she’d paid her non-refundable fee, had been noticeably mixed. It was either the best, most incredible experience people had ever had, they wished they could give it more than five stars, they were evangelical about the food, the hot springs, the staff, or it was the worst experience of their entire lives, there was talk of legal action, post-traumatic stress and dire warnings of ‘enter at your own peril’.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko1   23 octobre 2018
‘This one is my wife’s favourite.’ The vineyard manager, a chunky, cheery guy in his sixties with a retro moustache, held up a bottle of white wine. ‘She says it makes her think of silk sheets. It has a creamy, velvety finish I think you’ll enjoy.’
Lars swirled the tasting glass and breathed in the scent: apples and sunshine and wood smoke. An instant memory of an autumnal day. The comfort of a large, warm hand holding his. It felt like a childhood memory but probably wasn’t; more likely a memory he’d borrowed from a book or a movie. He sipped the wine, let it roll around his mouth, and was transported to a bar on the Amalfi Coast. Vine leaves over the light fitting and the smell of garlic and the sea. That was a bona fide happy memory from real life with photos to prove it. He remembered the spaghetti. Just parsley, olive oil and almonds. There might even be a photo of the spaghetti somewhere.
‘What do you think?’ The vineyard manager grinned. It was like his moustache had been perfectly preserved from 1975.
‘It’s excellent.’ Lars took another sip, trying to get the full picture. Wine could fool you; all sunshine and apples and spaghetti and then nothing but sour disappointment and empty promises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko1   25 octobre 2018
Jessica beckoned him over. She was all social and smiley, like they hadn’t just been yelling at each other. She was so good at that. They could drive to a party and fight all the way, not say a word to each other as they walked up someone’s stairs, and then the door of the apartment opens and – bang – different person. Laughing, joking, teasing him, touching him, taking selfies, like they were so having sex tonight, when they were so not having sex tonight.
Then, back in the car on the way home, she’d restart the fight. It was like flicking a switch on and off. It freaked him out. ‘It’s just good manners.’ She told him. ‘You don’t take your fight to a party. It’s no-one else’s business.’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   02 septembre 2020
Si elle avait eu un téléphone, elle aurait photographié ses pieds et ceux de Ben, et aurait légendé la photo #meditationauclairdelune #retraitebienetre #koansmodedemploi #etoilefilante #quelestlesonduneseulemainquiapplaudit.
Ce dernier hashtag lui aurait donné l'air spirituel et intelligent. Un bon point pour elle car il fallait faire attention à ne pas paraître superficiel sur les réseaux sociaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
missmolko1missmolko1   10 février 2019
‘I love the money,’ said Jessica. ‘I love being rich. But I wish we could just be rich and still be us.’
‘The money,’ said Ben slowly, ‘is like a dog.’
‘Mmm,’ said Jessica.
‘A great big out-of-control pet dog.’
‘Yeah,’ said Jessica. ‘Yeah. That’s right.’ She paused. ‘Why is like a dog?’
‘So, it’s like we got a dog, and it’s the dog we always wanted, we dreamed of this dog, this dog is our dream dog, but it’s changed everything about our lives. It’s, like, really distracting, it barks all through the night wanting our attention, it won’t let us sleep, we can’t do anything without taking the dog into account. We have to walk it, and feed it, and worry about it, and…’ He scrunched up his face, working it out. ‘See, the problem with the dog is that it bites. It bites us, and it bites our friends and family; it’s got a really vicious streak, this dog.’
‘But we still love it,’ said Jessica. ‘We love the dog.’
‘We do, but I think we should give the dog away,’ said Ben. ‘I think it’s not the right dog for us.’
‘We could get a labradoodle,’ said Jessica. ‘Labradoodles are so cute.’
Masha reminded herself that Jessica was very young.
‘I think Ben is using the dog as a… story to explain how the lottery win has impacted your lives,’ she said. ‘A metaphor, that is.’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Liane Moriarty (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liane Moriarty
« Grinçant », « drôle et subtil »... La presse est unanime quant au nouveau roman de Liane Moriarty! Ses "Neuf parfaits étrangers" ne vous laisseront absolument pas indifférents! Prêts pour une cure de frissons?
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/neuf-parfaits-etrangers-9782226442963
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

À la recherche d'Alice Love de Liane Moriarty

Qui est le "Haricot" ?

Tom LOVE
Olivia LOVE
Madison LOVE
Nick LOVE

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : À la recherche d'Alice Love de Liane MoriartyCréer un quiz sur ce livre

.. ..