AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221195611
448 pages
Robert Laffont (16/05/2018)
3.66/5   63 notes
Résumé :
Le 30 novembre 1803, un bateau quitte le port de La Corogne sous mille acclamations et applaudissements. À bord, une vingtaine d'orphelins, des enfants de tous âges, qui partent avec la plus noble des missions : porter le vaccin contre la variole, à peine découvert, de l'autre côté de l'océan, en Amérique. Les accompagne la douce et maternelle Isabel Zendal, chargée de prendre soin d'eux. Les héros de cette folle expédition, dirigée par l'intransigeant médecin Franc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,66

sur 63 notes

Aela
  12 août 2018
L'expédition de l'espoir ("A flor de piel" titre original en espagnol) est le récit de la première et plus grande opération humanitaire et immunitaire de l'histoire de l'homme. A l'aube du 19ème siècle, il s'agissait de porter le vaccin contre la variole aux populations de l'empire espagnol, réparties en Amérique centrale, Amérique du Sud et Philippines.
A l'origine de ce projet fou pour l'époque, un homme: Francisco Javier Balmis, qui va monter l'expédition et s'entourer des meilleurs assistants pour réaliser cet exploit. Il aura l'appui du roi d'Espagne de l'époque, Carlos IV.
Sa carrière était déjà très prometteuse puisqu'il avait trouvé des remèdes contre la syphilis lors d'un séjour au Mexique, et à son retour en Espagne, avait pratiqué la vaccination anti-variolique selon la méthode de Jenner, et traduit le traité sur la vaccination du médecin français Moreau de la Sarthe. Jenner, médecin anglais, avait trouvé que le virus de la variole bovine immunise l'homme contre la variole humaine, et avait donné à son procédé le nom de vaccin, du latin vaccinus, "vache".
Pour Balmis, il s'agissait aussi de mettre en place toute une organisation propre à assurer la perpétuation sur plusieurs générations de la lymphe vaccinale, ce qui à cette époque, en l'absence de techniques de réfrigération, nécessitait une chaîne ininterrompue et bien réglementée d'enfants vaccinifères. La vaccination était réalisée en effet de bras à bras. Il s'agit donc d'un véritable exploit qui a nécessité la participation plus ou moins forcée d'enfants conduits en Amérique, et utilisés car non immunisés au départ du fait de leur jeune âge.
A chaque étape du voyage, il va falloir trouver les éléments de la chaîne humaine nécessaire au transport de la lymphe.
L'expédition va partir de la Corogne et va d'abord atteindre les Canaries, ensuite Porto Rico, le Vénézuéla. Ensuite elle se divisera en deux: Salvany, l'assistant de Balmis, devra aller porter le vaccin en Nouvelle-Grenade (la Colombie actuelle) et ensuite au Pérou et Bolivie. Balmis, quant à lui, devra porter le vaccin au Mexique et ensuite partir pour les Philippines.
Une troisième expédition partira depuis le Mexique (alors appelé "Nouvelle-Espagne") vers le Guatémala et le reste de l'Amérique centrale, celle-ci sera dirigée par le propre neveu de Balmis, Francisco Pastor.
Deux personnes vont jouer un rôle essentiel aux côtés de Balmis: son adjoint Salvany, idéaliste et poète romantique à ses heures, et aussi Isabel Zendal, qui sera en charge des enfants à bord des navires. Isabel a eu une enfance misérable, a perdu sa mère de la variole, et donc est prête à tout donner pour enrayer cette terrible maladie, qui à l'époque, touchait le cinquième de l'humanité!
De grandes difficultés vont apparaître: d'une part les aléas de la navigation, mais aussi des difficultés pour trouver des enfants à chaque étape, ce qui sera loin d'être évident. La confrontation avec les pouvoirs locaux sera parfois très délicate: ainsi à Porto Rico comme au Pérou, des tentatives de vaccination plus ou moins sérieuses avaient eu lieu avant l'arrivée de Balmis, qui devra convaincre les autorités que son procédé est de loin le plus sûr.
Le personnage d'Isabel est une belle figure féminine: surmontant sa condition, terrible à l'époque, de mère célibataire, elle franchit tous les échelons et de domestique devient infirmière puis directrice d'orphelinat et enfin responsable des enfants pendant toute l'opération humanitaire.
C'est une femme de devoir mais qui éprouve des sentiments parfois virulents contre les pratiques de Balmis qui ne veut que l'efficacité et ne s'encombre pas de considération sur la condition des personnes de son entourage. Balmis apparaît dans le livre comme un vrai leader doté d'une énorme capacité de travail et d'organisation, un excellent médecin mais malheureusement parfois maladroit quand il s'agit de gérer les sentiments des autres.
Ces personnages et cette expédition ont vraiment existé c'est ce qui rend ce roman d'autant plus poignant.
L' expédition passe pour être la première expédition sanitaire internationale et l'une des entreprises de médecine préventive les plus ambitieuses de l'histoire.
Javier Moro montre encore son grand talent pour nous dépeindre une époque, et des personnages captivants.
Il nous montre un empire espagnol au crépuscule de son histoire, et qui se lézarde de toutes parts. Les pouvoirs des dirigeants locaux, comme le vice-roi de Nouvelle-Espagne (le Mexique actuel) sont exorbitants et eux-mêmes sont prêts à tout pour s'enrichir. Les exactions de ces satrapes vont précipiter la chute d'un des plus grands empires de tous les temps.
Une magnifique oeuvre historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
BRUMANT
  28 avril 2022
Je n'ai jamais rien lu de cet auteur. Ce livre a été traduit par Eduardo Jiménez. La jeune fille se fraya un passage parmi les bêtes qui obstruaient l'entrée de la maison toujours plongée dans la pénombre. Outre les puanteurs
habituelles d'urine et de sueur animale. Elle était bourrée de gens et d'animaux. Elle savait que sa mère se trouvait à l'intérieur. Il y avait une odeur de rance et d'humidité. Mes yeux s'adapta a l'obscurité. Il parle encore de la Galice. Des petites fleurs jaunes sont mélangés à de la bouse de vache. Il servait d'engrais. L'absence d'un soutien masculin faisait d'elle une prostituee en puissance. Les quatre êtres petits noirauds poussèrent des cris d'orfraie.Salvanyvne put profiter bien longtemps de sa santé il attrapa la variole
Commenter  J’apprécie          450
Roggy
  05 mai 2022

Certains événements marquent à tel point les consciences que les historiens et les écrivains les utilisent ensuite comme des repères d'un changement caractéristique, d'une transformation mémorable, comme quelque chose qui détruit et reconstruit.
Dans l'expédition de l'espoir, Javier Moro retrace une grande prouesse médicale dans une sorte de fresque historique qui galope à travers la grande Histoire, sans que les chevauchées ne piétinent jamais la réalité.
La découverte du vaccin de la variole et la vaccination massive afin d'éradiquer la maladie, ont constitué un défi médical qui a bousculé toutes les conventions.
L'auteur espagnol amène de surcroît dans sa saga un vent de modernité et de féminisme en mettant en exergue la trajectoire surprenante d'une femme que rien ne destinait à accomplir de si grandes prouesses.
Il y a quelque chose de Cent ans de solitude dans la construction de personnages brillants d'intelligence mais complètement handicapés des sentiments, toujours en proie à une lutte constante entre l'acceptation de leur destin et le besoin maladif de reconnaissance.
Un roman feuilleton publié en 2015 et quelque peu miroir du temps présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
MELANYA
  09 novembre 2021
On dit que « L'espoir fait vivre «, alors pourquoi pas « L'expédition de l'espoir » de l'écrivain espagnol Javier Moro ?
Le 31 juillet 1788, la mère d'Isabel (treize ans), meurt de la variole et elle est placée dans une famille afin de s'occuper des enfants.
Pendant ce temps, à l'autre bout du monde, un médecin, Francisco Javier Balmis soigne des cas de syphilis. Mais il y a la variole qui tue tellement de monde en Espagne que le roi décide de lutter contre cette épidémie.
Balmis est en charge de monter une expédition afin d'utiliser « la méthode Jenner » - une méthode qui avait été étudiée sur des vaches et variole moins virulente chez les humains – il suffit d'inoculer le virus bovin chez l'homme et là, début de la vaccination (tiens, ça me fait penser à ce que nous connaissons actuellement : la Covid-19 et ses mutants mais qui n'a rien à voir avec les vaches…)
Difficulté car il faut transporter ce vaccin jusqu'en Amérique – une » chaîne humaine » est établie avec des enfants vaccinés et ainsi, cela passera de bras en bras. Ces enfants, ce sont des orphelins qui ne savent pas ce qu'on leur fait faire. C'est Isabel qui s'occupe d'eux et elle est bien touchante.
Début de cette expédition : le 30 novembre 1803.
Ceci est un fait historique, un projet d'une envergure importante. Cette variole, éradiquée (normalement) depuis 1980, l'a été grâce à la vaccination et heureusement car grande « tueuse ».
Si l'on se place du point de vue historique, ce roman est plus que complet malgré les difficultés que Javier a connues.
D'un autre côté, se servir de pauvres orphelins pour constituer cette chaîne humaine m'a troublée car ce sont des êtres innocents qui ne sont pas au courant de ce qu'on attend d'eux…. Je trouve cela terriblement inhumain. Ils risquent leur vie eux aussi : y a-t-on pris garde ? Non, puisque c'est ainsi que cela a eu lieu : cobayes sans le savoir. Grande question d'éthique.
Je ne critique pas l'auteur, pas du tout puisqu'il n'a fait que relater ces événements, ce qui nous permet de savoir ce que l'on ignorait (en tout cas pour moi). Mais il y a aussi les progrès de la médecine qui a ainsi fait une grande avancée.
On note aussi des passages sur la navigation bien sûr. On peut dire que le travail de Javier Moro est formidable avec ses recherches pour nous restituer cette histoire. Et remarquez-le, cela tombe pile (pour ma chronique) avec cette vaccination Covid-19 : les « pour », les « contre » » ceux qui ne peuvent pas »…. Tiens, ce soir, allocution de Emmanuel Macron. On verra ce qu'il en ressortira bien que l'on sache déjà le maximum…
A suivre mais livre « L'expédition de l'espoir » de Javier Moro » : à lire : un voyage certes, mais aussi un roman historique.

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Cigale17
  02 septembre 2020
J'avais sans remord laissé tomber le Sari rose en son temps et, si ce n'était pour en parler dans le groupe du prix des Lecteurs de Cognac, je crois bien que j'aurais abandonné L'expédition de l'espoir avant la fin… Ce roman n'est pourtant pas sans intérêt. Javier Moro y raconte l'épopée d'une poignée de volontaires qui porteront le vaccin contre la variole dans la totalité de l'Empire espagnol, au tout début du XIXe siècle. Deux médecins, Francisco Javier Balmis (ambitieux, autoritaire, égoïste, insensible) et Josep Salvany (désintéressé, généreux, altruiste, aimable, mais tuberculeux) et une « infirmière », Isabel Zendal (toutes les qualités, aucun défaut, sauf au début celui d'être trop crédule), accompagnés d'une poignée d'enfants, vont accomplir cette étonnante et indispensable tâche : convaincre les élites ainsi que les populations superstitieuses et parfois hostiles, et finalement réussir à les vacciner.
***
Je ne vous dirai rien des détails qui concernent la vaccination et la manière de transporter le vaccin : c'est ce qui fait l'intérêt de ce roman très documenté. C'était pour moi une vraie découverte qui justifie les trois étoiles accordées à ce titre. Un gros tiers du livre est consacré à la présentation de Balmis et d'Isabel Zendal. Lui est caricaturalement antipathique, elle cumule les qualités au point que son personnage finit par manquer de crédibilité. Page 179, enfin, l'embarquement ! Regain d'intérêt. Les premières péripéties sur le bateau se révèlent surprenantes au début : une femme à bord, des enfants trop jeunes pour être aussi disciplinés que tout le monde l'escomptait, la mauvaise santé de Salvany, etc., mais on retombe très vite dans les clichés, en particulier sentimentaux, et surtout, les expériences des uns et des autres deviennent très répétitives. J'avoue avoir trouvé ça interminable ! Je n'ai pas non plus été séduite par l'écriture, somme toute assez banale, et plusieurs remarques bien sexistes, attribuables au narrateur à la troisième personne et non pas aux personnages, m'ont agacée. Mais comme toujours, je suis sûre que les aspects qui m'ont déplu ont ravi d'autres lecteurs, et c'est tant mieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212


critiques presse (1)
Actualitte   01 juin 2018
L’époque est aux superstitions et à l’instabilité politique : étonnant comme cette accroche vaut tant pour aujourd’hui que pour cette année 1803. L’expédition de l’espoir, que signe Javier Moro, n’aurait pas pu mieux porter son nom.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   12 août 2018
Balmis lui dit avec une pointe d'ironie:
- A présent, vous voilà devenu le "roi dans d'autres chairs".
Cette phrase, prononcée par un ancien vice-roi du Pérou, un autre satrape, reflétait parfaitement le pouvoir attaché à cette charge.
Le vice-roi était l'homme le plus puissant du vaste Empire américain d'Espagne. Son supérieur immédiat, le roi, vivait à sept mille kilomètres de distance, et la probabilité d'une visite de ses territoires d'outre-mer était nulle. Iturrigaray répondit:
- Disons que Dieu est au ciel, le roi, en Espagne, et qu'ici il y a moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
RoggyRoggy   06 mai 2022
Isabel ignorait toujours ce qu’elle était vraiment, car elle ne ressemblait à personne et ne pouvait se comparer à aucune autre femme. Elle n’était ni de la haute société ni du peuple, ni riche ni pauvre, ni cultivée ni ignorante. Elle était à la fois galicienne, espagnole et mexicaine. Elle était garde d’enfants, spécialiste de la vaccination, infirmière… Elle était médecin sans en avoir le titre. Et elle était également une mère de famille originale, sous une forme peu fréquente à cette époque.

.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AelaAela   12 août 2018
Balmis et son équipe furent triomphalement accueillis à Caracas, au milieu des salves d'artillerie, des vivats, des accords de musique et des feux d'artifice. A l'hôtel de ville, le capitaine général et gouverneur Guevara Vasconcelos le remercia de sa venue et lui rappela que Caracas avait été durement frappée par la dernière épidémie (de variole) qui avait tué huit mille personnes sur une population de trente mille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MELANYAMELANYA   09 novembre 2021
Balmis et son équipe furent triomphalement accueillis à Caracas, au milieu des salves d’artillerie, des vivats, des accords de musique et des feux d’artifice.
Commenter  J’apprécie          90
gromit33gromit33   22 juillet 2020
Isabel ignorait toujours ce qu'elle était vraiment, car elle ne ressemblait à personne et ne pouvait se comparer à aucune autre femme. Elle n'était ni de la haute société, ni du peuple, ni riche ni pauvre, ni cultivée ni ignorante, elle était à la fois galicienne, espagnole et mexicaine. Elle était garde d'enfants, spécialiste de la vaccination, infirmière.. elle était médecin, sans en avoir le titre... (../..) elle voulait être ce qu'elle était une femme libre; entourée d'affection. Seule par choix, non par obligation comme elle s'était sentie jusqu'alors. p402
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Javier Moro (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Javier Moro
Le sari rose de Javier Moro - La chronique de Gérard Collard
autres livres classés : VarioleVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1320 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre