AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757876597
Éditeur : Points (13/06/2019)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Le 30 novembre 1803, un bateau quitte le port de La Corogne sous mille acclamations et applaudissements. À bord, une vingtaine d'orphelins, des enfants de tous âges, qui partent avec la plus noble des missions : porter le vaccin contre la variole, à peine découvert, de l'autre côté de l'océan, en Amérique. Les accompagne la douce et maternelle Isabel Zendal, chargée de prendre soin d'eux. Les héros de cette folle expédition, dirigée par l'intransigeant médecin Franc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  12 août 2018
L'expédition de l'espoir ("A flor de piel" titre original en espagnol) est le récit de la première et plus grande opération humanitaire et immunitaire de l'histoire de l'homme. A l'aube du 19ème siècle, il s'agissait de porter le vaccin contre la variole aux populations de l'empire espagnol, réparties en Amérique centrale, Amérique du Sud et Philippines.
A l'origine de ce projet fou pour l'époque, un homme: Francisco Javier Balmis, qui va monter l'expédition et s'entourer des meilleurs assistants pour réaliser cet exploit. Il aura l'appui du roi d'Espagne de l'époque, Carlos IV.
Sa carrière était déjà très prometteuse puisqu'il avait trouvé des remèdes contre la syphilis lors d'un séjour au Mexique, et à son retour en Espagne, avait pratiqué la vaccination anti-variolique selon la méthode de Jenner, et traduit le traité sur la vaccination du médecin français Moreau de la Sarthe. Jenner, médecin anglais, avait trouvé que le virus de la variole bovine immunise l'homme contre la variole humaine, et avait donné à son procédé le nom de vaccin, du latin vaccinus, "vache".
Pour Balmis, il s'agissait aussi de mettre en place toute une organisation propre à assurer la perpétuation sur plusieurs générations de la lymphe vaccinale, ce qui à cette époque, en l'absence de techniques de réfrigération, nécessitait une chaîne ininterrompue et bien réglementée d'enfants vaccinifères. La vaccination était réalisée en effet de bras à bras. Il s'agit donc d'un véritable exploit qui a nécessité la participation plus ou moins forcée d'enfants conduits en Amérique, et utilisés car non immunisés au départ du fait de leur jeune âge.
A chaque étape du voyage, il va falloir trouver les éléments de la chaîne humaine nécessaire au transport de la lymphe.
L'expédition va partir de la Corogne et va d'abord atteindre les Canaries, ensuite Porto Rico, le Vénézuéla. Ensuite elle se divisera en deux: Salvany, l'assistant de Balmis, devra aller porter le vaccin en Nouvelle-Grenade (la Colombie actuelle) et ensuite au Pérou et Bolivie. Balmis, quant à lui, devra porter le vaccin au Mexique et ensuite partir pour les Philippines.
Une troisième expédition partira depuis le Mexique (alors appelé "Nouvelle-Espagne") vers le Guatémala et le reste de l'Amérique centrale, celle-ci sera dirigée par le propre neveu de Balmis, Francisco Pastor.
Deux personnes vont jouer un rôle essentiel aux côtés de Balmis: son adjoint Salvany, idéaliste et poète romantique à ses heures, et aussi Isabel Zendal, qui sera en charge des enfants à bord des navires. Isabel a eu une enfance misérable, a perdu sa mère de la variole, et donc est prête à tout donner pour enrayer cette terrible maladie, qui à l'époque, touchait le cinquième de l'humanité!
De grandes difficultés vont apparaître: d'une part les aléas de la navigation, mais aussi des difficultés pour trouver des enfants à chaque étape, ce qui sera loin d'être évident. La confrontation avec les pouvoirs locaux sera parfois très délicate: ainsi à Porto Rico comme au Pérou, des tentatives de vaccination plus ou moins sérieuses avaient eu lieu avant l'arrivée de Balmis, qui devra convaincre les autorités que son procédé est de loin le plus sûr.
Le personnage d'Isabel est une belle figure féminine: surmontant sa condition, terrible à l'époque, de mère célibataire, elle franchit tous les échelons et de domestique devient infirmière puis directrice d'orphelinat et enfin responsable des enfants pendant toute l'opération humanitaire.
C'est une femme de devoir mais qui éprouve des sentiments parfois virulents contre les pratiques de Balmis qui ne veut que l'efficacité et ne s'encombre pas de considération sur la condition des personnes de son entourage. Balmis apparaît dans le livre comme un vrai leader doté d'une énorme capacité de travail et d'organisation, un excellent médecin mais malheureusement parfois maladroit quand il s'agit de gérer les sentiments des autres.
Ces personnages et cette expédition ont vraiment existé c'est ce qui rend ce roman d'autant plus poignant.
L' expédition passe pour être la première expédition sanitaire internationale et l'une des entreprises de médecine préventive les plus ambitieuses de l'histoire.
Javier Moro montre encore son grand talent pour nous dépeindre une époque, et des personnages captivants.
Il nous montre un empire espagnol au crépuscule de son histoire, et qui se lézarde de toutes parts. Les pouvoirs des dirigeants locaux, comme le vice-roi de Nouvelle-Espagne (le Mexique actuel) sont exorbitants et eux-mêmes sont prêts à tout pour s'enrichir. Les exactions de ces satrapes vont précipiter la chute d'un des plus grands empires de tous les temps.
Une magnifique oeuvre historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
LeslivresdeRose
  09 septembre 2018
Je tenais tout d'abord à remercier chaleureusement NetGalley et les éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce service presse numérique.
L'évocation de voyage en bateau que suggéraient à la fois la très jolie couverture et le titre de ce roman m'a directement attirée ! Quand la lecture du résumé est venue confirmer ce que j'escomptais, je n'ai plus hésité et j'ai envoyé une demande sur le site de NetGalley ! Et… j'ai passé un bon moment de lecture dans l'ensemble ! Toutefois, celle-ci ne m'a pas transcendée et j'ai eu quelques réserves vis-à-vis de certains aspects.
Première petite déception : malgré l'emballage évocateur, il faut attendre environ la moitié du livre pour voir nos héros embarquer sur un navire. Mes attentes étant tout autre à ce niveau, j'ai dû prendre mon mal en patience. Cependant, je comprends que l'auteur ait voulu prendre le temps de placer son contexte et de présenter ses personnages dans un souci d'exactitude historique.
En effet, et bien que ce récit soit largement romancé, Javier Moro a entrepris de nombreuses recherches pour être au plus proche de la vérité (aussi bien concernant les grandes lignes de cette histoire que de l'Histoire en générale). Il a voyagé un peu partout en Espagne et en Amérique du Sud, a lu de nombreux documents en lien avec cette expédition, a rencontré des spécialistes dans ce domaine, etc. J'ignorais ce petit « détail » avant de commencer le roman. Quand je l'ai découvert, j'ai mieux compris le pourquoi de cette longue « mise en place »…
Ce livre retrace ainsi une grande campagne philanthropique visant à propager à travers le monde, et surtout à travers le royaume d'Espagne au sens large du terme (la péninsule ainsi que toutes ses colonies), le vaccin contre la variole. À cette époque, cette maladie, éradiquée depuis 1980 et dont le dernier cas a été recensé en 1977, était une des principales causes de mortalité dans le monde ! Divulguer ce vaccin (et ce gratuitement) à l'ensemble de la population relève donc d'un acte très charitable et mémorable, pourtant méconnu et presque tombé dans l'oubli aujourd'hui….Tout comme le rôle d'Isabel, seule représentante de la gente féminine à bord et première femme infirmière d'Espagne (si je me souviens bien). Engagée au départ pour surveiller les enfants lors de la traversée, elle s'est vite révélée indispensable à la bonne marche de l'entreprise.
Durant la première partie de son roman, Javier Moro nous présente cette femme exceptionnelle ainsi que Balmis, le futur directeur de l'expédition (un autre personnage ayant réellement existé). Malheureusement, je n'ai pas spécialement adhéré à cette « première partie », entre autre parce qu'une distance s'est très vite instaurée entre moi et les personnages. En raison de l'emploi du passé ou de l'imparfait à répétition, peut-être ? Ou encore du fait que l'auteur fait très régulièrement des sauts temporels, se contentant de passer rapidement sur les moments-clés de la vie de nos deux héros. Je peux tout à fait comprendre son choix ainsi que le côté « réalité » historique qu'il a voulu mettre en avant et qui justifie, selon moi, son style. Toutefois, je n'ai, de ce fait, pas vraiment été touchée par les personnages ou par leur histoire. Je manquais d'éléments concrets auxquels me raccrocher : des petits détails du quotidien, des anecdotes qui font que je me serais attachée à eux. Cependant, Isabel me plaisait dans les grandes lignes, au contraire de Balmis qui paraissait vaniteux et insensible, malgré le domaine dans lequel il exerçait. Sa soif de gloire primait sur l'envie de sauver des vies et justifiait ses décisions souvent discutables.
Une fois l'expédition lancée, le récit a réellement pris de l'intérêt à mes yeux ! Un troisième personnage fait alors son apparition : Salvany, un homme doux, ouvert aux autres et sensible (l'antithèse de Balmis en d'autres termes). Sa maladie le rend peut-être fragile physiquement mais sous cette faiblesse, il cache un mental d'acier qui va lui permettre d'aller au bout de sa mission ! de nombreux enfants, porteurs du vaccin et garants de la réussite du projet, font également partie de l'aventure ! J'ai été touchée, révoltée, attristée,…et heureuse aussi parfois par tout ce que ces personnages vont vivre : les difficultés qu'ils vont rencontrer aussi bien naturelles qu'humaines seront nombreuses. Si les premières sont presque inévitables vu la durée du voyage, les secondes le sont beaucoup moins vu sa portée et son importance humanitaire !! Ainsi, si certains dirigeants accueillent la petite troupe avec tous les honneurs qui leur sont dus, d'autres, bien plus égoïstes, n'hésitent pas à leur mettre des bâtons dans les roues, mettant ainsi en danger la santé de la population, au profit de leur seule gloire ! Certaines situations étaient tout bonnement abjectes. Si cette seconde partie a suscité ma compassion face au sort des personnages, ils ne m'ont toutefois pas touchée autant que je l'aurais voulu, malgré la présence des orphelins. Balmis reste jusqu'au bout très froid et hautain. Cette expérience inédite va quelque peu modifier sa vision des choses et l'adoucir (un peu) mais elle ne le change pas du tout au tout. Quant à Isabel, j'ai parfois eu du mal à la cerner : entre la servante obéissante du début et la femme affirmée qu'elle devient par la suite, il y a un monde. Même si j'ai assisté à son évolution, j'ai l'impression d'avoir sauté certaines étapes et de ne pas avoir tout saisi de sa transformation. Comme s'il me manquait l'un ou l'autre élément pour tout raccorder... Salvany est le seul que j'ai vraiment apprécié avec Candido, peut-être (un des petits orphelins au fort caractère) !
J'ai appris énormément de choses en lisant cet ouvrage ! Je ne connaissais rien (ou presque) à la variole et au procédé de vaccination. Cependant, j'ai également pris conscience que la médecine n'est pas un univers qui m'attire spécialement. Les passages où l'auteur décrit le processus de vaccination ou utilise des termes plus techniques et spécifiques à ce domaine ne me passionnaient pas. Et pourtant, en total contradiction, j'étais contente d'en découvrir plus à ce propos et de m'ouvrir à ce monde inconnu.
En bref, un livre très intéressant qui exhume des brumes de l'oubli un fait historique d'une importance scientifique et humaine indéniable ! L'auteur maitrise parfaitement son sujet ! de plus, il choisit de mettre en avant une femme, Isabel, dont l'histoire, elle aussi méconnue, mérite d'être citée en exemple. Si j'ai été un peu déçue dans mes attentes de voyage en mer au début et que j'aurais aimé m'attacher davantage aux personnages, ce roman reste une bonne lecture ! Il ravira les passionnés de médecine et permettra aux novices dans ce domaine (comme moi) d'enrichir leur culture générale !

Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jeneen
  15 juillet 2018
Très fort de raconter une expédition scientifique réelle du XIXème siècle en y mettant suspense et émotion.
Comme vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce livre qui raconte de façon romancée (à peine) l'expédition espagnole initiée par le roi Carlos IV et qui permit de vacciner contre la variole, alors particulièrement meurtrière, plusieurs centaines de milliers de personnes en Nouvelle Espagne ( Amérique du Sud et jusqu'au Texas). Tout cela par un procédé unique et particulièrement bien pensé.
Les personnages, notamment les principaux qui ont existé, sont très bien campés, psychologiquement bien analysés tout au long de ce périple de 3 ans qui fut mouvementé mais gratifiant pour la médecine.
Le fait de suivre dans une première partie l'enfance et la jeunesse des deux protagonistes principaux, Isabel, une mère célibataire impliquée dans la santé et l'enfance orpheline, et Balmis le médecin, nous donne l'impression de les connaître parfaitement et on suit avec d'autant plus d'empathie leurs réussites et déboires, leur vie et leurs rêves, différents.
Et bien sûr, on apprend beaucoup sans s'en rendre compte, sur cette époque des Lumières, sur la vie dans ces territoires espagnols, l'importance de lutter contre la variole (premier vaccin réalisé), les expéditions maritimes et leurs dangers, la vie des orphelins de cette époque...Un grand nombre de thèmes sont évoqués, de belle manière, dans une écriture soignée, fluide, et on sent que l'auteur est extrêmement documenté.
Certes, il y a quelques longueurs, mais la passion de l'auteur se ressent et nous emmène facilement dans cette aventure, vraiment incroyable quand on sait l'importance des vaccins de nos jours.
On ressort de ce livre heureux, plus savant (!), ému, épaté, et on se dit que cela fait du bien de lire ce type de roman de temps en temps.
Un livre que je recommande donc grandement aux fans d'histoire, de médecine, d'Espagne, et tout simplement de belles histoires bien contées.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Robert Laffont pour la découverte de ce très bon livre.
#L'expéditionDeL'espoir #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Valmyvoyou_lit
  12 octobre 2019
Isabel a treize ans lorsque sa mère meurt de la variole, le 31 juillet 1788. Aînée de la famille, elle est placée dans une bonne famille pour s'occuper des enfants. En effet, elle a appris à lire avec le curé de son village, dans un groupe où elle était la seule fille.

Francisco Javier Balmis, un médecin ambitieux, est parti à l'autre bout du monde, pendant onze ans, laissant femme et enfant, pour ses recherches médicales. Il a réussi à soigner certains cas de syphilis. Alors que la variole tue beaucoup de monde en Espagne, mais aussi dans les territoires appartenant à l'Espagne, le roi décide de lutter contre l'épidémie.

Jusqu'à maintenant, c'était la variolisation qui était utilisée. Il s'agissait d'inoculer le virus de la variole avec pour objectif d'empêcher la maladie.

Balmis est chargé de monter une expédition afin de propager la méthode Jenner. Ce médecin anglais a étudié la variole chez les vaches : elle est moins virulente que celle des humains. Sa méthode consiste à inoculer le virus bovin chez l'homme. C'est le début de la vaccination.

Pour transporter le vaccin jusqu'en Amérique, le médecin va mettre en place une chaîne. Il va partir avec des enfants. Afin que le sérum soit conservé, le virus passera de bras en bras. En raison de la difficulté de convaincre des parents de laisser partir leurs petits, ce seront des orphelins qui constitueront cette chaîne humaine, sans que leur avis soit demandé. Isabel prendra soin d'eux.

Quant au Docteur Josep Salvany, il sera l'assistant de Balmis. A chaque étape, l'expédition formera les soignants des villes afin que toute la population soit vaccinée.

L'expédition a commencé le 30 novembre 1803.

L'expédition de l'espoir relate un fait historique méconnu. Après ma lecture, j'ai fait des recherches sur internet et j'ai trouvé très peu de choses sur cette expédition qui était, pourtant, un projet de grande envergure et qui a fait beaucoup pour la médecine. La variole est complètement éradiquée depuis 1980, le dernier cas connu date de 1977, grâce aux campagnes de vaccination. C'est une maladie qui tuait énormément. Découvrir que l'origine de la lutte contre cette maladie date du début du Xixème siècle, avec tous les moyens qui ont été mis en oeuvre, m'a énormément surprise et je regrette que ce sujet soit si peu connu.
D'un point de vue historique, ce livre est très complet. Javier Moro relate les difficultés rencontrées, l'accueil qui n'a pas toujours été chaleureux dans les villes. Son récit fait réfléchir car, à certains endroits, l'appât du gain était plus important que la santé publique. A notre époque, on parlerait de scandale sanitaire. de plus, d'un point de vue éthique, j'ai eu des moments pendant lesquels j'étais partagée. Ces orphelins ont été emmenés au bout du monde pour sauver les populations, en formant une chaîne humaine (le vaccin passait de bras en bras afin de le conserver). Or, personne ne leur a demandé leur avis et certaines conséquences ont été terribles.
Si ce n'avait pas été un roman, je ne l'aurais sûrement pas lu. Les détails sont si complets et les données sont tellement accessibles, que longtemps après ma lecture, je me souviens de tout ce que j'ai appris. Et je retire une certaine fierté de connaître ce pan de l'histoire de la médecine. La forme romancée a permis que ma lecture soit très agréable et que les faits s'impriment dans mon esprit, sans effort de ma part.

[…] La suite sur mon blog


Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lecteur84
  23 décembre 2019
Une belle épopée sur la campagne de vaccination contre la variole effectuée par l'Espagne à travers son empire au XIX siècle. on y retrouve l'angoisse de l'échec qui jalonne toute la mission et les bassesses que tous ceux qui possèdent une once de pouvoir sont capables d'avoir en de telles circonstances. le drame de ses enfants transformé pour la plupart en une chance, et bien entendu la cruelle et magnifique épopée de la vie, les destinées qui se bousculent et la lente érosion des existences, toutes ces âmes si fortes, qui finissent pas s'engloutir dans le temps, et l'oubli.
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (1)
Actualitte   01 juin 2018
L’époque est aux superstitions et à l’instabilité politique : étonnant comme cette accroche vaut tant pour aujourd’hui que pour cette année 1803. L’expédition de l’espoir, que signe Javier Moro, n’aurait pas pu mieux porter son nom.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AelaAela   12 août 2018
Balmis lui dit avec une pointe d'ironie:
- A présent, vous voilà devenu le "roi dans d'autres chairs".
Cette phrase, prononcée par un ancien vice-roi du Pérou, un autre satrape, reflétait parfaitement le pouvoir attaché à cette charge.
Le vice-roi était l'homme le plus puissant du vaste Empire américain d'Espagne. Son supérieur immédiat, le roi, vivait à sept mille kilomètres de distance, et la probabilité d'une visite de ses territoires d'outre-mer était nulle. Iturrigaray répondit:
- Disons que Dieu est au ciel, le roi, en Espagne, et qu'ici il y a moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AelaAela   12 août 2018
Balmis et son équipe furent triomphalement accueillis à Caracas, au milieu des salves d'artillerie, des vivats, des accords de musique et des feux d'artifice. A l'hôtel de ville, le capitaine général et gouverneur Guevara Vasconcelos le remercia de sa venue et lui rappela que Caracas avait été durement frappée par la dernière épidémie (de variole) qui avait tué huit mille personnes sur une population de trente mille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
agnes750agnes750   08 septembre 2019
1806 : retour de Balmis en Espagne .
Je ne pense pas que les annales de l’Histoire aient déjà fourni un exemple de philanthropie aussi noble et aussi considérable que celui-ci !
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Javier Moro (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Javier Moro
Le sari rose de Javier Moro - La chronique de Gérard Collard
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1890 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..