AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818506714
160 pages
Fayard (14/09/2022)
3.65/5   138 notes
Résumé :
"Qu'il soit entendu que je ne donne de leçons à personne. J'essaie de tirer les leçons d'une expérience séculaire et séculière de vie, et je souhaite qu'elles soient utiles à chacun, non seulement pour s'interroger sur sa propre vie, mais aussi pour trouver sa propre Voie". E. M.

A 100 ans, Edgar Morin demeure préoccupé par les tourments de notre temps. Ce penseur humaniste a été témoin et acteur des errances et espoirs, crises et dérèglements de son... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 138 notes
5
9 avis
4
9 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
2 avis

Comme le formule si bien notre camarade, gill, « Il est toujours très enrichissant, salutaire même, d'écouter un ancien, de profiter d'une réflexion forgée à l'expérience et polie par la sagesse”

Cette lecture choisie pour l'offrir à des amis, je l'ai lue avec intérêt et curiosité , car il m'a permis de prendre connaissance dans les grandes lignes du parcours du philosophe-sociologue et de ses principaux écrits !

« Qui suis-je ? Je réponds : je suis un être humain. C'est mon substantif. Mais j'ai plusieurs adjectifs, d'importance variable selon les circonstances ; je suis français, d'origine juive sépharade, partiellement italien et espagnol, amplement méditerranéen, européen culturel, citoyen du monde, enfant de la Terre-Patrie. Peut-on être tout cela en même temps ? Non, cela dépend des circonstances et des moments où tantôt l'une tantôt une autre de ces identités prédomine.

Comment peut-on avoir plusieurs identités ? Réponse : c'est en fait le cas commun. Chacun a l'identité de sa famille, celle de son village ou de sa ville, celle de sa province ou ethnie, celle de son pays, enfin celle plus vaste de son continent. Chacun a une identité complexe, c'est-à-dire à la fois une et plurielle. (p.9)

Edgar Morin, le philosophe-sociologue, directeur de recherche au CNRS, demeure à cent ans… préoccupé par les tourments et les inquiétudes émergentes de son époque… Un récit qui se lit d'une traite tant le propos est clair, fluide, bienveillant, ouvert, toujours dans l'exigence de REFLEXION sur « nos » erreurs….Il reconnaît les deux erreurs de sa jeunesse , erreurs d'appréciation et de jugement, comme à la veille de la Seconde guerre mondiale, où influencé par ceux qui avaient fait la grande guerre, pensait que la voie pacifique avec l'Allemagne était souhaitable et que la guerre était évitable. La seconde erreur vu sa conversion au communisme… Choix et adhésion pendant six ans ; il finit par ouvrir les yeux, et reconnut que finalement le positif de cette expérience fut qu'il vécut et fut poussé à réfléchir sur toutes les montées des totalitarismes…

Edgar Morin nous raconte sa longue vie, et dans un même temps les grands événements et bouleversements de l'Histoire du XXe. Il nous raconte son enfance, sa jeunesse d'orphelin, le drame jamais cicatrisé de la perte à dix ans, de sa mère, ses engagements, ses erreurs, ses doutes, l'importance vitale que les livres ont représenté ; Parmi ses figures tutélaires : Montaigne, Dostoïevski, Anatole France, etc., ses amours, ses amis,ses voyages, la rédaction et le mûrissement de ses livres, de sa réflexion, de ses recherches ainsi qu'un double amour infini de la Vie et de la Connaissance…

Il explique aussi fort bien qu'il inaugurait vers 1946 un mode de connaissance transdisciplinaire où il mêlait L Histoire, la sociologie et la psychologie…ce qu'il approfondi et élargi toute son existence… Je finis ce rapide billet…avec une très belle déclaration envers son appréhension de la complexité de la Vie.

« Credo

Parfois je suis submergé par l'amour de la vie. Quelle beauté, quelle harmonie, quelle unité profonde, quelle complémentarité et solidarité entre les vivants ! Quelle force créatrice pour inventer des myriades d'espèces animales et végétales singulières !

Parfois je suis submergé par la cruauté de la vie, la nécessité de tuer pour vivre, son énergie destructrice, ses conflits, avec toujours le triomphe de la mort. Puis je réussis à réunir, maintenir, lier indissolublement les deux vérités contraires. La vie est cadeau et fardeau, la vie est merveilleuse et terrible. (p. 137)”

Cette lecture est très stimulante, constructive, incitant à la réflexion et à l'autocritique régulière…Un parcours exceptionnel d'un humaniste brillant, ayant conservé dans ses paroles ,fraîcheur de pensée , esprit combattif et réfléchi, ainsi qu'une simplicité confondante dans sa manière de nous présenter son très riche parcours d'érudit et de chercheur .En sus, ce récit me donne l'envie de lire ses essais, de relire Dostoïevski, ainsi que le texte tardif d'Edgar Morin sur la disparition prématurée de sa maman, « L'Ile de Luna » [Actes Sud, 2017).

Commenter  J’apprécie          543

Il est toujours très enrichissant, salutaire même, d'écouter un ancien, de profiter d'une réflexion forgée à l'expérience et polie par la sagesse.

"Leçons d'un siècle de vie" est un vagabondage de pensées accroché à la biographie de son auteur.

Et son auteur, Edgar Morin, est un homme qui a fait de la pensée son métier, qui a fait de la réflexion le ressort de sa plume.

Ce livre est un livre généreux en bons sentiments.

Son propos est de tirer des leçons mais de n'en point donner, d'inciter à vivre et à trouver sa voie.

Il se lit agréablement, et aisément sans se perdre dans des méandres philosophiques compliquées.

Mais pour autant, même s'il contient quelques paragraphes intéressant, ce livre ne fera, je crois, pas date.

Il est d'abord très égo-centré, et quelque peu naïf à ses entournures.

Et puis, par instants, l'essai semble se transformer en auto-promotion de l'oeuvre de son auteur, en prière même de la reconnaître et de la mettre en valeur.

"Leçons d'un siècle de vie", nous dit la quatrième de couverture, est une invitation à la lucidité et à la vigilance.

Mais la lucidité et la vigilance ne sont-elles pas accrochées à notre siècle plus qu'elles ne l'ont jamais été ?

J'attendais des pages de ce livre une mise en perspective, une réflexion plus profonde que ce qu'elles m'ont finalement offert.

Je suis finalement sorti de ma lecture assez déçu.

J'ai l'impression d'y avoir frôlé un propos enrichissant sans jamais entrer vraiment dans le fond d'une réflexion pertinente.

Le propos, je pense, n'est pas ici à la hauteur de sa signature.

Mais qu'importe, l'ouvrage est agréable à lire.

Et, surtout, incite à la discussion et à la réflexion.

Ce qui n'est déjà pas si peu ...

Commenter  J’apprécie          511

Edgar Morin fait partie des gens qui font avancer une civilisation. Comme Théodore Monod, Pascal Picq, Levi-Strauss..., pour rester chez les scientifiques que j'ai lu récemment. Ce sont des gens qui sont capables de dépasser leur domaine pour obtenir une vision globale des connaissances humaines. Leurs explications sont souvent limpides, au-delà des partis pris scientifiques, politiques. Ils rendent leurs lecteurs moins stupides, plus intelligents et leur permettent de pouvoir agir sur des bases solides. Ces auteurs se caractérisent souvent par leur très grande humilité devant tout ce que l'humanité ignore encore dans tous les domaines.

J'ai très peu lu Edgar Morin. Son dernier livre, écrit à 100 ans est le reflet de cette intelligence hors du commun. Il retrace son parcours scientifique et professionnel en le croisant avec son parcours de vie. Les deux sont indissociables, comme chez tout être humain. J'apprends que c'est le penseur le la complexité de l'être humain face à la complexité de la société. Il n'hésite pas à revenir sur ses erreurs, ses manquements, tant professionnels que personnels. Il n'hésite pas à prendre position contre la marche du monde actuelle qui nous mène très certainement à la catastrophe.

On ressort grandi de cette lecture que je conseille à quiconque souhaite s'élever un peu au-dessus de la fange médiatico-politique actuelle.

Commenter  J’apprécie          430

Je suis un peu déçu par ce livre, sûrement que j'en attendais trop. Il m'inspire certes de l'admiration pour le parcours de vie incroyable de l'auteur, mais les "leçons" m'ont laissé sur ma faim. C'est la première fois que je lis Edgar Morin et je ne voudrais pas rester sur cette impression. N'hésitez à me recommander ses ouvrages qui vous semblent incontournables. D'avance merci...

Commenter  J’apprécie          412

Quel parcours de vie exceptionnel que celui d'Edgar Morin ! Au travers de son ouvrage "Leçons d'un siècle de vie", il se propose par une longue confession de nous faire part de ses observations sur le monde tel qu'il l'a vécu et vu évoluer depuis un siècle.

J'ai ainsi pu identifier la ligne de pensée de ce philosophe et sociologue de renom et surtout apprécier sa clairvoyance, ses idées sans avoir eu l'occasion jusqu'à présent de me plonger dans son abondante littérature.

Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation

En 1972, un événement d’importance planétaire ne fut perçu dans son ampleur que par une minorité dispersée d’esprits : la publication du rapport du professeur Meadows, du Massachusetts Institute of Technology, révélant le processus de dégradation de la biosphère au déferlement techno-économique, lui-même dû à une soif inextinguible de profit. Cette dégradation n’affectait pas seulement la biodiversité végétale et animale, mais l’humanité entière, à travers la pollution des rivières, des océans, des villes, des sols livrés à l’agriculture industrielle, de l’alimentation issue de cette agriculture, des animaux parqués massivement et artificiellement nourris. Pour contrer cette irrésistible dégradation de la biosphère, il fallait que chaque nation se tourne non seulement vers une politique nouvelle, mais aussi vers une entente internationale.

Commenter  J’apprécie          133

Jamais le capitalisme n'a été aussi puissant, aussi hégémonique. Il a domestiqué l'agriculture devenue industrielle, la consommation sous influence publicitaire, les services uberisés, le monde de l'information et de l'informatique sous emprise des GAFA. Le capitalisme règne en maître sur la santé via les industries pharmaceutiques dont la puissance s'est accrue pendant la pandémie, il parasite par ses lobbies les gouvernements, les institutions européennes et internationales. Cela dans le somnambulisme et l'aveuglement.

Commenter  J’apprécie          122

Credo

je reçus surtout de Dostoïevski les messages de compassion et de complexité humaine. La compassion pour les humbles, les humiliés et offensés ne m'a jamais quitté. Elle est plus vive que jamais aujourd'hui où tant d'êtres sont humiliés du fait de leur origine ou de la couleur de leur peau. L'épaisseur de ses personnages féminins (Nastassia Filippona dans L'Idiot, Grouchenka dans Les frères Karamazov) ou masculins (Stavroguine dans Les Possédés) m'éclaira sur les complexités de l'âme humaine. (p. 139)

Commenter  J’apprécie          110

Pour bien vieillir, il faut garder en soi les curiosités de l’enfance, les aspirations de l’adolescence, les responsabilités de l’adulte, et dans le vieillissement essayer d’extraire l’expérience des âges précédents.

Commenter  J’apprécie          232

L'humanisme regénéré, ce n'est donc pas seulement le sentiment de communauté humaine, de solidarité humaine, c'est aussi le sentiment d'être à l'intérieur de cette aventure inconnue et incroyable, et souhaiter qu'elle continue vers une métamorphose, d'où naîtrait un devenir nouveau.

Commenter  J’apprécie          130

Videos de Edgar Morin (95) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Morin
Comment est-on passé de “vénérable vieillard” à “petit vieux” ? Pour Edgar Morin, cette dévaluation de la vieillesse est intimement liée au travail.
#vieillesse #philosophie #cultureprime _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
autres livres classés : humanismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
720 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre