AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225805690X
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/04/2001)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 55 notes)
Résumé :
En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule. Enlevée par des soldats japonais, elle est emmenée avec des dizaines d'autres Coréennes. Destination : la Mandchourie. Contrainte d'intégrer pendant presque dix ans l'unité des "femmes de réconfort" créée pour "soutenir" les soldats japonais, elle connaîtra l'enfer des maisons closes que l'armée nippone a installées dans une Asie embrasée par la soif de conquête de Hirohito. Une force de caractère hors du co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
book-en-stock
  07 janvier 2018
Un destin de fille-femme sous fond de guerre sino-japonaise et de folie meurtrière.
Sangmi est une jeune fille de 14 ans qui aime étudier quand elle est enlevée par des soldats japonais à la sortie de l'école et enrôlée de force en tant que « femme de réconfort » pour l'armée japonaise. Elle connaîtra les pires cruautés, quittant la Corée pour la Mandchourie, puis la Chine, Singapour, Java, la Malaisie, pour finir à Hiroshima. Qu'adviendra-t-il d'elle lors de la reddition japonaise ?
Ce roman est éprouvant tellement il recèle d'horreurs inimaginables, de barbaries indicibles et de sauvageries sans nom ! L'auteur nous les expose sans préavis, nous les décrit sans pudeur afin de témoigner de cette page d'Histoire si souvent tue, méconnue.
Elle nous dépeint un portrait de fille-femme hors du commun que sauvent plus d'une fois ses études en langues étrangères et sa force de caractère. Chez Sangmi vibre une puissante envie de vivre, de s'en sortir, de résister, alimentée par une haine tenace contre l'ennemi qui lui a tout pris, à commencer par son enfance.
Ce personnage me semble tout de même bien robuste et endurant face à tout ce à quoi elle doit faire face :
les viols innombrables et répétés des années durant, les conditions d'hygiène, les maladies (peste, radiations médicales, bombe atomique, paludisme), un avortement, les traversées à marche forcée de la jungle malaise, le froid insoutenable dans la neige, la famine, les blessures de torture…
Il est difficile de croire qu'une seule et même personne ait pu revenir de tout cela.
La plume de Juliette Morillot nous plonge pourtant pleinement dans ce monde asiatique aux heures les plus sombres, et sait en dégager aussi les beautés. Elle nous dévoile avec précision les parfums et saveurs, les bruits, les couleurs, les atmosphères. Les paysages en deviendraient presque enchanteurs. Certaines pages sont une ode à l'amour de la Corée. Sa connaissance de l'Asie nous apprend à discerner les menues différences, à peine perceptibles à un oeil occidental, entre les Coréens, les Chinois, les Japonais.
Un roman violent au coeur d'une page d'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
ladesiderienne
  20 juin 2016
CHALLENGE PAVES 2015/2016 (15/15)
Cette lecture a été une véritable découverte (en même temps qu'une claque terrible) d'un pan de l'Histoire que je ne connaissais pas. L'auteure, Juliette Morillot, journaliste, connait bien la Corée. Elle s'est inspirée ici d'un témoignage réel. C'est à travers le personnage de Sangmi, qu'elle va retranscrire, en les romançant, les confidences qu'elle a recueillies.
Sangmi est coréenne et vit dans une famille d'intellectuels plutôt aisés. Elle fuit la froideur de son père, professeur de médecine, dont les idées politiques se rapprochent du pouvoir en place (la Corée a été annexée par le Japon en 1910). Elle oublie aussi l'indifférence de sa mère, dont elle ignore la raison, dans l'affection de ses grands-parents maternels, qui eux haïssent la domination étrangère. Après un incident où elle a tenté de noyer la maitresse de son père, elle est placée comme aide dans une famille de pêcheurs. Une visite de son grand-père lui révèle qu'en fait elle est le fruit d'un amour de jeunesse de sa mère avec un diplomate français, à l'époque en poste à Séoul, dont il a refusé le mariage. Toute sa vie, cet aveu justifiant le manque d'amour de ses parents comme son physique atypique de métis, va la poursuivre. Mais le destin n'a pas fini d'être cruel. Alors qu'elle a 14 ans, en 1937, elle est enlevée à la sortie de l'école, pour être enrôlée sous le matricule 2444 dans l'armée japonaise, en tant que "femme de réconfort". Comme des milliers de consoeurs, elle va être utilisée comme esclave sexuelle auprès des soldats japonais en pleine conquête de l'Asie et c'est son périple à travers la Mandchourie, la Chine, la Malaisie que le lecteur va suivre, périple qui va se finir sous les décombres d'Hiroshima, anéanti par les bombes américaines.
J'ai découvert à travers ce récit les atrocités commises par les Japonais pendant la première partie du XXième siècle, notamment le fait, qu'à l'image des nazis, eux aussi avaient leurs camps d'expérimentations humaines. Je suis restée ébahie par la force de caractère de cette jeune adolescente, qui avec le désir de retrouver son père, lui a permis de faire face à l'horreur. Des bordels à soldats de Mukden à la prostitution de luxe à Shangaï, ses pas la conduiront malgré tout à de belles amitiés, des amours éphémères, des protections inattendues mais aussi à la haine d'un officier humilié. Ce récit d'un réalisme sordide, et c'est le tour de force de l'auteure, ne se départit pas de poésie à travers des descriptions d'odeurs, de couleurs, de saveurs foisonnantes. J'ai en mémoire notamment les images de la cueillette du thé dans les jardins de Boh où les parfums sont aussi enivrants pour l'odorat que la vision des saris colorés pour les yeux.
Ce roman-témoignage absolument bouleversant est un hommage à toutes ces femmes totalement oubliées par L Histoire que le gouvernement japonais a refusé de reconnaitre. 18/20 pour ce devoir de mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Woland
  20 décembre 2007
Après avoir acheté ce livre, j'ai cru que je m'étais fait avoir, qu'il ne s'agissait que d'une banale histoire romancée, une de plus, sur l'Asie. Et puis, dans un période de "vaches maigres" livresques, je me suis vraiment penchée sur lui, j'ai commencé à le lire ... et je n'ai plus lâché.
Le style en est simple, sans apprêts. On ne peut dire de lui qu'il soit exclusivement littéraire ou journalistique. Il ressemble à un mélange réussi des deux.
L'intrigue se base sur le destin de Mun halmoni, une vieille Coréenne que Juliette Morillot rencontra à Séoul en 1995 et qui lui raconta sa triste histoire de "femme de réconfort" pour les troupes japonaises pendant la Seconde guerre mondiale. Bien entendu, pour les besoins de la cause, Morillot a un peu arrangé les rebondissements, par-ci, par-là mais le fond demeure authentique et l'on ne peut qu'être épouvanté par ce qu'on découvre là.
En 1937, la jeune Sangmi (nom japonais : Kawamoto Naomi), quatorze ans, est sujette d'Hiro-Hito puisque son pays, la Corée, a été conquis il y a déjà quelque temps par l'Empire du Soleil Levant. C'est une brillante élève dont l'intelligence comble de joie et de fierté son instituteur japonais, l'honorable M. Nagata. Et quand l'administration militaire japonaise commence ses opérations de recrutement pour l'effort de guerre, elle a beaucoup de peine à décliner une invitation à rejoindre le service du Japon.
Mais alors qu'elle revient chez elle après sa journée de classe, elle est enlevée par les militaires, dirigée par un homme qui, tout au long du roman, sera son mauvais génie, à la fois éperdument amoureux d'elle et la haïssant en même temps pour la puissance du sentiment qu'elle lui inspire et la fierté qu'elle refuse d'abandonner : Fujiwara.
Après une soirée donnée en l'honneur d'officiers japonais et pendant lesquelles les jeunes filles enlevées en même temps que Sangmi servent à l'"amusement" de leurs hôtes, après avoir été elle-même violée par un Fujiwara qui ne veut plus la lâcher, Sangmi commence sa triste vie de chosen pi (traduction littérale : "vagin coréen"), nom donné à toutes les femmes coréennes qui furent contraintes de se prostituer pour "détendre" les troupes d'occupation japonaise pendant la Seconde guerre mondiale.
Mais le pire n'est peut-être pas là - aussi brutales, aussi horribles que puissent être ces "passes" qui tiennent de l'abattage. Poursuivie par la haine de Fujiwara, Sangmi sera même déportée dans un camp de concentration japonais et soumise à des expériences médicales qui auraient réjoui le sinistre Dr Mangele.
Et pourtant, Sangmi survivra. Elle parviendra même, après la fin du conflit, à recouvrer un semblant de vie "normale" même si, vous vous en doutez, il lui sera désormais impossible de faire l'amour avec un homme, celui-ci fût-il - comme son mari, juif allemand - le plus tendre possible.
Sous ses dehors romancés, "Les Orchidées rouges de Shanghaï" soulève deux grands débats :
1) la tolérance inouïe, le "pardon" accordé par les vainqueurs aux autorités japonaises alors que celles-ci avaient agi envers leurs prisonniers de guerre avec autant de cruauté que les Nazis l'avaient fait envers les leurs. Ce qui explique en partie pourquoi, aujourd'hui, au Japon, le silence est toujours maintenu sur cette page atroce de l'Histoire du pays. de vagues excuses, c'est ce qui a été accordé aux survivantes - et encore, prononcées du bout des lèvres.
La chose est d'autant plus révoltante que ces femmes, désormais "souillées", ont été rejetées, dans la majeure partie des cas, par leurs propres familles.
2) et bien entendu le statut de la Femme lorsque la Guerre survient.
Ce livre a en outre le mérite d'inciter à en savoir un peu plus sur l'occupation japonaise dans les pays asiatiques. Car je ne sais si vous l'avez remarqué, , si les librairies regorgent d'ouvrages sur les exactions des Nazis en Europe, les livres traitant des méfaits des militaires nippons sont beaucoup, beaucoup plus rares.
Une lacune à combler d'urgence. J'espère que "Les Orchidées rouges de Shanghaï" pourra commencer à vous y aider. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kuroineko
  10 décembre 2012
Âmes sensibles, s'abstenir!
Les orchidées rouges de Shanghai cache sous son titre digne de la série Harlequin un puissant témoignage de la Corée sous la domination des Japonais, plus particulièrement l'enfer des "femmes de réconfort" coréennes, enlevées pour travailler dans des bordels réservés aux soldats japonais durant la seconde guerre mondiale.
La narratrice nous entraîne de sa Corée natale, aux centres d'expérimentation de Mandchourie (unités de sinistre mémoire qui n'avaient absolument rien à envier aux tortionnaires d'Auschwitz) et à Hiroshima.
L'auteur, spécialiste de la Corée, met en scène des moments très durs, révélant une facette très noire du Japon impérialiste de la première moitié du XXème siècle.
Commenter  J’apprécie          144
mamzelleoups
  27 janvier 2019
Shangmi a 14 ans quand elle se fait enlever par les Japonais. Elle devient une "femme de réconfort", prostituée pour les soldats japonais. Dans ce roman à la première personne, elle nous raconte la violence, la guerre, la folie cruelle des hommes, mais aussi la passion, l'amour et l'espoir. Tout à tour prostituée, amante d'un chef japonais, métisse à a recherche de son père français prisonnière d'un hôpital qui mène des expériences, traductrice ou encore ouvrière au Japon, l'héroïne est poignante dans cette traversée de l'Asie des années 30 et 40. le récit, à la fois cruel et sensuel, met en lumière la vie des 200 000 "femmes de réconfort" mises au service du Japon, dont la plupart, comme Shangmi, sont coréennes.
Une lecture pas toujours facile mais qui happe le lecteur, et résonne longtemps après la dernière page.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   17 juin 2016
Je reconnus que Madame Kim n'était en fait ni méchante ni bonne. Simplement humaine, et donc faible. Une femme ordinaire, qui faisait son travail sans se poser de questions. Son rôle consistait à tenir un bordel pour soldats, elle s'y employait à merveille, avec fermeté et entrain, nullement apitoyée par le sort tragique des filles qui y travaillaient, mais sans hypocrisie ou bassesse pour autant. Il lui suffisait de savoir qu'une fois entre les murs de son établissement, ses pensionnaires ne manquaient de rien, et sa conscience restait en paix. Madame Kim faisait partie de ces gens dont l'horizon se cantonne au pas de leur porte. On eût pu mourir sous ses yeux qu'elle n'eût pas bronché, ne se sentant pas directement responsable. Madame Kim n'entendait rien, ne voyait rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   20 juin 2016
J'ignore le pardon. La religion enseigne le pardon. Mais je ne peux pas pardonner. La colère m'étouffe encore, vive, tapie au fond de mon ventre comme un insecte géant qui décorerait mes entrailles. Je hais les Japonais. Je les hais avec violence qui puise ses racines dans mon corps blessé, humilié, dans mes rêves piétinés. Aujourd'hui encore, plus de cinquante ans après la fin de la guerre, je ne peux croiser un Japonais dans la rue sans que le sang ne bourdonne aux tempes et que mes pieds ne se dérobent sous moi. Le temps n'efface rien, ni la douleur ni la rancœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   20 juin 2016
Il avait le regard grave et, après avoir hésité à me parler anglais, notre langue de complicité, avait opté pour le japonais. Funeste présage pour qui connait la complexité des langues d'Asie. Le japonais comme le coréen sont des langues cruelles pour les femmes et les faibles, car inséparables d'une image figée du monde et de la société, hiérarchisée selon deux axes confondus : position sociale et personnelle, âge et sexe. A ces critères s'ajoute une nuance qu'apporte le choix des particules de politesse qui varient en fonction de l'atmosphère de la discussion, officielle ou décontractée. En quelques instants, par la magie noire des langues, je chutai au plus bas des relations stylistiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   19 juin 2016
Nous avions créé notre univers, un univers à l'écart du monde, de ses vicissitudes, obéissant à des lois connues de nous seuls et que chaque jour nous réécrivions avec le corps et l'esprit. Un univers où la guerre n'existait pas. Mais un univers où l'amour non plus n'avait pas sa place. Car le sentiment qui nous liait était de la même nature que le mot "silence". Le prononcer suffisait à le détruire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   19 juin 2016
La misère ne se partage pas. Et dans le désespoir et la fatigue, l'injustice et l'impatience égoïste des hommes avaient recréé de nouvelles différences formant une cour des miracles où mendiants et mourants obéissaient à une hiérarchie aussi cruelle et injuste que celle des nantis.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Juliette Morillot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juliette Morillot

Juliette Morillot évoque son univers d'écriture
Interview vidéo de Juliette Morillot à l'occasion de la parution de son roman Les Sacrifiés, paru aux éditions Belfond. S'inspirant d'un fait-divers qui a défrayé la chronique au début du XXe siècle, l'auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la passion amoureuse et de la manipulation féminine. Un roman époustouflant, de la Malaisie coloniale aux États-Unis des années 1950, en passant par Londres et l'Argentine.
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1850 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..